Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

19 novembre - Pourquoi S&P soutient les infirmières et infirmiers Lire 18 novembre - S&P sur le terrain :
l’hebdo du 19 novembre Lire
16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire
AccueilActualité

Obama dos au mur après la fuite du mémo sur les assassinats ciblés

La rédaction

Après la fuite, lundi soir, par le journaliste de la chaîne NBC Michael Isikoff du « Livre blanc » confidentiel du département de la Justice sur les assassinats ciblés, la Maison Blanche a convoqué d’urgence mardi matin une conférence de presse pour tenter d’éteindre l’incendie.

Obama s’est contenté d’une courte apparition pour lire une déclaration, avant de s’esquiver un long moment avec son porte-parole Jay Carney, qui est revenu pour répondre aux questions des journalistes. Carnay, visiblement pas content d’être laissé avec le pétard en main, a déclaré qu’il pensait échapper à l’exercice (sous-entendant qu’il croyait qu’Obama aurait le courage de répondre lui-même aux questions), mais qu’il allait finalement faire face à la musique.

Ces événement font suite à une lettre envoyée au Président par un groupe de 11 sénateurs plus tôt dans la journée de lundi, parmi lesquels se trouvaient 8 démocrates, exigeant de la Maison-Blanche qu’elle rende public le mémo confidentiel du département de la Justice justifiant les assassinats ciblés.

Ce livre blanc, intitulé « De la légalité des opérations létales dirigées contre un citoyen américain exerçant de hautes responsabilités auprès d’al Qaïda ou une autre force associée », est explosif par le seul fait qu’il confirme que le Président s’arroge le droit de tuer toute personne désignée par lui comme associée à des activités terroristes. Le mémo indique que le Président peut agir de cette manière, à condition que soient respectés les trois éléments suivants :

  • La première condition est « qu’un responsable informé, de haut niveau du gouvernement des Etats-Unis a déterminé que l’individu ciblé pose une menace imminente d’attaque violente contre les Etats-Unis ». Le mémo ne précise pas qui doit être le haut responsable en question, ni ses qualifications ou la qualité des preuves dont il dispose. Bien au contraire, le mémo poursuit en précisant que cette « condition n’exige pas que les Etats-Unis disposent de preuves claires montrant qu’une attaque particulière contre des ressortissants ou intérêts américains doit avoir lieu dans un futur immédiat ». Ainsi, le concept de « menace imminente » est déformé jusqu’à le rendre totalement méconnaissable.
    Jameel Jaffer, directeur-adjoint responsable des questions légales de l’Association de défense des droits civiques (ACLU), en fait l’analyse suivante :
    « L’affirmation première du livre blanc est que le gouvernement a l’autorité de procéder à l’assassinat extra-judiciaire d’un citoyen américain si ’’un responsable gouvernemental informé et de haut niveau’’ estime qu’il pose ’’une menace continuelle au pays’’. Cette vaste autorité existe, selon le mémo, même si la menace n’est pas imminente aux sens normal de ce mot, même si la cible n’a jamais été inculpée d’un crime ou informée des allégations pesant contre elle, et même si la cible ne se trouve d’aucune manière sur un champ de bataille réel. »
  • La deuxième condition est qu’il faut que la « capture ne soit pas réalisable ». Il s’agit d’un court paragraphe, dans un texte de 16 pages, qui traite de manière expéditive s’il est commode ou non de tenter de capturer la cible plutôt que de simplement l’assassiner.
  • La troisième condition est que l’assassinat doit être exécuté dans le respect des lois de la guerre.

Ainsi, ce qui est nouveau dans ce livre blanc, par rapport à quelques autres mémos rédigés sous l’administration Bush-Cheney et dont le contenu a été publié au cours des dernière années, est que l’administration Obama étend le concept de menace « imminente », en utilisant ce que le département de la Justice lui-même appelle « un concept élargi de l’imminence ». La seule preuve requise avant de cibler quelqu’un est que l’on dise qu’il est associé à al Qaïda ou une « force associée », « complotant continuellement des attaques contre les Etats-Unis ».

Pour ce qu’il reste des notions de séparation des pouvoirs et d’équilibre entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire, elles n’apparaissent nulle part dans ce système. En utilisant la guerre (contre le terrorisme) comme prétexte, l’administration Obama ne reconnaît plus de limites ni en termes de temps, puisque la guerre au terrorisme est permanente, ni en termes d’espace, puisqu’il n’y a plus de frontières et que le monde entier est transformé en un unique champ de bataille, ni en termes de droit, puisque l’exécutif devient une autorité suprême se suffisant à elle-même.

Mais il semble bien que le monde selon Obama ait finalement atteint ses dimensions maximales, comme le montrent les multiples questions auxquelles à été soumis son porte-parole Jay Carnay au cours de la conférence de presse de mardi matin.

En voici un échantillon : Comment le gouvernement peut-il déterminer si un citoyen américain représente une menace imminente aux intérêts américains sans qu’il n’existe aucune preuve montrant que l’individu ciblé est en train de planifier une attaque immédiate ? Mais comment le gouvernement peut-il décider qu’il y ait une menace imminente s’il n’y a aucune preuve qu’une attaque doit arriver dans l’avenir immédiat ? Le peuple américain devrait-il être confiant à l’égard de la définition de l’administration du terme imminent, si cela signifie également qu’il n’y a aucune preuve précise pour la soutenir ? Sur la question des drones, existe-t-il un document de référence qui définisse de manière plus précise ce qu’est une menace imminente ? Ou un tel document est-il en préparation ? Le Maison-Blanche ne croit-elle pas que ceci est de toute manière plutôt vague ? Le Président a mis fin aux « techniques d’interrogation » de l’administration Bush, mais comment le fait de lancer une bombe sur la tête d’un citoyen américain sans aucune procédure judiciaire ou procès ne peut-il pas soulever la question des droits de l’homme autant que le « waterboarding » ? Que répondez-vous à l’ACLU, qui décrit ce document comme « profondément dérangeant » ? Que dire à propos du drone qui a tué le fils de 16 ans d’Awlaki ? Est-il considéré comme un haut responsable d’al Qaïda, comme il est stipulé dans le livre blanc ? Nous ne questionnons pas les bonnes intentions du Président, mais n’êtes-vous pas en train d’établir un précédent à l’égard des administrations à venir ? Le Président a beaucoup parlé de transparence, et pourtant un document confidentiel vient de surgir et des sénateurs demandent plus d’information. Est-ce de la transparence ?

Non seulement des cris de révolte commencent-ils à se faire entendre dans les coulisse du Congrès et dans la presse, mais aussi au cinéma, avec la projection récente d’un nouveau film aux festival du film de Sundance, intitulé « Dirty Wars : The World Is a Battlefield » (Guerres sales : le monde est un champ de bataille), des réalisateurs Jeremy Scahill et Rick Rowley. Ce film documente les allées et venues de l’unité de commandement spéciale conjointe responsable de rechercher les individus placés secrètement sur la liste de cibles d’Obama. Un opérateur interviewé dans le film exprime son étonnement de voir que malgré les « activités » soutenues du groupe, la liste continue à s’allonger.

Sans un article du Guardian, Naomi Wolf affirme quant à elle que les assassinats ciblés d’Obama constituent la « question essentielle de l’histoire contemporaine de notre pays ». Elle constate : « Cet arrangement, où des équipes de la mort sont à l’œuvre sous la seule autorité de l’exécutif, est une définition de la dictature. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Eric • 07/02/2013 - 20:48

    Si les Etats-Unis étaient une démocratie et non un gouvernement faussement représentatif, jamais un psychopathe comme Obama n’aurait pu perpétrer les crimes qu’il a perpétrés. D’abord, dans une démocratie le pouvoir du Président de la république démocratique est réduit à la portion congrue. Ensuite, les membres de l’Assemblée nationale sont tirés au sort, n’ont pas vocation à rédiger et à voter les lois, ils sont révocables, leurs mandats sont courts, non renouvelables et ils doivent rendre des comptes régulièrement.
    L’anti-Constitution des Etats-Unis est la racine du mal. Destituer Obama serait une bonne chose, mais il ne faudra surtout pas que les Américains s’arrêtent là. Obama n’est qu’une des nombreuses conséquences néfastes de l’anti-Constitution américaine. Si les Américains ne s’attaquent pas à la racine du mal, celui-ci perdurera.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

France Info se paye Obama le seigneur des drones

7 juin 2012
Brèves
France Info se paye Obama le seigneur des drones

Guerre des drones, cyberguerres, fuites de renseignement, Obama risque la destitution

11 juin 2012
Brèves
Guerre des drones, cyberguerres, fuites de renseignement, Obama risque la destitution

A la convention démocrate, Obama se vante d’être « le Président qui n’a pas peur de tuer »

11 septembre 2012
Brèves
A la convention démocrate, Obama se vante d’être « le Président qui n’a pas peur de tuer »

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard