Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

15 novembre - 17 novembre : A la juste colère des gilets jaunes Lire 15 novembre - Le Plan en Chine, une idée neuve pour la France ? Lire 15 novembre - Jean-Christophe Vautrin : L’histoire chinoise des Routes de la soie Lire
AccueilActualité
Campagne

Opération Léo Lagrange : sauver les jeunes et le sport, vite !

Je serai avec le peuple. Si je vais de l’avant, suivez-moi.
Si je reste en arrière, lâchez-moi. Si je tombe, vengez-moi.

– Léo Lagrange, ministre du Temps libre, pacifiste et soldat

Oui, il y a aujourd’hui une crise financière qui détruit la substance économique du pays, mais c’est l’aboutissement d’une longue agonie qui s’appelle la désintégration culturelle de la société. Les premières victimes sont les jeunes : stigmatisés, abandonnés, laissés à leur propre sort dans une société qui ne croit pas en leur avenir. Le sport, instrument indispensable de santé, d’épanouissement, de défi intérieur et de cohésion sociale, est devenu la courroie de transmission de la corruption financière. Mais la jeunesse n’est pas un problème à gérer, c’est un réservoir de promesses qui, suscité et employé, préparera l’avenir d’une civilisation pour l’instant en péril. Il ne s’agira pas de leur trouver des occupations et de combler les vides, mais de les ouvrir au monde, leur offrir les opportunités de le connaître pour qu’ils s’emploient par eux-mêmes à le changer. Le défi est d’autant plus urgent que la corruption, les scandales, les convulsions monétaires, l’instabilité internationale et le chômage se saisissent du monde comme si l’on vivait un retour aux années 30. La paix et la justice sociale ne pourront être conquises sans cet élan du cœur et de l’esprit qu’est la formation de la jeunesse. Vite.

Léo Lagrange...

..est le nom d’un stade, d’une piscine, d’un gymnase, d’une rue, mais c’est surtout celui du « ministre des jeunes » du Front populaire. Dépourvu de moyens et de structures, ce jeune député socialiste a accompli de grands miracles en peu de temps pour tenter de sauver une jeunesse en proie à l’embrigadement et à la misère. Pendant les élections législatives de 1936 qui menèrent à la victoire du Front populaire, Lagrange prévenait : « le grand débat ouvert sera : République ou fascisme, liberté politique et justice sociale ou dictature des oligarchies financières »... La haine raciale gangrénait la société et le niveau de vie des salariés avait baissé de 20% avec la politique d’austérité de Pierre Laval. A l’extérieur, le fascisme prenait brutalement l’ascendant, annonçait la guerre et préparait la jeunesse à la faire.

Du vaste progrès technique et des grands acquis sociaux émergeait un phénomène nouveau : le temps libre. Si aujourd’hui il est devenu une évidence de la vie quotidienne pour la plupart d’entre-nous, l’enjeu est toujours le même : est-ce un temps à occuper pour éviter de penser ou un moment privilégié d’émancipation pour repenser le monde et la vie que nous y menons. Les Etats fascistes avait bien saisi l’ambiguïté et tranchèrent : il faut occuper la jeunesse pour l’empêcher de s’émanciper, lui imposer brutalement la loi du groupe et de l’Etat suprême. Lagrange et ses amis prirent le parti de redonner au peuple le sens de la joie de vivre, le sens de la dignité. L’enfant n’est pas une créature que l’on dresse pour servir un système, barbare ou non, mais c’est un individu créateur d’une innovation sociale, culturelle et économique dont seule la permanence peut assurer la survie d’un peuple civilisé. Loin de la forme quasi-antique du fascisme, aujourd’hui les loisirs sont pourtant réduits à une somme de divertissements organisés par des forces marchandes, qui ne nous fournit aucun élément de réponse lorsque l’on s’interroge sur le sens de notre vie.

Le sport aujourd’hui

Certes, le grand défi de Lagrange était de démocratiser le sport, jusque là réservé à une élite, ce qui aujourd’hui n’est plus à faire. Mais le sport de 2010 est dominé par le sport-bizness dont les standards sont la corruption, la triche, l’argent, l’égocentrisme et l’abaissement de la personne humaine. Déjà en 1936, l’argent eut tôt fait de s’emparer de ce formidable vecteur de profit. Le professionnalisme a installé l’argent aux commandes du football, du cyclisme, de la boxe au début des années 1930, engendrant ce que l’on appelait dès 1932 le « surentraînement » et le dopage. « De toutes mes forces et quelles que soient les critiques, parfois sévères, dont mon action pourra être l’objet, je m’opposerai au développement du sport professionnel dans notre pays. Je détiens du parlement la charge de servir l’intérêt de toute la jeunesse française et non pas de créer un nouveau spectacle du cirque », expliquait Lagrange en décembre 1937. Et lorsqu’on lui proposa de financer son projet de sport pour tous en étendant les paris mutuels aux compétitions sportives, il rétorqua avec conviction : « Je ne confonds pas chevaux et athlètes » ! C’est pour la même raison qu’il prit la défense des sportifs professionnels en les incitant à se syndiquer, en tant que salariés, face à la toute puissance des « marchands de muscles ». Que dirait Léo Lagrange aujourd’hui que nous avons bradé le football aux bookmakers avides de profits et faisant du sport l’instrument ultime de la cupidité ? « Je voudrais assainir certains milieux sportifs et arriver à la moralisation du sport professionnel. (…) Il ne faut pas que la commercialisation du sport devienne néfaste au point de le détourner de sa véritable destination qui est de faire à l’individu une âme meilleure dans un corps enrichi. » « Je crois que le jour où l’on a admis que le jeu sur le stade pouvait être l’occasion de profits importants, on a fortement atteint la moralité du sport. » Où est la dignité d’un sportif qui ne voit la société qu’à travers les vitres de sa Ferrari lorsqu’il sort de son ghetto de riche pour aller au stade se faire applaudir ou siffler ? Et qu’en est-il de la dignité de l’enfant de smicard qui en fait un icône ? Où est la joie du sport lorsque l’obsession des jeunes sur le terrain est de ressembler à ce nouveau surhomme ? Où est la moralité lorsque les intérêts financiers ont pris l’ascendant sur les clubs et le projet sportif ? Que devient le sport amateur face à ces mastodontes et à la corruption financière et morale qu’ils répandent ? Que dire du trafic de milliers d’enfants-esclaves africains à qui l’on fait miroiter la fortune sur les stades de football européens ? Et le dopage, triche généralisée que l’on fait semblant d’ignorer ?

A l’heure où Nicolas Sarkozy et les pontes du sport-bizness français se félicitent d’avoir remporté le droit d’organiser l’euro 2016 de foot (en payant des enfants pour jouer la comédie devant une commission déjà bien arrosée), on est content de faire entendre la parole d’un Lagrange mort au combat pour sauver la liberté de ce peuple qu’il aimait : « Pas de crédit pour les stades où 50 000 spectateurs contemplent 20 ou 30 acteurs (...) Au lieu de bâtir à grand frais des stades magnifiques, des stades décoratifs qui appellent des parades officielles, je préférerais voir partout encore de simples terrains de sport, des piscines, des pistes de course à pied. Au lieu d’un sport athlétique, je voudrais un sport humain ».

Pour Lagrange, le sport intervient comme un élément à part entière de la formation du citoyen et il ne voyait pas d’opposition entre l’activité sportive et le développement intellectuel des jeunes ; à condition de promouvoir le sport comme un renforcement de la capacité de jouer et d’agir ensemble, et non comme l’exploit d’individualités en compétition permanente.

Alors que faire ?

L’argument bien connu du lobby de l’argent dans le sport est que si la loi ne favorise pas leur activité, la concurrence étrangère ruinera le sport français. Après le triste spectacle donné par l’équipe de France en Afrique du Sud, on se demande bien s’il y a encore quelque chose à ruiner dans le football français de « haut niveau ». Les « too big to fail » du football européen comme le FC Barcelone, le Milan AC, la Réal, Chelsea ou United sont autant criblés de dettes que nos grandes banques et dans les deux cas, ce n’est pas l’argent du crime qui va les sauver d’une inéluctable faillite. Une fois cette bulle financière et parasite naturellement dégonflée, le sport reprendra sa place, à l’image des médaillés amateurs de l’équipe de France d’Athlétisme lors de sa participation exceptionnelle au championnat d’Europe ; des sportifs exemplaires qui, comme Myriam Soumaré, vivent simplement, au milieu des gens, sans prétention ni narcissisme, et qui attirent les jeunes vers une pratique humble du sport. Dans un élan politique nouveau, équivalant en puissance de changement au Front populaire de 1936 et au New Deal de Franklin Roosevelt, le sport retrouvera sa place dans la société, au sein d’une politique des loisirs qui donne réellement l’occasion aux jeunes d’accéder au meilleur de la culture humaine et d’explorer l’étendue des œuvres de ceux qui les ont précédés. Parce que les jeunes sont ceux qui nous succéderont, ils doivent être le cœur d’une nouvelle politique mettant au rebut la spéculation, l’égoïsme et le fatalisme. Ce n’est pas une question d’opinion, c’est une question de survie. Il est temps de faire quelque chose pour ressusciter l’espoir, le goût de la vie et relever la condition humaine.

Connaître Léo Lagrange :
  • Léo Lagrange de Pierre Mauroy, Editions Denoël (1997)
  • Léo Lagrange, l’artisan du temps libre de Yann Lasnier, Editions Bruno Leprince (2007)

La politique de Léo Lagrange et de son ami André Malraux était au cœur du projet présidentiel 2012 de Jacques Cheminade :

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • petite souris • 07/08/2010 - 21:32

    Excellente analyse !

    Que les dirigeants du foot ou du cyclisme lisent ce texte ainsi que certains hommes politiques toujours présents pour se montrer dans les stades aux côtés des vainqueurs comme pour "récupérer" une part des bravos !!!!!!!!!!!!!

    • didier marchal • 01/12/2010 - 10:40

      Il faut encourager ce genre de prise de positions qui resituent le sport à sa vraie place, celle d’une culture corporelle enrichie par des valeurs sociales qui ne peuvent être celles du spectacle, de la finance et donc des réalités de la vie quotidienne.

      Professeur d’éducation physique et sportive, je reste un sportif pratiquant et convaincu. Ce qui ne signifie nullement dévotion aux perversions de toutes sortes : financières, biologiques etc.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Léo Lagrange : l’individu historique peut tout changer

13 décembre 2010
Actualité
Léo Lagrange : l’individu historique peut tout changer

L’Art et la Science au Peuple ! n°1 : Lagrange et Malraux

20 septembre 2011
Vidéo
L’Art et la Science au Peuple ! n°1 : Lagrange et Malraux

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard