X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

France-Chine : les atomes crochus

JPEG - 211.4 ko

Qualifiée de « plus grand parc nucléaire en devenir du monde », la Chine fait figure de terre promise dans l’atome civil.

Avec un parc nucléaire en expansion et des dépenses de R&D en forte hausse, la Chine ambitionne de pouvoir exporter dans le monde entier d’ici peu le Hualong (ou « dragon chinois »), un réacteur de IIIe génération de conception entièrement chinoise, et se place en pôle position pour le nucléaire du futur, pas seulement sur les réacteurs de IVe génération mais également sur la fusion nucléaire.

PNG - 362.1 ko

En septembre 2017, son parc national, avec 36 unités, dispose d’une puissance installée de 34,43 GWe en exploitation, à laquelle il faut ajouter les 23,20 GWe des 20 unités en construction.

Déjà aujourd’hui, la Chine représente un tiers des réacteurs en chantier dans le monde, avec une quarantaine d’autres en projet. Ce pays doit rattraper son retard. Il vient de se doter du plus vaste réseau de TGV du monde (20 000 km), travaille d’arrache-pied à l’électrification de l’ensemble de son territoire et veut devenir le leader mondial de la voiture électrique.

Pour atteindre 200 GW de puissance installée en 2030, Beijing devra lancer la construction de réacteurs en bord de rivières, alors qu’ils sont actuellement tous en bord de mer.

Une tendance qui se poursuivra après 2030. Car la Chine vient de très loin et ses besoins sont immenses. Or, même avec les 200 GW espérés en 2030, cela n’assurerait jamais que 10 % de la production électrique du pays (contre un peu moins de 3,56 % aujourd’hui).

Un peu d’histoire

JPEG - 114.5 ko

Comme le raconte Pierre-Yves Cordier dans Chine, le nouveau géant du nucléaire, l’excellent dossier publié en septembre 2017 (N°5) dans La revue générale nucléaire, « La Chine a une longue histoire nucléaire, marquée par une alternance et une complémentarité entre aide extérieure et adoption de technologies étrangères et développement des capacités domestiques ».

Si l’aide de la Russie a été décisive pour permettre à la Chine de réussir son premier test nucléaire militaire en 1964, c’est essentiellement le Premier ministre Zhou Enlai qui lancera dans les années 1970 le programme du nucléaire civil. La France accompagne dès le début ce programme.

Les premiers contacts avec la France dans le domaine du nucléaire remontent à août 1973, date de la première visite en Chine du président Pompidou.

Ils se concrétisent en 1982 par la signature d’un accord de coopération entre le CEA et le ministre chinois de l’industrie nucléaire (MIN), accord régulièrement renouvelé depuis trente ans.

En mai 1983, un accord détaillé prévoit la fourniture de centrales nucléaires de 900 MWe en incluant une clause relative aux transferts de technologies. La construction de la centrale Daya Bay est lancée, puis celle de Linag Ao.

L’ambition chinoise

Mais la Chine ne met jamais tous ses œufs dans le même panier. Avant de faire le choix de sa propre stratégie, elle teste plusieurs filières en les achetant à l’étranger. Si elle a commencé par des réacteurs français à eau pressurisés (REP) mis en service dans les années 1990, elle a également construit des CANDU canadiens en 2002-2003, des VVER russes en 2007, tout en développant plus récemment des EPR d’Areva et l’AP1000 de Westinghouse.

En clair, tout en se dotant d’une puissance électronucléaire pour faire décoller l’économie du pays, la Chine prend le temps d’inventer une filière qui conviendrait le mieux à ses besoins nationaux et au réacteur idéal pour l’exportation.

Comme le résument Dominique Ochem, conseiller nucléaire à l’ambassade de France en Chine et son adjointe Loeïza Cavalin :

L’ambition de la Chine vis-à-vis de son programme nucléaire est logique et n’est pas nouvelle : après avoir acquis une technologie étrangère, on réalise la sienne, que l’on essaie dans un troisième temps d’exporter.

JPEG - 438.6 ko
Visite d’étudiants en génie civil de l’Ecole centrale de Paris au site de construction de l’EPR à Taishan dont l’exploitation commerciale démarrera dans les mois à venir.
Crédit : ECP

La visite d’Emmanuel Macron

JPEG - 1 Mo

C’est dans ce contexte qu’il faut se féliciter, lors de la visite d’Etat du Président français Emmanuel Macron, de la signature avec Areva, le 9 janvier, d’un protocole d’accord commercial en vue de construire une usine de retraitement du combustible nucléaire en Chine, un projet d’une ampleur comparable au barrage des Trois Gorges (environ 23 milliards d’euros), dont environ la moitié pour Areva.

La décision stratégique est donc prise. A l’inverse des Etats-Unis, la Chine va adopter le modèle français : les combustibles usés seront retraités, l’uranium et le plutonium récupérés pour fabriquer de nouveaux combustibles dits MOX et les produits de fission seront vitrifiés, comme à La Hague, dans la perspective d’un enfouissement géologique. Areva n’assurera pas la construction proprement dite du site, mais apportera ses capacités d’ingénierie pour concevoir l’usine et les procédés, ce qui donnera du travail à quelque 2000 ingénieurs en France le temps de la construction.

Nucléaire 100% made in China

JPEG - 143.4 ko
Maquette du réacteur 100% chinois Hualong1.

En même temps, la technologie entièrement chinoise du réacteur Hualong (HL), d’une puissance moyenne de 1000 GW, est en marche.

Etant fortement inspirée des standards français, son arrivée permettra aux sociétés françaises de bien se positionner. Bien que le Hualong soit déjà en construction en Chine, Beijing veut le faire certifier au Royaume-Uni où un premier réacteur pourrait voir le jour à Bradwell. Brexit ou pas, cette réalisation permettrait d’entrer en fanfare sur le marché européen.

En échange de la participation chinoise au projet de construction de deux EPR à Hinckley Point, EDF aidera son partenaire chinois à faire certifier son concept. C’est du gagnant-gagnant sur toute la ligne : EDF a besoin de l’EPR pour consolider son avenir, et la Chine de son Hualong.

Pour l’exportation de la technologie chinoise, trois projets à l’international sont déjà très avancés :

  • Au Royaume-Uni, à Bradwell ;
  • au Pakistan, où deux Hualong sont en cours de construction par la CNNC depuis 2015 ;
  • en Argentine, où le Canada et la Chine installeront ensemble un réacteur Candu et un Hualong d’ici 2020.

D’autres projets sont dans les cartons, notamment au Brésil, en République tchèque et au Kenya où, en vertu d’un accord conclu le 21 mars 2017, la Chine aidera son partenaire kenyan à former du personnel, à augmenter sa capacité industrielle et à partager des informations sur le Hualong et d’autres réacteurs chinois.

Les rapides

« Le déploiement d’une part de réacteurs rapides (RNR) est le prolongement naturel de cette politique », car en effet, en s’en servant comme combustible, les réacteurs à neutrons rapides, tout comme les réacteurs au thorium, permettent de brûler le plutonium inévitablement produit par l’ensemble du parc nucléaire chinois.

« Là aussi, le programme est impressionnant, avec un premier démonstrateur de 600 MWe annoncé pour 2023, planning sans doute très optimiste mais qui démontre le volontarisme du programme. »

Et comme le souligne le journaliste scientifique Sylvestre Huet sur son blog : ces réacteurs rapides

font disparaître la limitation des ressources minérales pour plusieurs siècles en multipliant par au moins 50 le volume d’électricité produite à partir d’une même quantité d’uranium naturel relativement aux réacteurs ’lents’. [1]

Les ressources sont un élément de réflexion important pour les Chinois qui ne produisent sur leur sol que le tiers de l’uranium qu’ils utilisent, un autre tiers provenant de mines à l’étranger mais opérées par des industriels chinois, le dernier tiers étant acheté sur le marché mondial.

Une R&D florissante

Ochem et Cavalin soulignent également que

la Chine possède les moyens, la volonté politique, et joue également de la diversité des acteurs qui se font concurrence entre eux pour lancer une multitude de projets dont l’inventaire englobe à peu près tout ce que la communauté internationale a envisagé durant les vingt dernières années. Habités par un enthousiasme et un sens de la prise de risque que nous avons oublié depuis longtemps, ces acteurs n’hésitent pas à lancer le début des travaux de génie civil, voire les achats de composants, alors même que les concepts ne sont pas stabilisés, ni bien sûr la certification validée, ce qui explique en partie les durées de construction bien inférieures à ce que les pays occidentaux peuvent bien espérer.

Ils citent alors les chantiers en cours pour développer les prototypes les plus prometteurs des réacteurs de la IVe génération :

Même si tous ces projets n’aboutissent pas, ils stimulent l’accumulation d’une expertise en la formation d’un potentiel humain qui ont toutes les chances de faire de la Chine la puissance nucléaire du XXIe siècle.

Fusion nucléaire

JPEG - 184.9 ko
Promu au plus haut niveau politique dans chacun des deux pays, l’accord donne de la force supplémentaire à la coopération déjà engagée par le CEA et les instituts chinois de recherche travaillant sur la fusion nucléaire. De gauche à droite, assis, M. Yuntai Song de l’Institut ASIPP (Académie chinoise des sciences), M. Gabriele Fioni, directeur de la coopération internationale du CEA, M. Luo Delong, directeur général du département de la coopération internationale du Most et Xuru Duan, directeur de la China National Nuclear Corporation.

Ajoutons à cela la signature à Beijing, les 23 et 24 novembre, en marge de la réunion de haut niveau préparant le voyage d’Emmanuel Macron, d’un accord majeur sur la coopération franco-chinoise dans le domaine de la fusion thermonucléaire contrôlée, pour la création entre le CEA, les autorités chinoises et les instituts de recherche les plus avancés dans ce domaine en Chine, d’un centre franco-chinois sur l’énergie de fusion (SIFFER, Sino-French Fusion Energy Center).

Accompagnée d’une Déclaration politique intergouvernementale signée en présence de M. Jean-Yves Le Drian, notre ministre des Affaires étrangères, et de Madame Liu, vice-présidente de la République populaire de Chine, cet accord promeut la recherche dans ce domaine au plus haut niveau politique, renforçant ainsi la coopération déjà engagée par le CEA et les instituts chinois de recherche travaillant sur la fusion nucléaire, notamment sur ITER à Cadarache en France.

Rappelons qu’à masse égale, la fusion d’atomes légers comme l’hydrogène libère une énergie près de quatre millions de fois supérieure à celle d’une réaction chimique telle que la combustion du charbon, du pétrole ou du gaz, et quatre fois supérieure à celle des réactions de fission nucléaire.

Une occasion pour les PME français

PNG - 1.7 Mo

Derrière les grandes entreprises françaises (EDF, Areva, CEA, etc.) dont la présence semble évidente sur un marché aussi important, il faut rappeler l’importance des PME/PMI françaises qui sont partie prenante de la chaîne d’approvisionnement du nucléaire chinois, non seulement pour les réacteurs de technologie française, mais également pour les autres modèles.

Il faut souligner ici le rôle majeur d’EDF qui, en créant le Partenariat France Chine Electricité (PFCE), a permis aux PME/PMI qui faisaient partie de sa chaîne d’approvisionnement en France, de participer à l’aventure chinoise, et de profiter du réseau d’EDF en Chine pour s’implanter sur ce marché difficile. Ces entreprises sont présentes en Chine via des joint-ventures, et leurs produits et équipements sont sur quasiment tous les sites en construction. Le marché chinois permet d’augmenter leur capacité de production, de recruter du personnel en France, et représente pour beaucoup une part importante de leur chiffre d’affaires.

C’est notamment la proximité des référentiels nucléaires chinois et français, promus en Chine par l’Association française pour les règles de conception, de construction et de surveillance en exploitation des matériels des chaudières électronucléaires (AFCEN) qui facilite la pénétration de nos entreprises sur le marché chinois.

Ainsi, depuis 1973, la France accompagne le programme nucléaire chinois et les accords conclus aujourd’hui permettront aux deux pays d’être au cœur de la Renaissance de cette technologie au XXIe siècle.


[1C’est le même objectif – s’affranchir de toute limitation des ressources – qui guide la R&D du CEA sur ce sujet, avec le projet de réacteur Astrid : le seul stock d’uranium appauvri conservé en France (300 000 tonnes) suffirait à produire l’électricité du pays durant plus de mille ans. Le second avantage possible d’un tel réacteur est que les neutrons rapides cassent les noyaux des actinides mineurs en noyaux dont la période radioactive est beaucoup plus courte, diminuant drastiquement la durée de la nocivité des déchets nucléaires.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard