Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Les néocons veulent intimider nos sociétés intéressées par l’Iran

La rédaction

Nous reprenons ici, l’article complet de François Nicoullaud, publié le 19 septembre sur le blog procheetmoyen-orient.ch.

François Nicoullaud est un diplomate français, ex-ambassadeur à Téhéran de 2001 à 2005 et analyste politique. Ses publications et conférences sont tournées vers l’analyse de la politique internationale, spécialement autour de l’Iran et du Moyen-Orient, ainsi que la non-prolifération.

« Unis » contre l’Iran nucléaire : une bien curieuse organisation…

JPEG - 49.1 ko

Par François Nicoullaud.

Par une fuite dans la presse [1], les Français ont récemment découvert qu’une organisation américaine, United Against Nuclear Iran (UANI), menait une campagne d’intimidation auprès de grandes sociétés françaises intéressées par le marché iranien. Dans les lettres adressées à ces sociétés, UANI souligne tous les risques liés à une présence en Iran, et annonce son intention de dénoncer les sociétés qui bénéficieraient d’argent public américain tout en faisant des affaires avec l’Iran. Quelle est cette organisation qui poursuit l’Iran de sa vindicte après l’accord de Vienne de juillet 2015, mettant fin en principe à la crise nucléaire iranienne ?

Deux hommes sont à l’origine d’UANI : l’un, Mark D. Wallace, avocat et brièvement diplomate, son principal fondateur et depuis son directeur général, l’autre, Thomas Kaplan, homme d’affaires et mécène, son principal financier. Tous deux sont très liés, Mark Wallace figurant parmi les dirigeants de plusieurs des sociétés d’investissement et de commerce contrôlées par Thomas Kaplan, notamment Tigris Financial Group et Electrum Group.

Un diplomate d’occasion

Mark Wallace, d’abord avocat à Miami et proche de Jeb Bush, gouverneur de Floride, conseille son frère, George W. Bush, lors de l’élection présidentielle de 2000 au moment clé de la vérification des votes de l’État de Floride. Après la victoire de ce dernier grâce à une décision de la Cour suprême, il entre dans l’administration fédérale, puis fait partie des dirigeants de son équipe de campagne lors de sa réélection en 2004. Il participera aussi à la campagne de John McCain en 2008, battu par Barack Obama.

Wallace se pare volontiers du titre d’ambassadeur, ayant en effet été nommé fin 2005 ambassadeur auprès des Nations Unies, non comme chef de la mission américaine, mais comme adjoint responsable des questions administratives et financières de l’ONU. Il travaille alors en parfaite harmonie avec l’ambassadeur chef de mission, John Bolton, néoconservateur connu pour son style abrupt et ses vues radicales, et mène avec lui une politique agressive de pression sur le Secrétariat des Nations Unies. Bolton entrera plus tard au Conseil consultatif de l’UANI. Wallace ne s’entend pas avec le successeur de Bolton, Zalmay Khalilzad, beaucoup plus modéré, et démissionne début 2008.

Un nid de « faucons »

C’est alors qu’il fonde l’association « American Coalition against a Nuclear Iran », plus connue sous le nom de « United against Nuclear Iran ». Le principal organe collégial de l’organisation, le Conseil consultatif, agrège d’anciennes figures du monde de la défense et du renseignement, américaines mais aussi britannique, allemande, israélienne, et plusieurs anciens ministres de différents pays, dont l’Espagnole Ana Palacio, passée à l’histoire pour avoir, en qualité de ministre des affaires étrangères, donné instruction à ses ambassades d’attribuer à l’ETA les attentats islamiques du 11 mars 2004 à Madrid. On y trouve encore une figure connue de la diplomatie américaine au Proche-Orient, Dennis Ross, réputé très proche d’Israël. Ce conseil est actuellement présidé par Joseph Lieberman, ancien sénateur démocrate, fervent avocat de la relation spéciale entre les États-Unis et l’État hébreu.

« Un homme de Renaissance »

L’autre personnalité clé d’UANI, bien qu’elle n’y occupe aucun poste, est Thomas Kaplan, qui finance à lui seul environ la moitié de son budget. Kaplan a fait fortune en investissant dans les métaux, notamment or et argent. Il est aussi, avec sa femme, un collectionneur d’art avisé, un ardent défenseur d’Israël, un militant de la cause des grands félins menacés. Il est enfin un philanthrope tourné vers la France, ayant notamment contribué à la récente création d’une librairie française sur la Cinquième avenue à New-York. En somme, « un homme de la Renaissance », si l’on en croit le discours qui a accompagné la remise de sa croix de chevalier de la Légion d’Honneur en avril 2014.

Dans sa réponse, le récipiendaire évoque son engagement face aux ambitions nucléaires de l’Iran, motivé par le souvenir du sort infligé aux Juifs par le nazisme, et citant UANI, s’exprime ainsi :

Certes, UANI ne dispose pas de missiles Tomahawk ou de porte-avions, mais nous avons plus fait pour mettre l’Iran à genoux que n’importe quelle initiative privée et la plupart des initiatives publiques.

De fait, UANI, à la même époque, obtient l’engagement de grandes compagnies, américaines, européennes, asiatiques, de rompre toute relation avec l’Iran. UANI se flatte aussi d’avoir obtenu en juin 2013 du président Obama un décret plaçant sous sanctions toute coopération avec l’industrie automobile iranienne, où les Français étaient très présents.

Dès février 2012, Peugeot avait déjà quitté l’Iran, où il contribuait à assembler près de 500.000 voitures par an, dans l’espoir de nouer un partenariat avec General Motors, elle-même sous pression d’UANI. Mais le décret de juin 2013, abrogé en 2016 après l’accord de Vienne, a mis en difficulté Renault, très actif en Iran. Au total, l’industrie automobile française, selon les représentants du secteur, a dû perdre en cette affaire au moins 5.000 emplois.

Une amitié mal placée

À noter que Thomas Kaplan se trouve à ce jour éclaboussé par une méchante affaire de détournement d’argent d’au moins un milliard de dollars au détriment d’un fonds public malaisien voué au développement du pays. La justice américaine et la justice suisse sont en effet sur la piste d’un sulfureux playboy et homme d’affaires, se présentant aussi comme philanthrope, Taek Jho Low, qui est au cœur de ce scandale.

Or Thomas Kaplan a bénéficié de placements venant de Taek Jho Low, lui a offert un siège au conseil d’administration de sa société Electrum, et lui a apporté son soutien public dans un clip promotionnel pour sa société Jynwel Capital : on y voit ainsi Thomas Kaplan, après une poignée de mains prolongée avec Taek Jho Low, le présenter comme un partenaire de totale confiance.

Casinos et bombes atomiques

L’autre important mécène d’UANI, à hauteur d’à peu près le quart de son budget, est le milliardaire américain Sheldon Adelson, qui a fait sa fortune dans les hôtels de luxe et les casinos à Las Vegas, Macao et Singapour. Sheldon Adelson est un fervent soutien de Benjamin Netanyahou, notamment au travers du quotidien gratuit Israel Hayom, qu’il possède. Il condamne évidemment le « socialisme » d’Obama et apporte son appui à Donald Trump.

En ce qui concerne l’Iran, il s’est fait remarquer en octobre 2013, alors que se nouait la négociation avec Téhéran, en recommandant publiquement de procéder à un tir de semonce atomique dans le désert iranien, et de notifier à la République islamique qu’une seconde bombe serait envoyée sur Téhéran si elle ne se pliait pas aux exigences américaines.

Secrets d’État

Reste à savoir s’il existe des complicités entre UANI et « l’État profond » américain : services de renseignement, néoconservateurs insérés dans l’administration et agissant en informateurs bénévoles… Un coin du voile a été brièvement soulevé lors d’un procès en diffamation et chantage qui a opposé de 2013 à 2015 un armateur grec, Victor Restis, à UANI. L’organisation accusait en effet Victor Restis de violer l’embargo américain, alors que celui-ci affirmait n’acheminer vers l’Iran que des produits agroalimentaires, exemptés de sanctions pour raisons humanitaires.

Au fil de la procédure, les avocats de Victor Restis ont demandé au tribunal fédéral saisi de l’affaire d’ordonner à UANI de présenter les documents à la source de ses accusations. C’est alors qu’en un mouvement sans précédent, le Département de la Justice américain a demandé au tribunal d’écarter cette requête au nom de la protection du secret d’État. Le tribunal s’étant incliné, l’affaire a été classée sans que l’on en sache davantage sur les secrets à protéger. Mais cette intervention extraordinaire a laissé présumer qu’UANI avait accès à des informations privilégiées venant de l’appareil d’État américain, voire d’appareils d’État étrangers [2].

Cet article a été repris d'un autre site.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

G20 : Le grand basculement

16 septembre 2016
Nouvelle Solidarité N°17/2016
G20 : Le grand basculement

La Chine veut intégrer l’Iran dans la Nouvelle route de la soie

21 décembre 2015
Actualité
La Chine veut intégrer l’Iran dans la Nouvelle route de la soie

L’accord Iran-Afghanistan-Inde ouvrira l’Asie centrale à l’Inde

4 juin 2016
Actualité
L’accord Iran-Afghanistan-Inde ouvrira l’Asie centrale à l’Inde

L’ombre de l’accord Sykes-Picot plane sur l’Asie du Sud-Ouest

21 février 2006
Histoire
L’ombre de l’accord Sykes-Picot plane sur l’Asie du Sud-Ouest

Leo Strauss : l’idéologie fasciste des néoconservateurs

30 janvier 2005
Politique
Leo Strauss : l’idéologie fasciste des néoconservateurs

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard