Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Pour vaincre Daech : bâtir la paix en Syrie avec la Nouvelle route de la soie

La rédaction
JPEG - 112.7 ko
La mosquée d’Alep, après les bombardements.
Crédit : Reuters

Pauvre Syrie !

Pauvre Syrie, livrée par les Occidentaux et par leurs alliés turcs, saoudiens et qataris, à des dizaines de milliers djihadistes qui l’ont mis à sac et détruit depuis 2011. Et alors que l’intervention russe contre DAESH avait crée un nouvel espoir de pouvoir finir rapidement avec cette engeance, voilà que les Etats-Unis font bloc pour protéger leur allié turc, qui soutient DAESH en sous main, et qu’ils accumulent sur place les moyens militaires pour anéantir non DAESH, mais la Russie !

Et désormais, on n’entend plus dans cette région que le bruit des armes :

Guerre, ô guerre occupée au choc des escadrons, toute pleine du bruit furieux des clairons, O buveuse de sang, qui, farouche, flétrie, hideuse, entraine l’homme en cette ivrognerie, écrivait Victor Hugo.

PNG - 136.7 ko

C’est pour apporter la voix de la raison, que nous publions ici les grandes lignes de ce qui pourrait être un programme de reconstruction pour la Syrie meurtrie, pour en faire une grande nation moderne, industrielle, productive.

La France qui, par son déploiement néocolonial en Libye d’abord, en Syrie ensuite, a contribué amplement à cette destruction, devrait aujourd’hui faire amende honorable, faire taire la voix de l’ingérence de Laurent Fabius, et porter ce projet pour la Syrie, en partenariat avec la Chine et son projet de Nouvelle route de la soie au Moyen-Orient.

Christine Bierre.

A Damas, l’Institut Schiller présente des pistes pour la reconstruction

Du 14 au 22 novembre, une délégation de quinze personnes du Comité de soutien suédo-syrien pour la démocratie, une ONG de renom, s’est rendue en Syrie. Parmi ses membres, le responsable suédois de nos partenaires de l’Institut Schiller, Ulf Sandmark.

Avec Hussein Askary, Sandmark est le co-auteur du « Projet Phénix pour la Syrie », un véritable « plan Marshall » permettant, dans le cadre de la politique de la Nouvelle route de la soie prônée par les BRICS, de faire renaître la Syrie de ses cendres. Il a été conçu comme une série de pistes, formulées en réponse aux entretiens que la délégation avait pu avoir, lors de sa visite précédente, en 2014.

JPEG - 35.1 ko
Ulf Sandmark (cravate bleue), de l’Institut Schiller lors de la rencontre avec les responsables religieux dont le Grand Mufti (turban) et l’évêque orthodoxe de Damas (à gauche).
Crédit : Institut Schiller

Le projet a été favorablement accueilli par les média et des plus hautes instances du pays. Dans son édition du 2 décembre, le quotidien syrien Al-Watan en a présenté les grandes lignes.

En premier lieu, la délégation a été reçue par l’ancienne ministre Mme Bouthaina Shaaban, conseillère très écoutée de la Présidence, ainsi que par des parlementaires et responsables religieux.

Ensuite, pour rencontrer la délégation, le grand mufti de Syrie, le Dr Badr al-Din Hasson a sollicité la présence de l’évêque orthodoxe Lukas al-Khori ainsi que celle du Patriarche de l’Eglise orthodoxe syrienne, Ignatius Aphrem II.

Enfin, la délégation a rencontré les organisations d’aide : Rim Suleyman de l’organisation al-Waed ; mère Agnès Mariam Shadi Sarweh du Comité patriarcal St-Ephème ; Talal Moualla de la Fondation syrienne pour le développement ainsi que le président de l’Association nationale des médecins. A l’invitation du Médecin en chef des armées, le Dr Morsi Mowaz, la délégation a pu visiter plusieurs hôpitaux.

PROJET PHÉNIX
Faire renaitre la Syrie de ses cendres

Nous résumons ici le projet publié (en anglais) dans le magazine fondé par l’économiste américain Lyndon LaRouche, Executive Intelligence Review (EIR) du 13 novembre 2015.

« C’est l’espoir qui rend l’homme humain ». C’est par cette invocation que les auteurs du projet contrent ceux qui pensent qu’il est trop tôt pour aborder l’après-guerre. Évoquer la possibilité d’un avenir commun grâce à une reconstruction de l’économie et une renaissance de la société syrienne, n’est-ce pas là l’arme la plus redoutable contre l’ennemi ?

De ce point de vue, ce projet de reconstruction de la Syrie « s’accorde » naturellement avec l’état d’esprit et la volonté des pays « émergents » qui composent les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) de faire entrer leurs pays dans le XXIe siècle. Conscients que c’est par le contrôle du crédit et de la monnaie que les pays développés exercent une nouvelle forme de colonialisme, les BRICS ont créé depuis leur dernier Sommet de Fortaleza, en 2014, deux banques pour financer leur développement : la Nouvelle Banque des BRICS (NDB) et la Banque Asiatique d’investissements dans les infrastructures (BAII).

La mobilisation des ressources financières

La Syrie a une population qualifiée, une industrie pharmaceutique, des hydrocarbures encore non exploités, ainsi qu’un vaste potentiel agricole. Pour que ce potentiel puisse se réaliser, elle devra faire appel à deux sources de financement.

En premier lieu aux banques des BRICS dont le but est de financer, à faible taux d’intérêt et à long terme, les projets infrastructurels qui s’inscrivent dans les corridors de développement le long des « Nouvelles routes de la soie maritime et terrestres ». En 1945, un plan Marshall américain a permis de reconstruire l’Europe et le Japon ; les BRICS peuvent fournir ce cadre aujourd’hui.

JPEG - 51 ko
Nouvelle Solidarité N°16/2013 - pour s’abonner cliquez ici

La Syrie doit saisir cette occasion pour faire de son propre système bancaire le moteur d’une croissance réelle. L’État devra reprendre le contrôle de sa banque centrale et de l’émission monétaire. La Banque centrale devra pouvoir faire aussi des émissions du crédit public pour le financement des manufactures et des projets infrastructurels. Dans un système de crédit comme celui là c’est le potentiel d’un projet qui garantit la valeur de l’argent créée pour le réaliser.

C’est ce type de système qui permit aux Etats-Unis de devenir une grande puissance industrielle. Théorisée par le premier secrétaire au Trésor Alexander Hamilton (1755-1804), cette méthode a été employé aussi bien Lincoln que Franklin Roosevelt avec grand succès. La « Banque nationale » fondée par Hamilton a reconverti la dette de la guerre d’indépendance américaine en nouveaux titres qui furent orientés vers l’investissement dans les manufactures et les infrastructures.

Pour organiser sa reconstruction, l’Etat syrien, aura besoin aussi d’une Banque pour la reconstruction, qui avec la Banque centrale, coordonnera tous les efforts. Ces banques pourront travailler avec les banques privées à condition d’une séparation stricte soit établie entre banques d’affaires spéculatives et vraies banques de crédit/dépôt. Tout projet soumis à un effort collaboratif entre le privé et le public, aura besoin du feu vert de l’Etat qui vérifiera au préalable l’intérêt économique, financier et social.

La Syrie, pourrait s’inspirer de l’Égypte qui, pour financer le doublement de capacité du canal de Suez, a lancé un grand emprunt public. Elle pourrait ainsi lever des fonds auprès de sa population et de la diaspora syrienne.

Le potentiel humain

Après tant d’années de guerre, il va de soi que, sans aide d’urgence pour sécuriser l’alimentation, le logement, la santé et l’éducation, le potentiel humain syrien ne pourra pas se réaliser. Il faut donc une mobilisation des ressources à tous les niveaux, menée par la Banque de la reconstruction du gouvernement jusqu’aux administrations locales. Ces dernières pourront orienter les ressources locales vers la reconstruction des écoles, des hôpitaux, des systèmes d’approvisionnement en énergie et en eau et d’autres services essentiels.

La destruction ciblée de toute l’industrie pharmaceutique par l’ennemi souligne son importance stratégique. C’est également vrai pour le secteur pétrochimique et la production des hydrocarbures. Remettre en état la production et la transformation du coton pour l’industrie du textile sera également un défi majeur pour la reconstruction. L’expérience acquise durant la guerre dans les domaines de l’avionique, de l’électronique et de la mécanique, peut servir à la création de nouvelles branches industrielles ayant ce niveau technologique.

La mobilisation des chômeurs en brigades temporaires de travail devra être financée de la même façon. Le génie civil de l’armée pourra encadrer ces brigades assurant le niveau de qualification de la main d’œuvre, tout en conservant son rôle dans la défense.

Les infrastructures

Ce ne sont pas des simples voies de transport qu’il faudra, mais des corridors de développement internationaux capables de revitaliser le pays : chemins de fer rapides, pipelines, projets d’aménagement hydrologiques, zones d’activités industrielle et agricole et projets d’urbanisme.

Intégrer la Syrie aux nouveaux corridors de la Nouvelle route de la soie s’accorde à merveille avec le projet visionnaire d’une « stratégie des quatre océans » proposée par Bachar el-Assad à Ankara en mai 2009 (et oui !).

Il s’agissait d’intégrer la Syrie (Méditerranée) avec la Turquie (Mer Noire), l’Irak (Golf persique et océan indien) et l’Iran (Mer caspienne). Au cœur de cette stratégie, la construction du gazoduc arabe (AGP), alimenté par du gaz d’Azerbaïdjan et l’intégration des réseaux électriques des quatre pays.

Le pays le plus enthousiaste pour cette stratégie régionale était la Chine : le Parti communiste de Pékin appelait même la Syrie la « ning jiu li » (la force cohésive) ! Rappelons que, déjà en 2008, la Chine était le plus gros fournisseur de biens importés de la Syrie. Depuis lors, elle a massivement investi dans la mise à niveau du secteur pétrolier et des télécommunications. Il n’est donc pas étonnant qu’elle s’intéresse aujourd’hui à la reconstruction du pays. Déjà, Huawei, le géant des télécom chinois, vient de signer fin novembre un accord pour « l’élaboration d’une stratégie nationale pour les technologies de la communication et de l’information » comprenant notamment l’accès à internet.

Pour l’Institut Schiller, un important projet régional à réaliser est la construction d’une liaison ferroviaire reliant d’Est en Ouest, Téhéran (Iran) au Caire (Egypte) en passant par Kermânchâh, Bagdad (Irak), Amman (Jordanie) et Aqaba. De là, via un tunnel sous la mer rouge, la ligne pourra atteindre Charm el-Cheikh (sur la Mer rouge en Egypte) et ensuite le Caire. Cette ligne, bien qu’elle ne passe pas directement par la Syrie, permettra, par ricochet, de désenclaver le pays.

A l’ordre du jour, il y a aussi la réduction de l’impact des tempêtes de sable, la création de terres fertiles dans les régions arides (verdissement des déserts) ainsi que les projets d’aménagement et de partage des ressources en eau entre pays voisins.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

La déclassification des fameuses 28 pages, un chapitre entier du rapport de la commission d’enquête bipartisane sur le 11 septembre, met en lumière l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard