Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Vers l’énergie de fusion, ou comment résister au populisme vert

La rédaction

25 mars 2011 (Nouvelle Solidarité) – Lorsqu’il fait face à une limite, à un problème, l’homme à deux choix : soit il se réfugie dans le passé, soit il développe une nouvelle manière de penser pour voir au delà de ce qui a engendré le problème. Aujourd’hui, si l’humanité capitule face au populisme vert, il n’y aura aucune base économique pour offrir un progrès social à l’humanité, et nous nous condamnerons à une réduction inévitable de la population mondiale.

Dans la droite ligne d’un Jaurès, d’un Einstein et d’une Marie Curie, Solidarité & Progrès a toujours défendu la continuité du progrès de la connaissance au service du développement de la famille humaine. Comme Jacques Cheminade et l’économiste américain Lyndon LaRouche le martèlent sans cesse, la science sous-jacente à la base énergétique de la société doit être en progrès constant pour maintenir un niveau d’énergie disponible par tête et par kilomètre carré correspondant à l’élévation des niveaux de vie, et pour garantir une densité de flux énergétique toujours plus grande afin de réduire la dépendance à des ressources finies.

Plutôt que de savourer un engouement morbide pour un retour en arrière (l’énergie solaire ça date de la chlorophylle – qui fait mieux que nous – et les éoliennes, des moulins à vent), l’humanité doit relever le défi que nous jette cette crise et reprendre sa marche en avant, vers des réacteurs nucléaire de 4e génération dans un premier temps, avec l’objectif de maîtriser l’énergie de fusion ensuite, puis les réactions matière-antimatière un jour.

Nous republions ici l’intervention du physicien Jean Robieux, inventeur de la fusion nucléaire par laser, lors de notre Assemblée générale de juin 2010, suivie d’un débat passionnant avec la salle :


Lire aussi : 2010, année de la fusion nucléaire et cinquantenaire du laser


Voir les 10 commentaires

  • jonsnow • 25/03/2011 - 20:45

    Jusqu’à aujourdhui je suivais régulièrement les news de "solidarité et progrès" car en avance sur les questions économiques et ouvertes sur le social et la culture ; en revanche cette obstination pour le nucléaire a tjs été incompréhensible. Vous auriez soutenu le développement des machines à énergie surnuméraire, l’électromagnétisme, la Z-machine etc, j’aurais applaudi votre courage.
    Mais le nucléaire... En plus avec une phrase de ce genre :

    « Plutôt que de savourer un engouement morbide pour un retour en arrière (l’énergie solaire ça date de la chlorophylle – qui fait mieux que nous – et les éoliennes, des moulins à vent) »

    Mais le nucléaire qu’est-ce c’est d’après vous ? Rien qu’une énorme machine à vapeur... Le danger en plus ! Il est où le progrès depuis le XIXè siècle ?

    Je vous en veux pas pour autant. C’est le propre de l’homme de s’enfoncer dans sa bêtise même lorsqu’il est confondu. Saurez-vous faire votre méa culpa ? Les catastrophes qui s’annoncent au Japon (et celles passées) vous aideront pt-être.
    À bon entendeur.

    ps : passera ou passera pas le commentaire ?

    • gdfontaines • 26/03/2011 - 02:36

      c vrai que l’éolienne pr craquer les molécules ou dans le domaine médical y a pas son 2 (y a pas d’équivalent). De plus s’il a fallu le niveau technique (sous électricité nucléaire) des années 2000 pr obtenir les éoliennes que nous avons (qui soit dit au passage nécessitent l’extraction de terres rares pr leur fabrication) comment ferons nous pr les fabriquer 1 fois que le niveau technologique sera retombé à l’ère des moulins à vent justement ? à moins de trouver d’ici là le secret du mouvement perpétuel, une éolienne permet de fabriquer une autre éolienne qui permet de fabriquer une autre éolienne (de même niveau technique)..etc Ce principe n’existant pas, en entamant ce mouvement nous ne pourrons que décliner (idem, si nous en restions au nucléaire d’aujourd’hui) par contre en se maintenant à un haut niveau de technicité (en faisant des efforts) il me semble que l’on peut faire des découvertes permettant d’augmenter des connaissances pr passer au palier supérieur, de la fission à la fusion par exemple. En fait pour faire de bonnes centrales (dans un monde bon) il est impératif de commencer par arrêter de spéculer afin de mettre nos énergies intellectuelles au service de la recherche pour le bénéfice de tous et non pour le compte quelques castes au-dessus de tout soupçon, d’où l’intervention d’S&P qu’il est temps de mettre sur la table pour ses qualités et sa noblesse. Mais vous allez me dire sans doute, que tout cela n’est que du vent !

    • UN chouka • 26/03/2011 - 08:55

      Bonjour.
      J’ai lu le Vendredi 25 mars 2011,sur "la une " de Claude Reichman (la pensée du jour de l’entreprenant)
      Je crois que les entreprenants,sont peut etre les pire consommateurs d’enèrgie,si nous regardons l’Inde et la Chine d’aujourd’hui ?
      Je lis a peut prés ceci :
      ("15 millions d’actifs du secteur privé font vivre 50 millions de pèrsonnes en Françe(retraités,sans emploi,fonctionaires,enfants).
      Chaque actif a donc 4 pèrsonnes a sa charge(lui meme et 3 autres).
      Et tous ces revenus proviènent de l’activité des entreprises privées .
      Quand l’etat,les aura toutes tuées ,de quoi vivrons les Français ?"")
      Je me demande par ayeur ,combien d’enèrgie avons nous économisé depuis que les industries Françaises sont parties en Asie entre autre ?
      Quel est le nombre de travailleurs Français pèrdus dans ce jeu de finance depuis que la finance s’est mondialisé ?
      Cèrte, le travaileur èsclave d’ici,a toujours ete rakété sous tous les prétextes pour l’enèrgie qu’il donne,mais aujourd’hui,qu’il est devenu beaucoup moins utile,a qui veut ’on faire croire que l’enèrgie est une affaire de morale,puisqu’elle tue autant que les guerre fomentées surement par les puissance de la finance et de l’industrie ,pour se débarasser des géneurs de l’époque et récupérer leurs avoirs,je crois ?

    • UN chouka • 26/03/2011 - 11:18

      Bonjour.
      J’ai lu a "tours solaires"que ce procédé est assez plaisant de mon point de vue bien sur :-).
      Cèrte, les cheminées doivent etre hautes .
      Au milieux d’un parter de capteurs solaires plans,il y a une cheminée qui sèrt a elever les gaz chauffés par ces capteurs plans au sol et les envoyer au dessus de la cheminée .
      Au passage,aux entrées d’air ménagées a la base des capteurs ,il peut y avoir des turbines, qui couplées avec des générateurs élèctriques ,transformeraient ce mouvement d’air assez vigoureux en elèctricité ?
      Salutation.

    • Jean • 26/03/2011 - 18:54

      Vous aussi vous mélangez tout !
      Même pas envie de répondre, tellement le niveau politique de votre commentaire s’apparente à ce qu’on voit à la télé.
      Donc, régressez ! Mais gardez en mémoire que la vie elle-même ne sait pas décroitre.
      La nature a horreur du vide, chaque printemps nous le rappelle.
      Pourquoi devrions nous vouloir échapper à cette règle immuable !
      J’avoue, le niveau intellectuel de beaucoup de mes concitoyens est vraiment très bas, surtout en sciences !
      Hélas !
      Il est loin le pays des lumières.
      Y’en a un paquet qui vont tomber fous si ils vivent l’inversion des pôles magnétiques.
      Le ciel illuminé de vert la nuit, ils vont mettre ça sur le dos de qui ? Des sorcières...
      Mouarf !

    • UN chouka • 28/03/2011 - 07:44

      Je voulais seulement atirer l’attention sur le fait que ce sont encore les travaileurs qui rèstent ,qui font tourner la société èsclavagiste,dans laquelle, les exploiteurs sangsues ne se privent pas d’etre des géneurs virulents,avant d’etre des taxeurs a l’instar des mafias les plus viles , je crois . :’-))
      Les critiques, simplement désagréables qui n’ont aucune valeur positives, ne sont rien d’autre a mon avis que de la pedante méchanceté inutile ,qui révèlent la pèrfidie sans borne des exploiteurs qui n’aiment pas que l’on mette en danger leurs diktats sécurisants .
      Ce n’est meme pas la peine de continuer ,tant la ficelle est usée .

    Répondre à ce message

  • loïc barbarin • 26/03/2011 - 11:04

    S&P l’unique voix de la raison je demande à voir, quant à l’énergie nucléaire et la fusion, les citoyens et contribuables n’y ont-ils pas suffisamment contribués avec le projet ITER ????
    Alors demain fonctionnera sûrement avec l’énergie de fusion mais qu’en sera t’il de la démocratie ? Est-ce parce que nous n’avalisons pas assez rapidement le besoin d’un gouvernement mondial que vous attaquez le soi-disant populisme vert ?
    Défendre toujours et encore plus le système industriel est peut-être votre credo mais n’est-il pas temps de reconnaître aux hommes un droit à un revenu universel d’existence ? Et là je suis sûr que vous pourriez mettre à contribution votre réseau dans les entreprises ! En effet, comme vous le faites très bien remarquer en citant M.Delevoye la société publique est épuisée et a suffisamment payé pour les banques, aux sociétés privés maintenant d’agir.
    Mais là je pense que je me leurre ?!

    • Jean • 26/03/2011 - 18:47

      Loïc, sur votre ton ironique, moi je pense que vous mélanger tout.
      Sans nucléaire, nous n’aurions déjà plus de forêts.
      Peut-être avez vous la chance d’habiter dans des régions ou l’hiver n’est pas froid, mais ce n’est pas mon cas.
      Donc, on a au moins besoin de se chauffer afin de, à minima, créer les conditions de l’hygiène !
      Et oui, S&P est largement raisonnable, à comparer au populisme vert style Duflot qui malgré un DEA de géographie situe le Japon dans l’hémisphère sud...
      Y’a de quoi se bananer devant tant de médiocrité.

    • Ferdinand Cantwell • 27/03/2011 - 17:04

      Vous dites : "reconnaître aux hommes un droit à un revenu universel d’existence"

      Vous tombez dans le piège que Locke tendit à ceux qui rédigèrent la Constitution américaine... Mais c’est Leibniz qui remporta cette bataille :

      Jefferson, inspiré par Locke, voulait introduire dans la Déclaration d’indépendance une référence à « la vie, la liberté et la propriété ».

      Au final, dans cette Déclaration, qui définit les principes - les « droits inaliénables » -, est inscrit l’idée leibnizienne du droit à « la vie, la liberté et la recherche du bonheur ».

      Pour comprendre ce que signifie cette "recherche du bonheur" et ce qu’implique cette Déclaration, je vous recommande cet article :
      http://www.solidariteetprogres.org/article505.html

    Répondre à ce message

  • Colbert_ • 26/03/2011 - 23:22

    Bravo ! pour cette remarquable mise en perspective. On ne surmontera l’imprudence de la Tepco qu’avec des centrales plus sûres, de 4e ou de 5e génération, qui surpassent les énormes machines à vapeur d’aujourd’hui.

    Mais que vient faire Einstein dans cette histoire. Il n’a fait que plagier les théories de Poincaré ( pour la Relativité restreinte ) et de Hilbert ( pour la Relativité générale ). Einstein n’est qu’un nain qui a profité du chauvinisme du jeune Max Planck, c’est le Galilée ou le Newton du 20e siècle.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard