Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Naufrage des migrants : la responsabilité d’Obama

La rédaction
JPEG - 50.5 ko

Voici un résumé de l’enquête menée par une équipe de journalistes de l’Executive Intelligence Review (EIR), magazine fondé par l’économiste américain Lyndon LaRouche.

Les preuves existent : alors qu’aujourd’hui Barack Obama, d’un air distant et extérieur, se livre à des commentaires sur les centaines de migrants qui viennent de faire naufrage en Méditerranée, c’est bien lui qui en porte une immense responsabilité. Et ceci alors que les médias pointent leur doigt moralisateur en direction de l’Europe.

Car ce sont bien les djihadistes libyens, mis au pouvoir suite à la campagne de « changement de régime » décrétée par Londres et Washington en 2011, qui organisent aujourd’hui le trafic de migrants clandestins en destination de l’Europe et transforment chaque jour un peu plus la Méditerranée en un immense cimetière.

La mise à mort de Kadhafi, que la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton commentait avec un cynique « nous sommes venus, nous avons vu, et il mourut », a transformé l’ancien État libyen en couveuse pour le terrorisme au Maghreb, au Sahel et même en Syrie.

Le Président turc Erdogan, autre allié de circonstance d’Obama, a organisé l’envoi des djihadistes armées de la Libye vers la Syrie et ensuite, avec l’expansion de l’État islamique, vers l’Irak. Des centaines de milliers de réfugiés de ces pays en guerre, cherchant à fuir la barbarie, se retrouvent aujourd’hui à la merci de djihadistes au pouvoir à Tripoli.

Certes, l’Europe doit s’interroger sur sa responsabilité et ce qu’elle fera pour accueillir le mieux possible un nombre croissant de victimes des guerres d’Obama et de Cameron. Mais on commencera à rendre justice à ce grand prix Nobel qui occupe la Maison Blanche le jour où on lui indiquera la porte de sortie.

Un peu d’histoire

JPEG - 83 ko

Qui n’a pas été frappé d’horreur le weekend du 18-19 avril, en découvrant que 700 à 900 migrants avaient perdu la vie dans les eaux territoriales libyennes lors du plus grand naufrage des temps modernes. Depuis début 2014, rapporte le Los Angeles Times, c’est quelques 4400 migrants qui sont morts lors des traversées et en 2015, bien avant ce dernier weekend dramatique, leur nombre s’élevait déjà à plus de 900. Sur 200 000 migrants, 20 000 se sont noyés, affirment certains.

Ces gens ne sont pas morts par hasard. Soyons précis. En 2011, c’est Obama et Cameron, afin d’empêcher « un désastre humanitaire » à Benghazi, qui font voter la résolution 1973 aux Nations unies. Ils mènent le Conseil de sécurité de l’ONU en bateau en affirmant qu’il n’existe aucun plan en vue d’un « changement de régime ». Les bombardements de la capitale libyenne feront rapidement regretter à la Russie et la Chine de s’être abstenu.

JPEG - 28.1 ko

Pour des raisons qui pourraient avoir un rapport avec le financement de sa campagne présidentielle, le Président Sarkozy ouvre le bal. Et il n’informe ses partenaires européens qu’une fois les frappes aériennes commencées par la France.

Les renseignements américains, français et britanniques organisent alors la traque du dictateur libyen. Attrapé vivant, Mouammar Kadhafi est liquidé au plus vite et l’OTAN, la France, les États-Unis et les insurgés se félicitent de la part qu’ils ont jouée dans cette mort.

Obama et Cameron, avec l’aide des wahhabites saoudiens et qataris mettent alors en scelle le Groupe islamique combattant en Libye (GICL) qui organisera le transfert d’armes de la Libye vers la Syrie, notamment au profit d’Al Nusra et de l’État islamique (EI).

Force est donc de constater que, lorsque la coalition « sauvait » la ville de Benghazi de l’offensive des troupes de Kadhafi en 2011, elle venait en réalité au secours de forces qui avaient envoyé plus de combattants djihadistes combattre les États-Unis en Irak que n’importe quelle autre région depuis 2003…

À l’heure actuelle, l’administration Obama répète sa folie criminelle. En soutien à son allié saoudien, les États-Unis se démènent au Yémen pour sauver Al Qaïda de l’offensive des Houthis, un mouvement qui était au point de lui infliger une défaite majeure. Grâce aux bombardements saoudiens, Al Qaïda pourra continuer à étendre ses opérations meurtrières dans la région. S’agit-il là du véritable but de la politique d’Obama ?

Le Groupe islamique combattant en Libye (GICL) de Mohammed Belhaj, appuyé par les Frères Musulmans, Al Qaïda et Obama, s’est coalisé avec d’autres milices dans une Libye livrée au chaos, tuant des citoyens américains au Consulat de Benghazi en 2012, créant des camps d’entraînement dans le sud et l’est du pays et exportant des armes vers la Syrie et l’Irak.

GIF - 122 ko

Après l’élection, en 2014, d’un gouvernement représentatif, le GICL et les Frères musulmans se sont emparés de Tripoli, forçant le gouvernement élu à fuir la capitale et s’installer à Tobrouk sur la frontière avec l’Égypte. Et à Tripoli, le « maire », al-Harati, n’est rien d’autre que l’ancien chef d’une troupe de 600 djihadistes en Syrie.

Ce qui n’empêche pas Washington d’exiger que le gouvernement de Tobrouk ouvre au plus vite des négociations avec les meurtriers de Tripoli pour former un gouvernement d’union. De plus, ce sont les mêmes barbares djihadistes qui organisent aujourd’hui le racket des migrants clandestins.

L’analyse, publiée le 20 avril par Gian Micalessin, le correspondant de guerre du quotidien italien Il Giornale, identifie clairement le gouvernement de Tripoli comme l’organisateur de ce racket.

Depuis août, après la décomposition du GICL, c’est Fajr Libya (l’Aube libyenne) qui a pris les rênes du pouvoir à Tripoli. Et c’est lui, affirme Micalessin, qui tire désormais les profits financiers du racket des clandestins pour financer sa propre guerre contre le gouvernement élu installé à Tobrouk.

Les plages de Homs, de Garabouli, Sabratha et de Zuwara sont les principaux points de départ des clandestins. Or, toutes ces villes sont aux mains des autorités de Tripoli, mises en place par la coalition de brigades de l’Aube libyenne.

L’Aube libyenne est dominée par les Frères Musulmans et par d’anciens membres du GICL. Elle fait partie d’une branche d’Al-Qaïda dirigée par AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique). Fajr Libya s’est également alliée à des groupes armés islamistes comme al-Jammaa al-Libiya, al-Moukatila ou Ansar al-Charia pour envahir la Libye.

Au pouvoir à Tripoli, l’Aube libyenne entretient une « relation intense » avec les milices djihadistes qui organisent les trafics de clandestins sur les frontières avec le Soudan, le Tchad et le Niger.

Depuis août, les milices du Sud ont obtenu le feu vert de Tripoli pour envoyer des milliers d’êtres humains à travers le désert vers la cote pour embarquer vers l’Europe. Au sud, les trafiquants de clandestins touchent 800 dollars par migrant. Ceux du nord empochent environ 1500 dollars par tête. On calcule ainsi que le navire qui a coulé le 19 avril, a pu rapporter environ 900 000 dollars, affirme Micalessin. Une somme colossale partagée entre les trafiquants du sud et la direction de l’Aube libyenne aux commandes à Tripoli.

Le journaliste affirme que cette coalition n’a pas seulement le soutien du Qatar et de la Turquie mais également d’Ansar al-Sharia, une autre mouvance terroriste « très proche de l’État islamique ». Ansar al-Sharia est le groupe terroriste qui fut au cœur de l’attaque contre le consulat de Benghazi, et qui a coûté la vie à l’Ambassadeur américain Chris Stevens ainsi qu’à trois autres Américains le 11 septembre 2012, jour anniversaire des attentats du 11 septembre.

Le naufrage de l’Europe

La réunion d’urgence de l’Union européenne sur la question des migrants a repris à son compte la demande d’Obama pour que Tripoli et Tobrouk négocient en vue de former un gouvernement stable en Libye, et ceci alors que tous les gouvernements de l’UE connaissent parfaitement bien le véritable caractère terroriste du gang de Tripoli.

Incapable de présenter un plan pour sauver les migrants ou pour traiter les causes du problème, ce sommet est pire qu’un échec, une honte. Au lieu de débloquer les moyens pour remettre sur pied le programme italien « Mare Nostrum », qui a sauvé plus de 100 000 migrants entre octobre 2013 et novembre 2014, l’UE a décidé de tripler le budget de la mission « Triton », c’est-à-dire une simple mission d’observation dans les eaux territoriales des pays européens.

L’UE refuse également toute modification des lois existantes sur l’immigration. Ces lois empêchent que les migrants puissent s’installer ailleurs que dans leur pays d’arrivée. Ceci place toute la charge sur l’Italie, destination principale des navires, sur l’Espagne et sur la Grèce et Malte, deux pays en faillite. Les pays membres de l’UE accueilleront des migrants, mais uniquement « sur une base volontaire ». Sinon, les pays membres de l’UE renverront « les migrants économiques clandestins vers leur pays d’origine ou de transit », affirme le communiqué final du sommet.

Le Premier ministre britannique David Cameron, comble d’hypocrisie, a offert des navires britanniques supplémentaires pour l’opération Triton. À une condition… que les migrants qui seront sauvés ne soient pas envoyés en Angleterre !

Déclaration de Jacques Cheminade : Migrants, c’est l’Europe qui fait naufrage.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

La déclassification des fameuses 28 pages, un chapitre entier du rapport de la commission d’enquête bipartisane sur le 11 septembre, met en lumière l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard