Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Belgique : le lobby bancaire vent debout pour saboter Glass-Steagall

Alors qu’une partie de la classe politique belge envisage avec sérieux et détermination la perspective d’une séparation stricte entre banques d’affaires et banques de dépôts, le lobby bancaire est désormais vent debout pour empêcher ce qu’il considère comme un cauchemar absolu : la séparation stricte des banques.

Comme le disait le banquier progressiste Eric de Keuleneer dans La Libre Belgique :

Le lobby bancaire s’organise très efficacement et d’une manière internationale. Et même si la Belgique n’est pas un grand enjeu, les grandes banques veulent surtout éviter un précédent. Et si un pays, même un petit pays comme la Belgique, appliquait une réforme de ce genre et qu’elle donne de bons résultats, cela pourrait être un exemple pour d’autres. Je crois que le lobby bancaire fait de très grosses pressions.

Après tout, en Belgique, il n’existe plus que deux banques susceptibles d’être coupées en deux : Belfius (les dépôts belges de Dexia rapatriés dans une nouvelle structure de banque « universelle ») et la Kredietbank Banque de Crédit (KBC).

JPEG - 152.7 ko

Sur son blog, le député NV-A Peter Dedecker se livre à une défense passionnée du modèle bancaire actuel mélangeant trading, crédits et dépôts. Mais dans un article publié dans De Tijd, il pousse le bouchon beaucoup plus loin en accusant directement le Parti socialiste (PS francophone) de conspirer contre la très grande et belle banque (flamande), la KBC.

Dès le 2 décembre, le PDG de BNP Paribas Fortis Herman Daems, toujours dans De Tijd, estimait qu’il serait grotesque que la Belgique aille plus loin que les propositions européennes dont on attend toujours la couleur.

Plus sérieux, le PDG de la KBC, Thomas Leysen, également PDG d’Umicore, plaide pour une « réforme bancaire pas trop sévère » dans le quotidien flamand, De Standaard. Leysen, bien conscient qu’il préside le dernier groupe financier dont l’épicentre décisionnel est en Belgique,« s’étonne du manque de nuances et du ton dogmatique » du débat en cours.

Reconnaissant que le secteur bancaire a commis un certain nombre d’erreurs graves en 2008, Leysen nous prie aujourd’hui de faire la différence « entre la mentalité en vogue à la City et à Wall Street et la banque-assurance tel qu’on la pratique chez nous », supposément plus sage, mais vendant, avec bien plus de précautions, les même produits que là-bas. Les coûts des plans de sauvetages bancaires doivent être nuancés, affirme-t-il. Si Dexia reste un gouffre pour l’Etat, le plan d’aide à la KBC rapportera 5 milliards d’euros aux contribuables, ose-t-il.

Que le gouvernement veuille empêcher les banques de spéculer avec l’épargne des gens, rien de plus normal. Seulement, c’est quoi « la » spéculation ? Dans un monde où tous les marchés sont dérégulés, les produits dérivés s’imposent comme des instruments financiers capables de protéger les producteurs contre les risques.

C’est là où M. Leysen, pourtant banquier, devrait examiner les chiffres. D’après des analystes cités dans Le Monde, la valeur notionnelle des dérivés, au premier trimestre 2013, s’élevait à 693 000 milliards de dollars, soit dix fois le PIB mondial ! A priori, cela fait cher comme assurance. Ensuite, 78 % des dérivés sont des dérivés sur taux d’intérêt. Selon la BRI, sur les 5 300 milliards de dollars échangés tous les jours sur le seul marché des changes, seuls 7 à 8 % seraient utilisés par des opérateurs finaux non financiers souhaitant réellement se prémunir contre les risques... Comme quoi l’argument de M. Leysen est un peu léger...

Rappelons également que la dérégulation des taux fut imposée par les mêmes banques qui proposaient par la suite des assurances justement contre le risque qu’elles avaient elles-mêmes organisé. Non satisfaits de faire beaucoup d’argent avec cela, comme les condamnations récentes le prouvent, les taux de référence (Libor, Euribor, etc.) furent fixés en secret entre les grandes banques, afin de pouvoir gagner encore plus !

M. Leysen manque d’un minimum d’autocritique. Rappelons qu’en mai 2008 une petite tempête politique avait secoué la Belgique quand la presse avait révélé que KBC vendait des assurances-vie indexées sur le prix galopant des denrées alimentaires, notamment le blé, le sucre, le maïs, le soja, le café et le cacao. Sur sa plaquette, la banque qui vantait le produit clamait haut et fort : « Tirez avantage de la hausse du prix des denrées alimentaires ! »

Si nos banques ne peuvent plus vendre des dérivés à nos producteurs de pommes de terre, avance Leysen caressant le cliché d’une Flandre du passé, c’est les horribles banques étrangères implantées en Belgique qui le feront, affirme-t-il.

Sur ce point, Leysen n’a pas entièrement tort. Un « Glass-Steagall » belge ne sera qu’efficace que s’il réussira à catalyser un « Glass-Steagall global » et une mise en échec organisée des Empires financiers de Wall Street et de la City.

Et M. Leysen poursuit :

Ce qui m’inquiète encore plus, est le fait que certains ministres et partis politiques – si l’on en croit la presse – veulent aller encore plus loin (…) C’est le scénario d’une séparation totale entre les activités de trading et de dépôts. Un tel cantonnement dans un véhicule juridique à part – mais hors du cercle de consolidation – est l’objectif de certains. Mais est-ce bien réaliste dans le contexte belge ? Une banque d’affaires ne peut que fonctionner que si elle dispose de fonds propres conséquent.

En clair, déplore M. Leysen, si la loi est « trop sévère » si c’est la séparation stricte des banques qui est adoptée, c’est la catastrophe.

Ce qu’il oublie, c’est que le krach est devant nous et non derrière et que demain, les banques à qui on fera confiance, ce seront celles qui se seront débarrassées des produits à haut risque. Le but d’une vraie banque, c’est de réduire les risques et non pas d’en faire son beurre.

Voir le commentaire

  • petite souris • 18/12/2013 - 18:40

    Une banque d’affaires ne peut que fonctionner que si elle dispose de fonds propres conséquent.
    soit !
    MAIS
    pas avec l’argent volé au peuple !
    Là est toute la différence !
    le raisonnement est bon mais la réalité est mensongère
    Ils trichent nous mentent et nous volent ce sont des raisonnement de pantoufles !
    Il semblerait que le droit international stipule qu’un état peut décider de manière unilatérale de ne pas rembourser sa dette souveraine et de ne pas remplir ses obligations financières si le fait de les remplir implique des sacrifices trop importants à sa population au nom d’un principe qui s’appelle : l’état de nécessité , ce principe rejoint le principe général du droit international qui dit clairement : les droits humains sont supérieurs aux droits des créanciers !
    Ils le savent !
    nozélites doivent donc mettre en oeuvre ce principe de l’état de nécessité !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard