Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Une lame de fond pour la séparation des banques met Obama en porte-à-faux

La rédaction

17 mai 2012 (Nouvelle Solidarité) – Comme nous le rapportions il y a quelques jours, les pertes colossales de la banque américaine JP Morgan Chase sur les marchés dérivés de la City de Londres ont provoqué aux Etats-Unis et dans le monde entier une véritable lame de fond en faveur du rétablissement d’une séparation stricte entre banques de dépôts au service de l’économie réelle et banques d’affaires spéculatives à l’image de la fameuse loi Glass-Steagall imposée Etats-Unis en 1933 par le président Franklin Roosevelt et en France à la Libération.

L’équipe de François Hollande, qui, sans les connaître, répète souvent qu’elle ne fait que s’inspirer des réformes américaines en cours, devrait faire l’effort de lire ce qu’affiche le site de la Maison Blanche. Bien que plus de 23 000 Américains y aient signé une pétition appelant à réinstituer la loi Glass-Steagall, la Maison-Blanche n’a eu aucun état d’âme pour leur envoyer un message personnel expliquant pourquoi Obama s’y oppose ! Le scandale JP Morgan risque donc de se retourner rapidement contre un Président Obama dont les plus grands donateurs pour sa réélection sont une fois de plus les grandes banques de Wall Street.

Dans l’opinion, voici les dernières déclarations en faveur de Glass-Steagall.

  • La prise de position en faveur de Glass-Steagall par la candidate démocrate au Sénat Elizabeth Warren, du Massachusetts, a été largement couverte par les médias et a amené plus de 50 000 américains à signer en moins de 24 heures une pétition appelant à restaurer Glass-Steagall. Elizabeth Warren est une experte reconnue dans la protection des droits des consommateurs et pour ses nombreuses prises de position pour une stricte régulation bancaire.
  • Dans une interview au Washington Post, Warren a expliqué que si c’est trop compliqué de mettre en place la Volcker Rule [interdisant les banques de spéculer avec leur fonds propres], ce n’est pas une raison pour abandonner la lutte pour la régulation bancaire mais au contraire pour faire adopter un nouveau Glass-Steagall. Le Boston Globe a pour sa part ajouté que Warren avait également appelé à la démission du PDG de JP Morgan Chase, Jamie Dimon.
  • Un reporter de Dows Jones Market Watch, David Weid, écrit : « Ainsi, plutôt que de lancer plus de règles inefficaces et pouvant facilement être déjouées dans le système, divisons tout simplement le système en deux. Nous les gens allons garder nos banques traditionnelles – le côté monétaire et économique de l’équation. Nous allons laisser la capitalisme de casino se déchaîner de l’autre côté. Ramenons Glass-Steagall... »
  • Un éditorial du Pittsburgh Tribune Review (pourtant propriété de Richard Mellon Scaife, de la famille de banquiers Mellon) : « La meilleure solution est un retour à une ancienne règle de bon sens – Glass-Steagall (…) [qui] a très bien servi ce pays pour de nombreuses décennies jusqu’à ce qu’elle ne soit affaiblie en 1960 puis finalement éliminée en 1999. »
  • Un éditorial de l’agence de presse Reuters, de James Saft : « La règle Volcker ne sera pas efficace ; il est impossible de distinguer les opérations de couverture de la spéculation et chacune des deux peut faire exposer les banques. L’alternative est de mettre fin à cette politique du ’too big to fail’, de préférence en forçant toutes les banques par la même occasion à quitter le secteur de la spéculation sur les marchés par une restauration de Glass-Steagall... »
  • Une lettre au New York Times de Paul Immerman, avocat spécialisé du marché obligataire : « Il est temps d’ignorer les déclamations futiles des banquiers qui font pression pour moins de régulation et d’imposer une vraie réforme en reconnaissant que l’abrogation de Glass-Steagall était une erreur. Seulement en rétablissant Glass-Steagall et en interdisant toutes les activités de trading par les banques commerciales pourrons-nous éviter en autre effondrement et un renflouement aux frais du contribuable. »
  • Un éditorial du St. Louis Post-Dispatch : « Avec Glass-Steagall, la nation a bénéficié de presque 50 années de prospérité. Les banques commerciales prêtaient de l’argent. Les banques d’investissement faisaient des affaires. Les maisons de courtage vendaient des actions et des obligations. Les compagnies d’assurance vendaient des assurances. Et ça marchait. »
    L’éditorial se conclut en suggérant comme slogan de campagne : « Ramenez Glass-Steagall. C’était assez bon pour Roosevelt. C’était assez bon pour 50 ans de prospérité. L’argent qui tourbillonne à travers la finance internationale ces jours-ci ne fait que cela – tourbillonner, créant des profits et aucun emploi. Cela rend la nourriture et l’essence plus chères. C’est un schéma de Ponzi hors de proportion qui enrichit une minorité au détriment du plus grand nombre. »
  • Un commentaire de Nomi Prins sur le site de Truthout : Prins explique que les pertes de JMP/Chase vont s’alourdir et d’étendre, ajoutant qu’« il n’existe plus de transactions isolées aujourd’hui (...) Dimon a raison à propos d’une chose, c’est que la règle Volcker ne se serait pas nécessairement appliquée à cette ’opération de couverture’... La règle Volcker ne changera rien de fondamental au sujet du risque global – tant et aussi longtemps que les banques ne seront pas séparées à la Glass-Steagall selon la ligne dépôt/prêt vs spéculation, elles auront accès à des capitaux comme combustible. Et le brûler elles vont le faire. »

Nous terminons notre tour d’horizon en citant Rachel Brown, une des candidates larouchistes qui s’était présentée en 2010 au Massachusetts dans la primaire démocrate pour le Congrès contre le député Barney Frank, co-auteur de la loi Frank-Dodd intégrant la règle Volcker.

A l’époque, Brown avait dénoncé Franck comme un imposteur dans sa soi-disante lutte contre la spéculation. La candidature de Brown avait recueilli, en dépit d’une très faible exposition médiatique, plus de 20% des votes. Aujourd’hui, bien que Franck a annoncé qu’il ne se représentera plus, Rachel Brown est de nouveau en lice. Dans un communiqué du 16 mai, Brown déclare :

« Il est de plus en plus évident que l’escroquerie Obama-Barney Frank, cherchant soi-disant à faire rentrer Wall Street dans le rang, a été un échec, et plusieurs, incluant la candidate au Sénat Elizabeth Warren, se sont joints à l’appel pour restaurer Glass-Steagall, et mettent la pression pour que ce soit fait avant les élections de novembre prochain. Je salue les fortes déclarations de Warren à ce propos, et comme la direction du Parti Démocrate les sait bien ici au Massachusetts, ceci était au centre de ma campagne de 2010 contre Barney Frank. J’étais essentiellement la seule à cette époque, (…) alors que tous les autres démocrates du Massachusetts se défilaient face à la brutalité de Barney et à la pression de la Maison Blanche.

« Mon message aux démocrates nouvellement convertis [à Glass-Steagall] – qui ont eu besoin d’un signal d’alarme comme celui que nous venons de voir sur Wall Street – est de changer votre habitude de cireur de pompes une fois de plus, et de reconnaître très vite que LaRouche et moi-même avions raisons sur ce point également : qui est que pour sauver notre nation et lancer une initiative de reprise véritablement rooseveltienne avant qu’il ne soit trop tard, le Président Obama doit partir, maintenant, bien avant l’élection de novembre. »

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • Go • 18/05/2012 - 14:42

    Bonjour,

    Voici un article de Paul Jorion que je trouve intéressant et qui désigne une autre voie pour réguler la finance :

    Le 15 septembre 2008, la banque d’affaires américaine Lehman Brothers fait faillite. Quelques jours plus tard, les « money markets », le marché des prêts interbancaires à court terme, s’effondrent. On ne sait pas combien exactement les banques centrales mondiales durent débourser conjointement pour stopper l’hémorragie mais le chiffre avoisine les mille milliards de dollars.

    Le nouveau mot d’ordre fut bien sûr : « Plus jamais ! » On inventa un surnom pour désigner les établissements financiers susceptibles d’entraîner dans leur perte celle du système financier tout entier : « Too Big to Fail », trop grosses pour faire défaut. On les appela aussi de manière plus solennelle : « institutions financières importantes d’un point de vue systémique ».

    On avait eu très peur mais la solution allait de soi : il fallait démanteler ces établissements susceptibles d’entraîner le système économique et financier dans leur chute.

    Qu’a-t-on fait depuis ? Rien !

    On a bien tenté initialement d’empêcher qu’une telle tragédie ne se reproduise mais tous les efforts ont été vains : un nombre infini de bâtons ont été mis dans les roues du Dodd-Frank Act, le projet américain de réglementation financière, long de 2.300 pages, puis l’on a entrepris de détruire avec méthode tout ce que le texte contenait.

    Dans un article paru ce mois-ci dans la revue américaine Rolling Stone, le journaliste Matt Taibbi a dressé l’inventaire navrant de la déconstruction : accumulation des exceptions affaiblissant les mesures envisagées, suppression des budgets de fonctionnement des organes de régulation, collusion de régulateurs individuels avec les adversaires de la loi, actions en justice intentées par les milieux financiers contre tous les aspects du projet, recours divers visant à retarder indéfiniment sa mise en application, vote de nouvelles lois visant à vider de toute substance le peu qui subsiste, retraits des contributions aux campagnes électorales des parlementaires et sénateurs impliqués dans le projet, etc.

    Taibbi termine son article sur une note désabusée : « Voilà le problème qui sous-tend toute tentative de mettre Wall Street au pas : notre système politico-économique est devenu trop intriqué et incontrôlable pour que la logique démocratique puisse encore jouer ».

    Pourquoi la finance torpille-t-elle des mesures visant à empêcher l’écroulement du système financier tout entier ? Parce que la survie de celui-ci sur le long terme ne fait pas partie de son horizon, qui est le plus souvent uniquement celui du bénéfice immédiat. Comme le dit le scorpion : « Me préoccuper du cadre n’est pas dans ma nature ! », et du coup, le suicide accidentel n’est pas à écarter.

    Y a-t-il une solution ? Oui, bien sûr, et elle crève les yeux, implicite au fait que le Dodd-Frank Act fait 2.300 pages : c’est sa taille-même qui en a fait un château de cartes.

    Par exemple, quand Taibbi observe qu’« Un marché non-régulé des produits financiers dérivés permet […] à Wall Street de placer des taxes invisibles sur tout ce qui existe dans le monde », il ne se trompe pas. Pour empêcher cela, il suffit de restaurer les quelques articles de loi qui interdisaient autrefois la spéculation (abrogés en Belgique en 1867 et en France, en 1885). Ou, mieux encore : créer un article unique dans une Constitution pour l’économie affirmant sans détours : « La spéculation est interdite ».

    Mille pages au moins du Dodd-Frank Act remplacées par une seule phrase de quatre mots, et sans finasseries possibles dues à des ambiguïtés ! Qui dit mieux ?

    • Benoit Chalifoux • 19/05/2012 - 11:00

      M. Jorion est un spécialiste pour tourner autour du pot et pour tout transformer sans dessus dessous.

      Le démantèlement des "too big to fail", c’est ça qui est implicite dans Glass-Steagall, plus un autre concept qui n’a rien à voir à voir avec la taille, qui est celui de la mission de base confiée à la banque : soit la collecte de l’épargne et l’émission de crédit pour l’activité économique réelle, avec une assurance garantie par l’Etat et une régulation appropriée, soit la spéculation ou même des opérations financières tout-à-fait légitimes pour les banques d’affaires, qui ne s’adressent qu’aux plus riches, qui ont les moyens de risquer une partie de leur capital, AU-DELA de leur épargne. Le concept est très clair et constitue le fondement de l’histoire des banques modernes.

      La loi Frank-Dodd était une fraude dès les départ, et c’est bien pour ça qu’elle avait plus de 2000 pages, pour noyer le poisson. Nous l’avons amplement démontré sur ce site, et ce même avant qu’elle soit votée. (Voir la campagne de notre jeune collègue américaine Rachel Brown contre Barney Frank (co-auteur de la loi Frank-Dodd) en 2010.

      Dernière chose, ceci n’a rien à voir non plus avec la Constitution, car il n’y avait pas d’ambiguïté possible avec Glass-Steagall. C’est une loi qui peut être votée à la majorité simple dès demain matin, elle est déjà en attente comme proposition de loi (HR 1489). Elle a le mérite d’avoir déjà existé et d’avoir très bien fait son boulot, comme en France d’ailleurs. A part le fait que ce n’est pas nécessaire, M. Jorion sait très bien qu’un amendement de la Constitution serait de toute manière beaucoup plus difficile à obtenir.

      Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas de la démagogie, mais un débat clair et honnête. Nous attendons d’ailleurs que M. Jorion nous fasse signe...

    • Go • 20/05/2012 - 15:28

      D’accord.

      Je n’avais pas pensé à l’obstacle de la Constitution.

      Que c’est compliqué !

    Répondre à ce message

  • EDITH • 18/05/2012 - 13:14

    Il n’y a pas que glass-steagall qu’il faut appliquer il faut aussi faire le ménage intégral dans les entreprises du cac 40 car de l’escroquerie il y en a à la pelle et si nous voulons repartir sur des bases saines pour avoir un avenir meilleur il n’y a pas d’autres possibilités la moralité doit redevenir notre crédo !

    Répondre à ce message

  • Baste • 18/05/2012 - 10:22

    un livre d’Anthony Sutton sur Roosevelt et Wall Street. Je ne sais pas ce que ça vaut même si je sais l’auteur être sérieux… Dommage, pas de traduction en français, à prendre en compte par contre.
    http://www.reformation.org/wall-st-fdr.html

    Répondre à ce message

  • petite souris • 17/05/2012 - 21:40

    Les pertes colossales de la banque JP Morgan Chase sont passées sous le silence de Cannes et de l’installation du nouveau gouvernement....

    Bravo à tous ceux qui se battent aux stètes pour le retour à un nouveau Glass-Steagall act, afin d’être un exemple à suivre pour nos pays d’europe et le reste du monde.

    Bien sûr Jacques a eu raison de placer sa campagne sur le thème du monde sans la City ni Wall Street.

    Tout va très vite et va s’accélérer encore.
    Je crains que cela aille plus vite que les législatives et ce n’est pas Moscovici (proche de DSK) aux finances qui coupera les banques en deux.....

    Tout cela est préoccupant et doit pousser tous nos candidats à faire une campagne offensive toujours et encore sur ce sujet.

    Répondre à ce message

  • Yvan Stepov • 17/05/2012 - 17:08

    C’est effectivement une question de bon sens :
    - ou l’on souhaite mettre en place un vrai cordon sanitaire entre la finance casino et les banques de dépôt, et le moyen le plus efficace est effectivement une séparation juridique des activités sous la forme d’établissements séparés,
    - ou l’on fait semblant en laissant les activités s’exercer sous le même toit et en s’exposant ainsi à toutes sortes de contournement de règles fatalement en retard sur l’imagination de l’ingénierie financière.
    Sur ce plan, la position de Jacques Cheminade est imparable.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Aux socialistes qui disent qu’ils vont faire Glass-Steagall « comme Obama »

29 octobre 2011
Brèves
Aux socialistes qui disent qu’ils vont faire Glass-Steagall « comme Obama »

Les pertes de JP Morgan donnent raison à Cheminade sur la séparation des banques

15 mai 2012
Actualité
Les pertes de JP Morgan donnent raison à Cheminade sur la séparation des banques

Sauver l’Europe ? Pour Michel Rocard la priorité consiste à couper les banques en deux

12 mai 2012
Brèves
Sauver l’Europe ? Pour Michel Rocard la priorité consiste à couper les banques en deux

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard