X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Mort de ben Laden : Les véritables commanditaires du 11 septembre courent toujours

La rédaction
JPEG - 37.9 ko
Le Prince Charles avec le Prince Bandar d’Arabie Saoudite

Bien que les forces spéciales aient tué Oussama Ben Laden, les véritables commanditaires des attentats du 11 septembre 2001 courent toujours. En 10 ans d’enquête, sont apparues des preuves significatives de l’existence d’une structure anglo-saoudienne de plus haut niveau, organisée autour des contrats d’armement Al-Yamamah, et qui est le commanditaire final des attaques sur le World Trade Center et le Pentagone. L’intention de ces milieux était de fournir un prétexte façon « incendie du Reichstag » pour remplacer l’ordre constitutionnel américain par une dictature de guerre. S’il est opportun pour une Présidence Obama en pleine débâcle de pouvoir communiquer sur la mort de l’ennemi public numéro 1, la Maison Blanche avait décidé le mois dernier, contre l’avis du ministère de la Justice, que le procès du cerveau autoproclamé des attentats du 11 septembre, Khalid Cheikh Mohammed, se tiendra dans le huis clos du tribunal militaire de Guantanamo plutôt que dans la juridiction civile de New York, se débarrassant ainsi de la pression qu’un jury populaire aurait exercée pour faire sortir toute la vérité sur la préparation des attentats.

La série de contrats d’armement Al-Yamamah entre le britannique BAE Systems et l’Arabie Saoudite a débuté en 1985. Le paiement a été assuré en baril de pétrole compté au prix de production mais revendus ensuite au prix du marché. La différence a généré le plus grand fonds occulte de toute l’histoire. Au moins deux milliards de dollars de rétrocommissions sont revenues dans les poches du prince Bandar bin Sultan, agent britannique formé au British Royal Air Force College et alors ambassadeur saoudien à Washington. En poste de 1983 à 2005, il a noué des liens très étroits avec la famille Bush et la cabale néoconservatrice menée par le vice-président Dick Cheney. Les rétrocommissions ont été transférées des comptes de BAE auprès de la Banque d’Angleterre vers les comptes du prince Bandar à l’ambassade, auprès de la Riggs National Bank de Washington. Entre 50 000 et 70 000 dollars sont ensuite sortis de ces comptes pour financer deux des terroristes du 11 septembre, Nawaf Alhazmi et Khalid Almihdhar, via deux officiers des services de renseignement saoudiens déployés dans la région de San Diego, Oussama Basnan et Omar al-Bayoumi.

Lorsque les enquêteurs du Sénat américain ont trouvé les preuves de ces versements, le chapitre détaillé de 28 pages qui y était consacré dans leur rapport a été censuré par la Maison Blanche et est aujourd’hui encore protégé par le sceau du secret-défense. Les coprésidents de la Commission du Sénat sur le renseignement, le démocrate Robert Graham et le républicain Richard Shelby, ont dénoncé publiquement le Bureau fédéral d’investigation (FBI), l’accusant de vouloir dissimuler les pistes financières de l’enquête. C’est seulement après que l’on a appris que les deux terroristes basés à San Diego et financés par Bandar habitaient dans une maison appartenant à un informateur du FBI. Le Bureau fédéral d’investigation s’opposa à ce que les enquêteurs du Sénat s’entretiennent avec cet informateur ainsi que ses agents traitants.

Les mises en garde de LaRouche

Le 16 janvier 2001, neuf mois avant les attaques du 11 septembre et quatre jours avant l’entrée en fonction de George W. Bush, Lyndon LaRouche avait mis en garde dans un témoignage à la Commission judiciaire du Sénat contre la nomination de John Ashcroft comme ministre de la Justice, [1] que l’administration Bush chercherait à provoquer l’occasion d’imposer une dictature justifié par un prétexte terroriste.

Deux semaines avant le 11 septembre, LaRouche avertissait dans une déclaration distribuée à grande échelle, [2] d’une menace imminente de déstabilisation terroriste des Etats-Unis.

Le matin du 11 septembre 2001, à l’heure où se déroulaient les attentats, LaRouche était l’invité de l’animateur radio Jack Stockwell. [3] Il livra son analyse à chaud alors que Stockwell lui décrivait les images qui provenait de New York.

Il avertit immédiatement que « le suspect désigné sera Oussama Ben Laden ; son nom va apparaître partout ». « Ben Laden est une entité contrôlée, il ne représente pas une force indépendante. Souvenez-vous comment il a émergé. Ben Laden est un riche saoudien. Dans les années 1970, sous l’administration Carter, ou plutôt devrait-on dire l’administration Brzezinski, ce conseiller à la Sécurité nationale a concocté une opération géopolitique consistant à mener une guerre à la frontière du territoire soviétique, en Afghanistan. (…) Les gouvernements américain, britannique et d’autres ont recruté de nombreux islamistes pour aller combattre le communisme et défendre l’Islam. (…) Oussama ben Laden était l’un des principaux argentiers de cette opération. »

« Le temps passe et maintenant, on réalise soudainement que Oussama Ben Laden est le suspect numéro 1. Mais avec tout ce qu’il fait, Oussama ben Laden n’aurait pas pu durer sans avoir de protection haut placée. Et il ne s’agit pas là de milieux institutionnels au Pakistan ou en Afghanistan. Il s’agit d’autres gouvernements voulant se servir du savoir-faire de ben Laden.

« Alors bien sûr, maintenant on peut accuser ben Laden, aller le tuer et dire que le problème est résolu. Mais on ne résout en rien qui l’a créé, qui le protège, qui l’a déployé et dans quel but. (…) Dans un cas comme celui-là, ne supposez pas que les personnages popularisés ou donnés par le FBI soient l’origine du problème. Ils peuvent faire partie du problème (…) Mais nous sommes dans une période où le mot ’terrorisme’ n’est pas approprié, même s’il fait partie de la situation. Il faut plutôt parler de ’déstabilisation’. Ce qui pose problème, de mon point de vue, c’est notre propre gouvernement. »

Jack Stockwell demanda alors comment répondre à ces attaques :

« Les Etats-Unis ont besoin d’un Franklin Roosevelt affirmant que nous ne devons craindre que la peur elle-même. Oui, il y a des choses à craindre, mais qui ne représentent rien à comparer à la peur elle-même. Rien à comparer de la panique elle-même. C’est une période où il faut des gens de sang froid. On ne gagne pas une guerre en paniquant, en se lançant dans une fuite en avant. Ce qui est à craindre de cette Maison Blanche c’est qu’à cause de son extrême faiblesse, elle tendra à fuir en avant.

« En fait, George W. Bush n’est pas vraiment un ancien combattant. Il a peut être été dans la Garde Nationale au Texas mais ce n’est pas le genre de type que l’on voudrait voir à la tête d’une armée. En temps de guerre, il faut un homme de sang froid, un MacArthur, quelqu’un qui ne va pas disjoncter face aux horreurs de la guerre. Je crains qu’à Washington ils se réjouissent de la situation et se projettent dans un fantasme sexuel où ils perdent leur maîtrise d’eux-mêmes ; qu’ils ressortent leur film d’horreur préféré et essayent d’en rejouer le scénario (…).

« Avant toute chose, le Président des Etats-Unis ou quelqu’un d’intelligent autour de lui, devrait immédiatement appeler le Président Poutine. A eux deux, ils devraient aller parler aux principaux dirigeants en France, en Allemagne, en Italie, au Japon, ainsi qu’en Chine. Les Chinois réagiront à leur manière mais il faut les intégrer à ce groupe de dirigeants.

« Il faut leur dire : ’voilà ce qui s’est passé aux Etats-Unis. Vous savez tous ce que ce genre d’évènement veut dire. Remettons ce mauvais génie dans sa lampe’. C’est ce qu’il faut faire.

« Ensuite, dites au peuple américain ce que vous faites. Dites-leur : ’On ne va pas tolérer que ce genre de situation, qui a des origines évidentes, prenne pied. Nous et d’autres nations allons coopérer pour stabiliser la situation.’ (...)

« Poutine accepterait évidemment cet appel de Bush ou de quelqu’un appelant en son nom. C’est le matin ici mais il fait encore jour à Moscou, donc il faut appeler tout de suite. Appeler aussi les personnes concernées en Allemagne, en France, à Londres, en Italie, au Japon, en Chine et quelques autres pays. Consultez-les, convenez d’un accord. Dites que nous allons arrêter cela immédiatement. Voilà ce qui est nécessaire maintenant. »

Dans une déclaration publiée hier, Lyndon LaRouche a relevé une étrange coïncidence : la mort de ben Laden est intervenue au moment même où l’état de détérioration psychologique du Président – notamment après son altercation avec Nancy Pelosi – commençait à inquiéter sérieusement les responsables démocrates. Il a ajouté : « Les renseignements sur ben Laden avaient été préparés depuis longtemps et sa localisation avait été confirmée durant l’automne dernier, selon les meilleurs informations que j’ai reçues. On ne peut pas réfléchir sur le déroulement de l’assaut des forces spéciales sans considérer les facteurs globaux et les ramifications au niveau stratégique de cette opération. Je n’exclue pas que l’un des facteurs déterminants du point de vue de Londres et Wall Street, était qu’Obama se trouvait en plein effondrement mental et qu’il fallait faire quelque chose pour le soutenir. Mais je doute que l’impact de cet effort ne dure très longtemps, et la rechute après l’euphorie pourrait être encore plus grave. Après tout, nous avons affaire à un cas de narcissisme aigu. »

De par sa politique d’austérité, de démantèlement des services publics, de renflouement de Wall Street et de sécurité nationale, la Présidence Obama n’est que le prolongement du coup d’Etat contre les Etats-Unis lancé sous Bush. Obama doit être évincé et les premières mesures fondamentales du New Deal – en premier lieu Glass-Steagall – doivent être rétablies pour que les Etats-Unis redeviennent un pays au service du monde et déclenchent une vague de changements économiques qui mettrait fin à l’empire monétariste de la City.


Pièces à conviction :


VIDEO : Ben Laden, 11 septembre : montages et lavage de cerveau


[1La transcription du témoignage de Debra Freeman, porte-parole de Lyndon LaRouche est disponible ici (en anglais) :
http://www.larouchepub.com/other/2001/2803_ashcroft_testimony.html

[3La bande son et le transcription (en anglais) sont disponible ici :
http://www.larouchepub.com/pr_lar/2001/010911stockwell.html

Voir les 4 commentaires

  • duchene • 07/05/2011 - 21:16

    Pour ce qui est de Ben Laden, avec son sourire plutôt naïf, la plupart des musulmans pensent qu’il est mort dans l’hiver 2001, dans les conditions infernales qu’on imagine follement dans les souterrains gazés des hautes montagnes afghanes où la survie sacralisée de ces peuples ancestraux a été bafouée, nucléarisée, pulvérisée, aliénée, avant celle
    des Irakiens, et 4000 sites archéologiques très révélateurs !

    Pour les preuves lumineuses sur l’équipe de Vampires du 11/9, présentant avec humour la 1ere des pires trahisons mondiales du 21 siècle, il faut voir et revoir le film de Michael Moore :

    http://www.streamlibre.com/film/2086/fahrenheit-9-11

    Et pour les compléments Incontournables, tellement retournés
    actuellement: :

    http://ouvertures.net/portail/l_id.asp?doc_id=354

    http://infoguerilla.fr/?p=9425

    http://2477news.com/Affaires-Clearstream-EADS-Karachigate-nouvelles-revelations_a821.html

    http://www.koweitgate.com/

    Répondre à ce message

  • petite souris • 04/05/2011 - 08:58

    .... évidemment !!!
    .... si tant est que Ben Laden soit vraiment mort !!!
    .... la rapidité de jeter son corps à la mer est une suppression de preuve qui ne peut que laisser planer un doute ....
    .... un "procès à la Caucescu" eut été plus crédible ....

    • UN chouka • 05/05/2011 - 20:36

      Bonjour .
      A mon avis, pour la pietaille comme moi, n’importe quel clone doit faire l’affaire, peut etre ?
      Amicalement.|-)

    Répondre à ce message

  • arcane • 04/05/2011 - 14:34

    Le titre d’un nouveau film m’est venu
    Un Mariage, une beatification, et un enterrement.
    Voici ou passe certains enormes budjets pour la propagande de l’empire.
    On appelle cela pudiquement aujourd’hui de la com.
    C’est de la télé réalité à l’echelle mondiale pour maintenir
    le maximum d’esprits conditionnés dans un état permanent de reves et de peurs ajouter quelques médicaments, un peu de management qui remplace le bon vieux fouet du maitre
    et vous avez une population soumise et obéissante, sourde et aveugle.
    Je félicite des personnes comme solidrité et progres qui tente de percer la cuirace médiatique puis la cuirace mentale des individus conditionnée depuis des millénaires
    par des mensonges, sur le déroulement de l’histoire, de la science, des religions et qui malgres vos informtions doutent encore sur la malhoneteté de leurs élites.
    Je pense que malheureusement nous seront obligés de passer par le sang et les larmes pour effacer de nos vielles mémoires cellulaires toutes ces illusions et ces conditionements du passé.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard