Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

L’Erreur de Broca, exploration d’un cerveau éveillé

JPEG - 31.7 ko

Une révolution dans la pratique chirurgicale permet au Pr Hugues Duffau, neurochirurgien au CHRU de Montpellier et professeur des universités, d’opérer en état d’éveil ses patients atteints d’une tumeur au cerveau.

« Le cerveau ne pouvant pas ressentir de douleur, on peut opérer des patients conscients avec leur collaboration », explique-t-il.

Le patient est endormi au début de l’opération mais se réveille peu après, afin de pouvoir collaborer activement avec l’équipe médicale, qui intègre un neuropsychologue, et permettre au chirurgien d’opérer au mieux la tumeur, sans endommager les fonctions cérébrales.

Plus de 700 patients ont déjà bénéficié de cette technique chirurgicale.

Rarement la lecture d’un livre m’a tant enthousiasmé. Sans doute, d’abord, à cause du sujet lui-même : le cerveau humain, organe suprême du monde vivant, une machine insaisissable dotée d’une créativité sans limite. Aussi en raison de l’engagement passionné et de l’approche philosophique de l’auteur, sans oublier sa volonté de nous faire découvrir une révolution conceptuelle venant bouleverser les dogmes établis dans les sciences neurologiques et cognitives.

Après 150 années d’immobilisme, notre connaissance du cerveau a fait, au cours de la dernière décennie, un bond prodigieux. Les fonctions cérébrales ne sont pas localisées dans telle ou telle région spécialisée comme le voulait encore récemment le dogme localisationniste, mais résultent de la mise en réseau de plusieurs épicentres actifs disséminés en divers points de la surface de notre cortex, dans la matière grise associée aux neurones.

Ces épicentres sont reliés entre eux par des faisceaux de fibres blanches situées plus en profondeur et rassemblant les axones (antennes) des neurones. Notre cerveau est donc traversé par une multitude de réseaux parallèles, capables de fonctionner simultanément mais connectés entre eux en certains points névralgiques, multimodaux, afin de combiner les capacités lorsqu’il s’agit d’exécuter des fonctions plus complexes. Exit donc la soi-disant aire de Broca dévolue au langage, enseignée dans les facultés de médecine depuis 1861 !

Cette révolution en marche fait appel à divers concepts tels la connectomique, l’hodotopie (tous deux liés à l’idée de fonctionnement en réseau) ou la plasticité cérébrale, et s’appuie sur de nouvelles techniques comme l’Imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), utilisée en priorité pour la recherche, ou bien la Stimulation électrique directe (SED), principal outil du Pr Duffau lorsqu’il doit opérer un patient.

Si le mariage des deux techniques est un levier extraordinaire de progrès pour la médecine, la SED s’avère sans aucun doute plus spectaculaire. Elle consiste à neutraliser pour quelques instants, au moyen de faibles chocs électriques, certaines régions superficielles et fibres blanches dans le cerveau d’un patient éveillé, afin d’identifier et préserver les fonctions qui assureront sa qualité de vie future. Une fois ces fonctions dûment identifiées et étiquetées, on peut ensuite procéder à l’excision de la tumeur, qui atteint souvent la taille d’une orange ou d’une balle de tennis !

La capacité d’opérer un patient en état d’éveil, activement impliqué dans des tests, s’avère non seulement une avancée majeure sur le plan clinique, mais aussi pour la recherche dans le domaine des sciences cognitives. En effet, les tumeurs de bas grade, caractérisées par une progression lente, colonisent souvent, non pas de manière clairement délimitée mais plutôt comme une toile d’araignée, des volumes importants du cerveau.

Elles lui permettent toutefois, du fait de la lenteur de la progression, de reconfigurer les connexions nécessaires à la bonne exécution des fonctions cérébrales. C’est ici qu’entre en jeu cette notion de plasticité chère au Pr Duffau, cette capacité qu’a notre cerveau de se remodeler et de se réorganiser. En-deçà de certaines limites bien sûr.

Grâce aux méthodes d’imagerie IRMf, on avait pu identifier les réseaux associés aux fonctions plus simples comme la perception sensorielle et la motricité, la parole et le langage (articulation des sons, sémantique et grammaire) et le calcul mental (mémoire de travail).

Mais c’est seulement depuis deux ou trois ans que l’on a réussi, grâce aux techniques opératoires mises en œuvre par le Pr Duffau et son équipe, à cartographier les fonctions plus évoluées comme la reconnaissance des émotions et des intentions d’autrui (ainsi que l’anticipation de ses intentions), mais aussi le jugement, l’autoévaluation et la conscience que l’on a d’exister dans le temps et l’espace.

Avec à la clé une meilleure compréhension des pathologies liées à l’autisme et autres types de dysfonctionnements mentaux. Dans ses propres termes, « grâce à la chirurgie éveillée, on passe de l’imagerie fonctionnelle à l’anatomie fonctionnelle du cerveau ».

Le Pr Duffau rêve un jour d’identifier les fonctions liées à la créativité, mais il n’a rien d’un apprenti sorcier, contrairement à ces transhumanistes qu’il dénonce vivement dans son livre. Car devant les capacités extraordinaires de notre cerveau, la modestie doit prévaloir sur l’arrogance. Cela ne signifie pas que l’on doive se réfugier dans le dogme, mais faire preuve d’une saine curiosité et d’un émerveillement propres à toute entreprise scientifique digne de ce nom, en gardant à l’esprit que le bien-être de l’homme reste l’objectif essentiel. D’où les réflexions judicieuses qu’il nous livre sur l’usage de la technologie et des machines, l’organisation de la société et le sens du progrès.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • Pierre Picard • 02/05/2016 - 22:58

    > Le Pr Duffau rêve un jour d’identifier les fonctions liées à la créativité
    Sans vouloir critiquer personnellement ce Pr Duffau, n’est ce pas là où l’on atteint malheureusement encore une fois les limites liée à une certaine philosophie positiviste dans le milieu scientifique ?
    La créativité requiert de la conscience qu’elle observe ses propres processus de pensée tout en les dirigeant en même temps. La pensée leibnizienne inspire l’idée que la conscience est une boucle d’action-perception continue et auto-réflexive. Ce caractère continu et auto-réflexif est incompatible avec tout modèle neuronal de la conscience, c’est un paradoxe du même ordre que la quadrature du cercle, et c’est l’indice d’une discontinuité fonctionnelle entre d’une part ce qui nous permet d’interagir physiquement avec l’univers par le biais de nos fonctions sensorielles et motrices, et d’autre part ce qui nous permet par exemple de découvrir de nouveaux principes universels : notre créativité.
    Par quel paradoxe apparent cette discontinuité peut-t-elle bien se manifester ? Comment interagissent l’esprit et le cerveau ? Voilà des questions qui me semblent très intéressantes et espérons que le Pr Duffau pourra apporter des éléments. Mais à trop regarder le fonctionnement du cerveau à travers le prisme du positivisme, la conscience et la créativité risquent malheureusement de rester des fantômes insaisissables dans le domaine des sciences.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Ni violence, ni défaitisme, la Révolution a besoin d’une tête

18 février 2016
Nouvelle Solidarité N°4/2016
Ni violence, ni défaitisme, la Révolution a besoin d’une tête

La médecine nucléaire révolutionnera les traitements anti-cancéreux

31 janvier 2011
Brèves
La médecine nucléaire révolutionnera les traitements anti-cancéreux

110 cancéroloques en guerre contre les coûts exorbitants des traitements

19 avril 2016
Actualité
110 cancéroloques en guerre contre les coûts exorbitants des traitements

Santé : non à l’uberisation !

19 février 2016
Actualité
Santé : non à l’uberisation !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard