Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 décembre - Vidéo : La Bulle et la Dette [ACTE 2] Lire 14 décembre - Non à la « normalisation » (comprenez braquage) de la Caisse des dépôts ! Lire 14 décembre - Vidéo : François Gervais - l’urgence climatique est un leurre Lire
AccueilActualité

AirSeaBattle, quand Obama aime jouer avec le feu nucléaire

La rédaction
JPEG - 101 ko

Par Jérôme Sinpaseuth

Le 26 juillet, dans un article intitulé « Les deux fausses démocraties menacent la vie sur Terre », l’atypique Paul Craig Roberts, ancien conseiller du secrétaire au Trésor sous l’administration Reagan, dénonce les plans de Washington préparant une guerre contre la Chine.

Faisant référence à un article du sociologue américano-israélien Amitai Etzioni paru le 12 juin dans les colonnes du Yale Journal sous le titre « Qui a autorisé des préparations de guerre contre la Chine ? », Roberts dénonce la doctrine « AirSeaBattle (ASB) », une doctrine qui, contrairement à ce que prétendent ces auteurs, ne trouvera son application que lors d’une frappe préventive contre les armes de l’Armée de libération du peuple (ALP), situées sur le territoire chinois.

Les enjeux

Développée depuis 2011, après la nouvelle orientation stratégique des Etats-Unis dans la région du Pacifique, dite du « pivot » et décidée par Obama, la doctrine ASB prétend réaffirmer l’hégémonie militaire américaine sur les mers.

Tels une nouvelle Perfide Albion, les Etats-Unis, pour défendre leurs intérêts, y sont appelés à dominer militairement les routes commerciales de la mondialisation, dont la remise en cause est perçue comme comportant bien plus de dangers que les impardonnables errements de Wall Street.

Présentée comme une réponse aux « nouveaux défis », la doctrine ASB vise à accroître la coopération entre la marine et l’armée de l’air, tout en intégrant de nouveaux champs de bataille tels que le cyber-espace et l’espace (notamment pour la protection des satellites).

Cette nouvelle doctrine tient pour principale justification que le principal outil de « capacité de projection » des forces armées américaines sont leurs groupes de bataille, constitués de porte-avions et autres destroyers, et qu’une faible mobilité sur mer implique directement une faible capacité d’intervention sur des théâtres d’opérations. La possibilité d’engager des ennemis « n’importe où et n’importe quand », semble remise en question par la prolifération de nouvelles technologies, dites « capacités de déni d’accès et d’interdiction de zone (Anti-Access/Area Denial, A2/AD) ».

Bien que l’amiral Jonathan Greenert et le général Norton Schwartz, principaux concepteurs de cette nouvelle doctrine « pentagonienne », considèrent que c’est un concept général d’une modernisation de l’armée dans le contexte d’une économie mondialisée, et qu’il ne vise pas spécifiquement la Chine, force est de constater que les seuls défis posés à la force de projection américaine à ce jour émanent de la Chine.

En effet, le concept vise à rendre « inter-opérables les forces navales et aériennes afin d’interrompre, détruire et vaincre les capacités ennemies A2/AD ».

Plus concrètement, ces capacités de déni d’accès et d’interdiction de zone menaçant la force de projection américaine sont des missiles capables de viser et détruire des porte-avions et d’autres navires de guerre américains. Ainsi, nul besoin de s’interroger trop longtemps pour comprendre que les acteurs internationaux en possession de tels missiles ne sont probablement pas les Talibans armés de RPG et autres kalachnikovs, mais bien des Etats, voir des super-puissances, comme le précise également le professeur Hugh White de l’Institut national d’Australie.

JPEG - 60.8 ko

L’acquisition par la Chine de missiles anti-navires, de missiles balistiques de moyenne portée, de sous-marins, de cyber-armes et d’armes anti-satellites a fortement remis en question la supériorité technique américaine en Asie-Pacifique et désigne forcément la Chine comme la cible quasi exclusive, hormis l’Iran dans une moindre mesure, de la doctrine ASB.

Selon la doctrine ASB, la bataille hypothétique débute avec une campagne pour rétablir les capacités de projection en lançant des attaques « aveuglantes » contre les installations anti-accès chinoises : les lanceurs sur mers, les plate-formes de communication, les satellites, les armes anti-satellites ainsi que les centres de commandement. Dès lors, les forces américaines seraient en mesure de pénétrer les zones contestées et de conclure le conflit en utilisant le plein potentiel de leurs armements.

Selon certains think-tanks, l’étendue et l’intensité de la position américaine et des frappes contre des cibles situées sur le territoire chinois sont clairement propres à exacerber la situation. En effet, la Chine serait prompte à répondre à une attaque directe sur son sol avec tout son arsenal, celui-ci incluant des armes nucléaires.

JPEG - 45.3 ko
Avec la nouvelle doctrine AirSeaBattle (ASB) adoptée par Obama, les Etats-Unis comptent se doter d’une capacité de première frappe contre des cibles situées à l’intérieur du territoire chinois.

Selon, Joshua Rovner, du Collège de guerre navale américain, « des frappes à longue portée sur le territoire chinois pourraient être perçues comme une tentative visant à détruire son armement nucléaire, les obligeant à faire face au dilemme de les utiliser ou de les perdre ». Ce qui signifie que la doctrine ASB peut directement conduire le monde à une guerre nucléaire.

En 2012, l’ancien vice-président du Comité des chefs d’Etat-major interarmées américain, le général James Cartwright, a souligné le fait que « la doctrine ASB diabolise la Chine et ce n’est dans l’intérêt de personne ». En outre, son analyse interne de l’ASB estime que ses conséquences causeraient « d’incalculables destructions économiques et humaines ».

Enfin, le Colonel Gauyue Fan, de l’Armée de libération du peuple, a déclaré que « si les Etats-Unis décident d’utiliser l’ASB, la Chine se verra dans l’obligation de développer des capacités anti-ASB ».

Le fait que cette option stratégique ait été privilégiée par le « Pivot vers le pacifique » décidé par l’administration Obama, comme la seule option militaire (dont l’alternative aurait été la doctrine dite du « contrôle offshore », un blocus naval comprenant la fermeture du détroit de Malacca), montre la folie de la présidence américaine en dépit de son apparent pragmatisme

Pour Paul Roberts, la seule façon pour que cette stratégie fonctionne est d’y inclure une frappe nucléaire soudaine qui vise l’ensemble des installations chinoises sans que celles-ci n’aient le temps de riposter, car dans un tel échange, c’est celui qui frappe le premier qui gagne l’avantage.

C’est un fait qui n’est pas explicitement évoqué mais qui a son importance : si la Chine opère sur son territoire, elle bénéficie d’un avantage stratégique difficile à éroder pour une flotte dépourvue de base arrière, même la plus puissante au monde, ce qui rend l’hypothèse de la frappe nucléaire soudaine crédible dans le scénario de l’ASB.

JPEG - 45.9 ko

Selon le général Schwartz, « les premiers pas pour mettre en place l’ASB sont déjà en cours au Pentagone. Dans notre budget 2012-2013, nous avons augmenté les investissements dans les systèmes et capacités dont nous avons besoin pour neutraliser les menaces ». L’amiral Greenert souligne que les investissements dans le combat anti-sous-marins, la guerre électronique et la défense anti-missiles ont été inclus dans le budget 2012 du président Obama.

Reste donc à déterminer quelle est la rationalité derrière ce choix stratégique vis-à-vis de la Chine. Car pour certains, cette logique vise à maintenir le statu quo et l’équilibre des forces dans la région Pacifique, en utilisant l’argument de la dissuasion. Contrairement à la stratégie du blocus naval, moins directe mais tout autant dévastatrice pour la Chine, l’ASB, dont la dissuasion reste limitée, représente une surenchère agressive et ne permet pas aux différentes parties de se rétracter.

Bien que la Chine ait augmenté ses dépenses militaires, il convient d’affiner l’analyse et de comprendre ses intentions. D’une part, ses dépenses visent à sécuriser ses importations en matières premières vitales pour son économie et sa stabilité intérieure et non à remettre en question le statu quo. D’autre part, l’argumentaire qui consiste à dire que les pays asiatiques veulent une présence américaine dans la région omet le fait que la Chine et sa croissance économique leur bénéficient fortement, et qu’ils ne souhaitent pas un conflit.

En outre, la prééminence des Etats-Unis sur la scène internationale ne peut se maintenir que par un changement d’orientation de sa politique économique et non par une constante fuite en avant vers la recherche de nouveaux ennemis, générés par des peurs auto-réalisatrices. L’ASB contre la Chine est donc bien perdue d’avance pour la vie sur Terre, si elle est poussée à un stade opérationnel et mérite d’être le centre de nos attentions.

En France, pour sa part, Philippe Gros, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique, dans la note 17/13 de cette institution, estime que le débat frénétique sur l’ASB « donne lieu à une forte entropie dans la production conceptuelle militaire et dans le débat stratégique américain ». Il note également que l’ASB « représente un concept "a-stratégique" qui ignore le fait que Pékin est une puissance nucléaire et pourrait menacer les partenaires des Américains… »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • petite souris • 31/07/2013 - 23:41

    pourquoi diable le gouvernement des stètes a-t-il toujours besoin d’engager une guerre et d’avoir un ennemi désigné à combattre ?
    N’y-a-t-il rien d’autres à faire dans ce pays ou il y a environ 46 millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté ? où la ville de Détroit sombre lamentablement ? où la plupart des états sont en faillite ?
    ............relancer d’urgence le projet NAWAPA par exemple
    Mais surtout remettre l’homme au centre de ses préoccupations et plus l’argent !!!

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Les Etats-Unis veulent imposer leur « primauté stratégique » grâce au chantage nucléaire

11 mars 2013
Actualité
Les Etats-Unis veulent imposer leur « primauté stratégique » grâce au chantage nucléaire

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard