Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

L’Asie renvoie Obama dans ses buts

JPEG - 46.4 ko
Alors qu’Obama lui avait fortement déconseillé de se rendre en Russie, le Premier ministre japonais Shinzo Abe s’est entretenu à Sotchi avec Vladimir Poutine.
Crédit : AP

Le président Obama est arrivé le 23 mai au Vietnam, pour une visite de trois jours, avant de se rendre au Japon, les 26 et le 27 mai, pour le Sommet des pays du G7.

Objectif principal de cette tournée, reprendre en main ces deux « alliés » et les embrigader dans sa politique d’endiguement et de guerre contre la Russie et la Chine.

Sauf que… le monde change et que tout le monde n’a pas envie de se retrouver sur le paquebot Titanic anglo-américain. Obama clame partout que c’est aux Etats-Unis d’écrire les règles du jeu en Asie Pacifique. Mais, avant même que son avion ne touche le sol vietnamien, les grands et moins grands pays asiatiques, le Japon, la Chine, la Russie et le Vietnam, s’étaient déjà concertés pour dépasser les sujets qui fâchent et définir une politique de coopération économique et de sécurité pour la région.

La vérité est que la volonté de Washington de s’imposer comme seule superpuissance, sa politique de sanctions contre la Russie et d’hostilité contre la Chine se retournent désormais contre lui. Les investissements dans les infrastructures de transport et énergétiques, les échanges dans le cœur eurasiatique explosent, et le dollar est de plus en plus délaissé en faveur du yuan, voire même du rouble.

Rencontres Abe-Poutine

Le 6 mai dernier, la rencontre entre le chef d’état japonais Shinzo Abe et Vladimir Poutine, à Sotchi, a déjà fait bouger des plaques tectoniques. En y allant, en effet, M. Abe a rompu les rangs avec Obama qui lui avait demandé en février d’ajourner sa visite jusqu’après le sommet du G7. Plus récemment, Elizabeth Trudeau, la porte-parole du département d’Etat, rappelait à M. Abe « l’importance de l’unité des alliés face à la Russie »

Et deux autres Sommets sont prévus entre Abe et Poutine, l’un à Vladivostok et l’autre au Japon avant la fin de l’année.

Les Anglo-américains escomptaient aussi que le dialogue russo-japonais s’embourberait dans le conflit sans fin sur les îles Kouriles, mais ce sont plutôt les intérêts à long terme entre les deux qui ont primé.

Alexei Chekunkov, PDG du Fonds de développement de l’Extrême-Orient russe, vient de proposer aux investisseurs japonais 16 mégaprojets pour 29 milliards de dollars. Pauvre en ressources énergétiques, le Japon cherche à diversifier ses sources de pétrole et de gaz alors que la Russie a besoin de nouveaux investissements, sur fond de crise mondiale. Et le Japon est devenu, en termes cumulatifs, le plus gros investisseur étranger en Russie.

Par ailleurs, lors d’une séance plénière de la Société des chemins de fer russe, qui s’est tenue en février à Tokyo, son président Oleg Belozerov notait que le fret entre la Russie et le Japon s’est multiplié par neuf en 2015 et que la Russie souhaite « attirer les investissements japonais dans le développement des infrastructures de transport en Extrême-Orient », notamment la modernisation de la ligne Baïkal-Amour et du Transsibérien ainsi que les connections ferroviaires entre les ports d’Extrême-Orient.

Conscients du danger, Joshua Walker, un ancien du Département d’Etat, et Hidetoshi Azume, de l’American Security Project, expriment leur désarroi par rapport à la Russie dans le magazine du très oligarchique Conseil de relations étrangères de New York (CFR) :

Aucun dirigeant européen ne sait quoi faire exactement avec la Russie, au moment où elle exerce une influence stratégique à travers l’Eurasie… Aussi déclinante soit-elle, la Russie est une puissance eurasiatique à ne pas sous-estimer. Elle peut encore façonner unilatéralement les événements géopolitiques à travers la région, en Ukraine orientale, en Syrie et même en Asie du Nord où elle construit actuellement plus de 2500 milles de pipelines gaziers vers la Chine. Aucune autre puissance eurasiatique, pas même la Chine, n’a autant de pouvoir là bas.

Le Vietnam renoue avec la Russie et avec la Chine

Au Vietnam, Barack Obama tentera de rallier le pays à sa stratégie antichinoise, en jouant sur le conflit sur les îles Spratly et Paracelse, revendiquées par les deux pays, et en annonçant la levée de l’interdiction d’exporter des armes, ce qu’il a fait dès son arrivée.

Mais, fier de son indépendance, le Vietnam, qui s’est en effet rapproché des Etats-Unis, n’entend pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Il l’avait déjà fait savoir en mars 2015 lors qu’il a refusé sèchement l’injonction des Etats-Unis de fermer la base militaire de Cam Rahn aux avions russes ; il vient de récidiver en organisant, en marge du sommet commémoratif des 20 ans du partenariat Russie-ASEAN (19 au 20 mai), une visite de trois jours de son Premier ministre et du ministre des Affaires étrangères à Sotchi, pour y rencontrer Vladimir Poutine.

Le partenariat stratégique global Vietnam-Russie, que les deux pays sont prêts à renforcer, va bon train. En mai 2015, le Vietnam a établi une zone de libre-échange avec l’Union eurasiatique fondée par la Russie et 17 projets prioritaires avaient été sélectionnés : fourniture au Vietnam d’avions civils (Sukhoi superjet 100), coopération énergétique entre Gazprom Neft et la Corporation vietnamienne du pétrole et du gaz, construction de la première centrale nucléaire au Vietnam, ainsi que dans les chemins de fer. Lors des rencontres récentes, neuf accords de coopération dans les domaines du pétrole, du gaz, de l’agriculture et du commerce bilatéral ont été signés.

Il faut noter également que dans le même temps, s’opère un rapprochement avec la Chine, indiquant une volonté nouvelle de résoudre par le dialogue les problèmes en mer de Chine méridionale. Le 20 mai, à la veille de l’arrivée d’Obama, une rencontre a eu lieu à Hanoï entre l’ambassadeur de Chine au Vietnam, Hong Xiaoyong, et le ministre vietnamien de la Défense, Ngo Xuan Lich. Ce dernier a salué la coopération militaire entre les deux pays et réaffirmé le besoin pour chacun de continuer à respecter les principes « de bon voisinage, de coopération globale, de stabilité à long terme et de regard tourné vers l’avenir », en se comportant en « bons voisins, bons amis, bons camarades et bons partenaires » !

L’ASEAN, l’Union eurasiatique et l’Organisation de coopération de Shanghai (ICS)

Concluons avec un rapport sur la rencontre enthousiasmante entre l’ASEAN-Russie. Outre la nécessité d’une coopération pour la paix, la sécurité et la croissance économique, le communiqué conjoint évoque des projets concrets pour la période 2016-2020, dans le « pétrole et le gaz, l’électricité, l’efficacité énergétique et l’énergie nucléaire civile ». Il s’agit aussi de promouvoir une forte collaboration dans le domaine agricole, la sécurité alimentaire et l’accroissement du commerce et des investissements dans le secteur alimentaire.

Les signataires s’engagent également à « promouvoir la coopération scientifique et technologique afin de faciliter une économie d’innovation dans les domaines de l’aéronautique, des technologies bio-nano-spatiales et de la médecine, ainsi que d’explorer (…) la capacité de construire une technologie spatiale et ses applications ».

Enfin, et surtout, les dirigeants de ces pays ont discuté de la possibilité d’établir une zone de libre-échange total entre l’Union eurasiatique, l’Organisation de coopération de Shanghai et l’ASEAN. « Cette idée a rencontré un soutien unanime », selon le président Poutine. Questionné par un journaliste sur ce que « son partenaire au sein de l’OSC, la Chine, pensait de cette initiative russe », il a répondu :

Pour ce qui est de nos amis chinois, nous devrons discuter cette question avec eux, mais en général, nous connaissons leur position. La ceinture économique de la route de la soie est une idée proche, en esprit, des propositions dont nous avons discuté aujourd’hui. Je ne vois donc aucune contradiction sur ces questions.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Obama prépare son départ... en guerre

12 mai 2016
Nouvelle Solidarité N°10/2016
Obama prépare son départ... en guerre

Obama menace la Chine

6 avril 2016
Actualité
Obama menace la Chine

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard