Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Crise grecque : une occasion inouïe pour changer de système

GIF - 198.2 ko
Comme le montre cette carte ancienne, c’est en Grèce et en Turquie que la Route de la soie maritime (en noir) et terrestre (en brun) se rencontrent.

Le « non » du peuple grec au référendum de dimanche nous lance le défi d’une réforme en profondeur de tout le système financier international. L’argent doit de nouveau servir l’homme et la création, et non un système prédateur de bulles et de spéculation sur dettes.

Le 30 juin, la Grèce n’a pas pu payer les 1,6 milliard d’euros qu’elle devait au FMI. Le 3 juillet, veille du référendum, le Fonds européen de stabilité financière (FESF) l’a donc officiellement déclarée en « défaut » de paiement.

Il s’agit d’un échec historique, tant pour le FMI qui, jusqu’ici, n’avait jamais enregistré de défaut de paiement d’un pays développé, que pour la zone euro qui voit voler en éclats le mythe de son infaillibilité.

Entre grands prêtres de la finance, la confusion règne quant à la suite à donner aux évènements. Car indépendamment du résultat des urnes, tous les experts reconnaissent qu’un troisième plan d’aide est inévitable pour empêcher que l’effondrement de la Grèce (à l’intérieur ou à l’extérieur la zone euro) n’entraîne dans sa chute l’UE et le reste du système financier mondial.

Si Tsipras a évoqué un besoin de 29 milliards d’euros d’ici 2017, le FMI parle de 51,9 milliards d’euros à trouver dans les trois ans à venir, dont 10 milliards tout de suite.

Aveuglement

Pourtant, ni ces chiffres, ni l’ampleur de la catastrophe humanitaire dans laquelle la Troïka (FMI, BCE, Commission européenne) a plongé la Grèce, ne suffisent pour provoquer un changement de cap.

Car, pour la Commission européenne, la BCE, Angela Merkel et François Hollande, on ne change pas une équipe qui gagne ! Les Grecs sont donc sommés de se soumettre immédiatement aux dictats des « institutions ». Car si la Grèce a remporté une victoire politique, d’autres en Europe, notamment en Espagne avec Podemos, en Irlande, au Portugal ou en France, pourraient se prendre eux aussi « à rêver ». Il faut donc prolonger le martyr des Grecs.

Bafouant les règles les plus élémentaires de la démocratie, le président du Parlement européen Martin Schultz avait tout simplement proposé de remplacer, en cas de victoire du oui, le gouvernement de Tsipras par un « gouvernement de technocrates ».

A l’opposé, au FMI, le doute s’installe. Si Mme Lagarde continue sur la ligne dure, des experts de l’institution de Washington commencent à remettre en question l’aveuglement collectif qui les a conduits au désastre. Ils reconnaissent que l’austérité brutale de la Troïka ne pouvait qu’aggraver la situation. Les deux premiers « plans d’aide », disent-ils, ont certes permis de sauver les banques allemandes et françaises et de « rétablir les finances publiques » en créant un excédent budgétaire primaire, comme l’exigeait, au nom des « marchés », la Troïka.

JPEG - 325.9 ko
D’après les chiffres d’Eurostat, la Grèce, entre 2011 et 2014, a été LE SEUL pays de l’UE qui a réduit, en valeur absolue, sa dette ! Petit détail : l’austérité qui a permis de "rétablir les finances publiques", a provoqué une baisse de 25% du PIB et a fait exploser le rapport dette/PIB !

Seulement, reconnaissent-ils, par les moyens imposés aux Grecs pour y arriver (coupes massives dans les dépenses publiques, privatisations, etc.), ils ont provoqué une chute de 25 % du PIB et ruiné le pays ! Avec pour résultat une augmentation mécanique de la dette par rapport à ce même PIB.

Or, Tsipras, aussitôt l’excédent primaire rétabli, avait demandé à la Troïka d’ouvrir la grande négociation sur la dette qu’il appelle de ses vœux depuis le début. Pour Merkel, Hollande, Bruxelles et Francfort, ce point, pourtant au cœur de la problématique, était et reste hors sujet.

Au FMI, tous ne partagent pas cette obstination. Certains responsables du FMI refusent même de préparer un nouveau plan d’aide si aucune réduction de la dette n’y figure ! La Grèce aurait besoin, estiment-ils, d’une période de grâce (c’est-à-dire un moratoire) de vingt ans avant tout paiement sur sa dette, dont le rééchelonnement devrait courir jusqu’en 2055.

Autre preuve que les lignes commencent à bouger, l’article publié par Associated Press (AP) et repris par la grande presse américaine. Ecrit par Pan Pylas et David McHugh, il rappelle en détail comment la Conférence internationale sur la dette, organisée à Londres en 1953, avait annulé plus de la moitié de la dette allemande et créé un cadre de coopération internationale permettant le « miracle » économique allemand et avec lui, une relance de toute l’Europe. « L’annulation de la dette n’était pas un acte de charité, précise l’article. Les Etats-Unis avaient besoin d’une Allemagne forte contre ce qu’ils percevaient comme la menace soviétique. »

Les solutions

Les solutions au problème sont connues. Comme nous n’avons cessé de le répéter, il ne s’agit pas d’une faillite de la Grèce, mais de la faillite systémique de l’ensemble de la zone transatlantique. C’est donc une réorganisation générale du système financier transatlantique dont on a besoin car aucune « solution grecque » ne fera l’affaire. Cette réorganisation doit prendre modèle sur celle mise en œuvre par Franklin Roosevelt en 1933.

Tsipras et Varoufakis ont raison de réclamer l’organisation, dans les meilleurs délais, d’une conférence internationale sur l’ensemble des dettes publiques et privées des pays membres de l’Union européenne. Cette conférence doit s’inspirer de celle tenue le 27 février 1953 à Londres, évoquée plus haut. Ce que l’on a fait à l’époque (annulation des dettes et plan de relance) pour des raisons géopolitiques (avoir une Europe forte face à la menace soviétique), nous devons être capables de le faire aujourd’hui dans l’intérêt des générations futures.

Les experts vous diront que c’est impossible car « nous ne sommes plus en 1953 mais en 2015 », et que le monde a changé.

Ils n’ont pas tort, car les deux conditions ayant permis l’annulation des dettes en 1953 font aujourd’hui cruellement défaut et c’est à nous de les rétablir : la séparation stricte entre banques de dépôts et banques d’affaires introduite en 1933 par le Glass-Steagall Act était en vigueur en 1953, et la bulle des 700 000 milliards de dollars de produits dérivés qui plombe le système financier actuel n’existait pas à l’époque.

Faire le tri entre dettes légitimes et celles qui ne le sont pas, et séparer les bonnes banques des mauvaises doit être au cœur d’un assainissement complet du système financier international. Ajoutée à cela, l’interdiction pure et simple de certains outils purement spéculatifs (Trading à haute fréquence, titrisations insensées, cotation des actions en continu, etc.) aidera à recréer un cadre remettant l’argent au service de l’économie réelle.

Obama

Un article paru dans la presse belge sur la crise grecque décryptait les appels téléphoniques répétés d’Obama aux dirigeants européens comme l’expression d’une « partie de boxe de l’ombre avec Poutine ».

Tsipras, qui s’est rendu au Forum de Saint-Pétersbourg pour finaliser avec la Russie la participation de la Grèce au gazoduc Turkish Stream, est de plus en plus présenté par la presse anglo-américaine comme « le cheval de Troie de Poutine » qui, en soutenant la Grèce, viserait sournoisement à mettre en pièces l’Union européenne pour nuire à la belle Amérique.

Membre de l’OTAN et disposant d’un droit de véto, la Grèce héberge également sur l’ile de Crète une base importante de la VIe flotte américaine qui a joué un rôle majeur dans les bombardements contre la Libye de Kadhafi.

Pour Obama, l’hypothèse que la Grèce, suite au référendum, sorte de l’Union européenne et lève les sanctions sur ses exportations agricoles envers la Russie, apparaît comme un cauchemar et un échec de sa politique d’endiguement de la Russie.

La dynamique des BRICS

Sans oublier l’offre faite par les pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), invitant la Grèce à devenir membre de plein droit de la Nouvelle banque de développement (NDB). Dotée d’un capital initial de 50 milliards de dollars, la NDB a vocation d’investir dans les grandes infrastructures sur la base du principe « gagnant-gagnant » adopté par le président chinois Xi Jinping pour son projet « Une route, une ceinture de la nouvelle route de la soie ».

Étant donné que les parlements des pays membres des BRICS comptent finaliser à temps le processus de ratification, la NDB a bon espoir de devenir opérationnelle dès le 7 juillet, c’est-à-dire à la veille du sommet des BRICS à Oufa, capitale de la petite République de Bachkirie, membre de la Fédération de Russie.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Soutenons la résistance de la Grèce face aux puissances de chantage du fascisme financier. Il est temps de bâtir un monde sans la City ni Wall Street.

En savoir plus

La dette ou la vie !

19 février 2015
Nouvelle Solidarité N°4/2015
La dette ou la vie !

Jacques Cheminade : Vive la Grèce libre ! Libérons l’Europe

15 juillet 2015
Orientation stratégique
Jacques Cheminade : Vive la Grèce libre ! Libérons l’Europe

Sputnik interroge S&P sur l’avenir de la Grèce avec les BRICS

5 juillet 2015
Actualité
Sputnik interroge S&P sur l’avenir de la Grèce avec les BRICS

Annulation de la dette en 1953 : le secret du miracle économique allemand

25 juillet 2014
Economie
Annulation de la dette en 1953 : le secret du miracle économique allemand

BRICS : ce qu’on peut attendre du sommet d’Oufa

7 juillet 2015
Actualité
BRICS : ce qu’on peut attendre du sommet d’Oufa

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard