X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Finance Watch sur la réforme bancaire : Moscovici ne propose qu’une simple retouche cosmétique

La rédaction

Dans une lettre ouverte envoyée au ministre des Finances Pierre Moscovici, l’ONG Finance Watch, favorable à la séparation stricte des activités bancaires, s’inquiète vivement que le projet de loi de loi bancaire, qui sera présenté le 19 décembre en Conseil de ministres, au lieu d’être la rupture historique que tout le monde attend, ne sera qu’un « ajustement à la marge » .

En conclusion de sa lettre, le secrétaire général de Finance Watch Thierry Philipponnat, un ancien banquier spécialiste des dérivés, « émet le vœu que le débat parlementaire prochain permette de faire évoluer le projet de réforme bancaire ».

Pour cela, nous demandons à tout ceux qui nous lisent à donner la plus grande circulation possible à ce texte, en particulier auprès des élus et responsables qui seront appelés à s’exprimer dans les semaines qui viennent sur cette question.

En attendant, signez sans tarder l’Appel à un Glass-Steagall global

Réforme bancaire :
la lettre ouverte de Finance Watch

Bruxelles
Le 11 décembre 2012

A l’attention de Monsieur Pierre Moscovici
Ministre de l’Economie et des Finances
139, rue de Bercy
6e étage
75572 Paris

Monsieur le Ministre,

Lors du discours que vous avez prononcé le jeudi 15 novembre en clôture des entretiens de l’AMF, vous avez déclaré que la loi bancaire qui serait présentée en Conseil des ministres le 19 décembre serait un « grand marqueur de l’action gouvernementale ». Vous avez également déclaré qu’il y aurait « un avant » et « un après » et que « la retouche cosmétique, l’ajustement à la marge, les petits pas » n’étaient pas ce que l’on attendait du gouvernement.

Finance Watch partage avec vous la conviction que la retouche cosmétique et l’ajustement à la marge ne sont pas ce dont la société française a besoin en matière bancaire.

Rappelons en brièvement les raisons :

Il existe deux types d’activités bancaires de nature fondamentalement différente :

• l’une consiste à réaliser des prêts : dans ce rôle, les banques ne sont pas des
intermédiaires mais les créateurs de la monnaie qui permet à l’économie de
fonctionner (d’où l’adage « les prêts font les dépôts »). Ce rôle est de fait
indissociable de celui de collecte des dépôts et de mise à disposition de moyens
de paiement. L’ensemble crédits-dépôts-paiement constitue les activités de
banque commerciale. Ces activités, vitales au bon fonctionnement de l’économie, bénéficient d’un soutien explicite de l’Etat, via la garantie des dépôts de la clientèle.

• l’autre consiste à intervenir sur les marchés financiers, soit dans le but de servir
une clientèle, soit dans le but de bénéficier de décalages de cours, soit - dans la
réalité - les deux à la fois. Dans ce rôle, les banques - qu’on appellera ici banques
de marché - sont, ou devraient être, des intermédiaires.

Combiner ces deux activités au sein d’une même banque a pour conséquence de permettre à l’activité de prêt d’argent et de collecte des dépôts de nourrir artificiellement l’activité de négoce d’instruments financiers. Dès lors qu’elle est nourrie par les dépôts et par le crédit, l’activité de négoce d’instruments financiers perd sa caractéristique, pourtant économiquement essentielle, d’activité d’intermédiation. Une telle combinaison conduit également à une extension d’un soutien implicite de l’Etat aux activités de marché qui leur permet de se développer toujours plus et souvent au-delà de ce que nécessiteraient le financement et la fourniture de services financiers à l’économie réelle.

En résumé, dans une configuration de ce type, les dépôts de la clientèle sont exposés aux risques pris dans le cadre des activités de marché, les activités de marché voient leur volume artificiellement gonflé par les dépôts et l’Etat apporte à la fois une garantie explicite à l’activité de dépôts et une garantie implicite aux activités de marché.

Le projet de loi de réforme bancaire que vous présenterez au Conseil des Ministres le 19 décembre est de notre point de vue fondé sur une distinction inadéquate entre activités bancaires utiles et activités bancaires spéculatives : non seulement le choix d’une telle distinction ne permet pas de traiter la question économique essentielle exposée plus haut mais, surtout, elle mène inéluctablement à une non-réforme car le débat sur l’utilité d’une activité bancaire ne réunira jamais le consensus des différentes parties prenantes.

A la lecture de ce texte, Finance Watch craint que la réforme bancaire que vous allez proposer ne constitue, contrairement à vos déclarations récentes, qu’un ajustement à la marge. Les multiples déclarations de hauts dirigeants de banques françaises ayant affirmé récemment que cette réforme n’aurait qu’un impact très marginal sur leur activité ne fait que renforcer cette inquiétude.

Deux exemples tirés du premier article de ce projet de loi permettent d’illustrer notre propos :

• Le projet de loi permet à l’activité de « fourniture de services d’investissement à la clientèle » ainsi qu’à celle de « tenue de marché sur instruments financiers » de rester au sein de la banque commerciale. Etant donné que toute opération sur les marchés financiers s’effectue par construction avec une contrepartie, il est aisé de requalifier cette contrepartie en « client » et de ce fait d’inclure la quasi-totalité des activités de négoce sur les marchés dans ces catégories. Ainsi, l’activité de négoce de produits dérivés ne sera pas touchée par la réforme sous prétexte que les transactions sont nécessairement réalisées avec une contrepartie baptisée client. La conséquence en est que la collectivité et le contribuable continueront, à leur insu, de soutenir un développement de ces produits clairement déconnecté de l’évolution de l’économie réelle (à titre d’illustration, on rappellera que l’encours de produits dérivés dans le monde a été multiplié par 7 entre 2000 et 2012 là où la taille de l’économie mondiale ne faisait que doubler et que les banques françaises jouent un rôle essentiel sur ce marché).

• Le projet de loi prévoit la séparation de « toute opération impliquant des risques de contreparties non garantis vis à vis d’organismes de placement collectif à effet de levier » (les fameux hedge-funds). Le point fondamental réside ici dans la notion de « risques de contrepartie non garantis » car les crédits de ce type sont toujours montés avec des garanties, ce qui a comme conséquence que cette disposition exempte de facto l’activité de prêts aux hedge-funds. Autrement dit, ces dispositions du projet de loi permettront aux banques françaises de continuer à utiliser les dépôts de la clientèle pour financer des activités de prêt aux hedge funds et, plus généralement, pour nourrir la spéculation par le crédit. A tout le moins, cette disposition nous semble contredire la promesse réalisée par le Président de la République alors qu’il était candidat de « maîtriser la finance […] par le vote d’une loi sur les banques qui les obligera à séparer leurs activités de crédit de leurs opérations spéculatives ». A titre de comparaison, on notera également que le récent rapport Liikanen sur la réforme de la structure des banques recommande explicitement de localiser l’activité de crédit bancaire aux hedge-funds dans l’entité bancaire non autorisée à recevoir les dépôts de la clientèle.

De manière générale, il nous parait essentiel de revenir aux fondements de la promesse de campagne du Président de la République qui visait à isoler les activités de crédit et non les activités utiles. Le glissement sémantique « d’activité de crédit » à « activités utiles », notion très subjective, permet des interprétations qui vont à l’encontre des objectifs initiaux. Le projet de loi que vous présenterez en Conseil des Ministres le 19 décembre nous semble, en tous cas dans la version qui a circulé officieusement, s’être éloigné de ces objectifs en ouvrant la voie à des interprétations sans fin permettant d’éviter des réformes pourtant essentielles.

Au vu de l’enjeu, une réforme de la structure des banques se doit d’être ambitieuse, et l’histoire devrait nous y encourager. Un régime de séparation des activités de banque commerciale et de banque de marché a en effet prévalu aux Etats-Unis entre 1933 et 1999 et cette expérience a montré qu’il est possible de développer une activité de banque de marché dynamique, efficace et rentable avec une séparation claire des activités bancaires. Qui plus est, la séparation des activités et l’absence de soutien public à l’activité des banques de marché ont permis de développer aux Etats-Unis une diversité d’intervenants qui a constitué un facteur considérable d’accroissement de la capacité des banques américaines à servir les entreprises et les investisseurs.

Enfin, un régime de résolution bancaire, aussi solide et bien conçu soit-il, a besoin de banques relativement simples et de taille raisonnable pour être efficace. Le régime de résolution bancaire proposé par votre projet de loi va dans un sens louable de renforcement des pouvoirs de la puissance publique et de protection de la société et des contribuables des conséquences de faillites bancaires. Mais on peut légitimement s’interroger sur son efficacité dans le cas de faillites de la taille des grandes banques françaises : les trois plus grandes banques françaises ont un total de bilan cumulé égal à 2,5 fois le PIB du pays et leurs activités comme leurs structures sont hautement complexes. Comme le montre à nouveau l’expérience américaine, un mécanisme de résolution bancaire, même efficace, ne peut résister au défaut d’une banque trop grande ou trop complexe et finit toujours par recourir dans ce cas à l’argent public. Il est de notre point de vue fort douteux que la résolution éventuelle de banques d’une taille et d’une complexité qui sont celles des grandes banques françaises soit réalisable sans impact majeur sur les finances publiques. Finance Watch a la conviction qu’un régime de résolution bancaire réaliste ne peut être mis sur pied sans une réforme simultanée et suffisamment ambitieuse de la structure des banques.

Convaincu que vous avez à cœur de mettre en œuvre une réforme qui contribue de façon significative à un secteur bancaire français à même de servir les besoins économiques du pays et qui protège l’ensemble de la société des conséquences désastreuses d’un défaut bancaire éventuel, je tenais à partager ces quelques réflexions avec vous et à émettre le voeu que le débat parlementaire prochain permette de faire évoluer le projet de réforme bancaire français dans ce sens.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

Thierry Philipponnat
Secrétaire Général
Finance Watch

Campagne Réforme bancaire : ce qu’elle n’est pas, ce qu’elle doit être

Voir le commentaire

  • petite souris • 13/12/2012 - 14:54

    Cette lettre est très intéressante .... je crains qu’elle ne soit pas suivie d’effet
    ...........puisque c’est décidé la BCE va contrôler toutes les banques européennes !!!
    ...........ce qui signifie que même les banquiers ne sont plus libres et les banques, sur décision de gens non élus, devront s’aider les unes les autres au sein des pays de l’union européenne
    ................
    Ce qui a pour conséquences :
    * tous les européens devront rembourser les banques qui on joué et perdu au grand casino de la spéculation virtuelle !!!!!
    * certains peuples ne vont pas aimé du tout (ceux du nord de l’europe essentiellement ) "payer" pour les peuples du sud !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    ............
    * ....... une guerre "civile" inter-européenne en vue ?????????

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard