Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

12 décembre - 13 décembre, Clichy - L’urgence climatique est un leurre Lire 12 décembre - 15 décembre, Fontainebleau - Pour en finir avec la géopolitique. La reconstruction de la Syrie Lire 11 décembre - Ce sont nos vies Lire
AccueilActualité

China Daily : pour Helga Zepp-LaRouche, la Nouvelle Route de la soie est l’aboutissement du combat de sa vie

La rédaction
JPEG - 111.3 ko
JPEG - 7.6 ko

Dans un article de premier ordre publié le 18 août dernier, le correspondant à Washington du China Daily Chen Weihu retrace le cheminement intellectuel et politique de la présidente internationale de l’Institut Schiller Helga Zepp-LaRouche : un combat de toute une vie en faveur des Nouvelles Routes de la soie, devenues la politique officielle de Beijing depuis 2013.

JPEG - 287 ko

Elle s’identifie à la Chine

Par Chen Weihua,
China Daily, Washington, 18 août 2017

Helga Zepp-LaRouche considère l’initiative « Une ceinture Une route » [Politique chinoise des Nouvelles Routes de la soie] comme l’accomplissement du combat de sa vie et de celui de son époux, le militant politique américain Lyndon LaRouche.

Helga Zepp-LaRouche avait 23 ans en 1971 lorsqu’elle embarque dans un navire de transport suédois pour faire le tour du monde. Le voyage l’amène alors vers plusieurs pays africains et chinois et comprend un séjour de plusieurs mois en Chine.

La jeune allemande venait d’obtenir son diplôme de journaliste. « Ma génération cultivait encore une grande curiosité pour le monde. La jeunesse d’aujourd’hui se contente très souvent des moteurs de recherche sur internet. Moi, je voulais voir de quoi le monde avait l’air », confie-t-elle à China Daily.

A l’époque, la Chine était en pleine « révolution culturelle » (1966-1976). Et lorsque son navire est obligé de faire escale à Shanghai pour réparations, Helga profite de l’occasion pour observer et s’entretenir avec les gens de la région.

JPEG - 104.6 ko
En haut : Helga Zepp-LaRouche lors de l’entretien avec China Daily. En bas à gauche : à Beijing lors du Forum Une ceinture, une route ; à droite, lors de sa visite en 1971.
Crédit : China Daily.

A l’embouchure du fleuve Yangzi, elle voit des bâtiments de guerre peints en gris. Elle s’inscrit pour une visite guidée, rencontre des résidents à leur domicile, visite des usines et une maison de jeunes. Elle entend également une représentation de l’Opéra de Beijing résonner dans les haut-parleurs.

Lorsqu’elle rencontre des Chinois germanophones, elle les interroge sur la vie politique et s’informe de la vie en Chine à cette époque. Elle trouve les gens « aimables » mais estime qu’ils « ne sont pas du tout heureux ».

Helga se rend également à Qingdao, ville balnéaire de la province de Shandong ayant bénéficié d’une importante influence allemande, puis à Tianjin et Beijing.

Dans la capitale elle visite des endroits tels que le Palais d’été. A un moment elle envisage même d’apprendre le chinois mais se rend vite compte à quel point cela sera laborieux. « Il faut rester sur place, sinon on oublie. En tout cas, tout cela a fait naître en moi un intérêt particulier pour la Chine », dit-elle.

Elle qui se rend aujourd’hui régulièrement en Chine, mesure la chance qu’elle a eu de voir ce pays à cette époque.

Cela vous change la vie

PNG - 248.6 ko

Au sujet de son périple maritime de 1971, Helga raconte le choc qu’elle ressentit en découvrant l’extrême pauvreté en Afrique. « Voir l’Afrique à ce point au fond du fond » fut une « expérience tellement traumatisante que je revenais de ce voyage avec la ferme conviction que le monde devait changer ».

De retour en Allemagne, Helga cherche une théorie capable d’apporter une solution au problème qui la taraude. Elle fait alors connaissance avec Lyndon LaRouche, un militant politique américain connu pour avoir lancé le mouvement LaRouche.

Ce mouvement, qui comprend plusieurs organisations et entités de par le monde, promeut la renaissance de l’art classique et un engagement plus fort pour la découverte scientifique. Il plaide pour des grands travaux d’infrastructure à l’échelle planétaire et appelle à une réforme du système financier pour stimuler l’investissement dans l’économie physique et tarir la spéculation.

Helga constate alors que Lyndon est le seul à parler du besoin de développement et d’industrialisation de l’Afrique et des pays du tiers-monde, ainsi que de la création d’une banque internationale pour le développement (IDB), une institution semblable à la Banque asiatique pour l’investissement dans l’infrastructure (BAII) d’aujourd’hui.

« J’ai alors rejoint ce mouvement » précise-t-elle. Le 29 décembre 1977, les deux se marient à Wiesbaden, une ville au cœur d’Allemagne de l’ouest.

Helga affirme qu’elle n’a pas suivi la théorie tiers-mondiste du dirigeant chinois de l’époque Mao Zedong mais s’est plutôt concentrée sur le mouvement des « non-alignés » dont le siège était en Indonésie.

Elle a rencontré quelques dirigeants tels que le Premier ministre Indira Gandhi et le président mexicain José Lopez Portillo. Helga souligne qu’ils promouvaient dès le début des années 1990 le développement d’un « pont terrestre eurasiatique » basé sur les infrastructures mais que ce dernier n’a pas reçu de réponse favorable de la part des Etats-Unis. « Le seul gouvernement ayant répondu positivement a été la Chine », précise-t-elle.

En 1996, elle retourne pour la première fois en Chine pour y prendre la parole et assister à une conférence sur le développement eurasiatique. Elle découvre alors une Chine totalement différente de celle qu’elle avait connue 25 ans auparavant. Les centaines de milliers de vélos qui remplissaient les rues avaient été remplacés par des voitures.

Cependant, si l’on compare 1996 avec aujourd’hui, le développement de la Chine est encore plus spectaculaire. « Le modèle économique chinois est celui ayant le plus de réussite », affirme-t-elle en ajoutant que la Chine a sorti des millions d’individus de l’extrême pauvreté ces dernières décennies.

Depuis lors, elle se rend fréquemment en Chine, y parle aux colloques des think-tanks, y compris à l’Institut chinois des relations internationales contemporains (CICIR) et à l’Académie chinoise des sciences sociales (CASS).

Lors d’un déplacement en 2014 pour explorer l’ancienne Route de la soie dans le nord-ouest de la province de Gansu, Helga est émerveillée de voir la réalisation du tronçon ferroviaire Lanzhou-Urümqi lancé en même temps et à toute vitesse à partir de plusieurs endroits en plein désert. La ligne, longue de 1776 km, va être ouverte avant la fin de cette même année.

L’initiative Une ceinture, une route

En 2013, Helga s’enthousiasme lorsque le Président Xi Jinping révèle le lancement de l’initiative Une ceinture, une route (BRI). Le BRI, à l’époque connu sous le nom de Ceinture économique de la Route de la soie et Route de la soie maritime du XXIe siècle, est une stratégie de développement proposée par Xi pour mettre l’accent sur la connectivité et la coopération entre les pays.

JPEG - 74.7 ko
Pour commander ces rapports (disponibles en EN, CS, DE, AR) : cliquez ICI.
Crédit : Institut Schiller
JPEG - 529.8 ko
Nouvelle Solidarité N°2/2017 - s’abonner.

Elle ne cesse d’en parler depuis. L’Institut Schiller qu’elle a fondé en 1984 a également consacré un grand nombre de publications sur le sujet.

En mai 2017, Helga se rend à Beijing pour participer au Forum de la Ceinture et de la Route pour la coopération internationale, une rencontre qui a été honorée par la participation de 29 chefs d’Etat et des représentants de plus de 100 pays. « J’étais vraiment heureuse d’y participer tant on s’est battus longtemps pour cela. Je m’identifie en quelque sorte à la réussite de ce projet », nous confie-t-elle.

Helga a parlé à de nombreux participants africains et sud-américains présents à la réunion et estime qu’ils partagent le même sentiment : « Nous sommes fiers de participer au moment historique que représente la naissance d’un nouveau paradigme pour l’humanité. C’était un sentiment très fort », rapporte-t-elle.

Elle se dit extrêmement impressionnée par l’allocution de Xi, discours qu’elle qualifie de « très riche », reflétant des idées d’harmonie dignes d’un philosophe confucéen.

JPEG - 225 ko

L’Institut Schiller a également organisé des conférences dans plusieurs villes américaines, de San Francisco à Detroit en passant par New York, pour promouvoir le BRI et appeler les Etats-Unis à y participer.

A l’opposé de l’administration Obama, qui était plus réticente quant aux initiatives chinoises de la BAII et du BRI, le président américain Donald Trump a inscrit à l’ordre du jour et comme une priorité la reconstruction des infrastructures. Il a également envoyé au Forum de Beijing une délégation « inter-agence » sous la direction de Matthew Pottinger, responsable senior pour l’Asie de l’Est au Conseil national de sécurité.

Helga est convaincue que les apports capitalistiques chinois pourront contribuer à la construction d’infrastructures américaines.

Selon ses calculs, les Etats-Unis auront besoin de 40 000 miles (64 373,76 km) de voies de chemin de fer rapides s’ils souhaitent se hisser au même niveau que la Chine, en reliant toutes les grandes villes américaines entre elles avec des liaisons rapides d’ici 2020.

« L’économie américaine connaîtrait un boom fantastique grâce à un tel investissement dans le développement infrastructurel à grande échelle. En retour, elle pourrait exporter sur le marché chinois en forte croissance. Une fois la compétition substituée par la coopération, les occasions pour nouer des partenariats entre les Etats-Unis et la Chine dans des pays tiers serait énorme », affirmait-elle en mai lors d’un séminaire à Beijing.

Helga a exprimé à plusieurs occasions son respect pour Xi lorsqu’il appelle à « une communauté de destin », un avenir commun et partagé pour l’humanité.

Lors d’un séminaire en juillet, elle souligne que le sujet de la BRI n’est pas juste de l’infrastructure et de la croissance économique, mais un paradigme nouveau qui tire un trait sur la géopolitique.

Le développement de l’Afrique

Helga est également heureuse de constater l’investissement croissant de la Chine en Afrique.

« Si vous regardiez l’Afrique sans l’investissement chinois, l’espoir serait absent. Aujourd’hui, l’espérance y prospère » déclare-t-elle en évoquant la construction, par deux groupes chinois, d’une ligne ferroviaire électrifiée de 752 km reliant la capitale éthiopienne Addis-Abeba au port de Djibouti, constituant la véritable artère économique du pays.

Fin mai, le Kenya a également inauguré son plus grand projet infrastructurel depuis 50 ans : un chemin de fer reliant la capitale Nairobi au port de Mombasa, un projet de 3,2 milliards de dollars, lui aussi financé par la Chine.

Helga s’enthousiasme à l’idée que la Chine aidera l’extension de ces voies de communication vers le Rwanda, l’Ouganda et le Congo, afin de pénétrer « pour la première fois », au cœur de l’Afrique.

« Je me suis entretenue avec plusieurs diplomates africains qui m’assurent que pour la première fois ils peuvent entrevoir la fin de la pauvreté et des obstacles au développement, et cela, grâce à l’aide chinoise », affirme-t-elle.

Elle est déçue que les Européens parlent des droits de l’homme et de la démocratie mais ne disent rien sur le développement de l’Afrique, soulignant que ce sont les Chinois qui font le travail sur le terrain.

Un rapport publié en mai par le cabinet Ernst & Young affirme que la Chine a investi dans 293 projets. Il s’agit d’investissements étrangers directs (FDI) pour un montant total de 66,4 milliards de dollars, avec la création de 130 750 emplois. Le commerce bilatéral entre la Chine et l’Afrique a également dépassé les 137 milliards de dollars en 2016.

Selon le même rapport, à part le commerce et le FDI, des entreprises chinoises et des entités dans le giron de l’Etat chinois ont financé et construit de nombreux projets d’infrastructures sur tout le continent, y compris des ports, des routes, des chemins de fer, des barrages, des réseaux de télécoms, des centrales électriques et des aéroports. Le rapport affirme également que la BRI pourrait représenter une situation gagnant/gagnant pour la Chine et l’Afrique.

En citant le consul d’Ethiopie, Helga écarte d’un revers de main l’a priori négatif de certains occidentaux envers les motivations chinoises en Afrique. Interrogé lors d’un colloque en Allemagne sur d’éventuelles visées inavouées chinoises dans son pays, il avait répondu : « Non, car l’Ethiopie ne dispose quasiment pas de matières premières ».

JPEG - 912.2 ko
Helga et Lyndon LaRouche.
Crédit : Institut Schiller

Helga dit que ce que la Chine fait aujourd’hui donne un sens à ce qu’elle-même et ses collègues ont défendu et fait ces derniers quarante ans.

« On est comblé. C’est une chose pour une petite organisation comme la nôtre de produire des idées, c’en est une autre lorsque le plus grand pays du monde commence à les mettre en pratique », lâche-t-elle.

Helga dit regretter que son mari n’ait jamais encore pu se rendre en Chine. « Il aurait tellement aimé. Aujourd’hui, il est âgé de 94 ans, donc ce sera difficile, mais pas impossible ». « Il adore la Chine. Il est convaincu que l’initiative chinoise (BRI) constitue à l’heure actuelle l’évènement le plus important sur la planète », conclut-elle.

Jacques Cheminade et la Nouvelle Route de la soie

JPEG - 103 ko
Cette édition de Nouvelle Solidarité en 1995 annonce la candidature de Jacques Cheminade, un ami de Helga Zepp-LaRouche. En dossier, un article plaidant pour une nouvelle politique, celle des Nouvelles Routes de la soie...
Crédit : S&P

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Le forum des 14 et 15 mai à Beijing sur la « Nouvelle route de la soie » nous rappelle que le monde est réellement en marche ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus

Changeons de lunettes pour comprendre comment la Chine bâtit le « monde post-occidental »

19 août 2017
Actualité
Changeons de lunettes pour comprendre comment la Chine bâtit le « monde post-occidental »

Face à la Chine et aux BRICS, la peur du déclassement de l’oligarchie occidentale

22 juillet 2017
Actualité
Face à la Chine et aux BRICS, la peur du déclassement de l’oligarchie occidentale

Les Nouvelles Routes de la soie de la Chine transforment le monde

20 juillet 2017
Chroniques stratégiques
Les Nouvelles Routes de la soie de la Chine transforment le monde

Refonder l’Europe pour ne pas rater le train de l’histoire

17 juin 2017
Nouvelle Solidarité N°3/2017
Refonder l’Europe pour ne pas rater le train de l’histoire

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard