Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Epidémie de grippe : le devoir de protéger

JPEG - 139.5 ko

Tous les ans, des personnes atteintes du virus de la grippe meurent. Depuis novembre, 627 personnes gravement atteintes ont été admises en réanimation, parmi lesquelles 52 sont décédées. Les personnes très âgées font partie des populations à risque et 13 résidents d’un Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) à Lyon sont décédées entre le 23 décembre et le 7 janvier. C’est vrai, ces nonagénaires étaient fragiles, mais certains décès auraient pu être évités. Osons aborder les questions qui fâchent.

Primum non nocerere

« D’abord, ne pas faire de mal » disait Hippocrate dans son Traité des épidémies. La question posée est ici de savoir si le médecin ou, aujourd’hui, le personnel soignant aurait pu éviter certaines nuisances pour le malade. Car il faut toujours faire un bilan des événements pour faire face à d’autres cas semblables.

Or, il s’avère que , si après la « grippe porcine » (H1N1), « 70 à 80 % du personnel soignant se vaccinait dans nos maisons de retraite », malheureusement « aujourd’hui, on a un taux de vaccination de 10 à 15 % » ce qui inquiète Philippe Duboé, directeur général de l’association Saint Joseph, qui gère cinq maisons de retraites dans les Pyrénées-Atlantiques. En effet en France, la moitié des infirmiers et des aides-soignants sont récalcitrants aux vaccins. Pourtant, ils savent qu’ils interviennent dans le milieu fragilisé des personnes de grand-âge.

Il faut le rappeler : ce n’est pas seulement pour soi qu’on se vaccine mais aussi et surtout pour les autres, notamment les plus fragiles, comme les grands malades, les enfants et les personnes très âgées (Les 13 morts de Lyon avaient une moyenne d’âge de 91,5 ans).

Or, dans l’Ehpad de Lyon, à peine moins de 50 % des pensionnaires avaient accepté de se faire vacciner et tard, fin décembre, lorsque l’épidémie avait déjà pris son essor. Ce qui est heureusement une exception, les résidents des Ehpad sont vaccinés à 90-95 % en France et à partir de fin octobre-début novembre (il faut environ trois semaines pour que le vaccin fasse effet).

Ainsi, on est bien obligé de se demander si les militants politiques qui lancent des campagnes idéologiques anti-science en mesurent toujours l’impact ! A contrario, comme le propose le directeur général de la Santé Benoît Vallat, on pourrait obliger le personnel soignant à se vacciner.

Ah bon ? Ne faut-il pas simplement appliquer le code de la santé publique dont l’article L3111-4 précise :

Une personne qui, dans un établissement ou organisme public ou privé de prévention de soins ou hébergeant des personnes âgées, exerce une activité professionnelle l’exposant ou exposant les personnes dont elle est chargée à des risques de contamination doit être immunisée contre l’hépatite B, la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la grippe.

Et bien non, car, par le décret n° 2006-1260 du 14 octobre 2006, art. 1, signé par Xavier Bertrand et Dominique de Villepin a fait en sorte que :

L’obligation vaccinale contre la grippe prévue à l’article L. 3111-4 du code de la santé publique est suspendue....

Les virus ont apprécié...

Mesures de prévention

De plus, a-t-on réellement pris toutes les mesures de prévention nécessaires face à une menace épidémique, comme prévenir la population en amont (et non pas quand les catastrophes arrivent) des conséquences d’une couverture vaccinale de basse intensité ? Ce qui induit de l’en instruire bien des années avant. Il faut d’avantage impliquer la population dans les mesures de santé préventives pour la nation.

Déjà, lors de l’hiver 2014-2015, le virus a fait 18 300 morts car, suite à sa mutation rapide, il ne correspondait plus aux souches virales choisies pour le vaccin.

Cet hiver, le virus de la grippe qui sévit correspond bien au vaccin mis en circulation. Cependant, il s’agit d’« un virus particulièrement dangereux pour les sujets fragiles », affirme Daniel Levy-Bruhl, responsable de l’Unité Infections respiratoires et vaccination à Santé Publique France.

Ce qui fait dire à certains qu’on ne peut exclure 6000 à 10000 décès, d’où l’obligation pour les services de santé d’une vigilance et une précaution accrues, surtout dans un milieu où les personnes sont en grande fragilité. Car, en vieillissant, notre réponse immunitaire perd de sa vigueur.

Donc la propagation de la maladie doit être limitée, de prime abord, en empêchent le virus d’entrer et les visiteurs, les familles des pensionnaires et le personnel de l’Ehpad doivent en tenir compte.

Une vraie protection sociale

Marisol Touraine, notre ministre de la Santé, appelle à « tout mettre en œuvre » pour pouvoir accueillir l’ensemble des patients à des urgences « aux limites de leurs capacités ».

Mercredi, elle a ordonné aux établissements hospitaliers de faire de la place aux malades, en rappelant les soignants en congé, en repoussant des opérations chirurgicales programmées et en accélérant les sorties...

Pourtant, l’imprévu, il faut le prévoir ! Pour ne pas se laisser déborder par une vague grippale telle celle que nous vivons aujourd’hui, il fallait envisager une capacité d’accueil excédentaire de lits en cas de crise grave.

Or, la réduction des coûts préconisée depuis 40 ans a engendré la situation que nous voyons ici. Certains signes « laissent penser qu’on va atteindre le pic national » de l’épidémie de grippe « la semaine prochaine », précise François Bourdillon, directeur général de l’agence Santé Publique France

Le dévouement du personnel urgentiste restant après les divers plan de réduction du personnel y suffira-t-il ? 16 000 lits de médecine et de chirurgie supprimés pour 570 millions d’euros d’économies : cela reste l’un des objectifs du plan d’économies de trois milliards d’euros imposé par le gouvernement à l’hôpital entre 2015 et 2017 de Madame Touraine. « On a peut-être fermé trop de lits », reconnaît Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France.

De plus 37 % des Français ont renoncé à des soins pour des raisons économiques en 2016. On peut sans grande explication deviner que tout retard de soins dans une attaque grippale peut mener à des complications graves et bien sûr à un danger de contamination de son entourage. Et certains candidats à la présidentielle 2017 persistent à vouloir détricoter la Sécurité sociale...

Triste bilan pour une France pasteurienne qui s’est montré novatrice il y a moins d’un siècle et a été un exemple dans le monde grâce à sa recherche médicale universitaire. Mais rien n’est encore perdu, la France regorge encore de chercheurs, de médecins responsables et citoyens d’une république. Et nous avons le candidat qui saura les représenter. A vos devoirs citoyens pour le bien de tous !

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • Jean • 17/01/2017 - 05:48

    Bonjour,

    Je soutiens S & P quand il s’agit de nous sortir de la finance prédatrice ... Malheureusement je sais aussi que le progrès en matière de vaccination est aussi un moyen de cette oligarchie pour nous stériliser et de nous aluminiser ! Noubliez pas le malthusianisme que S&P combat par ailleurs.

    Il vaut mieux arrêter de prendre le peuple pour un idiot et lui laisser prendre ses responsabilités.... Nous approchons d’une élection présidentielle et ce genre de "choix" est plutôt de l’ordre d’un consultation citoyenne , après être sortie de l’Europe de l’euro et de L’OTAN et après réfection de notre constitution pour nous vacciner contre l’impuissance (voir Etienne Chouard).

    Votre age et votre expérience est utile, mais le monde change et ceux qui le change se servent aussi aujourd’hui, de notre bonne foi pour nous empoisonner sous prétexte de nous soigner ....

    Bravos de soutenir S&P, mais ceux qui veulent réduire la population mondiale sont très doué pour nous faire entre tuer.

    Jean

    Répondre à ce message

  • Jean • 17/01/2017 - 06:06

    En résumé je pense que ceux qui sont contre la vaccination préfère mourir d’une grippe que d’Alzheimer .... merci de respecter leur choix ...

    Jean

    Répondre à ce message

  • Ninette • 18/01/2017 - 10:05

    Je pense que "Oui" ne connait pas J.Cheminade. L’associer à l’oligarchie alors qu’il est un des seuls à la combattre depuis des décennies, en est même risible. Le problème des vaccins est un problème de santé public, nous avons la mémoire très courte, heureusement que les vaccins existent, de nombreuses maladies ont été éradiquées grâce à eux. Facile de dire quand on est protégé. Faites un tour dans les pays où les gens n’ont pas accès à la vaccination, et on en reparle. C’est certain, pour un cas sur des milliers, le vaccin peut entrainer une réaction. Notre société est tellement individualiste que l’on préfère protéger sa petite personne sans penser aux autres.Oui, il faut combattre les labos.pharmaceutiques pour leurs abus, et J.Cheminade et S&P le font tres bien. Lisez donc régulièrement leur journal.... et attention en parlant de jaune, n’oublier pas de vous faire vacciner contre la fièvre de la même couleur en cas de voyage dans de nombreux pays....

    Répondre à ce message

  • Guery • 16/01/2017 - 17:21

    C’est pitoyable de se servir de la mort des personnes âgées pour soutenir un parti politique. Le vaccin n’est pas toujours efficace ....vous l’expliquez vous même...alors pourquoi accepter de détériorer son organisme quand le port d’un masque et de gants seraient suffisant pour épargner les malades ?!

    Répondre à ce message

  • Oui • 13/01/2017 - 19:58

    C’ est à cause de ce genre de parti-pris pro oligarchique, ici l’ industrie vaccinale et chimique, que je ne voterai jamais pour Cheminade ou S&P. Je vous trouve trop jaune sur les bords. Vive la démocratie directe et à bas le néo impérialisme français !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

OUI à la vague blanche ! La santé des gens avant celle des comptes en banque !

7 novembre 2016
Actualité
OUI à la vague blanche ! La santé des gens avant celle des comptes en banque !

Santé : non à l’uberisation !

19 février 2016
Actualité
Santé : non à l’uberisation !

Santé publique, hôpital :
tous centenaires et bien portants

1er juillet 2004
Science
Santé publique, hôpital :<br>tous centenaires et bien portants

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard