Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Maglev : la France aura-t-elle un train en retard ?

Un rapport suédois rappelle brutalement la pertinence du transport à suspension magnétique dit « maglev », au point de remettre en cause les choix envisagés pour l’avenir du réseau ferré français. Comme d’habitude, pour la SNCF, circulez, il n’y a rien à voir !

JPEG - 17.2 ko
Comme bien d’autres pays des BRICS, le Brésil travaille sur le transport à lévitation magnétique. Ici une représentation artistique du projet MagLev-Cobra
Crédit : Silas Scalioni

Ce n’est pas tous les jours qu’un nouveau mode de transport apparaît ; et quand les premiers exemples concrets sont réalisés, l’optimum n’est pas atteint du premier coup. Aussi faut-il regarder avec attention les premières réalisations et les études sur des cas particuliers, afin d’en tirer des conclusions plus générales.

Ainsi la réalisation en 2004 d’une navette à sustentation magnétique (c’est-à-dire sans roues) employant la technologie allemande « Transrapid » reliant la ville chinoise de Shanghai avec l’aéroport international de Pudong a mis en évidence plusieurs problèmes. Cette ligne commerciale de 30 km est un symbole du modernisme chinois et une première mondiale.

Le principal reproche était qu’on avait remplacé un « chemin de FER » par un « chemin de CUIVRE ». Or le fil de cuivre électrique est plus cher que le fer ; et il faut en tricoter tout le long de la voie. Vu les coûts au km de la voie maglev, la SNCF avait conclu à l’échec de ce saut technologique. En 1971, elle avait fait pareil lorsque Jean Bertin et son équipe avait développé en France l’Aérotrain, accusé de tous les maux.

C’est cet empressement à défendre le vieux système ferré sur roues qui est pathologique. En effet, beaucoup de pays continuent à progresser, et particulièrement les BRICS qui sont en retard d’équipement de transport lourd. Nous vous reparlerons une prochaine fois du Japon, qui va inaugurer un nouveau maglev avec sa technique à supraconducteurs.

En attendant, regardons l’étude des experts suédois « Study into magnet-trains 2014 » de Mattias Svederberg, Alexander Brunius et Mikael Thorén, car à sa façon, la Suède est proche de l’exemple français. Notre pays est fier de son TGV, et c’est avec raison. La Suède aussi a sa fierté car tout comme les Italiens et au même moment, elle a misé sur la technique des trains pendulaires sur voies traditionnelles améliorées, plutôt que celle des voies et d’un matériel nouveaux comme le TGV. Et le succès fut obtenu dès les années 1990. Les vitesses commerciales étaient moindres, 180 km/h, mais adaptées à la demande d’alors.

Cela peut cependant devenir une ornière du point de vue stratégique, car le réseau trouve une nouvelle saturation et les solutions se limitent à une amélioration de l’existant (plus de vitesse et plus de voies). La tendance naturelle serait donc de se rapprocher du concept TGV pour les tronçons les plus fréquentés. Les études se multiplient dans se sens.

Ce que constate le rapport suédois, c’est qu’il ne vaut plus la peine de continuer comme avant. Il faut faire un saut technologique et passer à la technologie maglev, car elle a tellement évolué depuis l’inauguration de la voie chinoise à Shanghai que la situation est renversée au profit de la rupture de technologie.

L’argumentation des ingénieurs suédois s’appuie surtout sur la baisse continue et rapide des coûts de base de la technologie maglev, depuis la version chinoise. Alors que le coût d’un km de voie maglev se chiffrait entre 77 (Transrapid allemand) et 93 (Maglev japonais) millions d’euros, ce coût est aujourd’hui ramené à environ 15 à 20 millions d’euros le km, c’est-à-dire un coût identique à celui d’une voie TGV (15 à 20 millions d’euros) ou celui d’un km d’autoroute (13,9 millions d’euro).

Trois innovations qui changent la donne

Pour mémoire, rappelons qu’un système maglev, tout comme un système aérotrain, évolue sur une voie surélevée construite sur pylônes, comme un viaduc, et ce point est un atout majeur pour un tracé pénétrant en zone urbaine dense. Car, font-ils remarquer, la densité de population entre ces villes est égale à celle de l’Allemagne de l’Ouest ! Les frais d’élargissement de la voie conventionnelle sont donc supérieurs à ceux d’une voie en viaduc nouvelle. Par contre, l’entrée en souterrain sera plus chère pour la voie maglev, car entièrement neuve et plus large. Contrairement à l’apparence, les aménagements nouveaux en gares ne feront pas la différence.

  • La première évolution de rupture est ici. Si la voie était originellement conçue en acier, les progrès sont tels que le béton remplit aujourd’hui cette fonction. Hormis la baisse des coûts inhérente aux matériaux, on passe d’une technique de chaudronnerie d’usine à celle de BTP, ce changement de corps de métier est énorme.
  • Une voie maglev est une « voie active » dans le sens que la voie contribue activement et électriquement à l’effort de traction (rôle de stator). C’est donc une voie qui sera plus chère qu’une voie passive de chemin de fer ou même celle d’un Aérotrain. Résultat : le poids des moteurs se trouve transféré dans la voie et le véhicule est allégé significativement. [1] Mais la pénalité pour le maglev, c’est l’obligation de devoir « dynamiser » la voie sur tout son long. Concrètement, d’y insérer un circuit électrique qui va créer l’équivalent d’une crémaillère magnétique, mise sous tension sous le véhicule au fur et à mesure de son avancée. Pour être en mesure d’accomplir ce travail, la ligne chinoise a nécessité beaucoup de cuivre. La seconde évolution est ici. Si le cuivre est très onéreux, on est désormais capable de le remplacer par l’aluminium qui n’est pas un métal semi-précieux. La bourse donne un écart de plus du triple entre ces métaux. Et bientôt, demain matin que sais-je, le graphène (cristal de carbone) remplacera l’aluminium. Le graphène est un matériau qui vient de naître en 2004. Pour l’instant, on n’en produit que des mètres carrés, mais dès qu’on en produira des kilomètres carrés, son utilisation se généralisera dans tout le domaine de l’électricité.
  • La troisième révolution est dans l’électronique. Il faut des sous-stations électriques pour la voie ferré comme pour la voie maglev. Par contre, la sous-station maglev a une tâche supplémentaire à accomplir : mettre sous tension la partie de la voie qui est actuellement fréquentée par le véhicule et non pas les 30 ou 40 km qui la sépare de l’autre sous-station. Pour accomplir cette tâche, il existe une électronique de puissance spécifique. Les composants d’électronique de puissance germano-chinois étaient chers (des Thyristors). Depuis sont apparus des composants électroniques nouveaux bien plus performants.

Ce qui renforce l’importance de cette évaluation, c’est la nouvelle offensive des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, et Afrique du Sud) pour les infrastructures. Trois d’entre eux ambitionnent de construire des maglev. La Chine a déjà dix ans d’expérience en Maglev rapide, elle lance un métro en technique semblable, et songe à des vitesses supersoniques en maglev ; le Brésil, avec son projet MagLev-Cobra, y travaille depuis un certain temps ; quand à la Russie, elle à formé un consortium pour concevoir un nouveau Transsibérien fret en maglev ! Tous, ainsi que d’autres et notamment la Corée, intègrent la technique dans leur urbanisation programmée.

Et la France ?

Que nous proposent Alstom, la SNCF et la France qui les suit ? Un nouveau TGV — qui a enfin abandonné les thyristors et est mieux que l’ancien — est proposé à la vente. Bonne nouvelle !

Quant aux politiques, faute de budget ils nous annoncent carrément la « fin de la grande vitesse », car le TGV, jadis la « vache à lait de la SNCF », est devenu soudainement « trop cher ».

Rien donc que ce qui nous est imposé peu ou prou par les conditionnalités extérieures et passées, rien qui ressemble au foisonnement des réalisations et des idées du reste du monde. Juste un exploitant et un commerçant international sur un créneau étroit.

Ce qui est certain, c’est qu’avec une telle étroitesse de vue et sans un sursaut d’inventivité et d’innovation, la France aura un train en retard.


[1C’est comme comparer le tapis roulant au tramway, mais avec un tapis roulant qui pourrait grimper à 500 km/h, avec le tramway qui stagneraient sous les 230 km/h. L’avantage clé est la densité de puissance. Cela se traduit par une impressionnante augmentation de puissance des moteurs pour aller plus vite, et donc de leur masse. Les conséquences sont multiples, mais retenons que la voie passive traditionnelle impose des trains avec plus de passagers au détriment de la fréquence, moins de dessertes, moins de souplesse de régulation et moins d’évolutions, et surtout, une vitesse commerciale moindre. Les auteurs entrent dans tous ces détails et les chiffrent.

Voir les 3 commentaires

  • FierDeLaFrance • 19/08/2017 - 23:58

    Il serait grand temps d’investir dans des innovations au style futuriste en.France.

    Osons être une terre d’innovations, un pays comme la France se doit d’être leader dans ce domaine !

    Répondre à ce message

  • Francesco Roberti • 25/01/2017 - 18:57

    Une erreur d’Yves Paumier sur l’article « Maglev : la France aura-t-elle un train en retard » ?
    ... la nouvelle offensive des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, et Afrique du Sud) pour les infrastructures. Trois d’entre eux ambitionnent de construire des maglev.

    Faux !!
    Quatre d’entre eux ambitionnent de construire des maglev dont L’INDE !!

    Répondre à ce message

  • lolo • 24/01/2017 - 21:00

    le MAGLEV coute une fortune à la construction de la voie ! le réseau MAGLEV n’est pas adapté aux transport de marchandises ! que se passerait-il en cas de coupure de courant , plus de magnétisme pour repousser le convoi , ça risque de chauffer dur pour les pieds des passagers ! il y a déjà la voiture , le train classique et l’avion , on va rajouter encore une couche , on ne fait déjà pas le transport par le train des camions étrangers qui ne font que traverser la France , pourquoi les socialistes nous taxent sur la pollution et qu’ils n’ont pas instaurés cette mesure comme en Suisse , ils sont pourtant avec les écologistes , et non , ça traverse la vallée du mont blanc avant de prendre le tunnel du mont blanc , cette vallée est hyper polluée !! même les allemands avec Siemens n’utilisent pas le MAGLEV !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Le Maglev, invention franco-américaine

13 avril 2010
Science
Le Maglev, invention franco-américaine

Nouvelle affaire « Spoutnik » : la Chine prend le leadership des trains Maglev

16 mars 2010
Brèves
Nouvelle affaire « Spoutnik » : la Chine prend le leadership des trains Maglev

SwissMetro : un Maglev sous vide

6 décembre 2009
Science
SwissMetro : un Maglev sous vide

Aérotrain, maglev, nucléaire : la leçon de Jean Bertin

3 mars 2008
Science
Aérotrain, maglev, nucléaire : la leçon de Jean Bertin

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard