Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

13 novembre - 17 novembre : A la juste colère des gilets jaunes Lire 13 novembre - L’ange Bruegel et la chute du cardinal Granvelle Lire 13 novembre - M. Blanquer, le budget Education 2019 vous condamne à l’impuissance Lire
AccueilActualité

Le spectre des « banques zombies » hante l’UE

JPEG - 24.4 ko
Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble et son valet Dijsselbloem veulent fermer les petites banques jugées « non-rentables ».
Crédit : Reuters

Les lois de l’univers finissent toujours par corriger ceux qui croient pouvoir les violer. Ainsi, ce qui devait arriver aux banques, arrive.

Refusant hystériquement d’acter (avec une réforme type Glass-Steagall) la faillite systémique des méga-spéculateurs, aux commandes du système financier mondial depuis 1986, nos élites les ont renflouées sans limites, d’abord en pillant l’argent et les budgets des États, ensuite en créant des océans de capital fictif, l’ensemble versé dans un trou sans fond, véritable tonneau des Danaïdes.

Ainsi, la course à la dette et aux sacrifices pour les honorer, ne sert plus l’économie réelle et l’humanité qui en dépend, mais une fiction monétaire et une caste de parasites financiers. Et aujourd’hui, c’est la panique.

En témoigne la faillite fin 2015 de quatre banques régionales en Italie qui a brutalement démontré que l’Union bancaire (supposé nous protéger d’un « nouveau Lehman Brothers »), avant même sa mise en œuvre, est un mécanisme non seulement moralement inique mais largement inopérant.

Le MRU

C’est également de constat de La Tribune (27 décembre), pour qui « le nouveau mécanisme de sauvetage des banques pose question ».

PNG - 31.8 ko

Pour l’instant, en ce qui concerne l’Union bancaire :

  • Le premier pilier, le Mécanisme de supervision unique (MSU), piloté par la BCE, est déjà opérationnel ;
  • Le deuxième pilier, celui du Mécanisme de résolution unique de crises bancaires (MRU), est entré en application dès le 1 janvier 2016 dans les pays membres de la zone euro ;
  • Le troisième pilier, celui du Fonds européen de garantie des dépôts bancaires (FEGD), n’en est qu’au stade de projet.

Pour rappel, le MRU repose sur le principe du « renflouement interne » (bail-in), par opposition au « renflouement externe » (bail-out) en vigueur durant la crise de 2008, qui faisait appel à l’argent public.

Concrètement, avec le MRU, une banque européenne au bord de la faillite, devra d’abord faire appel à ses actionnaires pour essayer de survivre, ainsi qu’à ses créanciers obligataires et à ses déposants détenant plus de 100 000 euros dans ses livres, avant de se tourner éventuellement vers le fonds de résolution unique (FRU), abondé par le secteur bancaire européen.

Le bail-in en Italie

Parfait sur le papier, cette construction a lamentablement échoué en Italie. En premier lieu, le gouvernement italien, au lieu d’acter la faillite des quatre banques régionales, les a mises sous perfusion et les grandes banques italiennes ont été contraintes de prêter 3,6 milliards d’euros pour sauver les petites.

Au même temps, l’État italien est tombé sur leurs actionnaires et détenteurs d’obligations. Or, comme le précise La Tribune, on découvre que parmi ces créanciers obligataires ne figurent « pas que des millionnaires » mais aussi des milliers de petits épargnants, « comme Luigi d’Angelo, ce retraité italien retrouvé pendu chez lui le 28 novembre, après avoir vu ses économies englouties à hauteur de 110 000 euros dans le sauvetage express des banques italiennes régionales ».

En suivant à moitié les consignes du MRU, le gouvernement italien a « rincé » 133 000 actionnaires et 10 500 porteurs d’obligations subordonnées, « pour beaucoup des petits épargnants qui sont, au passage, des contribuables… » L’affaire a provoqué un tel tollé, que le gouvernement italien a dû créer un fonds de solidarité de 100 millions d’euros par calmer les victimes, une action immédiatement condamnée par Bruxelles pour qui il est hors question de mobiliser de l’argent public dans ce but. Pour la Commission européenne, ce ne sont pas les directeurs d’agences qui ont pigeonné leurs clients, mais c’est la simple méconnaissance des produits financiers qui a conduit les retraités italiens à leur malchance ! Fatalità !

L’échec

Pour le quotidien allemand Handelsblatt du 28 décembre, les déboires italiens et d’autres pays du sud de l’Europe,

ont fait émerger une vérité déplaisante aux yeux des dirigeants et ministres des Finances de la zone euro : l’Union monétaire n’a pas pleinement réhabilité son secteur financier, en dépit du fait que la crise a commencé il y a huit ans et que des nouvelles mesures ont été mises en place.

« Les dangers ne se cantonnent pas à l’Europe du Sud », poursuit le journal. « Le secteur bancaire allemand travaille également avec de nombreuses petites banques [allemandes] qui dépendent de clients qui se battent comme des beaux diables pour faire du profit à un moment où les taux ont atteint un bas historique. Rien qu’en 2015, les banques allemandes, pour réduire leurs coûts de fonctionnement, ont fermé 1000 agences… »

Il est vrai qu’avec l’intensification des usages numériques, et notamment sur mobile, la fréquentation des agences baisse inexorablement. En France, la Société générale fermera 20 % de son réseau d’ici à 2020.

D’après l’Autorité bancaire européenne (EBA), les banques européennes pourraient ramener le pourcentage de prêts irrécouvrables de 7 à 6,4 % avant janvier 2016. Sur le papier, cette proportion est déjà deux fois plus élevée qu’aux États-Unis. Cependant, ce chiffre n’est qu’une moyenne, et la réalité de certains pays est nettement pire.

La dette italienne

D’après le FMI, en Italie, les crédits à risques représentent 18 % du total et rien que les quatre banques régionales qui ont sombré, avaient 10 milliards d’euros de dettes irrécouvrables. L’Italie n’a pas les moyens de faire face à une grave crise bancaire. La dette publique y dépasse les 2200 milliards d’euros, soit 133 % du PIB, plus que le double des 60 % stipulés par les critères de convergence du Traité de Maastricht. On estime à 200 à 300 milliards d’euros la dette non-performante italienne.

PNG - 97.6 ko
Augmentation de la dette à risque italienne.
Crédit : Bloomberg

En plus, d’après un expert consulté par Handelsblatt, 30 % du montant des créances des PME ne seront pas honorés. Cependant, ce qui inquiète le plus, c’est la forte proportion d’obligations d’État qui figure dans le bilan des banques italiennes. Si leur valeur chute, les banques italiennes piétinent et inversement, si une banque tombe, la dette publique explosera.

La chasse aux « banques zombies »

JPEG - 68.4 ko

Selon Handelsblatt, le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble et son sous-fifre à Bruxelles, le Président de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, estiment que la coupe est pleine : la zone euro doit liquider au plus vite ses « banques zombies » qu’elles soient italiennes, grecs, portugaises, espagnoles, allemandes ou autres. Le terme « banque zombie » est apparu en 1987 pour désigner des institutions bancaires dont la valeur nette est nulle mais qui survivent uniquement grâce aux perfusions d’aides publics. Pour les grandes banques universelles, qui font leur beurre avec la spéculation, les petites banques de détail sont des entités peu ou pas rentables.

Depuis ce 1er janvier 2016, les Pays-Bas prennent la présidence du Conseil européen des ministres des Finances, et Schäuble et Dijsselbloem, deux fanatiques de l’ordolibéralisme et du déficit zéro, comptent profiter de cette période pour « sauver le système » en purgeant la zone euro des banques zombies.

Car, comme le note Handelsblatt : « Si la zone euro continue à remettre au lendemain les décisions difficiles, cela pourrait devenir cher pour ses citoyens. La promesse que les contribuables ne paieront plus jamais pour les faillites bancaires s’avère sans doute creuse ». Qui paierait ? La réponse est en petites caractères dans les notes de bas de page de la directive européenne : le sauvetage d’une banque avec l’argent des États n’est autorisé que si des troubles graves dans un État membre menaceraient la stabilité des autres membres de la zone euro.

Le problème, pour Schäuble et Dijsselbloem, c’est que dans une Union bancaire pleinement intégrée, ce sont les contribuables des pays riches (Allemagne, Pays-Bas et France), qui paieront pour les autres… « C’est pour cela que nous devons nous débarrasser au plus vite des banques zombies », s’exclame un diplomate européen cité par le journal.

Dans une note au gouvernement allemand, Schäuble rappelle l’urgence de réduire le volume excessif de titres de dette souveraine dans le bilan des banques européennes. En Espagne, les obligations souveraines représentent 43 % du bilan des banques. Si leur valeur chute, les banques tombent. Inversement, si une banque tombe, sa chute contamine les titres souverains.

Une série de mesures qui, sans une réorganisation du type Glass-Steagall, donnera le coup de grâce à de nombreuses banques petites et moyennes en Allemagne et en Europe sans pour autant sauver les grandes.

A force de confiscation de dépôts et des retraits soudain de liquidités qu’ils provoqueront, c’est le système lui-même qui se fait kamikaze.

Que faire ?

En France, S&P tient à la disposition des élus une proposition de loi pour couper les banques en deux (Glass-Steagall Act). En attendant, en faisant voter une résolution par votre conseil municipal, départemental ou régional, vous pouvez contribuer à la faire adopter à temps ! 40 communes l’ont déjà voté (dont 2 communautés de communes), 2 départements et 1 région. Et chez vous ?

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • petite souris • 04/01/2016 - 21:09

    les entreprises doivent être des multinationales ou rien
    les banques doivent être méga ou rien
    monsieur Schäuble, ayez le courage logique et moral de continuer votre raisonnement , alors dites que l’Allemagne n’est plus un pays puisqu’il n’est pas mégasupergrand et démissionnez votre parole n’a donc plus ni de sens ni de valeur !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

2015 : Finissons-en avec la City et Wall Street

8 janvier 2015
Nouvelle Solidarité N°1/2015
2015 : Finissons-en avec la City et Wall Street

Crise bancaire : l’Italie refuse de confisquer l’argent des déposants

12 décembre 2015
Actualité
Crise bancaire : l’Italie refuse de confisquer l’argent des déposants

La doctrine folle qui conduit Schäuble à organiser le Grexit : « l’ordolibéralisme »

30 juillet 2015
Actualité
La doctrine folle qui conduit Schäuble à organiser le Grexit : « l’ordolibéralisme »

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard