Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Après Margaret Thatcher, envoyons l’Empire britannique en Enfer !

Nous venons d’enterrer Margaret Thatcher, Premier ministre britannique entre 1979 et 1990. La question qui se pose est : pourrons-nous enterrer avec elle l’Empire britannique, ce cheval fou qu’elle a lâché à toute allure contre la planète, pour briser toutes les lois et institutions républicaines acquises de haute lutte par le combat de Franklin Roosevelt contre la City de Londres et Wall Street, et par toux ceux qui plus tard ont vaincu le nazisme ?

Il y a eu un avant Thatcher, et un après. Entre les deux, c’est le masque hideux de l’Empire britannique qui s’est à nouveau répandu partout, livrant le monde à la loi du plus fort, ouvrant la voie au pillage des populations et des économies par la finance, creusant un abîme entre classes sociales, semant la discorde entre les peuples.

Vous croyez sans doute, comme beaucoup de nos concitoyens, que l’Empire britannique a perdu son lustre et son hégémonie après la Première guerre mondiale.

Bien sûr, cet Empire n’existe plus comme puissance militaire qui occupe des pays, comme à l’époque de l’Inde, de la Chine ou de l’affaire de Suez en 1956. Il existe désormais comme puissance financière qui pille la substance des pays, comme puissance militaire qui attise et mène des guerres de destruction (Irak, Syrie, Libye), comme pourvoyeur d’idéologies d’Empire telles que le laissez faire outrancier et l’écologisme malthusien.

Cette page a été conçue pour vous, pour que vous puissiez commencer à prendre conscience de ce phénomène, et à vous battre vite pour rétablir nos institutions républicaines : réglementation financière, droit du travail, mobilité sociale, souveraineté nationale, justice.

1. Dame de velours pour la finance folle

Margaret Thatcher rentrera dans l’histoire comme le Premier ministre qui a redonné du lustre au très vieillissant Empire Britannique. Mais sur quelle richesse a-t-elle bâti ce renouveau ? Thatcher a totalement lâché la bride à la finance spéculative, provoquant le gonflement cancéreux de la City et de son pouvoir.

Le 27 octobre 1986, en un jour, Thatcher a fait le Big Bang de Londres, la déréglementation de son marché financier : ouverture totale du marché, possibilité pour les étrangers d’acheter des compagnies britanniques à 100%, baisse radicale des coûts des opérations financières. Bref, tout ce qu’il fallait pour attirer un maximum de capitaux et de compétences, avec la volonté de récréer la place de Londres qui trônait sur tous les marchés au XIXe siècle.

Et cela a réussi ! En avril 1992, la part de la Grande Bretagne dans le marché des changes était de 34,1%, contre 21,8% pour les Etats-Unis. Le 17 novembre 1994, La Tribune Desfossés titrait « Tous les chemins de la finance mènent à Londres » et définissait la City comme étant le « Premier marché obligataire mondial, premier marché des changes, premier marché d’actions étrangères ». Aujourd’hui, la City, c’est 50% du trading mondial des actions, 45% des échanges de gré à gré de produits dérivés, 70% des échanges d’euro-obligations et 55 % de toutes les émissions de titres publics !

Mais la City, c’est aussi un paradis fiscal, en association avec les paradis fiscaux proches de l’Angleterre – Guernesey, Jersey, l’Île de Man – et les dépendances directes de la couronne dans les Antilles – les Îles Caïmans, Vierges, Bahamas et autres.

Ajoutons à cela le trading à haute fréquence, centralisé à Londres, qui, combiné aux places financières totalement déréglementées, les « Dark Pools », légalisés par les gouvernements européens en 2007, a redoublé la puissance financière de la City.

2. Dame patronnesse du terrorisme « islamique »

28 pages du Rapport d’enquête de la Commission bipartisane du Congrès américain sur le 11 septembre restent classées secret-défense, malgré les offensives répétées de l’un des rédacteurs de ce texte, l’ancien sénateur Bob Graham. Pourquoi ? Parce que ces 28 pages prouvent l’implication dans les attentats d’un grand ami de la famille Bush, le Prince Bandar d’Arabie Saoudite.

Quel rapport avec Margaret Thatcher ? Le 6 juin 2007, la British Broadcasting Corporation (BBC) a révélé une énorme affaire de corruption et de financement occulte :le producteur d’armes britannique BAE Systems (British Aerospace and Electronics Systems) a versé plus de 2 milliards de dollars de pots-de-vin au responsable de la sécurité nationale saoudienne, le Prince Bandar ben Sultan, ambassadeur saoudien à Washington de 1983 à 2005. Le 11 juin 2007, Panorama TV révélait que ces informations provenaient d’une longue enquête menée par The Guardian, la BBC et l’agence gouvernementale anglaise Serious Fraud Office (SFO) sur les contrats de ventes d’armes Al Yamamah (en arabe : la Colombe), entre BAE Systems et le Royaume saoudien, pour la livraison d’avions de chasse britanniques ainsi que leur maintenance. Ces contrats furent signés en 1985, sous Margaret Thatcher.

Cette alliance entre le Royaume-Uni et ce membre de la famille Saoud, accusé d’alimenter partout des opérations terroristes contre les opposants à cet Empire financier de la City et de Wall Street, est-elle nouvelle ? Pourquoi l’auguste Royaume-Uni s’encanaillerait-il avec de telles amitiés ? Non, cette alliance n’est pas nouvelle. L’Empire britannique a fondé toute sa politique au Moyen Orient, dès le départ au XVIIIe siècle, sur une alliance avec la famille Saoud, fondatrice du Wahhabisme, l’un des courants de l’Islam, si tant est qu’on puisse lui donner ce nom, les plus violents et opposés au progrès. Un courant que l’Empire britannique a mis en selle au détriment de vrais courants islamiques au Proche Orient !

De la même façon, cet Empire reçoit chez lui à Londres tous les tenants de l’Islam radical qui y fondent leurs écoles coraniques pour recruter de jeunes islamistes et y organisent leurs opérations de terreur. C’est là, dans ce fameux « Londonistan », que de nombreuses enquêtes sur des attentats commis dans le monde, y compris en France, conduisent. Bien souvent sans que les enquêteurs puissent trouver des réponses à leurs questions.

3. Dame verte de l’imposture climatique

Outre le libre-échange extrême, l’autre pilier idéologique de l’Empire britannique hérité de Cecil Rhodes est le Malthusianisme : du nom du pasteur anglais Malthus (1766 -1834), c’est l’idée que la démographie croît de façon géométrique alors que l’économie ne peut croître que de façon arithmétique, donc beaucoup plus lentement.

En conséquence, selon Malthus, il faut par tous les moyens – en promouvant guerres, maladies et peur du progrès – réduire la croissance démographique.
Cette idéologie obscurantiste est aujourd’hui dominante en Europe et aux Etats-Unis ! A qui le devons-nous ? D’abord au Prince Philip d’Edimbourg, mari de la Reine d’Angleterre, qui a fondé, avec le Prince Bernhard de Hollande, collaborateur des nazis, le Fonds mondial pour la nature (WWF). A Margaret Thatcher ensuite, qui est à l’origine de la fraude du réchauffement climatique comme étant non pas la conséquence de l’activité du Soleil ou d’autres phénomènes cosmiques, mais d’origine « anthropogène », c’est-à-dire venant d’une trop grande activité humaine !

C’est au départ Sir Crispin Tickell, un proche du Prince Philip d’Edimbourg et ambassadeur de Grande-Bretagne aux Nations unies entre 1987 et 1990, qui incita Thatcher à adopter le thème du réchauffement climatique.

Le 27 septembre 1988, elle déclara à la Royal Society de Londres qu’il était « possible qu’avec tous ces énormes changements (peuplement, agriculture, carburants fossiles) (…) nous ayons involontairement entamé une expérimentation massive sur le système planétaire lui-même » et annonça le lancement d’un « programme étendu de recherches auprès de notre Bureau de météorologie (…) pour l’étude du changement climatique ».

Deux mois après ce discours, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) était mis en place par l’ONU pour évaluer les risques de changements climatiques anthropogènes. John Houghton, conseiller du gouvernement britannique, devint président du comité d’évaluation scientifique du GIEC. Ce sont les rapports établis sous la direction de Houghton qui ont fait autorité auprès du monde entier.

Thatcher jouait l’orgue de Barbarie dont Blair était le singe

Contrairement aux larmes de crocodile versées par la presse internationale suite au décès de la Dame de fer Lady Thatcher, le cinéaste britannique Ken Loach a tenu a remettre avec une ironie toute britannique les pendules à l’heure :

Margaret Thatcher fut le premier ministre le plus diviseur et destructeur des temps modernes : chômage de masse, fermeture d’usines, des communes détruites, voilà son héritage. Elle était une combattante et son ennemi était la classe ouvrière britannique.

JPEG - 32.2 ko

Ses victoires, elle les a obtenues grâce à l’aide des figures politiquement corrompues du Parti travailliste et de nombreux syndicats.

C’est à cause des politiques mises en place par elle que nous sommes aujourd’hui dans le pétrin.

D’autres Premiers ministres ont suivi son exemple, notamment Tony Blair. Elle jouait l’orgue de Barbarie et lui était le singe. Souvenez-vous qu’elle a qualifié Mandela de terroriste et qu’elle a pris le thé avec Pinochet, ce tortionnaire et assassin.

Comment lui rendre hommage ? En privatisant ses obsèques. Faisons jouer la concurrence et allons au moins offrant. C’est ce qu’elle aurait voulu .

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • petite souris • 23/04/2013 - 22:10

    Quel portrait !
    ....du vitriol façon perfide Albion !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

C’est l’Empire britannique, imbécile !

18 avril 2013
Orientation stratégique
C’est l’Empire britannique, imbécile !

Ces Français qui ont ouvert l’Europe aux financiers anglo-américains

1er novembre 2005
Histoire
Ces Français qui ont ouvert l’Europe aux financiers anglo-américains

Inter-Alpha et le complot contre Bretton Woods

8 décembre 2010
Politique
Inter-Alpha et le complot contre Bretton Woods

Paradis fiscaux : l’argent sale au service de l’Empire

27 mars 2013
Economie
Paradis fiscaux : l’argent sale au service de l’Empire

Pourquoi l’Empire anglo-saoudien nous conduit à une guerre mondiale

5 décembre 2012
Politique
Pourquoi l’Empire anglo-saoudien nous conduit à une guerre mondiale

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard