Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

18 décembre - Macron : sa transition énergétique et la nôtre Lire 18 décembre - La Chine selon Washington et Londres Lire 17 décembre - Réduire les émissions de CO2 : quelles conséquences ? Lire
AccueilActualité

Glyphosate – Après l’émotion, enfin le temps de la réflexion

La rédaction
JPEG - 55.3 ko

Après une diabolisation outrancière des pesticides et de toute forme d’agriculture productive, les agriculteurs de la Coordination Rurale (CR) et de l’Organisation des producteurs de grains (OPG), ont fait savoir qu’ils souhaitent que l’utilisation du glyphosate soit maintenue tout en demandant un encadrement plus strict de son utilisation.

Deux propositions pour un encadrement plus strict du glyphosate :

  • Les utilisations en végétation sur des cultures dont les récoltes sont destinées à l’alimentation humaine ou animale devront être interdites. Ceci reviendra à prohiber le glyphosate comme dessiccant, pulvérisé peu de temps avant la récolte ainsi que sur des cultures qui y seraient résistantes (cultures OGM notamment) ;
  • Les limites maximales de résidus (LMR) devront être revues à la baisse et harmonisées dans un but de protection des consommateurs. Alors que la LMR est de 0,1 mg/Kg pour la majorité des productions végétales dont les fruits et légumes, il est anormal que cette norme soit de 10 mg/Kg pour les lentilles et de 20 mg/Kg pour les fèves de soja ou encore l’avoine (flocons pour céréales), soit 100 à 200 fois plus que la norme standard. Le durcissement des LMR permettra d’imposer aux importations les mêmes normes que celles qui sont en vigueur en France ou au sein de l’UE.

La CR et l’OPG estiment que les agriculteurs français utilisent le glyphosate de manière raisonnée et qu’ils ne devraient donc pas être pointés du doigt et sanctionnés (suppression du glyphosate) pour des faits dont ils ne sont pas responsables car c’est bien dans des produits importés, OGM en particulier, que l’on retrouve des résidus, pas dans les produits français !

Glyphosate : du bon usage du principe de précaution !

Source : site de la CR, 10 janvier 2018

Pour certains, et à première vue, il suffirait d’invoquer le principe de précaution pour interdire le glyphosate purement et simplement.

Or, si on y regarde avec plus d’attention, c’est l’utilisation sur les récoltes qu’il faut interdire, ainsi que la vente des produits qui en contiennent, les limites maximales de résidus devant être revues à la baisse.

Le glyphosate n’est probablement pas cancérigène.

Le CIRC [1] est la seule agence au monde à estimer le glyphosate probablement cancérigène et la qualité de son travail est remise en cause par une enquête de l’agence de presse Reuters[2]. Le 8 décembre 2017, le Congrès américain a d’ailleurs sommé le directeur du CIRC de venir s’expliquer sur ses méthodes de travail.

Quoi qu’il en soit, cet avis du CIRC est désavoué par l’OMS[3] elle-même (sa maison mère), par l’Anses [4], l’EFSA [5] et l’ECHA [6], estimant le glyphosate probablement pas cancérigène.

Aucune agence nationale dans le monde ne considère le glyphosate comme cancérigène. Certes, toutes ces agences sont accusées de succomber aux sirènes du lobbying entrepris par les firmes, comme ce fut le cas du CIRC, travaillé par les lobbies écologiste.

En supposant cependant que le glyphosate soit réellement cancérigène, il convient alors d’examiner le degré d’exposition et le risque ainsi encouru par le consommateur.

Il n’y a pas de résidus de glyphosate dans les produits français.

La Coordination Rurale et l’OPG ont envoyé à un laboratoire 16 échantillons de céréales et oléoprotéagineux fournis par des agriculteurs français utilisant tous du glyphosate dans leurs itinéraires techniques. Aucun d’entre eux ne contenait de glyphosate (ni d’AMPA, ni de glufosinate). En revanche, les 2 échantillons de soja OGM prélevés aux ports de Lorient et Saint-Nazaire contenaient des résidus significatifs de glyphosate.

En France, le glyphosate n’est que très rarement utilisé directement sur la culture, en période de végétation.

Le glyphosate est un herbicide total : il détruit toute plante en activité chlorophyllienne, sauf dans le cas où la plante a été génétiquement modifiée pour y résister. Aux USA, au Brésil, en Argentine ou au Paraguay par exemple, le glyphosate est donc directement épandu sur les parcelles de soja et maïs OGM, pour y détruire les mauvaises herbes. Cela explique la présence de résidus dans les 32 millions de tonnes de soja importées par l’UE.

Mais en France, la culture d’OGM est interdite. Les agriculteurs dans leur immense majorité ne se servent du glyphosate qu’entre deux cultures, pour détruire les plantes adventices qui concurrenceraient la culture suivante et pour utiliser moins d’herbicides sélectifs une fois la culture en place.

Sur des cultures comme l’avoine au Canada[7], la lentille aux États-Unis ou encore le haricot rouge au Brésil, du glyphosate peut être pulvérisé deux semaines avant la récolte pour en avancer la date. La culture et les mauvaises herbes se dessèchent, anticipant ainsi la récolte et facilitant le passage de la moissonneuse. Dans certains pays de l’UE, le glyphosate est autorisé et parfois utilisé sur blé ou sur colza, avant récolte, les années humides. Dans les pays de l’Est, une utilisation sur tournesol permet d’avancer la récolte.

En France, l’utilisation avant récolte est autorisée mais limitée à certaines céréales, avec un délai avant récolte de 7 jours : blé, orge, parfois avoine, seigle, triticale ; sauf pour la production de semences, la brasserie, la malterie et parfois, la panification. Mais elle est très rarement pratiquée, ce qui explique l’absence de résidus dans les produits agricoles « made in France ».

Pour mettre un terme à ces distorsions, il faut réviser les conditions d’utilisation du glyphosate en demandant la suppression de cet usage comme dessicant avant récolte au sein de l’UE, tant que son statut toxicologique n’est pas établi avec certitude.

À ce sujet, l’association Générations Futures s’est livrée à une manœuvre dévoyée : elle a fait analyser divers produits et détecter des résidus dans certains d’entre eux mais sans préciser leur origine exacte, en laissant faussement croire que le glyphosate épandu en France entraine un risque pour la santé.

Le seul produit positif au glyphosate (0,13 mg/kg de résidus) et clairement identifié par Générations Futures comme d’origine française est une lentille verte de marque Vivien Paille (500 g.). Or, l’utilisation de cet herbicide avant récolte sur lentille est strictement interdite dans notre pays. De deux choses l’une : soit il y a erreur sur l’origine des lentilles, soit l’agriculteur a utilisé illégalement du glyphosate pour les récolter.

Les limites maximales de résidus (LMR) doivent être ramenées à 0,1 mg/kg.

La LMR constitue un seuil au-delà duquel la commercialisation du produit n’est pas autorisée. La LMR de base est de 0,1 mg/kg de produit mais, comme par hasard, les plantes bénéficiant de la LMR la plus élevée (20 mg/kg) sont le soja, le tournesol, l’orge, l’avoine et le sorgho, qui sont soit des cultures génétiquement modifiées, soit des cultures dessiquées au glyphosate. Blé, lentilles et colza sont à 10, les haricots à 2 mg/kg [8].

Certaines LMR ont été augmentées entre 2008 et 2013 : la limite maximale sur lentille par exemple, est passée de 0,1 mg/kg à 10 mg/kg, soit une multiplication par 100 (alors que le Codex Alimentarius retient un seuil de 5 mg/kg). De quoi faciliter les importations de lentilles dessiquées provenant du Canada et des États-Unis.

Une bonne application du principe de précaution devrait pousser à ramener progressivement les LMR dans tous les produits au seuil minimal de 0,1 mg/kg et à interdire les ventes à la consommation humaine et animale de produits dépassant cette norme, y compris bien sûr les tourteaux de soja. Ceci, dans les 5 ans à venir, date où sera remise en examen l’autorisation du glyphosate (si la France n’a pas interdit auparavant les 187 produits qui en contiennent).

Mais resterait le problème des LMR internationales[9], déterminées par le Codex Alimentarius (FAO/OMS), parfois plus élevées que les LMR communautaires et régulièrement augmentées au fur et à mesure de l’augmentation de l’utilisation de glyphosate à travers le monde. Le Codex tolère jusqu’à 200 mg/kg pour le tourteau de soja, un seuil multiplié par 10 depuis 1997.

En principe, un produit ne respectant pas la LMR qui lui est assignée par les annexes du règlement européen 396/2005 ne peut pas être importé en UE mais il est impossible de tout contrôler. En outre, le règlement précise qu’il est possible de demander une tolérance à l’importation, « afin de répondre aux besoins du commerce international ».

Refuser les importations de produits ne respectant pas ces LMR révisées !

Si l’UE a prolongé de 5 ans l’autorisation du glyphosate comme matière active, le gouvernement français envisage de retirer d’ici 3 ans les autorisations de mise sur le marché (AMM) des 187 produits[10] qui en contiennent (dont 68 destinés aux jardins et particuliers).

La santé publique s’en trouvera-t-elle mieux ? On peut en douter, vu l’ampleur des importations de produits glyphosatés.

Si l’on veut faire une bonne application du principe de précaution, ce sont les importations qu’il faut interdire ou dissuader par des protections tarifaires adéquates.

Le président de la République n’a malheureusement pas ce pouvoir et ce n’est visiblement pas la priorité de la Commission européenne qui s’empresse d’achever les négociations du traité de libre-échange avec le Mercosur, premier producteur mondial de soja.

Après l’interdiction, quelles alternatives ?

Le glyphosate est un herbicide efficace et peu coûteux. Les agriculteurs ne disposent actuellement d’aucune solution de remplacement. Hormis l’acide pélargonique (produit de biocontrôle), cher, aux résultats hasardeux et nettement moins efficace, il n’existe aucune autre substance alternative. Une interdiction brutale plongerait donc la profession dans une impasse.

Un récent rapport de l’Inra [11] préconise le retour au labour, le recours au gel hivernal des couverts intermédiaires, le hachage de la végétation. Ce sont des techniques qui fonctionnent mais pour lesquelles, hélas, les agriculteurs ont noté, avec leurs expériences, plus d’inconvénients que d’avantages. Ce serait donc un grand pas en arrière qui leur serait demandé et qui marquerait également l’abandon de l’agriculture de conservation (agro-écologie).

Notes :

[1] Centre International de la Recherche sur le Cancer : http://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol112/mono112-10.pdf

[2] https://www.reuters.com/investigates/special-report/who-iarc-glyphosate/

[3] Organisation Mondiale de la Santé : http://www.who.int/foodsafety/jmprsummary2016.pdf?ua=1

[4] Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail : https://www.anses.fr/fr/content/avis-de-l%E2%80%99anses-sur-le-caract%C3%A8re-canc%C3%A9rog%C3%A8ne-pour-l%E2%80%99homme-du-glyphosate

[5] Autorité européenne de sécurité des aliments : https://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/151112

[6] Agence européenne des produits chimiques : https://echa.europa.eu/fr/-/glyphosate-not-classified-as-a-carcinogen-by-echa

[7] http://www.roundup.ca/_uploads/documents/MON-Preharvest%20Staging%20Guide-french.pdf

[8] http://ec.europa.eu/food/plant/pesticides/eu-pesticides-database/public/?event=pesticide.residue.CurrentMRL&language=FR&pestResidueId=120 – voir le règlement 396/2005 et ses annexes modifiées : règlement 149/2008, règlement 839/2008, règlement 441/2012, règlement 293/2013.

[9] http://www.fao.org/fao-who-codexalimentarius/codex-texts/dbs/pestres/pesticide-detail/fr/?p_id=158

[10] https://ephy.anses.fr/substance/glyphosate et https://ephy.anses.fr/resultats_recherche/ppp?field_usage_list_field_type_usage_title=20100401000000000001&search_api_aggregation_2_op=%3D&search_api_aggregation_2=glyphosate&sort_by=search_api_aggregation_4&sort_order=ASC

[11] https://inra-dam-front-resources-cdn.brainsonic.com/ressources/afile/418767-54570-resource-rapport-glyphosate-inra.pdf

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Tract S&P pour le Salon international de l’agriculture de Paris 2018

22 février
Actualité
Tract S&P pour le Salon international de l’agriculture de Paris 2018

Refaire de l’agriculture un grand métier d’avenir

7 mars 2017
Agriculture
Refaire de l’agriculture un grand métier d’avenir

Glyphosate, PAC, libre-change, SNCF, présidentielles : TV-Agri s’est entretenue avec Jacques Cheminade

27 février
Actualité
Glyphosate, PAC, libre-change, SNCF, présidentielles : TV-Agri s’est entretenue avec Jacques Cheminade

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard