Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 décembre - Vidéo : La Bulle et la Dette [ACTE 2] Lire 14 décembre - Non à la « normalisation » (comprenez braquage) de la Caisse des dépôts ! Lire 14 décembre - Vidéo : François Gervais - l’urgence climatique est un leurre Lire
AccueilActualité
Brèves

Crise alimentaire : faire du blé, les spéculateurs ne pensent qu’à ça !

Tu la vois, toi, la reprise ? Non, mais je vois une spéculation folle ! Car en réalité, une bonne partie des milliards d’euros injectés pour « sauver les banques » se retrouve, non pas dans l’économie réelle, mais dans la spéculation effrénée des produits financiers dérivés, un marché de gré à gré à 92% opaque.

En pariant, via ces produits sur les denrées alimentaires, les marchés font exploser les prix, parfois même sans qu’il n’existe de réelle pénurie. Cependant, s’il faut organiser une pénurie pour faire monter les profits, on ne fera pas dans les sentiments ! Quoi qu’il en soit, aujourd’hui cette finance folle provoque de nouvelles « émeutes de la faim » potentiellement plus meurtrières que celles qui frappèrent une quarantaine de pays en 2008.

Selon les experts, pour les spéculateurs, 2010 représente une forme de rattrapage par rapport à 2009, marquée par le contrecoup de la crise des subprimes et le plongeon de la production industrielle. « Faire du blé », ils ne pensent qu’à ça, en surfant sur l’instabilité des prix des denrées alimentaires et des métaux de base.

Exemple ? En 2010, le volume moyen quotidien de produits financiers dérivés, échangés sur le « floor » à la criée et sur le système électronique de Chicago Mercantile Exchange (CME) Group, opérateur de référence sur les produits agricoles, s’est établi à 12,2 millions de contrats, soit un bond de 19% par rapport à 2009. Inversement, le volume d’actions, moins rentable à court terme, échangé sur la bourse de New York, était, lui, en baisse de 20,9%.

Prix en hausse, production en baisse

Pour la réalité de nos estomacs, tous les indicateurs virent au rouge. L’agence des Nations unies pour les questions alimentaires, la FAO, qui mesure les variations des prix d’un panier de 55 produits – céréales, oléagineux, produits laitiers, viande et sucre, entre autres – a annoncé le 5 janvier que son indice, établi à l’échelle mondiale, atteignait 214,7 points, en hausse de 4,22% et dépassant son précédent record de 213,5 points de juin 2008, année des émeutes de la faim. Ce qui inquiète aujourd’hui, c’est qu’il s’agit du sixième mois consécutif de hausse.

Dans un long entretien au quotidien économique Les Echos du 11 janvier, le rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation, Olivier de Schutter, confirme cette réalité, annonçant que les stocks mondiaux de céréales (toutes catégories confondues) ne seront plus que de 427 millions de tonnes en 2011, contre 489,8 en 2009.

Pour sa part, le 8 janvier, le département américain de l’Agriculture (USDA) a revu en baisse de 4,7 millions de tonnes (Mt) son estimation de la production mondiale de maïs en 2010-2011, à 816 Mt.

Résultat : quatre-vingt pays sont d’ores et déjà en situation de déficit alimentaire, avec la région du Sahel en première ligne. Olivier de Schutter tire donc la sonnette d’alarme : « Nous vivons aujourd’hui le début d’une crise alimentaire similaire à celle de 2008 », affirme le rapporteur de l’ONU.

Aujourd’hui, après la Tunisie, l’Algérie, la Libye, la Jordanie et Égypte, c’est l’Inde, le Mexique, la Malaisie, l’Indonésie ou encore le Sri Lanka, qui sont dans la ligne de mire. « Les émeutes de 2008 peuvent se reproduire car localement, les importateurs ont augmenté leurs prix très rapidement. [Or], la facture alimentaire des populations pauvres constitue le gros de leur budget », avertit Jean-Denis Crola, d’Oxfam France.

A qui la faute ?

Premier grand coupable, la spéculation : « Le problème, c’est la spéculation sur les marchés dérivés. Au départ, elle permettait au producteur de vendre sa récolte à l’avance pour s’assurer contre un risque de prix trop bas et à l’acheteur d’acheter à l’avance pour s’assurer contre un risque de prix trop haut. Mais, depuis 2005-2006 et la libéralisation des marchés de produits dérivés aux États-Unis, les investisseurs ont changé de nature. Fonds d’investissement, fonds de pension et autres fonds spéculatifs, qui ont une force de frappe financière considérable, ne sont pas des spécialistes des marchés agricoles. S’est alors développée une sorte d’économie casino avec une logique purement spéculative » , affirme De Schutter.

Pour y remédier, il pense qu’il faut « encourager les pays à reconstituer des stocks alimentaires pour lisser les prix. La gestion de tels stocks est délicate, mais le problème n’est pas insurmontable. Si les réserves sont gérées avec les organisations paysannes, cela protégera producteurs et consommateurs contre des prix très volatils. Ces stocks pourraient être gérés au plan régional avec plusieurs pays qui s’assurent mutuellement contre le risque d’une soudaine mauvaise récolte. L’idée émerge en Amérique centrale, mais aussi en Asie du Sud -où existe une banque centrale du riz. L’idée est de couper l’herbe sous le pied de spéculateurs, qui, par nature, fuient la certitude ».

Avis partagé en France par Xavier Beulin, le nouveau patron de la FNSEA, pour qui il est urgent d’inventer « un encadrement des financiers qui investissent dans les matières premières agricoles ». Il constate qu’il n’est pas « dans l’air du temps de consacrer des moyens au stockage public. Mais peut-on travailler en flux tendus en agriculture comme dans l’industrie ? Je pense que non. Ne peut-on pas faire d’une pierre deux coups, réguler les prix et donner un coup de main aux pays du Sud en organisant le stockage dans ces pays-là ? » Lui aussi s’attend à un premier semestre 2011 « très difficile », en raison de la volatilité des prix.

Libré échange et agrocarburants

Deuxième coupable : le libre-échange britannique non maîtrisé. Xavier Beulin : « Le leitmotiv de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), c’est le démantèlement des barrières tarifaires. Si on les fait toutes tomber, on s’achemine vers des catastrophes d’une ampleur colossale. L’abandon des protections douanières, c’est le renoncement à la protection des produits de première nécessité en Afrique. C’est une insulte à ce continent. Ne nous trompons pas. Le Brésil n’a pas les moyens de nourrir la planète tout entière. »

Troisième coupable : les agrocarburants. Alors que les cours mondiaux du maïs ont augmenté de 48% depuis janvier 2010, les Etats-Unis consacreront cette année 38,3% de leur production aux agrocarburants, contre 30,7% en 2008. « Dans le contexte actuel, c’est complètement irresponsable de continuer ainsi ! » s’indigne De Schutter.

Ainsi, de l’autre côté du Rio Grande, au Mexique, le gouvernement de Felipe Calderon, confronté avant Noël à un doublement du prix des tortillas que pourraient imposer les producteurs, décide, fait inédit pour un pays, de se « couvrir » sur les marchés à terme de Chicago pour un volume de 2 millions de tonnes de maïs !

La hausse de la baguette

La France n’est pas à l’abri du danger. Le 11 janvier, Bruno Le Maire évoqua abruptement sur Canal+ l’hypothèse qu’il fallait limiter les exportations françaises de blé. Après un début de panique sur les marchés, le ministre fut rapidement obligé d’écarter publiquement cette hypothèse. N’empêche que les stocks français sont bien moindres que l’année dernière. Toutes céréales confondues, ils s’élèvent à 23,32 millions de tonnes, soit 5% de moins qu’en 2010. Nous sommes loin d’une pénurie, mais les prix grimpent. Si la tonne de blé se vend actuellement à 250 € la tonne à Rouen, elle pourrait atteindre les 300 €. Pour FranceAgriMer, « il restera encore deux mois avant l’arrivée de la récolte prochaine. Il faudra donc faire des arbitrages entre l’exportation et la demande intérieure… »

L’Association de la meunerie française (AMF) s’avoue « préoccupée pour l’approvisionnement » de son industrie. Selon Familles rurales, le prix de la farine nécessaire à la fabrication d’une baguette a augmenté de 18,6% en cinq ans. Avec la hausse du prix du blé, elle augmentera encore de 4 à 5 centimes supplémentaires.

Solutions

Il est donc urgent, à moins qu’on ne veuille la faire mourir de faim, de mettre la population mondiale à l’abri de la spéculation.

Pour Lyndon LaRouche et Jacques Cheminade, cela commence par imposer un Glass-Steagall global (SIGNEZ la pétition), séparant rigoureusement les banques « normales », qui collectent les dépôts et l’épargne, des banques « d’affaires » spéculatives.

Ensuite, on procédera à une mise en faillite ordonnée du système financier mondial, effaçant les montagnes de dettes purement spéculatives.

En même temps, il faut immédiatement un « nouveau Bretton Woods » établissant des parités fixes entre les devises et une concertation entre banques centrales pour investir, grâce à un retour au crédit productif public, dans des grands travaux d’infrastructures utiles (eau, transport, énergie, santé et éducation) au niveau mondial, du type NAWAPA en Amérique et TRANSAQUA en Afrique. C’est notre combat, rejoignez-le !


Pour creuser :

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • petite souris • 14/01/2011 - 19:32

    Merci Karel pour cette analyse-cri-d’alarme !

    Tant mieux s’il y a des "élites" qui réagissent... mais tant que cela ne vient pas de tout en haut ...

    Dans ce jeu où tout est virtuel et fictif sauf les résultats financiers des spéculateurs, juste pour sourire, je dirais :
    si nous laissons les marchés dériver, ils rejoindront les fonds qui les font exister, et alors ??????????

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard