Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

La face cachée de Moon : L’Amérique du Sud dans le collimateur

La rédaction
Article excepctionellement tiré du journal Nouvelle Solidarité

La politique des néoconservateurs américains pour les pays situés au sud du Rio Grande peut se résumer en deux mots : chaos et guerre. L’un des instruments utilisés : le fondamentalisme religieux.

Le télévangéliste et fondamentaliste chrétien Pat Robertson a provoqué un tollé le 22 août en appelant ouvertement à l’assassinat du président vénézuélien Hugo Chavez. Il a en effet déclaré, au cours de son émission télévisée : « Si [Chavez] pense que nous essayons de l’assassiner, je pense qu’on devrait vraiment y aller. C’est bien moins cher que de lancer une guerre. »

Il ne s’agit pas là de l’opinion isolée d’un télévangéliste cinglé. Ses propos incendiaires représentent une menace stratégique réelle, notamment à la lumière de deux considérations supplémentaires.

Tout d’abord, Pat Robertson (surnommé « Diamant » à cause de ses intérêts financiers en Afrique) est proche de certains fondamentalistes implantés au sein de l’armée américaine, appartenant à la faction des « tordeurs de cuillères », comme le général Jerry Boykin, et d’autres alliés politiques du vice-président américain Dick Cheney. Cette clique est prête à orchestrer une nouvelle attaque terroriste, de type « 11 septembre », qui leur fournirait un bon prétexte pour lancer une guerre contre l’Iran. Les télévangélistes comme Robertson et Jerry Falwell, qui pullulaient sous la présidence de Bush père, ont reçu plus tard le soutien du « révérend » Sun Myung Moon, lui-même un allié de la famille Bush et instrument des anciens réseaux nazis impliqués dans le trafic de drogue en Amérique du Sud.

Ensuite, les commentaires de Robertson se situent dans le contexte d’une offensive plus vaste contre les nations sud-américaines, pour le compte de l’oligarchie financière internationale, sous la direction de Dick Cheney et de Donald Rumsfeld, qui s’est rendu au Paraguay et au Pérou à la mi-août.

La stratégie de ces intérêts est de créer des « Etats ratés » dans toute l’Amérique du Sud, où certains gouvernements comme celui du Paraguay, de la Bolivie, de l’Equateur et du Pérou sont déjà extrêmement fragiles. Par « Etats ratés » ou « ingouvernables », entendez la possibilité d’y faire intervenir une force militaire supranationale sous prétexte de « combattre le terrorisme » ou de « rétablir l’ordre ». Le véritable but est de mettre fin à l’ère des Etatsnations afin de mettre la main sur les matières premières. Comme au XIXème siècle et à nouveau au XXème, cette stratégie est aujourd’hui centrée sur le Paraguay.

Le 10 juin 2005, une réunion exceptionnelle, relativement longue, s’est tenue à Washington entre Dick Cheney et le président paraguayen Luis Castiglioni. Qu’est-ce que le vice-président américain pouvait bien avoir à dire au président de ce petit pays d’à peine six millions d’habitants, niché au coeur de l’Amérique du Sud et apparemment insignifiant du point de vue stratégique ?

JPEG - 13.2 ko
Localisation de la base de Mariscal Estigarriba.

Il scellait un accord, approuvé le 5 mai, pour la construction d’une base militaire américaine en territoire paraguayen, où devaient se dérouler des activités de formation militaire conjointe pendant une période de dix-huit mois, du 1er juillet 2005 au 31 décembre 2006, accord renouvelable indéfiniment. Les troupes américaines ont commencé à débarquer en juillet et entre-temps, le Parlement paraguayen a accordé aux soldats américains l’immunité juridique pour les crimes qu’ils pourraient commettre sur place, concession que le Brésil, l’Argentine et d’autres pays latino-américains ont rejetée. Le prétexte officiel pour cette opération est de lutter contre des terroristes liés à l’Iran qui se seraient réfugiés dans la zone de la « triple frontière » (Paraguay, Brésil, Argentine).

La base prévue pour ces manoeuvres est celle de Mariscal Estigarriba. construite par les Américains pour pouvoir accueillir de gros avions de transport militaires et abriter jusqu’à 16 000 soldats. Elle est située au milieu de la région de Chaco, très peu habitée, au nordouest du pays (ancien théâtre de la guerre du Gran Chaco - 1932-1935 - entre le Paraguay et la Bolivie).

A proximité se trouvent d’importants gisements de gaz naturel, au Paraguay même et de l’autre côté de la frontière, en Bolivie. Le gisement bolivien, dans la province séparatiste de Tarija, est l’un des plus importants au monde. Cette zone est également proche du grand aquifère Guaranì, qui constitue en soi une immense ressource naturelle, s’étendant sur 1,2 millions de kilomètres carrés, au Brésil, en Argentine, au Paraguay et en Uruguay. Cette situation géographique se prête donc facilement à des manipulations géopolitiques.

L’ambassade américaine au Paraguay a officiellement fait savoir que les Etats-Unis n’avaient pas l’intention d’y établir une base permanente, mais le gouvernement brésilien n’en est apparemment pas convaincu et a organisé des manoeuvres militaires non loin de la frontière avec le Paraguay. Brasilia craint, entre autres, que les manoeuvres de Washington ne visent à désunir les efforts des pays membres du marché commun sud-américain (Mercosur : Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay), qui constitue un bastion de résistance à la politique ultralibérale.

Cependant, le pays qui se sent surtout menacé par l’établissement de cette base, c’est la Bolivie voisine, déjà déchirée entre des forces « gauchistes » basées dans les régions de l’ouest productrices de coca, et une « aile droite » implantée dans les provinces de Santa Cruz et Tarija, au sud-est, qui recèlent la majorité des gisements d’hydrocarbures.

Autre aspect curieux du site choisi pour cette base américaine : il est à deux pas des vastes territoires frontaliers entre Brésil et Paraguay appartenant au révérend Moon, un adepte pur et dur de la faction des « tordeurs de cuillères ». Le gourou coréen doit le lancement de sa carrière aux réseaux des frères Dulles, les mêmes qui organisèrent la fuite de nazis en Amérique du Sud via les « lignes de rat ». Il est surtout connu pour sa secte, l’Eglise unifiée, qui est spécialisée dans les mariages de masse de ses disciples. Récemment, il s’est vanté de pouvoir communiquer avec les morts, notamment tous les présidents décédés des Etats-Unis. Un ancien président encore vivant, George Bush père, se fait payer des honoraires alléchants pour assister à des événements aux côtés du « révérend ».

A partir du milieu des années 90, Moon a commencé à s’acheter de vastes terrains au Paraguay (à quelque 250 km de la base américaine) et de l’autre côté du fleuve, au Brésil, en vue d’y créer un empire. Il possède actuellement pas moins de 750 000 hectares de terres au Paraguay et quelque 83 000 hectares dans le Mato Grosso do Sul. Du côté brésilien, le centre New Hope organise régulièrement des sessions pour les nouvelles recrues. Kim Yoon Sang, le principal représentant de Moon en Amérique du Sud, avait déclaré à la revue brésilienne Istoe : « Pour nous, les frontières n’ont pas d’importance. »

Vers la fin de 1998, le gouvernement brésilien a ouvert une enquête sur les activités du révérend Moon, soupçonné de contrebande, blanchiment d’argent sale, violations de la loi sur l’immigration et, selon certains journaux, trafic de drogue. Plus tard, après que le mouvement de Lyndon LaRouche ait dénoncé le rôle du World Wildlife Fund et des Moonistes dans la déstabilisation du gouvernement brésilien, le Parlement du Mato Grosso do Sul a ouvert à son tour une enquête sur la secte. Selon ses conclusions, les investissements de Moon dans la région pourraient même profiter à l’économie régionale...

Cependant, c’est une approche que beaucoup commencent à regretter, à la lumière des opérations menées actuellement par Cheney et Rumsfeld aux portes du Brésil.

Dennis Small

Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard