X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Hospices civils de Lyon : Le pillage financier au quotidien

JPEG - 265.1 ko
L’Hôtel-Dieu, le plus grand bâtiment de Lyon et l’établissement hospitalier le plus emblématique de la ville par son histoire, sera transformé en hôtel de luxe.

Vous demeurez au centre-ville de Lyon et cherchez un hôpital public proche de chez vous pour une simple opération de la cataracte. C’est un véritable casse-tête qui vous attend. D’abord, vous ne trouverez plus d’hôpital public à proximité : vous devrez vous rendre dans un établissement situé en périphérie ou carrément à l’extérieur de la ville, sachant que l’accessibilité en transports en commun y est assez limitée. Le plus simple est donc de se déplacer en voiture (déconseillé si vous avez une cataracte). Disons que vous avez franchi cette première étape et vous vous trouvez à présent dans un hôpital qui, n’ayant pas connu d’investissements de rénovation depuis des années [1], est peu accueillant car vieilli et à la limite de la vétusté. Vous êtes pris en charge par un personnel soignant stressé, qui passe un minimum de temps avec vous pour pouvoir rapidement s’occuper d’un autre patient. De plus, comme vous avez été placé dans l’une des nouvelles unités de chirurgie ambulatoire, votre chambre n’est équipée que d’un fauteuil, et vous êtes poussé vers la sortie dès que vous pouvez à nouveau marcher [2]. Votre esprit étant encore embrumé par l’anesthésie, c’est un de vos proches qui passera vous récupérer sur le parking payant de l’hôpital, en déboursant une somme suffisamment élevée pour que concurrence ne soit pas faite avec le parking Vinci le plus proche [3].

Bref, les patients ont la vie dure au sein du service public hospitalier lyonnais. Mais attendez... Notre ville n’était-elle pas un grand pôle d’excellence médicale ?

Que s’est-il passé ?

Historiquement, Lyon a vu nombre de ses chirurgiens se forger une renommée nationale, voire internationale. Ces médecins se sont tous appuyés sur la structure que leur fournissaient les Hospices civils de Lyon (HCL). Aujourd’hui, regroupant quatorze hôpitaux, 20 000 salariés et 5500 lits sur l’ensemble de l’agglomération lyonnaise, les HCL sont le deuxième Centre hospitalier universitaire (CHU) de France.

Malheureusement, depuis quelques décennies et comme la plupart des CHU, les HCL sont en faillite. Mais l’Etat, contrairement à ce qu’il fait pour les grandes banques d’affaires, a décidé de ne pas les renflouer. Pire, il a nettement diminué ses dotations. L’Agence régionale de santé (ARS) et le ministère de la Santé leur ont donc demandé d’engager une politique de restriction budgétaire drastique pour limiter les « gaspillages ». Et pour couronner le tout, les banques sont de plus en plus réticentes à prêter aux CHU, ce qui entraîne le report permanent des investissements et la dégradation de la note des hôpitaux par les agences de notation. La finance folle s’est ainsi peu à peu imposée dans les politiques de la santé publique.

La « maîtrise de la masse salariale »

Le plan 2009-2013 de retour à l’équilibre budgétaire [4], supervisé par l’ARS, a abouti à la suppression de 1000 postes sur l’ensemble des établissements HCL. Entre 2001 et 2008, 1200 postes avaient déjà disparu.

JPEG - 64.6 ko
Le personnel hospitalier lyonnais manifeste devant le siège des HCL, ici en septembre 2012.
Crédit : Steven Belfils - lyoncapitale.fr

Géré à flux tendu, le personnel finit par pratiquer les soins à la chaîne. Infirmiers et aides-soignants en repos sont souvent appelés en urgence pour combler l’absence d’un collègue. Sans pause suffisante ni réelle période de repos, les employés, éreintés, finissent par quitter leur emploi. Ainsi, la durée de professionnalisation moyenne d’une infirmière dans la santé publique est de seulement treize ans.

La grande braderie

La dégradation des HCL touche aussi les locaux. En trois ans, cinq des dix-neuf sites hospitaliers de Lyon ont été fermés ! Avec, à la clé, trois scandales majeurs :

  • La vente de l’hôpital de l’Antiquaille, implanté sur la colline de Fourvière. Cet ancien couvent, devenu hôpital en 1803, s’est fait transformer en hôtel de luxe à 200 ou 500 € la chambre avec vue imprenable sur Lyon, restaurant étoilé et logements de luxe à environ 5000 € le m².
  • Sur un autre versant de Fourvière, l’hôpital pédiatrique Debrousse a fermé. Ce très beau bâtiment datant de 1908 a été racheté par Vinci, qui s’est lancé dans un projet de reconversion en... hôtel de luxe, avec vue imprenable sur Lyon, spa et centre d’affaires. Des logements de luxe vont également voir le jour sur le domaine. Désormais, qui veut avoir accès aux services pédiatriques (y compris les urgences) doit se rendre à Bron, à l’autre bout de la ville.
  • Enfin, le scandale bien connu de l’Hôtel-Dieu en plein centre-ville, l’établissement le plus emblématique de la ville par son histoire et l’un des plus prestigieux par son architecture. Eiffage a signé le Partenariat public-privé pour la réalisation d’un hôtel de classe internationale et de commerces de luxe. Gérard Collomb mise sur le projet pour accentuer « le rayonnement international de la métropole lyonnaise ».
JPEG - 91.1 ko
L’hôpital pédiatrique Debrousse et son parc transformés en résidence friquée.

Dans ces trois cas, les services médicaux occupaient un hôpital à taille humaine à « l’ambiance familiale » et situé dans des locaux exceptionnels, historiquement dédiés à la médecine. Ces services sont désormais affectés à de grosses structures situées en périphérie. Le glas des hôpitaux publics de centre-ville, proches de l’ensemble de la population et faciles d’accès, a finalement sonné sous l’ère des mandats de Gérard Collomb.

« En l’espace d’une décennie, on aura réussi à reconquérir nos grands sites hospitaliers », se targue d’ailleurs sans gêne ce dernier, par ailleurs président du Conseil de surveillance des HCL. « Petit à petit, on rouvre aux Lyonnais un certain nombre d’anciens sites hospitaliers qui se transforment. Aujourd’hui l’Antiquaille, demain Debrousse et l’Hôtel-Dieu. Il y a toujours une prévention sur le thème ‘ils vont tout nous saccager !’, mais regardez : ces quartiers sont d’une superbe beauté ! » Certes, ces projets peuvent faire rêver certaines personnes au portefeuille bien fourni. En attendant, mieux vaut ne plus tomber malade dans cette partie de la ville, à moins d’avoir de quoi s’offrir un séjour en clinique privée. Où est passé le Gérard Collomb qui disait : « Une ville, ce n’est pas fait pour devenir un immense musée dont les habitants seraient vidés » ? A moins que l’idée de transformer la ville en un immense zoo de luxe soit complètement différente...

La santé, une bataille à l’échelle nationale

Si les élus locaux ont clairement leur mot à dire en termes de santé publique, il faut admettre que les décisions sont prises à une échelle plus large. Ainsi, c’est l’ARS qui gère les enveloppes des CHU et vérifie que les établissements ont bien suivi les recommandations de son Projet régional de santé (PRS), document rédigé de façon suffisamment imbuvable pour qu’un minimum de gens s’aperçoive du problème posé par ces directives. Avec à la clé, des sanctions financières pour les mauvais élèves.

Dans ces circonstances, le maire de Lyon, en tant que président du Conseil de surveillance des HCL, joue un rôle déterminant dans la politique de santé publique lyonnaise. Sa décision de s’adapter au contexte général de rigueur budgétaire le relègue au simple rang de gestionnaire d’une situation de pénurie.

Récemment, la Fédération hospitalière de France, chargée de porter la parole des hôpitaux publics, a demandé un moratoire sur les PRS, estimant qu’ils remettaient en cause « l’égal accès aux soins ». En réalité, ARS et PRS ont été imposés par la loi Bachelot de 2009, qui a instauré un système de concurrence entre hôpitaux pour les rendre plus « compétitifs » et pouvoir ainsi baisser le budget de l’Etat dédié à la Santé.

La dégradation des soins tient donc à la politique menée par les HCL, qui elle-même provient des recommandations de l’ARS Rhône-Alpes. Cette dernière, soumise aux ordres du ministère de la Santé, emprunte naturellement la voie de l’austérité sociale qu’impose au gouvernement français un système financier aux abois. Ainsi, que vous habitiez le 5ème arrondissement de Lyon ou une ville comme Décines, seule une bataille contre la finance folle pourra sauver votre hôpital de proximité et empêchera le démantèlement de notre système de santé dans son ensemble... Alors, à vous de vous forger les armes pour couper les banques en deux (le crédit et le dépôt d’un côté, la spéculation de l’autre) et rétablir un véritable système de santé [5]. Nous vous attendons dans la bataille...


[1Par exemple, le grand plan de rénovation de l’hôpital Edouard-Herriot n’a cessé d’être repoussé depuis vingt ans en raison des difficultés financières... La nécessité est telle que Marisol Touraine vient de classer le projet comme prioritaire.

[2Une unité de chirurgie ambulatoire a été ouverte l’an dernier à Edouard-Herriot : certains patients admis le matin ressortent le soir même. Cette pratique permet d’éviter une nuit d’hôpital facturée environ 1400 €.

[3Le parking payant de l’hôpital de la Croix-Rousse permet d’« éviter le stationnement sauvage », indique le site internet de l’établissement. Les hôpitaux Lyon-Sud et Edouard-Herriot envisagent également de suivre cette voie.

[4Dette des HCL en 2012 : 891 millions d’euros.

[5voir aussi le projet présidentiel de Jacques Cheminade sur la santé : Non à la privatisation de la santé publique, être malade ne doit pas devenir un luxe

Voir le commentaire

  • petite souris • 29/05/2013 - 00:58

    Le peuple ne peut plus se soigner donc il va mourir et ne pourra pas servir les riches qui vont venir dans ces endroits luxueux ........
    ch’comprends pas bien leur raisonnements !!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard