Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 décembre - Vidéo : La Bulle et la Dette [ACTE 2] Lire 14 décembre - Non à la « normalisation » (comprenez braquage) de la Caisse des dépôts ! Lire 14 décembre - Vidéo : François Gervais - l’urgence climatique est un leurre Lire
AccueilActualité

Intervention du député W. Jones à la conférence de l’Institut Schiller à New York

La rédaction

Les 300 participants, dont plusieurs diplomates, réunis à New York le 26 janvier pour la conférence de l’Institut Schiller présidée par Helga Zepp-LaRouche, ont unanimement approuvé l’appel du député de Caroline du Nord Walter Jones en faveur de deux textes législatifs déposés devant la Chambre des Représentants ; l’un portant sur le rétablissement immédiat de la loi Glass-Steagall de séparation stricte entre banques traditionnelles et banques d’investissement, l’autre appelant à destituer tout président qui engagerait l’armée américaine dans un conflit sans la permission du Congrès.

Dans un message vidéo pré-enregistré, le député Walter Jones a salué les participants de la conférence, en déclarant :

Ca me fait plaisir de prendre un moment pour vous souhaiter la bienvenue à cette conférence, sur le thème ’’Un nouveau paradigme pour sauver l’humanité’’. Si jamais il y eut un moment approprié pour ce type de discussion, c’est maintenant, pas plus tard. 

Je voudrais commencer par expliquer le contenu de deux propositions de loi, une que j’ai introduite moi-même et la seconde en tant que co-parrain. La première est dénommée H. Con. Resolution 3. Elle proclame essentiellement que n’importe quel président qui, sans provocation, ignore le Congrès pour bombarder un pays, peut et doit être destitué. J’apprécierais que ceux parmi vous qui voudraient se joindre à moi dans cet effort le fassent en appelant leur député pour lui demander de soutenir la Résolution introduite par Walter Jones de Caroline du Nord. Pour moi, la Constitution est comme la Bible, elle est sacrée. Nous devons nous en remettre à notre Constitution, en particulier si nous décidons d’envoyer nos jeunes hommes et femmes au combat.

La seconde proposition que j’aimerais vous présenter, et pour laquelle je voudrais solliciter votre aide, a été introduite par mon amie Marcy Kaptur [députée démocrate de l’Ohio - ndt]. Je me suis joint à elle dans cette résolution H.R. 129. Son objectif est de réinstaurer Glass-Steagall. Je dois vous dire que l’une des pires erreurs que j’ai faites a été de voter pour l’envoi de soldats en Irak pour une guerre sans raison d’être. La seconde a été de voter pour l’abrogation de Glass-Steagall. Et je rejoins ma collègue Marcy Kaptur pour essayer d’amener la Chambre des représentants à soumettre cette proposition à l’ensemble des députés pour qu’ils puissent en débattre. Mais comme pour H.C.R. 3, nous avons besoin de votre aide à propos de la Proposition H.R. 129, celle de Marcy Kaptur, afin de pouvoir réinstaurer Glass-Steagall.

Je pense que ces deux propositions sont extrêmement importantes, mais nous ne pouvons obtenir qu’elles soient entendues au Congrès, à moins que vous ne preniez votre téléphone, ou que vous n’écriviez un courriel à votre député, pour lui dire de se joindre à la proposition H.C.R. 3, qui a rapport aux pouvoirs de guerre, ainsi que H.R. 129, portant sur la ré-instauration de Glass-Steagall.

Cette conférence à laquelle vous participez est très importante et très spéciale pour le futur de notre pays. Merci d’y être présent. Lorsque vous partirez, ayez suffisamment d’énergie pour prendre votre téléphone et faire savoir aux membres du Congrès dès maintenant que vous êtes au fait de la situation, en particulier pour ce qui concerne ces deux propositions de loi.

Immédiatement après le message de Walter Jones, Bruce Fein, un ancien responsable du département de la Justice américain et constitutionnaliste de renom, a pris la parole pour appuyer les remarques de Walter Jones. Voici quelques extraits de son intervention :

J’ai rédigé la résolution du député Jones sur la destitution. [Applaudissements] Je veux maintenant vous expliquer le contexte et les raisons pour lesquelles c’est si urgent.

Lorsque nos Pères fondateurs se sont rassemblés à Philadelphie en 1776, il s’agissait là de personnes très érudites, qui avait examiné l’histoire des conflits, et il est apparu que c’était la branche exécutive qui conduisait régulièrement les peuples vers la guerre, que ce soit David ou autres, parce qu’ils avaient réalisé qu’en situation de guerre ils avaient tous les pouvoirs, les impôts, l’argent, le secret, les contrats, et les marques d’honneur dans les livres d’histoire. Ainsi, l’exécutif concoctait le danger à partir de rien, de manière à pouvoir justifier la guerre.

Par conséquent, les membres [de la Convention] ont universellement et unanimement insisté que seul le Congrès des Etats-Unis, qui ne se trouvait pas en situation de conflit d’intérêt en cas d’entrée en guerre et ne verrait pas ses pouvoirs accrus mais diminués en temps de guerre, pourrait voter la guerre. Le Congrès des Etats-Unis seulement.

Par conséquent, le premier Président, George Washington, qui avait lui-même dirigé les débats au cours de la Convention constitutionnelle, a déclaré qu’il fallait, avant que tout président puisse avoir recours à la force pour une offensive militaire, que le Congrès vote une déclaration de guerre.

Thomas Jefferson avait besoin de dix lois pour utiliser la force contre les pirates barbares impliqués dans des crimes de pirateries internationale.

Pourquoi les Pères fondateurs pensaient-ils qu’il était très important de définir un seuil très précis pour pouvoir conduire le pays d’un état de paix vers un état de guerre ? La définition de la guerre, mesdames et messieurs, est de faire en sorte que ce que l’on considère normalement comme un meurtre soit légal. Elle rend le meurtre légal. En d’autres termes, vous revenez à l’état de nature. Comme Cicéron l’a dit : ’’En temps de guerre, la loi est silencieuse.’’ Cela ne signifie pas qu’il n’y ait jamais de situation où la guerre se justifie. Nous n’aurions pu répondre à l’attaque des Japonais sur Pearl Harbor par l’indifférence. Mais il faut des normes très élevées et exigeantes de provocation pour justifier la guerre, car vous revenez à un état de nature où, comme l’a écrit Thomas Hobbes dans Le Léviathan , ’’ la vie est pauvre, brutale, sale et courte ’’. Même les superpuissances vont subir le sort, ultimement, de l’Empire romain et de tous les autres empires, à moins qu’elles ne s’éloignent du précipice.

Parce que les Pères fondateurs ont déclaré à maintes occasions : ’’Le droit d’être [freedom] et la liberté telle que garantie par l’Etat [liberty] ne peuvent exister dans un état de guerre perpétuelle.’’ Les instruments d’autorité et de pouvoir qui ont été à l’origine concoctés pour combattre un danger en provenance de l’extérieur peuvent être utilisés en interne et détruire la liberté domestique.

Mesdames et messieurs, c’est exactement ce qui est arrivé depuis le 11 septembre 2001. On nous a dit dès lors : ’’Nous devons les combattre à Kaboul, nous devons les combattre à 6000 kilomètres d’ici, sinon nous serons obligés de les combattre ici à Washington D.C.’’ C’est ce qui a justifié Guantanamo, les détentions préventives sans chefs d’accusation ou procès, le recours unilatéral à la force par le Président, sous le sceau du secret, interceptant nos conversations téléphoniques, nos courriels et autres communications, sans mandat. (…)

Ce qui a été créé à l’origine, pour capturer et détenir des personnes à l’étranger, revient maintenant aux Etats-Unis mêmes ! Du point de vue de l’architecture du droit, l’autorité auto-proclamée du Président pour l’usage de drones prédateurs contre quiconque représente, selon lui, comme il en décidé secrètement, une menace imminente – et imminente ne ne veut plus dire ’’devant arriver bientôt’’ ; cela pourrait être dans un an, ou deux, ou même trois. En d’autre termes, cela signifie ’’c’est selon le bon vouloir du président’’, comme cela est exprimé par Humpty Dumpty dans Alice au Pays des merveilles . Voilà où nous en sommes. (...)

Ceux qui ne sont pas encore nés hériteront-ils de la servitude ou de la citoyenneté ? Je pense à ceci tous les jours, ainsi qu’à ce que les historiens diront de nous, dans cette salle ou n’importe où aux Etats-Unis. Il diront, comme Tacite à propos de Rome, décrivant sa dégénérescence du statut de République à celui d’Empire : ’’Les pires crimes ont été osés par certains, voulus par plusieurs et tolérés par tous.’’ (...)

Les participants à la conférence ont ensuite voté, à l’unanimité, une résolution de soutien aux efforts de Walter Jones, et se sont engagés à se mobiliser pour faire en sorte que les deux résolutions, H.C.R. 3 et H.R. 129 soient adoptées par le Congrès. Hier, une délégation de participants était reçue au Congrès par sept députés et sénateurs.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Eric • 01/02/2013 - 20:44

    Ces fameux Pères Fondateurs étaient des bourgeois comme leurs homologues français et la Constitution qu’ils ont concoctée est une anti-Constitution, car une Constitution digne de ce nom doit être rédigée par des citoyens qui ont été tirés au sort. Dans une Constitution démocratique ce sont bien sûr tous les citoyens d’un pays qui doivent se prononcer sur l’entrée en guerre ou non du pays et non les millionnaires du Congrès qui subissent tous l’influence corruptrice de divers lobbys, fruits de l’anachronique système monétaire. Le plus puissant est bien sûr celui de Wall Street.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Syrie : Obama destitué s’il rejouait le scénario libyen

27 décembre 2012
Actualité
Syrie : Obama destitué s’il rejouait le scénario libyen

USA : Le texte du projet de loi rétablissant Glass-Steagall !

16 janvier 2013
Actualité
USA : Le texte du projet de loi rétablissant Glass-Steagall !

Obama épinglé pour avoir violé la Constitution des Etats-Unis

26 janvier 2013
Actualité
Obama épinglé pour avoir violé la Constitution des Etats-Unis

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard