Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Le professeur Turley dénonce Obama pour ses viols répétés de la loi et de la Constitution : « Pire que W. Bush »

La rédaction

3 septembre 2012 (Nouvelle Solidarité) – Nous reproduisons ici les extraits d’une entrevue conduite par le cinéaste américain John Cusack pour le site anti-guerre américain truth-out.org, avec le célèbre militant des libertés civiques et professeur de droit Jonathan Turley, concernant les violations répétées du droit et de la Constitution américains par l’administration Obama. Pour ce juriste d’expérience, un constat clair et lourd de conséquence pour la Paix mondiale s’impose : Barack Obama est bien pire que George W. Bush.


Cusack : Je ne sais pas comment on peut croire en la Constitution et la violer autant.

Turley : Il faut dire franchement que le Président Obama n’a jamais été motivé par un principe particulier.

Cusack : S’il accepte volontiers de prêter serment devant Dieu de respecter la Constitution, il n’en hésite pas moins à décider qu’il n’est pas pratique d’un point de vue politique de respecter les règles de droit, ou qu’il est plus pratique d’espionner les citoyens. Il n’hésite pas non plus à demander à son ministre de la Justice de justifier le meurtre de citoyens américains, pour ensuite ajouter, dans la déclaration accompagnant sa signature de la loi autorisant toutes ces dérives : « En fait, je ne vais pas utiliser toutes ces choses parce que je suis un chic type. » On penserait qu’il s’agit là d’une menace beaucoup plus grave qu’un simple choix, bon au mauvais, de politique, n’est-ce pas ?

Turley : Le Président Obama nous a menti. On ne peut pas le qualifier autrement. Il a promis plusieurs choses puis il a ensuite promptement abandonné les principes. Par conséquent, l’argument selon lequel [Mitt] Romney n’est pas meilleur ou pire ne dispense pas l’électeur de faire face à ses obligations. En Obama, ils ont un président qui est allé voir la CIA juste après son élection, pour promettre aux employés qu’ils ne feraient pas l’objet d’une enquête ou qu’ils ne seraient poursuivis pour torture, même s’il avait précédemment admis que le waterboarding ["supplice de la baignoire", une simulation de noyade] était une forme de torture.

Cusack : Avez-vous jamais entendu un argument aussi spécieux que celui qui consiste à dire « il faut qu’on aille de l’avant » ? A quel moment l’application de la loi aurait-elle été optionnelle pour le ministre de la Justice ou le Président ?

Turley : C’est la question clé que personne ne veut soulever. Nous avons un traité, en fait plusieurs traités, qui nous obligent à enquêter et à poursuivre les auteurs d’actes torture. Nous avons prôné ces traités parce que nous voulions insister sur le fait que peu importe qu’il soit opportun de le faire ou non, toutes les nations doivent enquêter et poursuivre en justice les auteurs d’actes torture et autres crimes de guerre.

La raison même pour laquelle ce genre de traités existe est de faire précisément le contraire de ce qu’a fait l’administration Obama. Ces traités disent que l’argument de l’opportunité politique ou de la popularité de poursuites judiciaires ne peut être accepté. C’est pourtant exactement ce qu’a dit le Président Obama, lorsqu’il a annoncé : « Je ne vais pas permettre que soient poursuivis les auteurs d’actes de torture car je désire que nous regardions vers l’avant et non vers le passé. » Ceci n’est qu’une ornementation pour cacher l’évidence : « Il ne serait pas très opportun ou populaire de remplir les obligations auxquelles nous avons souscrit en signant ce traité. »

De fait, le Président Obama a non seulement maintenu la position de George W. Bush dans le domaine de la sécurité nationale et des libertés civiques, il en a même étendu l’application. Il est en réalité pire que Bush sur certaines questions.

Cusack : Pouvez-vous nous dire de quelles questions vous parlez ?

Turley : Un bon exemple est celui de l’ordre qu’a donné Bush de tuer des citoyens américains, lorsqu’il a approuvé le recours à l’usage de drones contre une voiture au Yémen, alors qu’il savait qu’un citoyen américain s’y trouvait comme passager. Plusieurs parmi nous ont dit : « Vous venez en fait de donner l’ordre de tuer un citoyen américain pour pouvoir tuer quelqu’un d’autre. Qui vous a conféré cette autorité ? »

Ils ont alors expliqué ce geste en prétextant que ce citoyen n’était pas la cible prioritaire, que ce n’était qu’un dégât collatéral. Et plusieurs parmi nous ont alors pensé que c’était un argument plausible.

Cusack : Soit dit en passant, nous oublions que le fait de tuer même un citoyen étranger est contre la loi. Je déteste être aussi naïf...

Turley : Obama a surpassé Bush. Il a ordonné l’assassinat explicite de deux citoyens américains et est allé plus loin en mettant de l’avant une politique qui lui permet de tuer tout citoyen américain, lorsqu’il détermine lui-même, de manière unilatérale, qu’il constitue une menace terroriste. Alors que Bush tuait à titre de dégât collatéral, Obama a formalisé la chose. (…) La manière dont cela fonctionne est que vous avez ce panel invisible. Bien sûr, les délibérations sont secrètes. Les gens qui sont placés sur la liste des cibles n’en sont pas informés, évidemment.

Kusack : Ce n’est pas très poli, n’est-ce pas ?

Turley : Non, ce n’est pas très poli. La première fois que vous en êtes informé, c’est lorsque votre voiture explose. Cela ne laisse pas beaucoup de temps pour que les procédures soient respectées. Mais la chose importante avec l’administration Obama, est que c’est bien plus prémédité et sophistiqué comme manière de s’arroger certains pouvoirs. Bush tendait à agir dans la précipitation et à laisser quelques dégâts sur les côtés. Obama réclame au contraire ces pouvoirs et a fait en sorte de formaliser ces mesures pour en faire une procédure d’assassinat à part entière. Il a utilisé la terminologie du droit pour légitimer les assassinats extra-judiciaires.

Cusack : Oui, en abattant la barrière du droit pour faire passer son réalisme politique, son réalisme constitutionnel, selon lequel la Constitution n’est que le moyen d’une fin, une finalité politique qui lui est favorable. Donc, s’il n’est pas opportun pour lui de faire appliquer la loi, de s’occuper de la question de la torture, pourquoi alors s’encombrer de telles questions ? Le Président est un homme occupé. La Constitution n’est qu’un autre document pouvant être utilisé à des fins politiques, n’est-ce pas ?

Turley : Exactement. J’ai entendu des personnes dans l’administration discuter d’une chronique que j’ai écrite il y a quelques semaines à propos de cette politique d’assassinats. Essentiellement, elles disaient : « Attendez !, vous ne nous accordez pas le bénéfice du doute. Holder [Eric, le ministre de la Justice], a dit dans son discours que nous respectons une analyse constitutionnelle. Et il y a des normes que nous appliquons. » C’est argument est incroyablement séducteur, mais il y a là-dedans une faille intellectuelle incroyable. Peu importe ce qu’ils font, ont ne peut le qualifier de processus constitutionnel. (...)

Cusack : A partir de quand cela devient-il criminel ?

Turley : Les rédacteurs de la Constitution savaient ce que c’était que de voir des souverains tuer des citoyens sans respecter la procédure. Ils le faisaient tout le temps au 18ème siècle. Ils ont par conséquent écrit une constitution explicitement pour empêcher qu’émerge une autorité unilatérale.

On cite souvent James Madison disant que si tous les hommes étaient des anges, aucun gouvernement ne serait nécessaire. (…) Madison et les autres rédacteurs ne voulaient pas se fier à des promesses de bonne motivation ou de bonne intention de la part du gouvernement. Ils ont créé un système au sein duquel aucune branche n’a suffisamment d’autorité pour gouverner à elle seule, ils ont mis en place un système de partage et d’équilibre des pouvoirs.

Par conséquent ce qu’Obama est en train de faire est de réécrire le principe le plus fondamental de la Constitution américaine. Tout le discours de Holder était de dire que nous sommes vraiment des chics types qui prennent tout cela très au sérieux, et vous pouvez donc nous faire confiance. C’est exactement l’argument qu’ont rejeté les rédacteurs de la Constitution, le principe de gouvernement basé sur le « faîtes-moi confiance ».

Vous noterez que lorsqu’on a posé la question à Romney, il a répondu : « J’aurais signé la loi, car j’avais confiance en Obama, qu’il ferait la bonne chose. » Ils utilisent tous deux le même argument. Les rédacteurs de la Constitution avaient pourtant prévenu les citoyens : « Il ne faut jamais accepter cet argument de la part de votre gouvernement. »

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • petite souris • 03/09/2012 - 22:47

    Obama, adoubé prix Nobel de la paix, se permet donc de mentir, de tricher, de tuer .....
    Normal il est au-dessus de tout cela !
    Les sages du Nobel lui ont donné l’autorisation ......

    Il est persuadé d’être le maître du monde et le fait savoir
    C’est un homme dangereux pour l’humanité toute entière

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Syrie, Iran : le général Dempsey et le député Walter Jones haussent le ton contre les plans de guerre d’Obama

1er septembre 2012
Actualité
Syrie, Iran : le général Dempsey et le député Walter Jones haussent le ton contre les plans de guerre d’Obama

France Info se paye Obama le seigneur des drones

7 juin 2012
Brèves
France Info se paye Obama le seigneur des drones

Guerre des drones, cyberguerres, fuites de renseignement, Obama risque la destitution

11 juin 2012
Brèves
Guerre des drones, cyberguerres, fuites de renseignement, Obama risque la destitution

Histoire drone : la dangereuse militarisation du régime Obama

20 octobre 2011
Actualité
Histoire drone : la dangereuse militarisation du régime Obama

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard