X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Histoire drone : la dangereuse militarisation du régime Obama

Le 30 septembre un drone (avion sans pilote) téléguidé par la CIA assassine au Yémen l’imam radical Anouar Al-Aulaqi, un citoyen américain devenu le responsable local d’Al-Qaida.

Même, s’il a abandonné le verbiage de la « guerre globale contre le terrorisme » , Obama a multiplié les frappes depuis des drones et élargi les bases légales permettant des assassinats ciblés. Sur le seul Pakistan, 255 tirs de drones ont été effectués depuis son mandat, soit cinq fois plus que durant les deux mandats de George Bush, tuant 1300 personnes, également cinq fois plus. En période préélectorale, alors que la popularité d’Obama s’effondre sur sa politique économique, 62% des Américains approuvent sa façon de gérer la menace terroriste.

JPEG - 36.6 ko
Après le 11 septembre 2001, Dick Cheney, à l’époque vice-président de George Bush, s’est singularisé par sa défense de la torture, les prisons de Guantanamo et, suivant le modèle israélien, l’utilisation des drones pour des assassinats ciblés. Ce dernier programme, géré par un comité secret échappant à tout contrôle démocratique, a été repris et intensifié par Barack Obama.

Or, le populisme seul ne suffit pas à expliquer le tournant actuel. Dans la revue Executive Intelligence Review (EIR) créée par Lyndon LaRouche, Nancy et Edward Spannaus écrivent :

Dans un pays lointain, un comité secret nommé par le chef suprême se réunit dans la capitale. Le public ignore l’identité des membres du comité, mais il s’agit de hauts responsables des services de renseignements et de la police. Seule une petite poignée d’individus a connaissance du cadre légal du comité. Ce dernier a reçu des informations, au mieux assez vagues, selon lesquelles un citoyen du pays, appelons-le citoyen A, est passé dans le camp de l’adversaire et diffuse la propagande de l’ennemi. Le comité arrive rapidement à la conclusion que le citoyen A doit disparaître. Une fois que le verdict du comité obtient l’approbation du chef suprême, ce qui ne saurait tarder, les jours du citoyen A sont comptés. Rien que la parole du chef suprême suffit. Certes, le pays a une Constitution, mais les avocats au service du régime s’arrangent pour démontrer que les textes ne s’appliquent pas à ce cas précis. Le pays dispose d’une magistrature, mais les Cours n’osent pas trop se mêler des décisions du chef suprême pour tout ce qui relève de la Sécurité nationale. Le pays a aussi une législature dont les membres posent occasionnellement une ou deux questions timides tout en rebroussant rapidement chemin quand le régime évoque le sacro-saint principe du secret défense. Puisque le citoyen A réside à l’étranger, une balle perdue n’est pas une option. Cependant, un missile fera le boulot, et s’il touche d’autres individus, ce sera pour eux une bonne leçon… 

Malheureusement, poursuivent les Spannaus, « il ne s’agit pas d’un pays lointain, de l’URSS ou de la Corée du Nord, mais des Etats-Unis aujourd’hui » . D’après un article de Mark Hosenball publié par Reuters le 5 octobre, c’est le président Obama en personne qui a créé ce comité secret qui décide quels Américains seront placés sur une liste « kill or capture » (mort ou vif).

L’existence de cette liste n’est que le reflet d’une vaste tentative, en cours depuis longue date, de la part des cartels financiers de Wall Street et de la City, pour imposer une dictature à la Hitler aux Etats-Unis à l’heure où leur système monétariste s’effondre comme un château de cartes.

Ainsi, pour Lyndon LaRouche, l’assassinat d’Al-Aulaqi ne donne qu’un avant-goût de ce qui a été mis en place depuis les présidences de Bush père et fils : l’utilisation de plus en plus massive d’armées privées mercenaires et une surveillance sans précédent des agissements des citoyens. Alors que ce coup d’Etat permanent fut quelque peu ralenti par la présidence Clinton, l’action d’Obama s’inscrit directement dans la lignée des présidences Bush.

Alors que les porte-parole de la Maison Blanche affirment qu’Al-Alwaki, d’abord un simple inspirateur d’actions violentes contre les Etats-Unis, était passé au statut d’acteur, Hosenball évoque d’autres sources du renseignement américain pour qui en fin de compte, les preuves furent « assez parcellaires » justifiant à peine une arrestation. Evoquant ces « preuves secrètes », le constitutionaliste Glenn Greenwald rappelait dans le magazine Salon que « comme tout avocat vous le confirmera, tant que les preuves restent entre les mains d’un seul, on peut prouver à peu près n’importe quoi ».

Ce qu’on tient pour preuve, perd souvent de sa pertinence, une fois examiné par la défense. Greenwald s’offusque des braves « démocrates » qui soutiennent aveuglement l’exécution d’Al-Aulaqi simplement parce qu’elle fut décidée par un président démocrate. Qu’auraient-ils fait si la liste des gens à éliminer fut élaborée par la Maison Blanche sous Bush ? « Si vous donnez votre feu vert à des fonctionnaires de la Maison Blanche de se réunir en secret, sans cadre légal précis, sans contrôle démocratique, sans transparence, pour mettre au point des listes de citoyens américains à éliminer par la CIA sans aucune forme de procès préalable, alors qu’est ce que vous ne soutiendriez pas ? » Le colonel Patrick Lang, ancien de la Defense Intelligence Agency (DIA) a fait savoir que la création d’un comité secret pour éliminer des Américains est contraire aux lois définissant les engagements militaires, y compris le contre-terrorisme. « Cela rappelle le genre de législations britanniques contre lesquelles nos ancêtres se sont révoltés au XVIIIe siècle », écrit Lang.

Pour alerter l’opinion, des sources au sein du gouvernement ont révélé que le département de la Justice avait élaboré un mémorandum secret autorisant Obama à procéder à des assassinats ciblés. Le 8 octobre, Charlie Savage donna dans le New York Times le contenu de ce mémorandum mis au point par l’Office of Legal Council (OLC).

En cinquante pages, la note secrète, spécialement consacrée au cas d’Anouar Al-Aulaqi et rédigée un an avant son exécution, justifie cette décision en dépit d’un cadre juridique contraire. L’assassiner était légal, affirme le document, parce que les services de renseignement attestaient qu’il avait pris part à la guerre entre les Etats-Unis et Al-Qaida, et qu’il était impossible de le capturer vivant. Le département de la Justice a écarté le décret présidentiel bannissant les assassinats ciblés en estimant que ce texte ne s’applique pas en cas de « conflit armé ».

Human Rights Watch fustige « le refus » d’Obama de rendre publiques les bases légales de l’opération menée au Yémen. Alors qu’Obama refuse de soumettre son action en Libye à un vote du Congrès comme l’exige la Constitution, en affirmant qu’il ne s’agit pas d’une guerre mais d’une opération humanitaire, l’action des drones de la CIA en Libye serait justifiée car opérée dans le cadre d’un conflit armé…

L’opposition républicaine s’est réjouie qu’Obama poursuive une politique qu’il dénonça lors de sa campagne électorale ou lors de son discours prononcé en recevant le prix Nobel en 2009 : « Même si nous sommes confrontés à un ennemi malfaisant qui n’applique aucune règle (…) les Etats-Unis d’Amérique doivent garder un comportement exemplaire dans la conduite de la guerre (…) C’est ce qui nous rend différents de ceux que nous combattons. »

Lors d’une émission télévisée, l’ancien vice-président Dick Cheney, connu pour sa défense de la torture, a félicité Obama pour l’assassinat d’Al-Aulaqi tout en demandant des « excuses » envers l’Administration Bush pour avoir critiqué sa « réaction excessive » après le 11 septembre.

Obama héro de la guerre des drones

La guerre des drones a commencé pour de vrai après le 11 septembre 2001. L’administration Bush demande alors à Cofer Black, à l’époque un haut responsable de la CIA avant de rejoindre la société militaire privé Blackwater USA, de « sortir les gants de boxe » pour concevoir une bataille de l’ombre destinée à décapiter al-Qaida.

Cette guerre secrète deviendra célèbre pour ses prisons clandestines et son usage de la torture, des pratiques officiellement bannies par l’Administration Obama. Cependant, cette dernière garda le troisième volet du programme, la guerre des drones devenue actuellement l’élément central de la guerre contre-insurrectionnelle. Quelque 5000 drones sont utilisés par l’armée américaine, notamment pour renseigner les unités au sol sur les positions de l’adversaire. Cependant, 148 drones Predator et Reaper, téléguidés à partir de la base de l’US Air Force de Creech au Nevada et à partir du siège de la CIA à Langley en Virginie, servent à des missions d’espionnage et des assassinats ciblés en Somalie, au Yémen, en Afghanistan, au Pakistan et ailleurs.

Bon marché, cette technologie « limite les pertes humaines », mais n’est pas infaillible. Depuis plusieurs semaines, un virus informatique a contaminé les systèmes de la base de Creech. Nombre de drones ne codifient pas les images qu’ils émettent et durant l’été 2009, l’armée américaine a retrouvé des vidéos de surveillance sur les ordinateurs portables des insurgés irakiens. Un programme informatique coûtant 26 dollars (sic) avait permis de les intercepter.

Aussi, « en lançant ces attaques, peut-être créons-nous plus de militants que nous en tuons ? » s’interroge Robert Grenier, un ancien analyste de la CIA.

En juin 2010, Philip Alston, le rapporteur des Nations unies pour les exécutions extrajudiciaires avait lancé, dans un rapport de 29 pages, un appel à l’arrêt des attaques menées à l’aide des drones, justifiables que dans le cas où les individus visés ne peuvent être capturés et qui doivent être réservées à l’armée régulière, dans le respect des lois de la guerre. « Les agences de renseignement, qui, par définition, n’ont pas à rendre de comptes, hormis à leurs commanditaires, n’ont pas à piloter des programmes destinés à tuer des gens dans des pays étrangers » , explique Philip Alston. « Comme les opérateurs se trouvent à des milliers de kilomètres du champ de bataille et qu’ils opèrent uniquement sur des écrans d’ordinateur (...), une mentalité de la Playstation risque de s’installer en matière d’élimination » , ajoute-t-il, évoquant la console de jeu de Sony. « C’est parfois dur de passer du terrain de guerre au terrain de foot de mon fils » , admet un télé-opérateur de drone.

Voir les 3 commentaires

  • petite souris • 20/10/2011 - 12:47

    Merci encore Karel pour cet excellent article assez drone en somme !!

    Donc les drones sont des armes de destruction humaine !
    Déjà 1.300 victimes ! Beau tableau de chasse pour Obama en effet !!
    Des drones téléguidés ! Super ! Quel jeu vidéo !
    Ben voui ! Hein !
    Mieux que du virtuel c’est du "pour de vrai" en vrai !
    Plus drone, ... tu meurs !!!

    En Lybie, il s’agit donc bien d’une action humanitaire avec mort d’homme ... Même avec mon petit Larousse je ne comprends pas le rapport entre la définition des mots et la réalité humanitaire sur le terrain.........

    • Clément • 22/10/2011 - 16:00

      Je me permet quand même d’émettre un énorme doute sur le "piratage" de la liaison radio du drone par des insurgés irakiens. Je crois qu’on est là en plein fantasme à la "Mission Impossible".

    Répondre à ce message

  • EDITH • 20/10/2011 - 14:25

    62% des Americains approuvent la politique anti-terroriste d’Obama .C’est le monde à l’envers se sont les terroristes Etats-Uniens qui tuent des gens qui essayent de garder leur indépendance ,et de se défendre,face à l’empire.Cela fait 50 ans que les States pompent l’air à tout le monde et ils sont tellement schyzophrènes qu’ils continuent à dire AMEN à la politique de leur gouvernement ,pourri,du moment que l’on ne touche pas à leur porte-monnaie. Franchement c’est à vomir ,et à part Larouche et son mouvement,pour moi il n’y a rien à garder du pays de l’oncle sam.Ils sont en train de fabriquer ,avec Israël ,de milliers de drônes ,ils en balancent sans arrêts sur la population en Somalie ce sera bientôt notre tour ,avec l’accord de Sarko ou de Hollande l’âge des ténèbres a bien commencé !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard