Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Ce 18 juin… ou la vraie combativité dans le combat politique

La rédaction
JPEG - 27.6 ko

Nécessaire réflexion pour vaincre le fascisme et ses maîtres aujourd’hui :

par Eric Sauzé.

Venant de lire un livre de Maurice Schumann (né en 1911, mort en 1998, une des principales voix de la France Combattante à Radio Londres pendant la Deuxième Guerre mondiale), intitulé Un certain 18 juin (Omnibus, 1998), je me suis dit que je devais vous en faire part.

En effet, la créativité dans le politique relève strictement de la même nature que celle qui opère dans la science et les arts, et c’est à un « festin de créativité », si inspirateur pour notre temps de commémorations (1914, 1944), mais aussi de crise gravissime, que l’auteur nous convie.

Si cet ouvrage date de 1980 (40 ans après les événements, et il y a 34 ans déjà !), il relate de manière originale et puissante, ce jour de l’appel qu’on a qualifié, à bon droit, d’« historique », mais qui fut si discret dans son retentissement « médiatique » immédiat (comme on dit abusivement aujourd’hui). Ce livre n’a pas pris une ride. Il sait communiquer de manière extrêmement vivante, et donc bouleversante, le sens de l’action, pour qui prend au sérieux la nécessité d’agir aujourd’hui pour changer les choses. Il jette le lecteur sérieux dans le torrent à la fois tumultueux et rafraîchissant de l’histoire en marche, où nager pour y intervenir devient à la fois une nécessité et un plaisir.

On peut ne pas nécessairement se reconnaître dans tout ce qu’a dit ou fait Maurice Schumann (ce qui est mon cas). Son action pendant la Deuxième Guerre mondiale n’en demeure pas moins remarquable, commencée, notons-le, à 29 ans, âge où beaucoup se complaisent encore dans la fausse insouciance de ce qu’on appelle de nos jours, « l’adulescence », syndrome qui frappait déjà à l’époque, mais plus encore aujourd’hui. Modeste, mais sûr de son fait, l’auteur sait donc de quoi il parle ; il le fait avec cette autorité si naturelle à ceux qui ont « fait l’histoire » en toute simplicité, sans ostentation, mais avec courage. Cette étude en prend du coup une épaisseur remarquable.

Schumann y procède à une sorte de ’tour du monde’ de la journée historique du 18 juin. Il nous présente celle-ci telle que l’ont vécue, pensée et menée : Hitler, Mussolini, Pétain, Churchill, Roosevelt, Staline, Yonaï (Premier Ministre japonais), Franco, le général Noguès, Résident Général du Maroc, alors protectorat français, et les Parisiens.

Bien sûr, l’ombre portée de Charles de Gaulle, de son action ce jour même, de son célèbre appel et de ses répercussions historiques, est omniprésente. Mais le plus frappant est ailleurs : dans cette ’certaine idée’ de la France, si souvent mal comprise, que nous devons reprendre en main aujourd’hui pour demain.

Et, surtout, l’auteur dévide le double fil rouge, qui traverse tout ce livre palpitant et qui est brillamment exposé dès l’entrée :

  1. la conscience qu’ont les dirigeants fascistes et nazis de la fragilité de leur victoire, et même, pour certains, de la fatalité de leur défaite, et
  2. dans le même temps, comme en contrepoint, la mobilisation, à travers le monde, des émotions et de la raison de leurs ennemis, les acteurs de la victoire à venir, ce qu’on a pu appeler « le sursaut ».

Ainsi, le récit met le lecteur dans une position double, simultanée : celle du spectateur (avec le recul panoramique et historique que le déroulé implique) ET celle de l’acteur (avec la passion que suscite le vécu de l’action qui se fait en direct). Du coup, cette expérience double, « polyphonique », éveille en nous cette excitante sensation de la liberté dans l’action « qui se déplie », pour ainsi dire : l’émotion unique et intense de l’acte créateur, qui donne le goût d’agir.

Voici comment, étonnamment, s’ouvre le livre, dans son premier chapitre, consacré fort significativement à l’entrevue d’Hitler et Mussolini à Munich ce jour « fatal » (dans tous les sens du terme) :

J’ai perçu dans le peuple allemand les premiers germes de la défaite.’ Cette phrase est tombée des lèvres d’un personnage très célèbre, Benito Mussolini, le soir du 18 juin 1940, presque à l’heure même où quelques centaines de Français entendaient pour la première fois la voix d’un général à peu près inconnu. C’est Galeazzo Ciano qui recueille la boutade... ou la prophétie de son beau-père et s’empresse de la transcrire dans son Journal politique.

Il y a un autre point fondamental dans cette double entrée percutante, telle que Schumann la met en scène : S’il a choisi de commencer sa description par l’entrevue entre les deux dictateurs, c’est pour nous frapper. Nous l’avons vu, il nous montre, chez les chefs fascistes et nazis —apparemment maîtres de -presque- tout et les vainqueurs du jour—, la conscience, non seulement de la fragilité de leur « victoire » (on est le 18 juin 1940, quand même, et la France est écrasée à la suite d’une guerre éclair dont la rapidité a surpris les Allemands eux mêmes), mais aussi de l’inéluctabilité de leur échec. Ceci est déjà choquant en soi, pour qui en reste à la surface des choses.

Mais, dans son vaste panorama d’un jour, extrêmement documenté, par lequel il décrit les actions mais scrute aussi la psychologie des acteurs du drame, Schumann va plus loin : en optimiste combattant, il nous montre que, si le mal peut détruire (et souvent beaucoup, hélas), précisément parce qu’il n’est QUE destructeur, il ne peut jamais « gagner », à la fin.

L’autre point, lié au premier, et appelé par celui-ci, est une leçon pour nous autres, en 2014, pour tout combattant sérieux pour la liberté : ne jamais se laisser piéger par la culture castratrice de l’oligarchie porteuse de ce mal (songez à l’« opinion » instillée dans la population par cette caste « dominante », qui induit nos contemporains - et peut-être parfois vous mêmes ? - à penser ou dire, face au combat que nous menons à Solidarité & Progrès, ce type de commentaire impuissant : « c’est bien beau, tout ça, mais vous n’y arriverez jamais, on ne peut rien faire, ’ils’ sont trop forts », nous ne sommes pas assez,…).

Effrayée par le potentiel de révolte qui gronde dans le peuple (et de plus en plus ces jours-ci)contre ses politiques meurtrières et contre nature, cette caste veut nous maintenir le nez enfoncé dans le pessimisme des fausses apparences, qu’elle choisit de nous montrer, pour nous jeter dans des voies sans issue (populismes rageurs et impuissants, par exemple).

Notre défi de tous les instants doit donc être, au contraire, de voir et agir au niveau efficient, celui de la cause profonde des choses, qui réside toujours dans les principes créateurs, ceux qui engendrent leurs effets visibles et nouveaux dans le monde.

Vrai dans tous les domaines, en tous lieux de l’univers et à toutes les époques, ce phénomène est le fondement même d’une attitude vraiment humaine, et particulièrement dans le politique : c’est l’action créatrice, dans toute sa puissance et toute sa simplicité, d’un homme qui, identifiant la vraie causalité des événements, va, en agissant sur celle-ci, inspirer à agir d’autres hommes, de plus en plus nombreux, dans l’immédiat, mais aussi au-delà, dans le temps et l’espace.

Comme il est un parfait exemple de ce que j’ai tenté de décrire, je vous cite le dernier et remarquable paragraphe de la sorte d’épilogue par lequel Schumann, significativement, clôt son livre. Après avoir dit que, bien que De Gaulle ne pût pas savoir tout ce qui se passait dans le monde ce 18 juin 1940, même s’il l’avait su, il n’aurait pas changé son appel d’un iota (et pour cause ! -c’est moi qui ajoute), l’auteur conclut :

Cet acte de désobéissance (celui de De Gaulle, bien sûr) — bien que né d’un cœur révolté — fut d’abord un acte d’obéissance à l’Histoire. Un défi au destin, mais dicté par le bon sens, c’est-à-dire par l’art de deviner le monde. .

Les exceptionnelles circonstances d’aujourd’hui diffèrent, certes,sur de nombreux détails, de celles d’il y a 70 ou 100 ans. Mais elles leur sont si semblables, dans l’essentiel, que je n’ai pas résisté au plaisir de vous communiquer ce sens que « l’art de deviner le monde », et d’y agir pour le rendre meilleur, nous est donné à tous, pourvu que nous y travaillions en nous dépassant (ce qui n’est pas si compliqué qu’on l’imagine, quand on va au fond des choses...).

C’est dans cet esprit que je vous invite à (re)découvrir cet ouvrage, à lire ou relire Jaurès et De Gaulle, vous tous, et en particulier tous ceux qui ont oublié ou ne connaissent pas cette action, qui eut lieu dans une époque si tumultueuse, et par « ce si bel été 1940 » (du point de vue météorologique), en ces jours mêmes de notre été 2014 commençant.

Comme nous le rappellent Jaurès il y a 100 ans, ou ceux qui, comme et avec De Gaulle, combattirent et vainquirent il y a 70 ans, pour tout homme de bonne volonté est venue l’heure de faire l’histoire.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Résistance ou collaboration - Réunion avec Jacques Cheminade

31 janvier 2013
Orientation stratégique
Résistance ou collaboration - Réunion avec Jacques Cheminade

Jacques Cheminade : Passé, présent et futur de la Résistance

3 juin 2010
Histoire
Jacques Cheminade : Passé, présent et futur de la Résistance

Mission Jaurès - Reprenez le flambeau !

3 juin 2014
Mission Jaurès
Reprenez le flambeau !
Mission Jaurès - Reprenez le flambeau !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard