Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

15 novembre - 17 novembre : A la juste colère des gilets jaunes Lire 15 novembre - Le Plan en Chine, une idée neuve pour la France ? Lire 15 novembre - Jean-Christophe Vautrin : L’histoire chinoise des Routes de la soie Lire
AccueilActualité

Ancien ambassadeur britannique : la prétendue attaque russe au « Novichok » est une fraude

JPEG - 48.8 ko

Cela fait la une de nos tabloïdes : « Espion empoisonné, la guerre froide n’est pas finie » (Le Parisien, 16 mars). Orwell disait déjà que pour manipuler l’opinion publique, il faut inverser le sens de mots en disant par exemple que « paix = guerre ».

Or, les médias anglo-américains et les suceurs de roue chez nous, s’alignant sur ceux-là mêmes qui nous ont vendu la thèse d’un Saddam Hussein nous menaçant avec ses armes de destruction de masse, accusent aujourd’hui Poutine de relancer la guerre froide et d’assassiner d’anciens agents russes réfugiés à l’étranger. Les preuves ? On finira bien par en trouver et, si besoin, en inventer.

JPEG - 414.5 ko
L’ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan, Craig Murray.

C’est ce qu’affirme sur son blog l’ancien diplomate britannique Craig Murray. Devenu lanceur d’alerte, l’homme ne manque pas de courage.

JPEG - 84.7 ko

Nommé en 2002 ambassadeur de la Couronne britannique en Ouzbékistan, Murray informe le Foreign Office (ministère britannique des Affaires étrangères) du « caractère fasciste » du régime de Karimov et de son usage généralisé de la torture.

Face au silence de ses supérieurs, le diplomate constate que le MI6 (service secret extérieur britannique) recourt aux tortionnaires ouzbeks pour interroger des prisonniers.

À l’issue d’un bras de fer avec le gouvernement Blair, Murray décide de rendre ces faits publics en publiant un livre, Murder in Samarkand.

Menacé de poursuites, Murray se voit contraint de démissionner. A l’époque, ses révélations confirment l’existence d’un réseau global d’enlèvement, séquestration et torture, mis en place par l’OTAN, la CIA et le MI6 après le 11 septembre 2001 et dont le volet des « vols secrets » vers l’Europe fait scandale.

Voici une traduction exclusive de son message :

L’histoire du Novichok, aussi crédible que les armes de destruction de masse en Irak ?

Par Craig Murray

Récemment (en 2016), le Dr Robin Black, patron de l’unique laboratoire d’analyse d’armes chimiques, basé à Porton Down, et ancien collègue du Dr David Kelly (un autre expert en armes chimiques, retrouvé suicidé après avoir contesté la version officielle de Tony Blair sur les armes de destruction de masse de Saddam Hussein), a publié dans une prestigieuse revue scientifique à comité de lecture, que les preuves de l’existence des Novichocks étaient maigres et leur composition chimique inconnue :

Ces dernières années, il y a eu beaucoup de spéculation sur l’existence éventuelle de certains gaz innervants de quatrième génération, les ‘Novichoks’ (nouveaux venus) (…) Il existe peu d’informations là-dessus dans le domaine public. Ce que l’on a nous vient d’un chimiste militaire russe dissident, Vil Mirzayanov. Aucune confirmation indépendante de la structure ou des propriétés de ce produit n’a été publiée. (Robin Black, Société royale de chimie, 2016)

Aujourd’hui pourtant, le gouvernement britannique s’affirme en mesure d’identifier une substance que son unique laboratoire d’analyse chimique n’a jamais vue et dont il doute de l’existence. Pire, il se prétend non seulement capable de l’identifier, mais aussi de savoir d’où il provient. Vu les affirmations du Dr Black, il apparaît clairement que cette allégation est sans fondement.

Les experts internationaux en armes chimiques partagent l’opinion du Dr Black. L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OPCW), basée à La Haye aux Pays-Bas, est une agence de l’ONU. Voici le rapport de son conseil scientifique où siégeaient des représentants des gouvernements français, allemand et russe. Le Dr Black y représentait le gouvernement du Royaume-Uni :

Le conseil scientifique souligne que dans la convention, la définition de produit chimique couvre tous les produits potentiellement utilisables comme armes chimiques. En ce qui concerne les nouveaux produits non listés dans l’annexe mais pouvant poser des risques d’après la convention, le conseil fait référence aux ‘Novichoks’. Ce nom est utilisé par un ancien chercheur soviétique qui semble enquêter sur un nouveau type d’agent neurotoxique, adapté pour servir d’armes chimiques binaires. Le conseil affirme qu’il manque d’informations pour pouvoir s’exprimer sur l’existence ou les propriétés des ‘Novichoks’. (OPCW, 2013)

En effet, l’OPCW était si sceptique sur la fiabilité de ces Novichoks qu’il a décidé – avec l’accord des Etats-Unis et du Royaume-Uni – de ne pas les inclure, ni leurs précurseurs supposés, dans la liste des substances interdites. En clair, la communauté scientifique reconnaît généralement que Mirzayanov travaillait sur des Novichoks mais doute qu’il ait réussi à en fabriquer.

Du fait que l’OPCW a pris cette position, et si le Royaume-Uni dispose aujourd’hui d’un échantillon de cette substance, il est fondamental qu’il soit soumis à l’OPCW, comme l’exigent ses statuts.

Bien que la presse ne le rapporte pas, la Russie a formulé une demande auprès de l’OPCW pour qu’un échantillon du virus identifié à Salisbury soit mis à disposition des chercheurs internationaux. A l’heure actuelle, il est hors de question pour les Britanniques de le fournir à l’OPCW. On se peut se demander pourquoi…

La deuxième accusation lancée par Theresa May, c’est que seuls certains laboratoires militaires sont capables de produire des Novichoks. C’est tout aussi faux, comme on peut aisément le démontrer. Il faut préciser que les Novichoks, si jamais ils existent, ont été conçus pour être fabriqués n’importe où avec des moyens simples ; c’était une des choses qui les rendaient redoutables. La seule « véritable » preuve de leur existence est le témoignage de l’ancien chercheur scientifique Mirzayanov. Voici ce qu’il en dit :

Il faut garder à l’esprit que les composantes chimiques du A-232, ou leurs précurseurs, ou sa version binaire Novichok-5 sont des organophosphorés ordinaires que n’importe quelle entreprise produisant des engrais ou des pesticides peut produire. (Mirzayanov, Stimson Report N° 17, octobre 1995, p. 21.)

Il est par ailleurs scientifiquement impossible pour le laboratoire de Porton Down d’examiner des Novichoks russes, puisqu’il n’a jamais eu entre les mains d’échantillon avec lequel le comparer. Il peut certes constater qu’un échantillon a la même composition que celle décrite par Mirzayanov, mais celui-ci a publié son texte il y a vingt ans. Ce n’est donc pas une preuve que l’échantillon trouvé provient de Russie. Si Porton Down peut synthétiser un tel gaz, beaucoup d’autres le peuvent et pas uniquement les Russes.

Enfin, Mirzayanov est un nom ouzbek et la production des Novichoks, s’il y en a jamais eu, a eu lieu en Union soviétique mais très loin de la Russie moderne, à Nukus, en Ouzbékistan.

Je me suis rendu personnellement sur le site produisant les armes chimiques à Nukus. Il a été démantelé et sécurisé. Les stocks d’armes ont été détruits et les équipements enlevés par le gouvernement américain. J’étais ambassadeur dans ce pays et je m’en souviens. En fait, on n’a aucune preuve de l’existence d’un quelconque Novichok sur le territoire russe.

Pour résumer :

  1. Le laboratoire anglais de Porton Down reconnaît, dans ses documents, n’avoir jamais vu un quelconque « Novichok » russe. Le gouvernement britannique n’a aucune indication précise, telle que la présence d’impuretés spécifiques, permettant de conclure à une origine russe des substances incriminées ;
  2. Jusqu’à ce jour, ni Porton Down, ni d’autres experts mondiaux de l’Organisation pour la prévention des armes chimiques (OPCW), n’ont la certitude de l’existence même des Novichoks ;
  3. Le Royaume-Uni refuse de fournir un échantillon à l’OPCW ;
  4. Les Novichoks ont été conçus dans le but explicite de pouvoir être fabriqués à partir de produits chimiques ordinaires. Les Américains ont démantelé et étudié les installations supposées les produire. Il est parfaitement inexact d’affirmer que « seuls » les Russes peuvent en fabriquer, alors que c’est à la portée de tout le monde ;
  5. Le programme « Novichok » était implanté en Ouzbékistan et non en Russie. Ce sont les Américains qui en ont hérité suite à leur alliance avec Karimov, et non les Russes.

(Avec un grand merci à des sources qui, pour l’instant, restent confidentielles.)

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • BONIN Stéphane • 16/03/2018 - 19:09

    Eric DENECE (France-Info (radio (et TV ?)) en date du 13/03 à 6 h 05 était également très suspicieux sur les accusations contre la Russie (et les magouilles/"attentats sous faux drapeau" possibles dans cette histoire) . Mais, comme par hasard, sa voix était très tôt le matin, à une heure où peu de gen(s) écoute(nt) la radio...............et à ma connaissance plus audible après, comme par hasard !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Skripal, l’ex-agent russe empoisonné : à qui profite le crime ?

16 mars
Chroniques stratégiques
Skripal, l’ex-agent russe empoisonné : à qui profite le crime ?

Empoisonné de Salisbury : un scénario James Bond made in England ?

15 mars
Chroniques stratégiques
Empoisonné de Salisbury : un scénario James Bond made in England ?

Le « vice-président de la torture » et les « vols de la CIA »

8 décembre 2005
Brèves
Le « vice-président de la torture » et les « vols de la CIA »

L’OTAN partenaire des actes de torture de la CIA

15 décembre 2014
Actualité
L’OTAN partenaire des actes de torture de la CIA

Skripal & Novichok : après le Fake news, le Fake gaz ?

18 mars
Actualité
Skripal & Novichok : après le Fake news, le Fake gaz ?

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard