Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

20 novembre - 28 novembre, Forcalquier (04) - L’association « Médiation 04 » vous invite à une conférence de Jacques Cheminade Lire 20 novembre - Dévitaliser les communes comme une dent que l’on veut arracher Lire 19 novembre - Pourquoi S&P soutient les infirmières et infirmiers Lire
AccueilActualité
Articles

« Copenhague : le sommet de tous les scandales », de notre envoyé spécial à Copenhague

Une minorité de résistants, venus de Suède, du Danemark, d’Italie, d’Allemagne et de France, s’est rendue au Sommet de Copenhague pour mettre au défi une majorité de gens, non seulement manipulés, mais de surcroît, conscients de l’être. Comme l’a dit Tony Blair à propos de l’Irak, peut lui importait la vérité, il fallait virer Saddam Hussein. De même pour le réchauffement climatique : peu importe la vérité, il faut régler le problème de la surpopulation (planning familial) et stopper le développement de pays comme la Chine (restriction des émissions de CO2). Or, dès août dernier, l’Australie, premier exportateur de charbon, rejetait la loi sur la taxe carbone… Ce qui jeta un froid dans la préparation du Sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique. Deuxième scandale, deux semaines avant le début du sommet, éclatait le Climategate : la révélation du trafic des données par des membres du GIEC, qui de ce fait durent lancer des investigations sur leurs propres méthodes « scientifiques », mettant ainsi par terre toute la thèse du réchauffement tant décriée par les vrais scientifiques.

Premier scandale, première polémique, premier tract

Mais le climat n’a-t-il pas toujours changé ? N’avons-nous pas des étés, des hivers, alternativement ? Des ères glaciaires, des ères de réchauffement, successivement ? Cet argument peut vous paraître léger, mais nous avons rencontré beaucoup de gens (et, je dis bien, beaucoup) que ce premier argument stupéfia car il n’y avaient tout simplement jamais pensé par eux-mêmes !

Notre premier choc fut de constater à quel point l’entreprise de lavage de cerveau organisée depuis les années 1970, avec le rapport « Halte à la croissance » de Dennis Meadows, a fait entrer la propagande malthusienne de la surpopulation dans la tête des pays les plus vulnérables, en échange de quelques dollars pour mettre en place des ministères de l’Environnement et autres organismes pseudo scientifiques, chargés de suivre les changements climatiques partout sur la planète. Et tous arrivent au même résultat : en effet, le climat change constamment et il faut faire quelque chose. Or ces ONG, organismes ministériels et autres, utilisent ces phénomènes naturels pour faire passer l’idée que ces changements ont un caractère anthropogénique. Ainsi nous avons pu constater avec tristesse que la plupart des délégations venant d’Afrique ou d’autres pays en voie de développement ne sont tout simplement pas capables d’expliquer l’origine de ces changements. Un membre de la délégation du Sénégal nous avoua même que de toute façon, l’Afrique n’avait aucun moyen scientifique de vérifier les données fournies par le GIEC !

Malgré le scandale du Climategate, dans les premiers jours, une atmosphère conciliante régnait, et chacun voulait encore y croire, espérant faire de ce sommet une réussite face au défi climatique. A une condition, que le sujet du Climategate ne soit pas mentionné. Personne ou presque, dans les délégations ou la communauté scientifique, ne voulait débattre de cette affaire. Mais comme le climat, les choses allaient changer. Avec la distribution de notre premier tract,« La fraude du réchauffement climatique mène au génocide ! Adoptons le plan LaRouche pour le développement », les langues commencèrent à se délier et finalement, nombreux sont ceux qui nous ont avoué que peu leur importait de savoir si c’est vrai ou non, l’important, pour les uns, c’était de récolter une aide financière pour leur pays, les autres estimant que de toute manière, il fallait bien que l’homme arrête de se développer et de détruire la nature. Et même, pour les plus suicidaires d’entre eux, pourquoi pas arrêter le Soleil, qui cause un réchauffement de notre planète ?

Deuxième scandale, deuxième polémique, deuxième tract

Notre deuxième tract « Fraude du réchauffement anthropogénique : voulez-vous vraiment une dictature mondiale ? » coïncida avec un changement de dynamique à l’intérieur du sommet. Les questions scientifiques étant mises de côté, l’enjeu réel, politique, s’est imposé de lui-même. Notre intervention constante (plus de 10 000 tracts distribués), des heures de discussions avec toutes les délégations du monde (192 pays présents) et plus d’une dizaine d’interviews, notamment avec les grands médias russes et chinois (Russia Today, Quotidien de la jeunesse chinoise), ont permis d’insuffler, non plus simplement le doute, mais un vent de révolte. Le représentant des pays du G77, le soudanais Lumumba Di-Aping, après le scandale provoqué par la révélation dans la presse du document danois, qui définissait au départ les termes des accords de Copenhague, déclara que « l’Empire occidental » imposait une nouvelle forme de « colonisation atmosphérique ». C’est alors qu’également à l’intérieur, des manifestations éclatèrent, dirigées par des pays comme la Gambie. Des membres des délégations africaines en particulier, mais aussi chinoises et indiennes, vinrent alors nous voir, prenant le temps de discuter avec nous et laissant leurs coordonnées, afin de recevoir des documents sur le Plan LaRouche. Nous avons noué ainsi, dès la première semaine, plus de quatre-vingts contacts, membres des ministères et journalistes du monde entier.

Troisième scandale, troisième polémique, troisième tract

« Génocide ». C’est le titre du troisième tract que nous avons distribué, dès le début de la deuxième semaine, et je dois avouer que le titre me fit un peu peur au début, non du fait de sa véracité, mais des réactions qu’il susciterait. Ce fut pourtant, je le crois, l’une des interventions les plus polémiques que j’ai expérimentées. Polémique dans le sens où nous avons réussi à changer l’environnement. Imaginez : des centaines de représentants, des milliers de personnes faisant la queue pour entrer dans le Bella Center de Copenhague, et au milieu, nous, avec ce tract résumant la véritable intention du sommet : réduire la population mondiale. Monté sur une estrade, un ami allemand se mit à lire le tract aux milliers de gens qui avançaient d’un mètre par heure (certains ont attendu plus de dix heures avant de pouvoir entrer !). Pendant des heures nous avons pu expliquer, tantôt calmement, tantôt passionnément, le nouveau scandale du Sommet : les déclarations de l’Optimum Population Trust, affirmant qu’il fallait réduire la population de 500 millions d’individus d’ici à 2050, ou, en d’autre termes, empêcher tout simplement 3 milliards d’enfants de naître. Nous avons fait en sorte que chacun prenne position sur cette question, en se demandant s’il est vraiment acceptable d’obliger la population à vivre avec le niveau d’émissions de CO2 d’un Afghan (comme Dennis Meadows l’avait affirmé la veille dans le Spiegel). Je ne crois pas avoir jamais vu autant de gens changer, ou du moins, s’apercevoir qu’ils ne se rendaient pas compte de ce qui se passait réellement à l’intérieur, ni quels étaient les enjeux. Beaucoup de délégués, Sénégal, Kenya, Congo, Ethiopie et autres, nous ont dit avoir déjà quitté les tables de négociations et qu’ils commençaient à subir des pressions de toutes sortes.

Quatrième tract : la résolution

Alors qu’en pleine confusion, s’ouvraient les deux derniers jours de négociation en vue de finaliser les accords de Copenhague, nous décidâmes de mettre sur la table la vraie solution, le Plan LaRouche pour sauver l’économie mondiale, titre de notre dernier tract. Beaucoup de délégués furent ravis que nous amenions enfin les solutions, après avoir démontré la fraude de ce sommet. Bon nombre m’ont confié que nous avions fait un sacré travail, qui avait causé beaucoup de discussions et qu’au final, c’est nous qui avions raison quant au vrai problème de notre époque : non pas la surpopulation, mais le sous-développement. Ce soir encore, à la veille de la clôture de ce sommet, plus d’une vingtaine de responsables politiques ou d’autres organisations nous ont laissé leurs « cartes » pour de plus amples discussions, et même deux ministres en exercice (ce qui fait au total presque 150 contacts). Un accord, aussi minime soit-il, sera probablement signé demain, « à la dernière minute comme toujours », m’a confié un membre des Nations unies, mais sera-t-il respecté ? Nous ne l’espérons pas, et nous ne l’attendons pas, car derrière ce sommet, derrière ces beaux discours et ces bonnes intentions affichées, le monde fait toujours face à un effondrement du niveau de vie général, du niveau de santé et d’éducation, et seule une réorganisation du système financier, comme le propose le Plan LaRouche, peut remettre le monde sur la voie de la solidarité et du progrès. Pour ce faire, il faut que cette minorité, que nous représentions au sommet de Copenhague, devienne une majorité, et les prochaines régionales en France seront l’occasion de mettre un terme à la folie qui nous gouverne.


Focus : Victoire à Copenhague !


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • petite souris • 27/12/2009 - 19:51

    La victoire en 4 points : Bravo !

    NB : groënland = pays vert donc il y a eu de la végétation sur cette terre qui est aujourd’hui glacée...!!!

    et cette "terre" appartient au Dannemark non ?

    Répondre à ce message

  • Jean-Gabriel • 21/12/2009 - 19:56

    Félicitations, Sébastien, pour ce travail extraordinaire.
    Bravo à tous.

    Quelle victoire !

    Jean-Gabriel

    • joe • 22/12/2009 - 23:38

      Bravo pour votre travail remarquable et stratégique. Vous avez su assomer l’empire britannique au bon moment et il ne faut pas lui donner le temps de se relever....Il faut consolider la dynamique déclenchée à Copenhague en tissant des liens étroits avec ces pays en voie de développement qui ont rejeté avec fermeté la dictacture mondiale de l’empire britannique.

      Copenhague a crée les conditions pour l’alliance des 4 grandes puissances. La Chine, la Russie, l’Inde ont fait front commun contre l’empire britanique en rejetant son plan visant à établir sa dictacture mondiale. C’est au Etats Unis maintenant de les rejoindre ou de sombrer avec l’empire britannique...J’espère que Obama a compris le basculement de l’ordre mondial et qu’il va en tirer des leçons pour rejoindre l’ordre mondial nouveau, basé sur la souveraineté des nations, qui a émergé à Copenhague...

    Répondre à ce message

  • GUILLET • 21/12/2009 - 23:53

    Bravo
    meme en vaccances uu canada ,j ai suivi toutes vos peripeties .une bataille est gagnee mais pas la guerre !
    il va falloir enfoncer le clou et ne pas s’arreter en si
    bon chemin , Vladimir Poutine en tete .On vous suit car
    l avenir de nos enfants et petits enfants en depend .
    Lyndon laRouche est un sage plein de bon sens et son enthousiasme va galvaniser tous ceux qui en avaient raz le bol de toutes ces rododondances politiciennes .
    cordialement . ph Guillet

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard