X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Karel Vereycken - Annulation de la dette : le précédent de 1953

Voici la transcription de l’intervention de Karel Vereycken, lors de la conférence internationale de l’Institut Schiller des 13 et 14 juin 2015 à Paris.

JPEG - 50.1 ko
Karel Vereycken
Crédit : Institut Schiller

Le sujet de cette séance est le crédit productif, par opposition avec l’escroquerie anti-productive de la dette monétariste. Ainsi, l’histoire du « crédit hamiltonien » évoqué par Jacques Cheminade est sans doute la meilleure introduction.

Je dirai deux mots sur la situation grecque avant de passer la parole à Dean Andromidas, qui revient d’une tournée dans la région, puis à nos amis de la Ligue panafricaine UMOJA, qui travaillent depuis longtemps sur le sujet qui nous préoccupe aujourd’hui.

Hier, une fois de plus, comme cela se répète maintenant presque chaque jour depuis des semaines, on annonce qu’un « compromis » est enfin trouvé entre la Grèce et les « institutions », c’est-à-dire la Troïka des créanciers formée par le FMI, la BCE et la Commission européenne. En fait, il n’y a eu aucun accord suite à la visite, samedi, des négociateurs grecs à Bruxelles.

On sent néanmoins que les choses se précipitent et il n’est pas exclu de voir un dénouement dans la semaine qui vient. D’ici jeudi, jour où se tiendra une réunion de l’Eurogroupe à Bruxelles, une solution de compromis doit être trouvée.

JPEG - 514.4 ko
Nouvelle Solidarité N° 4/2015 - Pour vous abonner, cliquez ici.

La Grèce doit rembourser 1,6 milliard d’euros avant le 30 juin. Pour y arriver, elle réclame qu’on lui verse la dernière tranche du plan d’aide du FMI, soit 7,2 milliards d’euros. Seulement, en échange de cette aide, les « institutions » exigent qu’Athènes augmente la TVA et, afin de dégager un excédent budgétaire, baisse les retraites qui « mangent » actuellement 80 % de cet excédent. Et puisqu’on a décrété qu’en science économique, la solvabilité d’un pays est définie par son excédent budgétaire primaire, les idéologues du FMI exigent, pour « rendre la Grèce solvable », qu’on diminue les retraites de gens qui vivent déjà dans la précarité absolue.

Pourquoi prouver que la Grèce « est solvable » d’après les équations choisies par les marchés (c’est-à-dire les banques) ? Non pas pour préserver la valeur des quelque 320 milliards d’euros de dette publique grecque, mais uniquement pour maintenir la fiction absurde que les 6000 milliards de produits financiers (CDS, swaps, etc.) ont encore une valeur ! C’est un peu comme les climatologues qui, pour faire coller leurs modélisations, finissent par inventer les données pour ce faire. Et pour cela, ces institutions financières sont prêtes à tuer les gens en coupant dans la santé et les retraites, uniquement pour préserver les équations mathématiques qui permettent aux agences de notation de donner de bonnes notes à des titres qui ne valent pas un kopeck.

La Grèce a donc bien raison d’affirmer que c’est inacceptable car il existe quelque chose qui s’appelle la réalité. Toute personne saine d’esprit se rend bien compte que si l’on espère que la Grèce rembourse un jour une quelconque dette, il va falloir y créer une activité productive.

Je ne sais pas si vous avez vu ce qui fait la manchette du Monde de ce jour. Ils ont un grand titre affirmant que la Grèce est au bord du défaut de paiement. On se moque du monde, mais enfin, le mot n’est plus tabou. En réalité, les banques qui ont spéculé avec la dette grecque sont en état de défaut de paiement depuis 2012. Évidemment, on le cache et on refile le bébé à des États comme la Grèce. Comme le démontre l’audit de la dette, moins de 10 % de tout l’argent injecté pour « sauver » la Grèce a été utilisé au profit du peuple grec. Le reste n’était qu’un jeu d’écriture pour empêcher la faillite des banques, essentiellement allemandes et françaises.

Il est donc temps d’acter de façon ordonnée la faillite du système, et le gouvernement grec a été très clair et très précis là-dessus depuis le début. Dès 2012, Tsipras, avant d’être élu, a dit que sans une réorganisation, un moratoire ou un effacement partiel de la dette, il n’y aurait aucun moyen de ramener de la vie économique dans le pays.

Pour réduire une dette, il n’existe que quatre procédés :

  1. un moratoire pour une période donnée ;
  2. un rééchelonnement dans la durée ;
  3. un effacement partiel ou total et
  4. une forte réduction des taux d’intérêts qui souvent font boule de neige.

Les précédents existent et sont multiples. Depuis la Deuxième Guerre mondiale, depuis 1946, il y a eu 169 effacements de dettes ou moratoires. On évite d’en parler, car cela pourrait donner des idées à certains…

Quatre cas d’espèce :

  1. En 2001, on a accepté une décote de 65 % sur la dette privée de l’Argentine, un montant proche de 100 milliards de dollars. Le plus grand haircut de tous les temps.
  2. En 2003, lors de la guerre d’Irak, les États-Unis ont annulé une dette jugée « odieuse », car issue d’une dictature dont l’héritage pénalise un peuple qui s’en libère. Malheureusement, après l’effacement de cette dette, les États-Unis ont imposé des privatisations et des réformes qui ont totalement détruit le pays. Annuler la dette, c’est donc utile à condition que cela fasse partie d’une politique globale de reconstruction. En soi, c’est insuffisant.
  3. En 2006, un audit de la dette de l’Équateur a constaté que 85 % de la dette était illégitime et illégale. Il s’agissait de 3,2 milliards de dollars. L’État équatorien a fini par racheter sa propre dette à prix cassé et l’a fait passer par pertes et profits. Et les banques étaient d’accord car tout le monde savait que cette dette ne serait jamais remboursée.
  4. L’autre cas était l’Islande en 2008, dont les banques représentaient dix fois le PIB du pays. Après des paris spéculatifs, elles ont fait faillite, perdant l’argent des déposants hollandais et britanniques. Ces derniers ont été sauvés par les fonds de garantie des dépôts de leurs pays respectifs. Seulement, les Pays Bas et la Grande-Bretagne ont ensuite exigé de l’Islande qu’elle les rembourse. Le peuple islandais est descendu dans la rue et la chose fut abandonnée.

Cependant, le précédent le plus important que Syriza et Tsipras brandissent avec raison comme l’exemple à suivre, c’est la conférence de Londres sur la dette, en 1953. Il s’agissait de l’Allemagne, dont l’économie était complètement plombée par une montagne de dettes datant d’avant la Première Guerre mondiale et du Traité de Versailles.

Eisenhower est élu en novembre 1952. A peine quelques semaines après son inauguration, c’est-à-dire le 27 février 1953, se tient à Londres une conférence internationale sur la dette. Les alliés font confiance au banquier allemand Herman Abs, ancien cadre de la Deutsche Bank. On décida alors d’effacer 66 % des 30 milliards de marks de la dette allemande.

Le principe était très simple, comme je l’ai dit avant. En fait, on s’est laissé guider par quatre règles de base. La première disait que le remboursement annuel de la dette allemande ne devait jamais dépasser plus de 5% des revenus des exportations. Ceux qui voulaient se faire rembourser leurs dettes par l’Allemagne devaient plutôt lui acheter ses exportations, lui permettant ainsi d’honorer ses dettes. C’était donc un plan international et non pas une punition qu’on inflige, comme on le fait aujourd’hui à la Grèce.

Qui a effacé la dette ? A part le Royaume-Uni, les États-Unis et la France, il y avait également la Grèce, l’Espagne et le Pakistan. Par la suite, d’autres pays ont effacé la dette allemande, notamment l’Égypte, l’Argentine, le Congo belge, le Cambodge, le Cameroun et la Nouvelle Guinée, c’est-à-dire pas mal de pays aujourd’hui pénalisés par des dettes…

Le deuxième principe adopté à cette conférence était le choix de traiter la dette privée et publique comme un tout. C’est important. En 2011, on a accordé, devant la juridiction britannique, une décote de 50 % sur la dette privée de la Grèce, mais seulement pour 90 % des créanciers. Ce qui laisse aujourd’hui 10 % de la dette aux mains de fonds vautours qui comptent en tirer un maximum devant les tribunaux britanniques.

Il y a d’autres principes que je n’ai pas le temps de développer ici. En tout cas, le précédent de 1953 est une référence très utile. Après avoir élu Tsipras, les Grecs espéraient que d’autres pays, tels que l’Italie, le Portugal et surtout la France, allaient les appuyer dans cette demande et changer complètement l’orientation austéritaire de l’Europe. Ils cultivaient l’espoir que François Hollande aurait même pu organiser à Paris une conférence européenne sur toute la dette de la zone euro, sur la base des principes à l’origine du « miracle économique allemand » d’après-guerre.

Pour conclure, notons la tribune publiée le 5 juin par Yannis Varoufakis, le ministre grec des Finances, où il demande qu’on prononce un « discours d’espoir » pour la Grèce. De septembre 1944 à 1946, rappelle-t-il, les alliés envisageaient d’imposer le « plan Morgenthau », qui prévoyait la désindustrialisation complète d’une Allemagne renvoyée à son passé pastoral.

Ce plan était la politique officielle des Etats-Unis et de l’Angleterre jusqu’en 1946, lorsque le secrétaire d’Etat américain James Byrnes prononce son fameux « discours d’espoir » à Stuttgart. Il annonce alors qu’on ne va pas appliquer le plan Morgenthau et qu’on ne peut pas punir toute une génération pour ce qu’il s’est passé.

Une autre politique était nécessaire, celle de la reconstruction, car reconstruire l’Allemagne était une bonne chose pour les Allemands et le reste du monde. Varoufakis évoque ce virage historique en disant : voilà ce que nous, les Grecs, nous attendons de l’Europe, et si Mme Merkel veut venir à Athènes prononcer un « discours d’espoir », annonçant une réorientation radicale de toute la politique européenne, elle est la bienvenue !

Merci

Vers les autres discours de la conférence.

Cet article a été repris d'un autre site.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Les 13 et 14 juin, d’éminents représentants de trois des cinq pays composant les BRICS et des pays qui leur sont associés, étaient les hôtes à Paris d’une conférence internationale exceptionnelle de l’Institut Schiller.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard