Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire 16 novembre - L’Afrique, la Chine de demain ? Lire 16 novembre - Sacha Lin-Jung : L’amitié France-Chine et les Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilActualité
Brèves

Urgence santé : Equipons la France en IRM !

Comme le disent les vieux médecins : on n’a que l’âge de ses artères ! En vérité, la plupart des décès résultent d’un accident ou de l’usure de notre système neuro-cardio-vasculaire alors que le reste de notre corps pourrait vieillir bien davantage.

Ainsi, avec les derniers progrès de la médecine et les technologies biomédicales, certains scientifiques estiment que « la moitié des enfants nés après l’an 2000 ont une chance de devenir centenaire » !

Cependant, pour s’en donner les moyens, la France doit rattraper son retard en imagerie médicale et équiper d’urgence tous ses hôpitaux avec l’imagerie par résonance magnétique (IRM) permettant une meilleure prise en charge des victimes d’accidents vasculaires cérébraux (AVC).

De quoi parle-t-on ?

Exemple : Mme Y, âgée de 70 ans, regarde la télévision lorsqu’elle s’écroule soudain, victime d’une paralysie du côté droit du corps. Son époux l’aide à s’allonger et attend plus de deux heures dans l’espoir que ça s’arrange… Voyant que cela ne s’arrange pas vraiment, il finit par appeler les secours. Erreur. Il est trop tard lorsqu’à son arrivée à l’hôpital, l’IRM dépiste un caillot de sang empêchant une partie du cerveau d’être correctement irriguée. Six mois après, elle est hémiplégique et aphasique, c’est-à-dire qu’elle ne peut plus ni marcher ni parler.

Ignorée du grand public, l’ACV touche chaque année 400 000 personnes en France. C’est la troisième cause de mortalité pour l’homme, la deuxième pour la femme et la première cause de handicap acquis de l’adulte.

Quand l’accident se produit, chaque minute est précieuse. Il faut disposer au plus vite du bon diagnostic. S’il s’avère qu’un caillot bouche un vaisseau, il faut pratiquer une thrombolyse moins de trois heures après le début des symptômes. Les caillots sanguins sont alors désagrégés. Avec chaque minute de retard les dommages neurologiques augmentent et deviennent de plus en plus irrémédiables.

JPEG - 36.5 ko
Le retard en IRM coûte la vie à trop de victimes d’accidents vasculaires cérébraux. Ici à Aubagne en 2009, une manifestation de maires, de personnel soignant et de simples citoyens réclamant la modernisation de l’hôpital.
Crédit : agglo-paysdaubagne.com

Or, seul l’IRM permet d’établir un diagnostic sûr et rapide pour évaluer la gravité de l’AVC. La France en manque cruellement.

En 2011, bien que 1200 scanners soient accessibles sur l’ensemble du territoire (ce qui reste insuffisant), en revanche, avec environ 500 appareils, nous restons les bons derniers en matière d’imagerie à résonance médicale. L’Allemagne compterait un appareil IRM pour 47 142 habitants et l’Espagne 1 pour 80 000, contre 1 pour 157 000 en France, qui se classerait ainsi également derrière l’Italie et le Royaume-Uni, d’où un délai d’attente moyen pour les patients dépassant 62 jours en Lorraine et 54 jours en Haute-Normandie, alors qu’il est inférieur à 21 jours en Ile-de-France.

Dans les pays scandinaves, 60 à 70 % des patients AVC sont directement pris en charge par des équipes dédiées, regroupées dans des unités neuro-vasculaires (UNV) équipées d’IRM et formées aux meilleurs soins, alors qu’en France, ils sont moins de 20 %.

Les Schémas régions d’organisations des soins (SROS) pour la période 2006-2011 prévoyaient de totaliser en France 605 appareils d’IRM en avril 2011, alors qu’en réalité les besoins en demandaient 750. « En cas de suspicion d’accident vasculaire aigu, plus de deux patients sur trois n’ont pas eu accès à l’IRM en 2006 », constate le Pr Catherine Oppenheim, du centre hospitalier Sainte-Anne de Paris. Actuellement, notamment faute d’IRM, seulement 1 % des patients bénéficient d’une thrombolyse (qui réduit de 40 % le handicap), alors que 10 % pourraient être concernés.

En 2010, le ministère de la Santé a lancé un plan national d’actions contre les AVC, mobilisant 134 millions d’euros entre 2010-2014. Avec plusieurs objectifs : inciter la population à prévenir, dépister et traiter les facteurs de risques favorisant l’AVC, et réduire le risque de séquelles en apprenant à agir vite face aux premiers symptômes.

Alors que le plan de 2010 projetait de faire passer le nombre d’UNV de 87 en 2010 à 140 en 2011, il est consternant que le mot IRM ne figure même pas dans un document officiel qui ambitionne d’ « augmenter le taux de thrombolyse chez les patients éligibles ».

« Si on veut vraiment se donner les moyens de lutter contre l’AVC, la première priorité est d’avoir des IRM dans tous les hôpitaux de France [2900]. On pourra faire alors le diagnostic partout et par une console de télémédecine, transmettre les images à une unité spécialisée en neuro-vasculaire qui guidera la réalisation de la thrombolyse si nécessaire », estime le professeur Pierre Amarenco du service neurologie de l’hôpital Bichat à Paris, qui déplore que le plan n’offre pas plus de moyens pour l’imagerie.

Or, chaque machine coûte entre 1 et 5 millions d’euros, ce dont se plaint amèrement Dominique Seux, le rédacteur en chef du journal Les Echos, qui semble oublier qu’il s’agit du coût d’un simple rond point, mais un prix qu’on refuse de payer dans le contexte actuel de casse sociale et de mépris général envers « les vieux ».

Pour nous, au lieu d’être une charge, les UNV doivent rapidement être au cœur des unités de neurologie des services hospitaliers, qui doivent disposer d’un plateau technique comportant une IRM prioritaire au service. Aux médecins et personnels hospitaliers spécialisés, il faut adjoindre en permanence une unité paramédicale de haut niveau technologique, opérationnelle en cas d’urgence : des manipulateurs radio disposant d’un plateau de télémédecine pour opérer rapidement. Ces équipes doivent aussi pouvoir assurer une prise en charge du patient 24h/24h, si importante pour réduire le risque de décès ou de dépendance. L’UNV deviendra ainsi non seulement un pôle d’expertise thérapeutique et diagnostique, mais pourra également assurer au jour le jour le suivi du patient, ses traitements médicamenteux et jusqu’à sa rééducation. Les bénéfices d’un tel programme sont bien sûr incommensurables, car il permet de prolonger la vie humaine sans handicap.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • Raymond • 20/11/2011 - 01:43

    Je découvre avec stupeur et incrédulité que la France notre modèle et appui n’a encore un niveau d’opérationnalité optimal en matière d’IRM, malgré l’urgence. Je salue la qualité de l’engagement de ces élus, à décider les gouvernants à des actions idoînes.

    Notre expérience en Côte-d’Ivoire,est de loin plus alarmante. nous ne bénéficions pas encore de cette technologie, prohibitive pour nos états. Je crois savoir que l’OMS s’était proposée d’équiper entièrement un centre d’IRM à vocation sous-régionale et demandait en contre-partie que le gouvernement ivoirien d’alors construisît les locaux évalués à 600m, 914 694,1euros. N’en n’ayant fait priorité, le projet est dans les placards.Alors que les malades sont fauchés, et les plus heureux trainent des séquelles lourdes qu’un plateau adéquat sait prévenir

    Répondre à ce message

  • petite souris • 19/11/2011 - 20:29

    Excellent article très bien documenté et rédigé.
    Simple à comprendre.
    Merci.
    Conclusion n°1 : nozélites se fichent des français, qu’ils appellent selon les cas des citoyens au lieu de compatriotes, d’usagers au lieu de malades.....
    Conclusion n°2 : rien de nouveau de leur part, ils agissent en prédateurs, non responsables et non coupables.
    Conclusion n°3 : nozélites se fichent d’ailleurs de la démocratie, ils font ce que bon leur semble pour eux d’abord en parfaits égoïstes

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Le droit à la santé, une révolution républicaine

16 août 2009
Histoire
Le droit à la santé, une révolution républicaine

Santé publique, hôpital :
tous centenaires et bien portants

1er juillet 2004
Science
Santé publique, hôpital :<br>tous centenaires et bien portants

Santé et population : Qui veut euthanasier l’hôpital public ?

12 mai 2009
Actualité
Santé et population : Qui veut euthanasier l’hôpital public ?

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard