Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Intégration républicaine : comment bâtir la France de demain, pour tous

Par Christine Bierre, ancienne candidate S&P, Argenteuil I.

JPEG - 15.1 ko
La France de demain, Editeur Wildproject, 96 pages, 5€

Tout un effort de mobilisation a lieu parmi les Français de culture musulmane pour relancer le processus d’intégration dans la République, un modèle qui devrait inspirer le reste de la France tout autant !

Moment de joie, ce 18 mars, lorsqu’en pleine campagne des départementales à Argenteuil, nous avons participé avec Amar Benoun à la réunion organisée au quartier Joliot-Curie par l’association Nouvelles R. Plus de 330 personnes étaient venues à ce débat avec Rachid Santaki, auteur et scénariste né à Saint-Ouen, et Brahim Chikhi, ancien enseignant et élu local de Seine-Saint-Denis, auteurs d’un livre paru en mars, La France de demain.

Le débat s’est vite porté sur les questions fondamentales dans ce quartier de 2800 personnes, dont beaucoup issues de l’immigration : sommes-nous Français d’abord, ou musulmans, peut-on parler de communauté musulmane alors qu’elle est faite d’individus si différents, l’école joue-t-elle encore son rôle dans l’intégration, quid des parents et des politiques ?

Des dizaines d’enfants participaient à cette rencontre faisant le grand mélange générationnel, les plus jeunes entrouvrant une fenêtre dans ce monde d’adultes, leur rappelant aussi leurs propres responsabilités. Ils avaient auparavant participé à un atelier sur « La France de demain », lors duquel ils avaient soumis questions et contributions. Certaines d’entre elles ont été présentées lors du débat, parfois même par les jeunes eux-mêmes, appelés à s’exprimer au podium, encouragés par des applaudissements nourris du public.

Moment de joie, car, au cœur de ce quartier très populaire d’Argenteuil, la vie de la jeunesse éclatait, comme à son habitude, joyeuse et pleine de promesses pour le futur, contredisant tout le discours islamophobe sur l’impossibilité d’intégrer les musulmans à la culture européenne.

Marianne, je t’aime

C’est sur cet appel poignant à se battre pour rétablir la République française que se termine ce petit livre en forme de boîte de silène, dirait quelqu’un, car la simplicité et la rugosité apparente cachent un message de profonde sagesse en direction de ces Français, stigmatisés depuis des années par des campagnes de haine qui ont pu conduire certains aux dérives tragiques des attentats de janvier.

Face à ces campagnes, faut-il partir ? Mais ce sont des Français ! soulignent les auteurs. « Nos compatriotes de confession musulmane se sentent français, ils sont majoritairement issus de l’immigration postcoloniale, ils sont les derniers enfants que Marianne a adoptés, ils sont les benjamins de notre fratrie républicaine… » Les enseignants ont fait leur boulot :

Quel étrange sentiment pour un fils d’immigré que de ressentir de la fierté en entendant notre maître nous conter l’histoire extraordinaire de Jeanne d’Arc et la tristesse de sa fin.

Remonter aux causes

Le livre passe en revue tous les problèmes à résoudre. D’abord la recherche d’argent facile dans les cités où réussir est synonyme de « devenir riche », et quand « nous sommes au fond du trou », nous blâmons « les autres » et choisissons de tendre la main à « un député ou un maire pour nous trouver un emploi, contribuant ainsi au fléau du clientélisme qui sévit dans nos quartiers ».

Tel ce jeune de 28 ans demandant à cet élu local « un boulot pas trop fatigant, dans un bureau de préférence, et en tant que fonctionnaire si possible – il voulait bien mettre des coups de tampon toute la journée pour mille euros, comme il me l’a précisé. »

La faute aussi à l’école républicaine qui ne joue plus son rôle d’intégrateur, aux parents qui ne soutiennent pas assez leurs enfants, aux animateurs qui n’aident plus les jeunes à devenir adultes, étant eux-mêmes d’éternels Peter Pan !

Les plus belles pages de ce livre sont consacrées aux anciens maîtres d’écoles, « derniers survivants des Ecoles normales » auxquels « nos origines sociales misérables ne tiraient pas de larmes, au contraire : plus nous étions écrasés sous le poids de nos origines, plus ils étaient motivés pour nous lancer en orbite et rejoindre les étoiles de la réussite républicaine. »

L’école publique, dit Brahim Chikhi, est la raffinerie qui « change le pétrole visqueux et inutile » de la banlieue, en « essence précieuse ». « Ils nous ont ouvert l’esprit sans nous bourrer le crâne – quel choc que d’écouter Les Quatre saisons de Vivaldi ou des extraits de La Flûte enchantée de Mozart » (voir encadré) , imprimant « dans nos esprits des valeurs qui nous transcenderaient à jamais ; l’idée que nous étions tous égaux et que la différence naîtrait de nos capacités et de notre travail ».

Sans cette culture commune, sans l’étude de l’histoire de France et de la Kabylie, impossible de nouer des relations avec toute la France, alors que d’autres se réfugient dans leur culture et leur quartier.

Jouer les « Castors » de l’intégration

Ce livre est surtout un puissant appel à lancer des projets intégrateurs dans les quartiers. Entre autres, l’idée de s’inspirer des « Castors » de 1950, avec des projets d’« auto-réhabilitation » des bâtiments, permettant, au passage, de qualifier les jeunes aux emplois de plombier, carreleur ou peintre.

Parmi eux aussi, ce beau projet de Dictée des cités, lancé par Rachid Santaki et Abdellah Boudour d’Argenteuil, qui s’est répandu comme un feu de brousse où professeurs, parents et élèves se retrouvent dans des concours géants de dictée atteignant, comme à La Courneuve, un record de 363 participants. Les élèves y découvrent, au cours d’un jeu, des classiques de la culture française tels que La gloire de mon père de Marcel Pagnol, Gargantua de Rabelais, Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas, Le Petit Prince de Saint-Exupéry, Les Misérables de Victor Hugo.

Surtout, une condamnation sans appel des partis politiques en place qui entretiennent cyniquement le clientélisme, emportant élection sur élection grâce à des promesses de logements et d’emplois qui déchantent dès leur arrivée au pouvoir. N’attendez pas les sauveurs, organisez-vous et ensuite vous serez à même de choisir les politiques qui vous conviennent et de vous présenter vous-mêmes aux élections le cas échéant.

Le pouvoir de l’art

J’avais 12 ans et je me trouvais à la bibliothèque de Saint-Denis. (…) ; je descendis les escaliers qui menaient à la sortie (…) lorsque j’entendis cette musique et cette voix. J’avais la poignée de la porte dans ma main droite mais je restais pétrifié, comme si cette musique me retenait par le bras. Cela venait des sous-sols, là où était logée la médiathèque. (…) Je n’osais pas entrer, pensant que je violais cet endroit avec mon inculture musicale. [La bibliothécaire] vint vers moi. Je pensais qu’elle venait me chasser, me dire que je n’étais pas à ma place, mais elle me fit signe d’entrer et d’approcher (…) ’C’est Les noces de Figaro de Mozart’, me dit-elle... (…) Elle me prit par les épaules, m’emmena m’asseoir dans un fauteuil confortable et me posa un casque sur les oreilles. Elle resta près de moi en scrutant la moindre des émotions sur mon visage. Elle souriait : elle savait ce que je ressentais, sans échanger un mot la musique nous avait liés.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Jacques Cheminade : la vraie identité de l’Europe, c’est l’avantage d’autrui

13 novembre 2014
Nouvelle Solidarité N°21/2014
Jacques Cheminade : la vraie identité de l’Europe, c’est l’avantage d’autrui

Banlieue et intégration sociale - S&P en débat sur Radio VL

24 janvier 2013
Nos actions
Banlieue et intégration sociale - S&P en débat sur Radio VL

Enseigner Homère et Shakespeare en banlieue

1er janvier 2010
Culture
Enseigner Homère et Shakespeare en banlieue

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard