Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Pr Istvan Marko : les émissions de CO2 font régresser les déserts

La rédaction
JPEG - 35.9 ko

Le 29 novembre 2015, sous le titre Les mécréants du climat : leurs arguments commentés, le journaliste Jean-Luc Léonard, dans un article publié par le journal belge Le Vif, a osé exprimer ses doutes à propos du réchauffement climatique anthropique (dû à l’homme), généralement présenté à l’opinion comme une réalité indiscutable.

« Désormais munie de l’onction papale, cette hypothèse aux conséquences potentiellement très lourdes pour l’humanité, est plus que jamais canardée à boulets rouges par les climato-sceptiques ». Arguments commentés par le professeur István Markó de l’Université catholique de Louvain (UCL).

Source : Le Vif :

D’abord, un vrai postulat : la réalité du changement climatique n’est contestée par personne. Le climat de la Terre n’a jamais été stable. Il a toujours changé et changera toujours, du moins jusqu’à la fin de notre monde, que les astrophysiciens situent dans quelque 4 milliards d’années, quand notre Soleil agonisant se gonflera démesurément en étoile géante rouge et cuira littéralement ses planètes les plus proches, dont la nôtre. D’ici cet ultime et fatal réchauffement, les Terriens auront tout le loisir de discuter des catastrophes réelles ou imaginaires que leur annoncent sans répit les prophètes de malheur.

L’effet de serre controversé

La polémique actuelle traduit la mésentente irréversible entre les climatologues officiels, partisans de l’hypothèse d’un changement climatique catastrophique lié aux activités humaines et les climato-sceptiques, pour qui le climat évolue selon des paramètres naturels et ne pourrait être influencé par l’homme que d’une façon négligeable.

JPEG - 21.9 ko
Le Pr István Markó de l’UCL.
Crédit : Jean-Luc Léonard

Le fondement théorique des premiers est la théorie de l’effet de serre. Cette hypothèse vieille de plus d’un siècle, a toujours été l’objet de controverses. « Et l’un de ses principaux promoteurs, le Suédois Arrhénius, avait vu sa théorie contestée dès sa formulation et reconnu son erreur », rappelle István Markó.

Pourtant, la théorie a été ranimée dans les années 1960 et, bien qu’elle soit invoquée surtout par les climatologues officiels, elle est aussi largement admise aujourd’hui par de nombreux climato-sceptiques, qui ne contestent que l’ampleur qu’on lui prête.

Mais pas par tous. Pour certains d’entre eux, comme les physiciens allemands Gerlich et Tscheuschner, « il n’existe, à ce jour, aucune démonstration scientifique de la réalité de "l’effet de serre du gaz carbonique (CO2) dans l’atmosphère ». Cette conviction est partagée par l’académicien russe Abdussamatov, directeur du projet d’astrométrie de la Station Spatiale internationale pour la Russie. En clair, pour ces scientifiques, l’effet de serre n’existe pas.

D’autre physiciens, comme le Hongrois Miskolczi, estiment que l’effet de serre existe, mais qu’il est constamment saturé, ce qui fait par exemple que l’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère est compensée par une décroissance proportionnelle de la vapeur d’eau. Or, celle-ci est bien, l’indiscutable championne des gaz à effet de serre. « Son efficacité est 10 fois supérieure à celle du CO2, dit István Markó, et il y a, dans l’atmosphère, entre 1 et 2% de vapeur d’eau. Au total, la puissance de ce gaz à effet de serre est 250 à 500 fois supérieure à celle du CO2 ».

De fait, ce taux de CO2 est actuellement proche du seuil des 400 ppmv (parties par million en volume) ce qui signifie que l’atmosphère contient du gaz carbonique à hauteur de 400 millionièmes ou, si l’on préfère, 0,04% de son volume total. Cette proportion paraît dérisoire - et elle l’est réellement du point de vue de l’effet de serre - mais ce gaz carbonique rare est aussi le matériau-clé de la photosynthèse, indispensable à la vie. Il est donc paradoxal de désigner comme ennemi un gaz mineur sans lequel les plantes n’existeraient pas. Faut-il rappeler aussi que le carbone est, après l’oxygène, le deuxième élément le plus abondant (18% en masse) dans la composition du corps humain ?

Le CO2 fait verdir la planète

Quant à la thèse des ci-devant « réchauffistes » selon laquelle le très discret CO2 exercerait sa funeste influence sur l’abondant H2O via ce qu’ils appellent un « forçage radiatif », notre interlocuteur estime que d’un point de vue chimique, cette prétendue rétroaction « relève de la magie ». Ce qui n’est pas de la magie, par contre, c’est l’action déterminante du gaz carbonique sur la vie végétale.

István Markó : « Des biologistes nous disent que la végétation est affamée en CO2. Ce n’est pas pour rien que l’on maintient dans les serres botaniques un taux trois fois supérieur à la normale, pour obtenir des plantes plus fortes et plus résistantes aux maladies, à la chaleur, au froid et à la sécheresse. » Moralité : les émissions de CO2 sont une bénédiction pour la planète et n’ont pratiquement pas d’effet sur la température.

La preuve : les 18 dernières années ont vu une augmentation soutenue du CO2 dans l’air : un tiers de tout le gaz carbonique produit depuis la révolution industrielle l’a été depuis 1998 ! Or, la température moyenne du Globe déterminée par les mesures satellitaires - les seules crédibles aux yeux d’István Markó - est restée stable durant ce temps.

Par contre, la couverture végétale de la planète s’est accrue de 21%, la moitié de ce verdissement étant du au CO2. Le CO2, qui a fait régresser les déserts, possède une autre fonction vitale, enchaîne le chimiste néo-louvaniste : il nourrit le phytoplancton qui est de loin la source principale de l’oxygène de l’air. Pas de CO2 ?pas d’oxygène !

Argument supplémentaire des climato-sceptiques : ils font valoir que, selon les analyses des carottes de glace polaires, l’augmentation du taux de gaz carbonique dans l’atmosphère n’est pas la cause, mais bien le résultat des hausses de température. C’est un argument auquel, à notre connaissance, les partisans de l’hypothèse du réchauffement anthropique n’ont jamais répondu. Un autre mystère est lié à la survie des molécules de CO2 dans l’atmosphère : elle varie, selon les sources, de 3 à 1000 ans. Vaste fourchette !

Des mensonges...

La polémique scientifique sur l’effet de serre n’est pas près de s’éteindre, mais ce qui met littéralement hors de lui le Pr Markó, ce sont les mensonges proférés par les climato-alarmistes et leurs sbires et surtout les gaspillages éhontés qui ont été commis dans le sillage de ces prêcheurs d’apocalypse.

Un exemple de mensonge : la hausse du niveau moyen des mers. Surveillé par un réseau assez développé de marégraphes, ce niveau augmentait de 1 à 1,5 millimètre par an avant la création du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat).

« Et il passe ensuite, comme par magie à 3mm par an. C’est de la foutaise », résume le chimiste néo-louvaniste, citant le grand spécialiste mondial du niveau des mers, le Suédois Nils-Axel Mörner, selon qui ce chiffre alarmant a été fabriqué sous prétexte de ré-étalonnage des marégraphes. « La NOOA - l’administration océanique et atmosphérique américaine - est une spécialiste des ré-étalonnages dans le sens des réchauffistes », observe István Markó.

Mais même ces prétendus 3mm de hausse annuelle n’ont aucun sens : « Dans l’océan Pacifique, poursuit-il, les satellites ont détecté des creux de 100 m de profondeur et des crêtes de même dimension. Il y a donc une différence de 200 mètres entre le niveau le plus bas et le niveau le plus haut du Pacifique. Dans l’Atlantique, c’est plus modeste : la différence n’atteint qu’une quarantaine de mètres ». Ces fluctuations sont dues au géoïde terrestre, à ses densités variables et aux influences gravitationnelles.

Moralité : un niveau des mers moyen, tout comme une température moyenne, n’a aucun sens. Ce qui importe - pour paraphraser une formule chère aux physiciens - ce sont les conditions aux extrêmes. La mer ravage une côte quand son niveau augmente brutalement de plusieurs mètres ou dizaines de mètres à cause d’une tempête ou d’un tsunami. Une hausse moyenne du niveau de la mer de 15 cm par siècle, telle que nous la constatons depuis la sortie du petit âge glaciaire au début du 19e siècle, n’a tout simplement aucune importance.

Sauf pour le gouvernement des îles Tuvalu, précise István Markó : à force de se plaindre, il a obtenu quelques dizaines de millions de dollars pour faire face à la hausse des mers. Et savez-vous ce qu’il en a fait ? Il a financé la construction d’hôtels de luxe pour les touristes le long de ses plages !

... et des gaspillages

Ici, le prof de chimie néo-louvaniste ne persifle plus. Il s’indigne du développement forcené des énergies dites renouvelables entrepris par l’Occident. Une seule de ces énergies trouve grâce à ses yeux : les panneaux solaires thermiques qui contribuent significativement à la production d’eau chaude.

« En Chine, il y en a sur tous les toits. Mais vous n’y voyez guère de panneaux photovoltaïques, qui sont fabriqués uniquement à destination des Européens naïfs. Les Chinois continuent de produire leur électricité au départ du charbon et, pour réduire des pollutions locales très gênantes, s’orientent de plus en plus hardiment vers le nucléaire. La Chine a planifié la construction de 100 à 120 centrales nucléaires. Mais elle fournira volontiers tous les panneaux PV et toutes les éoliennes qu’on voudra lui acheter », ricane encore István Markó.

Et, soudain plus grave : « Où est l’écologie dans tout cela ? Les éoliennes les plus évoluées sont dotées d’électro-aimants dont la fabrication exige l’utilisation de 2 tonnes de terres rares (appelés aussi lanthanides) dont le traitement donne lieu à deux tonnes des déchets radioactifs et à des tonnes d’eaux et de terres polluées. Et ces mêmes éoliennes tuent chaque année en Espagne un million d’oiseaux et de chauve-souris, alors que la pire marée noire au monde n’a tué ’que ’ 250.000 oiseaux. »

La cerise sur ce gâteau de honte :

On a dépensé en Europe quelque mille milliards d’euros pour développer des moyens éoliens et photovoltaïques dont la production représente actuellement moins de 4% de la consommation électrique totale. Et comme l’électricité ne représente qu’une fraction de l’énergie primaire, ces énergies dites renouvelables ne représentent même pas 1% de toute l’énergie consommée dans l’Union européenne. Le scandale, c’est qu’avec ces 1000 milliards d’euros, on aurait peut-être pu fournir en eau potable et en électricité tout le continent africain.

Il est vrai que les dirigeants africains qui viendront à la COP21 pourraient être davantage intéressés par les 100 milliards de dollars par an qui ont été imprudemment promis au sud de la planète lors du sommet foireux de la COP15 de Copenhague, en 2009. Las, notre petit doigt nous dit que ces fonds pourraient être réorientés vers la lutte contre le réchauffement terroriste.

Voir le commentaire

  • Eric • 22/12/2015 - 19:44

    La vie sur terre tient à peu de chose. Vous connaissez certainement Nassim Haramein. Voici une conférence à Paris le 20 juin 2015 - https://youtu.be/2qWEiyNQJgw - à partir d’une 1h46mn... tout y est résumé en quelques minutes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

COP21 - Pr Istvan Marko : pourquoi la théorie du réchauffement climatique nous fait rire

7 décembre 2015
Actualité
COP21 - Pr Istvan Marko : pourquoi la théorie du réchauffement climatique nous fait rire

Institut Schiller : Pourquoi nous disons « Non » à la COP21

30 novembre 2015
Actualité
Institut Schiller : Pourquoi nous disons « Non » à la COP21

De Huxley à la COP21 : les Britanniques ont repeint l’eugénisme en « vert »

19 novembre 2015
Histoire
De Huxley à la COP21 : les Britanniques ont repeint l’eugénisme en « vert »

En marge de la COP21, plaidoyer pour la remise en eau du lac Tchad

9 décembre 2015
Actualité
En marge de la COP21, plaidoyer pour la remise en eau du lac Tchad

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard