Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

12 novembre - Jacques Cheminade : A la juste colère des gilets jaunes Lire 12 novembre - 13 décembre, Clichy - L’urgence climatique est un leurre Lire 12 novembre - M. Blanquer, le budget Education 2019 vous condamne à l’impuissance Lire
AccueilActualité

Jeffrey Steinberg : pourquoi il ne faut rien attendre de bon d’Obama II

La rédaction

Entretien avec Jeffrey Steinberg, rédacteur de l’Executive Intelligence Review (EIR), Washington D.C.

Lors de la deuxième investiture de Barack Obama, le 21 janvier 2013, certains se sont permis de la comparer à la deuxième investiture de Franklin Roosevelt. A vous de juger en lisant ce qui suit.

Certains avaient voulu croire à une deuxième administration Obama moins guerrière et plus conciliante en politique étrangère, notamment vis-à-vis des puissances « émergentes » comme la Russie et la Chine, voire même avec l’Iran.

Pour Jeffrey Steinberg, proche collaborateur de notre ami Lyndon LaRouche aux Etats-Unis et véritable insider de la politique à Washington, tel ne sera pas le cas.

Cette nouvelle administration se situera « malheureusement dans la continuité » de la première, a-t-il dit dans un entretien avec Christine Bierre, rédactrice-en-chef de Nouvelle Solidarité.

Si le personnage de John Brennan, proposé pour diriger la CIA, est, de l’avis général, plutôt sinistre, les candidatures de Chuck Hagel au Pentagone et de John Kerry au département d’Etat avaient suscité quelques espoirs. Le franc-parler de Hagel à l’égard d’Israël est bien connu, tout comme son opposition à la guerre d’Irak. La réputation de Kerry, en tant qu’ancien du Vietnam devenu homme de paix, semblait aussi une donnée sûre.

« Beaucoup de gens, y compris un général quatre étoiles à qui je viens de parler, et son cercle d’intimes, ont été très déçus des réponses de Hagel aux élus, au cours des auditions pour sa confirmation au poste », a déclaré Steinberg, joint par téléphone. « Hagel a évité toutes les questions qui auraient pu fâcher Obama. Idem pour Kerry. (…) Ce qui va probablement se passer est que le vrai pouvoir décisionnaire sera dominé par les proches conseillers du Président à la Maison Blanche, qui sont beaucoup plus favorables à la politique d’interventionnisme militaire, au nom, bien-sûr, des critères humanitaires, que ne l’étaient ceux qui ont quitté l’administration, ou même Kerry et Hagel.

« Ce qu’on est en train de voir dans le cas de la Syrie est une méchante escalade de la part des Etats-Unis. On l’a vu notamment dans les discours prononcés à la conférence de la Wehrkunde sur la défense, en Allemagne. Les Etats-Unis ont apparemment donné leur feu vert aux attaques d’Israël contre un centre de recherche et un convoi en Syrie même. Nous pourrions être dans une escalade qui, même si cela n’est pas le but visé, nous conduit vers un affrontement contre la Russie. A la réunion de la Wehrkunde, Sergei Lavrov [le ministre russe de la Défense] a utilisé des formulations très dures en réponse à l’intention apparente de l’OTAN d’aboutir à une conclusion rapide en Syrie, avec le renversement de Bachar el-Assad. »

Quant à Brennan, « il a joué un rôle clé dans le retrait des troupes américaines d’Irak et d’Afghanistan, et dans le remplacement de cette stratégie par une montée en puissance de la guerre par drones, avec ses assassinats ciblés, ainsi que d’autres types d’opérations paramilitaires spéciales. (…) Brennan a vingt-cinq ans d’expérience à la CIA et il pèsera en faveur de plus d’opérations de collecte humaine de renseignements. Surtout, il protègera le Président dans l’une de ses plus grandes vulnérabilités, la stratégie de drones qui intègre le fait que le Président des Etats-Unis peut assassiner n’importe qui dans le monde, y compris des citoyens américains.

« Brennan était déjà à la Maison Blanche ; Kerry est l’homme qui a aidé le président Obama lorsqu’il a emmené le pays dans une guerre inconstitutionnelle en Libye. Hagel était déjà un conseiller du Président, en tant que co-président du PFIAB (Commission présidentielle de consultation en politique étrangère) depuis le début du premier mandat d’Obama. Ainsi, toutes ces personnalités étaient déjà dans l’administration et ne seront vraisemblablement pas des moteurs de changement politique. Les événements pourront peut-être obliger à un changement, mais je pense que leur trajectoire restera généralement constante. »

Quant à ceux qui rêvaient d’une accalmie avec l’Iran, ils en seront pour leurs frais, a dit Steinberg, rappelant que de nouvelles sanctions économiques, encore plus sévères, entreront en vigueur à partir du 6 février et que « les sanctions sont souvent le chemin le plus direct vers la guerre, et non le moyen d’aboutir à un accord et à un compromis. Le danger est que nous avons déjà assez de puissance navale et aérienne dans la région étendue du golfe Persique pour lancer une première phase d’affrontement militaire majeur avec l’Iran. Il y aura des négociations, il y aura une nouvelle série de pourparlers dans le cadre du P5 + 1, mais la question est de savoir si on veut vraiment donner aux Iraniens une possibilité de dire oui. »

Steinberg est revenu à plusieurs reprises sur le fait qu’Obama ait demandé le retrait anticipé du général Mattis de la tête du Centcom, le commandement chargé du théâtre de guerre du Moyen-Orient, un général qui osait poser des questions pertinentes sur les conséquences terribles qu’aurait une guerre contre l’Iran. Bien que le général Dempsey, chef d’état-major interarmées, qui n’est pas un va-t’en guerre, reste en place, « le réel danger, pour Steinberg, est que ses recommandations puissent être tout simplement ignorées, car, en dernière analyse, le Président est aussi le commandant en chef des armées ».

En termes économiques, « le plus intéressant actuellement » n’est pas Jack Lew, nouveau secrétaire au Trésor, mais « le vent de révolte au sein du système de la Réserve fédérale, car la rumeur circule qu’Obama serait tenté de nommer soit Larry Summers, soit Tim Geithner à la tête de la Fed, en remplacement de Bernanke. Ce qui est intéressant aussi est le soutien grandissant du Congrès pour rétablir la loi Glass-Steagall de séparation bancaire. Cet intérêt ne vient pas de la Maison Blanche ; on doit même se demander si le Président n’empêchera pas la loi d’être votée ou s’il serait prêt à exercer son veto contre son adoption si elle venait à être votée dans les deux chambres. »

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • Eric • 05/02/2013 - 20:31

    Si les Etats-Unis étaient une démocratie et non un gouvernement faussement représentatif depuis leur fondation, ce pays ne serait jamais devenu une puissance impérialiste. Qu’attendent Lyndon Larouche et ses supporters pour promouvoir la démocratie ?

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Syrie : Obama destitué s’il rejouait le scénario libyen

27 décembre 2012
Actualité
Syrie : Obama destitué s’il rejouait le scénario libyen

Etats-Unis : le député Jones et des officiers de haut rang contre les guerres présidentielles d’Obama

28 septembre 2012
Actualité
Etats-Unis : le député Jones et des officiers de haut rang contre les guerres présidentielles d’Obama

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard