Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Les fantômes d’Henri Germain et de Glass-Steagall continuent à hanter les élites françaises

JPEG - 52.9 ko
Henri Germain (1824-1905), fondateur du Crédit Lyonnais. Bien avant le Glass-Steagall Act de 1933, la doctrine Germain estimait déjà qu’une séparation stricte entre les banques de dépôts et les banques de marché était nécessaire.
Crédit : Wikipedia Commons

Couper les banques en deux. Plus que jamais, le sujet hante les esprits et comme le montre une série de cinq articles publiée par La Tribune, en coulisse, ça discute fort !

Pourtant, officiellement, le dossier est clos. La pseudo-réforme bancaire de Moscovici de 2013 oblige les grandes banques françaises à placer dans une filiale les activités de négoce (trading) pour compte propre, c’est-à-dire moins de 2 % de leurs activités.

Rappelons que suite à la campagne intense de Solidarité & Progrès et du candidat présidentiel Jacques Cheminade, le candidat François Hollande avait reconnu dans sa lettre du 13 octobre 2011 à Arnaud Montebourg pour le rallier à sa campagne, qu’outre l’interdiction pure et simple aux banques des « activités spéculatives les plus risquées, qui ne contribuent pas au bien-être collectif » :

La séparation des banques de dépôt et des banques d’investissement est in fine la meilleure garantie que les banques cessent d’utiliser les comptes courants de leurs clients à des fins spéculatives.

Quatre mois plus tard, le 22 janvier 2012, lors du fameux discours du Bourget, Hollande opérait un premier glissement sémantique. Hollande ne parlait déjà plus d’une séparation des banques elles-mêmes, mais d’une séparation… des activités bancaires, c’est-à-dire l’activité de la collecte des dépôts et celle de marché, mais au sein d’un même établissement.

Ensuite, avant sa capitulation en rase campagne devant un lobby bancaire ultra-puissant, Hollande évoquait uniquement la séparation entre activités bancaires « utiles à l’économie » et celles qui ne le sont pas. Évidemment, tout banquier vous dira que toute activité lui permettant de gagner plus d’argent peut augmenter sa capacité à investir et est donc forcément utile à l’économie…

La doctrine Germain

Pour sa part, La Tribune, en faisant l’historique du monde bancaire français depuis le XIXe siècle, démontre que le débat sur la « spécialisation » (banques séparées) et la « dé-spécialisation » (banque « universelle ») a marqué toute son histoire.

Bien avant la loi Glass-Steagall américaine de 1933, affirme La Tribune, une séparation stricte entre banques de dépôt et banques d’affaires avait vu le jour en France.

L’auteur rappelle d’abord que les premières grandes banques françaises, Crédit Lyonnais (1863), Société Générale (1864) et Union Générale (1878), ont été créées sur le modèle du Crédit Mobilier (1852), une véritable banque « à tout faire », fondée par les frères Pereire sous la protection de Napoléon III.

Cependant, tout change en 1882 lorsque la faillite de l’Union Générale, décrite par Emile Zola dans L’argent, provoque l’effondrement de la Bourse parisienne et fait trembler le Crédit Lyonnais sur ses fondations. Son directeur, Henri Germain, est alors terrorisé par la possibilité que du jour au lendemain des milliers de déposants puissent retirer leur argent dans un mouvement de panique (bank run). Selon La Tribune :

Il [Henri Germain] tire de l’événement la leçon suivante : la durée des engagements d’une banque doit correspondre à celle de ses ressources. Autrement dit, une banque qui collecte des dépôts à vue – susceptibles d’être restitués à n’importe quel moment à ses clients – doit se cantonner à des engagements de court terme, inférieurs à un an.

En conséquence, du jour au lendemain, à partir de 1882 et contrairement à sa vocation initiale, le Crédit Lyonnais s’abstient de toute prise de participation dans le secteur de l’industrie car Henri Germain estime que

Les entreprises industrielles, même les mieux conçues, même les plus sagement administrées, comportent des risques que nous considérons comme incompatibles avec la sécurité indispensable dans les emplois de fonds d’une banque de dépôt.

Le coup d’Etat des banques d’affaires

Du coup, le financement à long terme, de l’industrie, tombe dans les mains… des banques d’affaires, telles que la Banque de Paris et des Pays-Bas, la Banque de l’Indochine ou la Banque de l’Union parisienne qui, elles, se financent à long terme en émettant des obligations.

Pour La Tribune, « ce principe de séparation des activités de banque de détail de celles de financement et d’investissement, baptisé doctrine Germain, sera progressivement appliqué par l’ensemble des banques françaises, et ira jusqu’à inspirer aux Etats-Unis le fameux Glass-Steagall Act de 1933 », avant d’être repris en France dans la Loi du 2 décembre 1945, qui divise le secteur bancaire en trois catégories bien distinctes :

  1. des banques de dépôt qui perdent le droit d’octroyer des crédits à plus de deux ans ou de détenir plus de 10 % du capital d’une entreprise ;
  2. des banques d’affaires qui, elles, peuvent consentir des crédits sans limitation de durée et investir tant qu’elles le veulent dans des entreprises ;
  3. des banques de crédits à moyen et long terme qui doivent octroyer des crédits à plus de deux ans, à condition de bénéficier de ressources d’une durée au moins équivalente.

Marquant la rupture avec les Trente glorieuses, c’est avec les décrets Debré-Haberer de 1966 et 1967 et surtout avec la Loi du 24 janvier 1984 permettant la création de « banques universelles », que Jacques Delors va enterrer la doctrine Germain en France. En 1996, le Crédit agricole acheta la banque d’affaires Indosuez ; en 1998, Banques Populaires acheta la banque d’affaires Natixis ; et Banque nationale de Paris (BNP) fusionna en 2000 avec la Banque de Paris et des pays Bas pour former « BNP Paribas ».

Ce qu’oublie de préciser La Tribune, c’est que la séparation ou la non-séparation des banques, réduite à une question purement technique, est un problème insoluble. Car ce qui garantit la solidité des crédits, la sécurité des dépôts et la valeur de l’argent, ne se réduit pas à l’épaisseur des parois des coffres forts dans lesquels on les protège.

Seule une politique de « crédit productif public » organisée entre États-nations souverains, disposant de vraies banques centrales et engagés dans une politique de développement mutuel orienté vers « l’équipement de l’homme et de la nature » (éducation, santé, infrastructures, etc.), donne de la valeur à ce qui autrement ne seraient que des bouts de papier.

C’est ce qu’avait bien compris le premier secrétaire au Trésor américain Alexander Hamilton, dont s’inspira en 1933 le président américain Franklin Roosevelt pour forger sa réforme bancaire dont le Glass-Steagall Act faisait partie.

Le retour de la doctrine Germain ?

Aujourd’hui, alors que la loi Moscovici avait fait croire aux banquiers français qu’ils étaient à l’abri de tout retour à la doctrine Germain, les annonces du Commissaire européen Michel Barnier leur ont donné des sueurs froides. Bien que ce dernier ait souligné à plusieurs reprises qu’il est hors de question d’abroger le modèle de banque universelle, il estime que c’est bien « la spéculation » qui a fragilisé la croissance et non « l’excès de règles ».

Le 29 janvier, Barnier, en vue de pouvoir créer une union bancaire européenne, a présenté « un projet de loi qui va autrement plus loin que la loi française », en exigeant des trente plus grandes banques européennes – dont BNP Paribas et la Société générale – de filialiser non pas seulement les activités (de négoce ou trading) pour compte propre, mais celles de tenue de marché (market making) jugées à haut risque par les autorités de contrôle. « Ce sont les entreprises qui seront pénalisées », ont immédiatement hurlé les banquiers, puisque le cantonnement de certaines activités de marché dans des filiales dotées de fonds propres spécifiques renchérira « mécaniquement » leur fonctionnement.

L’esprit d’Henri Germain est de retour

Quoi qu’en disent les pessimistes, il est évident que le débat est toujours sur la table. Pour Jean-Philippe Bidault, auteur de Si la banque m’était contée :

Le modèle de banque universelle, adopté par les grands établissements bancaires dans le monde entier (…) est remis en cause depuis la crise des subprime de 2008. Il a été reproché aux banques d’avoir affecté aux opérations de marché les dépôts à court termes des épargnants. Des deux côtés de l’Atlantique, la séparation des activités bancaires est de nouveau à l’ordre du jour. (…) L’esprit d’Henri Germain est de retour.

Pour Solidarité & Progrès, couper les banques en deux n’est pas une « bonne » mesure de régulation bancaire mais le levier pour changer toute la philosophie d’un système monétariste qui nous détruit. Il ne s’agit pas de le sauver, mais d’en créer un nouveau. Les accords signés à Fortaleza par les pays des BRICS indiquent la voie.

Lettre réponse de Hollande à Montebourg (10/2011)

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Glass-Steagall : près de 600 000 signatures déposées au Sénat américain

10 juillet 2014
Actualité
Glass-Steagall : près de 600 000 signatures déposées au Sénat américain

Réunion de l’OEA sur l’Argentine : le Guyana appelle à rétablir Glass-Steagall

4 juillet 2014
Actualité
Réunion de l’OEA sur l’Argentine : le Guyana appelle à rétablir Glass-Steagall

Comment l’oligarchie a « travaillé » Clinton pour qu’il liquide Glass-Steagall

20 mai 2014
Actualité
Comment l’oligarchie a « travaillé » Clinton pour qu’il liquide Glass-Steagall

Mettre les banques au pas et redonner le la :
Le Glass-Steagall global et le précédent français

3 mai 2010
Economie
Mettre les banques au pas et redonner le la :<br>Le Glass-Steagall global et le précédent français

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard