Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

20 novembre - 28 novembre, Forcalquier (04) - L’association « Médiation 04 » vous invite à une conférence de Jacques Cheminade Lire 20 novembre - Dévitaliser les communes comme une dent que l’on veut arracher Lire 19 novembre - Pourquoi S&P soutient les infirmières et infirmiers Lire
AccueilActualité
Brèves

Helga Zepp-LaRouche : Deutsche Bank, un petit exemple de mentalité criminelle

JPEG - 71.6 ko

Par Helga Zepp-LaRouche, Présidente de notre parti frère Bürgerrechtsbewegung Solidarität (mouvement des droits civiques Solidarité) (Büso)

Il fallait oser ! Dans une lettre à ses clients (ci-dessous), la plus grande banque allemande, Deutsche Bank, fortement impliquée dans la spéculation à haut risque (Son PDG Joseph Ackermann exige un retour sur investissement annuel de 25%) et incontestablement à l’origine d’une inflation grandissante, leur propose des produits financiers spéculatifs pour se mettre à l’abri de… l’inflation !

Et ceci au moment même où la Banque centrale européenne (BCE), transformée en « bad bank » avec au moins 77 milliards d’euro d’actifs toxiques dans ses comptes, est contrainte à relever ses taux de 0,25 % à 1,5 % pour contenir une poussée inquiétante de l’inflation.

Le vrai problème, c’est que les agences de notations ont maintenant attribué le statut d’actifs toxiques aux obligations d’Etat de la Grèce et du Portugal, et que la moindre augmentation de ces taux d’intérêts signifie pour ces Etats que le service de leurs dettes sera encore plus coûteux.

Jeremy Warner du Daily Telegraph a parfaitement raison lorsqu’il écrit, que nous nous trouvons aujourd’hui dans une situation comparable à celle qui a eu lieu après la chute de Lehmann Brothers, AIG et Merryll Lynch, à la différence près que ce ne sont plus seulement des banques qui menacent de s’effondrer mais des pays entiers. Et il a aussi raison en affirmant que les politiques européennes revêtent de plus en plus l’apparence d’une folie monétaire.

Dean Andromidas de l’Executive Intelligence Review (EIR) a demandé à Jean-Claude Trichet, lors d’une récente conférence de presse, ce qu’il pensait de l’utilisation massive de gaz lacrymogène par la police d’Athènes contre les milliers de manifestants le 29 Juin 2011 : « J’aimerais savoir si vous pensez réellement que cette politique peut être maintenue au regard de la résistance que montre actuellement la Grèce et de la résistance très probable du Portugal et de l’Espagne. Cette question ne vous semble-t-elle pas plutôt préoccupante ? »

Trichet répliqua sèchement que les politiques d’austérités en Grèce seront mise en place coûte que coûte, quelque soit la quantité de gaz lacrymogène qu’il faudra utiliser !

Il devient encore plus limpide à quel point ceux qui préconisent ces plans de renflouements ont perdu le contact avec la population et leur bien-être lorsqu’on prête attention à la réponse émise sous forme de question par Ulrich Häde, le plénipotentiaire du ministère des Finances, aux deux plaintes déposées contre le système de sauvetage des Etats insolvables, (en réalité des banques bien sûr) lors des auditions publiques.

Celui-ci a répondu sarcastiquement aux plaintes déposées faisant état que seuls 7 des 200 économistes allemands étaient en faveur des plans de renflouement, demandant si quelqu’un en Allemagne avait réellement souffert à cause des renflouements bancaires : « Où sont les citoyens protestants dans les rues de Brême et de Berlin, où sont ils donc ? »

Le 8 juillet, dans le quotidien FAZ, le professeur émérite Peter Graf Kielmannsegg a même averti que les élites européennes auraient pour stratégie de se servir de la crise pour imposer de force une union politique et économique : « L’idée qui est à l’origine de cette stratégie, qui veut que l’Europe ne soit qu’un projet élitiste ne pouvant voir le jour en tant que projet élitiste, atteint ici son paroxysme, et mène à une fin des plus dangereuses.

Aussi vrai soit-il que les élites politiques ont toujours joué un rôle prépondérant dans la construction européenne, il n’en demeurerait pas moins fatal pour elles de rentrer dans l’histoire en imposant aux populations, par une espèce de coup d’Etat, le fédéralisme européen.

Dans le cas de l’UE, ce sont presque tous les traités sur lesquels le consentement originel était fondé, qui sont, à présent, tombés en lambeaux. Des élites qui ne comprennent pas à quel point ils ont déjà perdu en confiance et qui affirment encore qu’ils peuvent continuer de la même manière parce qu’ils se croient inattaquables dans leurs cartels, peuvent infliger au projet européen des dégâts irréparables. Le développement européen est arrivé au stade où il faut se poser des questions constitutionnelles fondamentales ainsi que des questions fondamentales sur l’image dont on dispose auprès des peuples participants. »

En réalité, ce projet politique est le résultat de manipulations conscientes et d´intrigues. Comme c’est maintenant connu de tous, Jacques Attali, dans un discours sur la crise de l’Euro lors d’une réunion avec Ségolène Royal, a reconnu que la crise n’était pas simplement prévisible, mais en réalité envisagée depuis longtemps pour parvenir à « une fédération européenne budgétaire » : « tous ceux qui, comme moi, font partie des privilégiés qui ont pu tenir la plume pour écrire les premières versions du Traité de Maastricht, on s’est bien engagé à faire en sorte que sortir ne soit pas possible. On a soigneusement oublié d’écrire l’article qui permet de sortir. Ce n’est pas très démocratique mais c’était une grande garantie pour rendre les choses plus difficiles, pour nous forcer d’avancer. »

Dans une réunion privée des plus grands banquiers français, on évoque déjà le fait que la plus grande catastrophe financière est encore à venir, en 2012, et qu’on sera alors contraint de boucher l’énorme trou budgétaire avec des coupes sans précédent dans le système de santé, ainsi que dans les retraites et les salaires.

Les citations que nous mentionnons ici et qui pourraient encore être complétées par une liste très longue, ne démontrent pas seulement la bêtise de ces élites européennes mais aussi leur intention malfaisante. Leurs stratégies ne peuvent en aucun cas se concilier avec l’intérêt général des citoyens.

Au congrès américain, il y a un grand élan pour rétablir la séparation des banques de dépôts et des banques d’affaires qui se réfère à la tradition rooseveltienne de la loi Glass-Steagall. Si cette loi est votée dans les semaines à venir - et l’existence des Etats-Unis en dépend - alors nous devrons également faire le premier pas en réintroduisant la loi Glass-Steagall en Europe. En même temps, il faut que l’Allemagne reprenne le contrôle de l’émission de sa monnaie et sa souveraineté économique.

Soutenez le Büso et battez-vous à nos cotés pour que chacun puisse avoir un avenir !

Lettre de Deutsche Bank


Papier avec l’entête Deutsche Bank, le 30 Juin 2011,

Activez-vous dès maintenant – et soyez sure de pouvoir payer à l’avenir vos courses hebdomadaires sans vous faire le moindre souci.

Très chère Madame XXXXXX,

Vous êtes-vous déjà une seule fois posé la question de savoir ce que vous pourriez encore vous offrir dans le futur ? Un café ou du pain à plus de 20 euros, un paquet de gâteaux secs pour 11 euros ou un paquet de chips pour 7 euros : voir apparaître des prix aussi exorbitants sur vos tickets de caisse reste pour le moment purement hypothétique mais cela deviendra sans doute une réalité dans 50 ans.

Il est temps d’agir de manière appropriée, même si ce futur vous semble encore très lointain. En effet, le problème de l’augmentation des prix pourrait même s’aggraver pour vous. A la fin de l’année, les intérêts pour le plan prévoyance retraite vont chuter de 2,25 % par an, à 1,75 par an – un changement de réglementation qui aura des conséquences non négligeables. Au cas où vous n’agiriez qu’à partir de l’année 2012, alors encore moins d’argent sera à votre disposition ultérieurement avec ce même plan d’épargne.

C’est pourquoi, nous voulons encore cette année vous parler de votre futur. Ensemble nous assurerons avec la Deutsche Bank et ses 5 étoiles pour l’épargne retraite, que vous puissiez encore vous offrir ce que vous voudriez plus tard. N’attendez pas un instant pour rentrer en contact téléphonique avec nous pour fixer un rendez-vous avec nos conseillers de la Deutsche Bank ou rendez-nous visite directement au Centre d’investissement et financier.

Nous nous en réjouissons d’avance !

Avec nos plus sincères salutations
Kerstin Hoger, dirigeante du Investment and FinanzCenter

PS : Évaluez dès maintenant le prix de vos achats hebdomadaires futures (…)


TICKET DE CAISSE DU 30 JUIN 2061


  • Café (200g) : 21,22 euros
  • 10 Pains ou baguettes : 21,03 euros
  • Biscuits de première catégorie (500g) : 11,72 euros
  • Chips pepperoni épicés (175g) : 7,02 euros
  • Pommes de terre (2,5kg) : 14,94 euros
  • Miel “fleur du soleil” (500g) : 16,73 euros
  • Poivre (60g) : 12,67 euros
  • Marmelade cerises d’été (250g) : 11,36 euros
  • Escalope de veau (prix/kg) : 89,33 euros
  • Vin mousseux (0,75 cl) : 31,48 euros
  • Boisson énergétique (250ml) : 5,23 euros
  • Gel-stylé ultra fort (150ml) : 5,83 euros
  • TOTAL : 246,36 euros

En vous remercions de votre achat !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • EDITH • 29/07/2011 - 16:16

    Moi ce qui me fait le plus rire dans cette histoire ,c’est que beaucoup vont tomber dans le panneau ;ils sont tellement aveugles qu’en 2008 12 millions avaient des assurances vies après le crash 13500 000 c’est dire si l’aviditè du vide psychologique a pris de l’ampleur !
    Plus le mensonge est gros plus il passe c’est çà le formalisme de la petitesse et ils adorent ,sinon pourquoi les financiers font ils ce genre de pub ?Parce qu’ils savent que çà marche ,"A VOTRE BON COEUR MESSIEURS DAMES IL Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE"
    C’est pas un peu sacrificiel tout çà les mayas sont à la mode !

    Répondre à ce message

  • petite souris • 28/07/2011 - 20:55

    Bien sûr, tous ces gens ont du lire mon très cher Alfred de Musset !!!
    Pour réussir dans le monde, retenez bien ces trois maximes : voir, c’est savoir ; vouloir, c’est pouvoir ; oser, c’est avoir.

    pour réfléchir et méditer ....

    Un monarque a souvent des lois à s’imposer
    Et qui veut pouvoir tout ne doit pas tout oser.

    Pierre Corneille

    ou bien, ... et c’est une parole prophétique :
    Il n’y a pas de fatalité pour celui qui veut bien oser. !!!
    Nicolas Sarkozy

    "ils" auraient du lire Vauvenargues
    Qui sait tout souffrir peut tout oser.

    "eux" ne veulent pas souffrir ....et faire souffrir les autres ne les concernent plus.

    Il y a des moments dans la vie des nations et des peuples où des personnes qui ont sagesse et ampleur de vue doivent regarder au-delà du passé avec toutes ses complications et ses séquelles, et oser se lancer vers de nouveaux horizons.................

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Helga Zepp-LaRouche : secourir Deutsche Bank, dans l’intérêt de la paix mondiale

16 juillet 2016
Actualité
Helga Zepp-LaRouche : secourir Deutsche Bank, dans l’intérêt de la paix mondiale

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard