Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Poursuivons l’aventure aéronautique franco-russe !

Conférence

Les sanctions occidentales contre la Russie affecteront-elles les excellents rapports entre les industries aéronautiques russe et française ? C’est déjà le cas, même si pour l’instant, le pire semble avoir été évité. Le pire aurait été l’interdiction d’importer du titane russe pour la production d’avions et de réacteurs. 60% des besoins en titane d’Airbus proviennent de Russie. Difficile d’interdire cependant lorsque Boeing aussi s’approvisionne en Russie…

JPEG - 7.9 ko
Mikhaïl Stepanov

Sur le front des satellites, la situation est plus difficile. Trois satellites d’Airbus Defense and Space seraient concernés par les sanctions, car contenant des composantes américaines : deux devaient être exportés en Russie, et le troisième devait être lancé par une fusée russe Proton.

Dans ce contexte de tension pouvant causer des dégâts irrémédiables, il est important de se pencher sur la longue histoire de la coopération entre les industries aéronautiques française et russe, dès le début du XXe siècle jusqu’à nos jours, pour la sauvegarder et la porter plus loin.

C’était le thème de la présentation faite le 16 février à l’Association Dialogue franco-russe à Paris, par l’ingénieur Mikhaïl Stepanov (photo), chargé de développement international à l’ISAE Supaéro. .

Ayant travaillé pendant dix ans dans l’industrie, notamment dans les projets de coopération avec la Russie, [1] puis en tant que chargé de développement international à l’ISAE Supaéro (Institut supérieur d’aéronautique, qui siège à Toulouse), M. Stepanov a fait un tour passionnant de la question.

Cette collaboration franco-russe remonte au début de l’aventure aéronautique. Dans un hommage au fondateur de l’Institut supérieur de l’aéronautique en 1909, le colonel Jean-Baptiste Roche, deux anciens élèves, Louis Coroller (promotion 1913) et Henri Potèz (promotion 1911), rapportaient déjà : « Il y avait parmi les élèves un bon nombre d’étrangers, particulièrement des Russes, et l’ambiance était très sympathique. »

M. Stepanov a souligné tout au long de cet exposé combien ce côté humain a toujours été présent dans la coopération aéronautique franco-russe. « Cent ans plus tard, on retrouve cette même envie de travailler ensemble et cette sympathie entre les ingénieurs aéronautiques des deux pays. »

JPEG - 49.3 ko
Les avions Farman très utilisés en Russie
Crédit : http://www.ctrl-c.liu.se

« Dès 1913 et 1917, les avions français sont construits sous licence en Russie. » Il s’agit des « Farman, des Morane Saulnier, des Nieuport, des Voisins ». Plus de 1000 avions ont été construits à Odessa et 50 à Simferopol, capitale de la Crimée.

Certains avionneurs français se sont même installés sur place pour coordonner la production de ces avions. M. Stepanov n’en a pas parlé, mais parmi eux l’on trouve le constructeur de l’avion qui aurait pu permettre à la France de l’emporter sur les nazis en 1940, Émile Dewoitine. Muté sur le front russe en 1915, il s’était vu confier la direction des usines Anatra d’Odessa et de Simferopol, où l’on construisait des bombardiers Voisin sous licence.

GIF - 347 ko
De l’escadrille Normandie-Niemen, le pilote français Bruno de Faletans, mort au combat, avec une opératrice radio soviétique 1943.
Crédit : fr.wikipedia.org

Puis il y a l’épisode cité par M. Stepanov, de l’escadrille Normandie-Niemen créé en décembre 1942. Sur décision du Général de Gaulle, la France libre envoie des pilotes pour combattre aux côtés de l’URSS contre l’Allemagne.

Des pilotes français risqueront ainsi leur vie aux côtés de leurs mécaniciens russes, quelque chose que les Russes ne sont pas près d’oublier. « Les pilotes français étant d’une combativité exemplaire, dit-il, Staline leur a offert à la fin de la guerre les Yak-3 (avions de chasse soviétiques) qu’ils pilotaient. De retour en France, les 38 Yak-3 se poseront au Bourget le 20 juin 1945. »

Relance à la fin des années 1990

Après la chute du Mur, c’est surtout à la fin des années 1990 qu’une collaboration intense redémarre, d’abord entre Airbus et la Russie, ensuite autour du projet phare d’avion civil Super Jet-100, avec son moteur SaM-146 considéré aujourd’hui comme une réussite, et enfin dans le secteur extrêmement prometteur des hélicoptères.

Coopération très importante, car elle permet de penser que si certains pays occidentaux ont voulu, après la chute du Mur, éliminer l’adversaire russe, la France a au contraire, dans ce cas précis, contribué à la renaissance de l’industrie aéronautique russe.

« La Russie s’ouvre à l’Occident dans les années 1990, après une crise financière, économique et sociétale », explique M. Stepanov, évoquant tout ce dont elle avait besoin pour pouvoir relancer son aéronautique.

D’abord, d’un savoir technique étranger pour pouvoir proposer sur le marché intérieur et international, des aéronefs compétitifs par rapport à la concurrence internationale. L’objectif était d’obtenir une certification européenne permettant de vendre ces produits à l’international.

Ensuite, de « préserver les compétences de ses ingénieurs, parce que dans les années 1990, il n’y avait pas de programme aéronautique russe et beaucoup d’ingénieurs quittaient le pays ou faisaient autre chose. Pour préserver ces compétences, il fallait lancer de nouveaux projets. » Enfin, de « rester à la pointe de la technologie, de l’innovation et de la recherche dans ces domaines extrêmement stratégiques où elle voulait continuer à avancer. »

Airbus en Russie

Les premiers accords entre Airbus et la Russie datent de 1991. Mais la phase de collaboration plus poussée a commencé en 2001 avec un accord entre EADS et Rosaviakosmos qui portait sur des projets de recherche, la création d’un centre d’ingénierie, des approvisionnements en matériaux, la production de composants pour les avions et la collaboration avec les autorités de certification.

Aujourd’hui, dit M. Stepanov, « la relation entre Airbus et la Russie est très diversifiée et stratégique pour Airbus. » D’abord commerciale, car la Russie est un gros acheteur d’Airbus. Au-delà, « il y a une vraie relation et une vraie collaboration scientifique et technologique avec les instituts russes majeurs, comme le TSAGI, spécialiste de l’aérodynamique, le VIAM, pour les matériaux, le CERM , pour les moteurs, et le NIAT, avec lesquels Airbus coopère sur des sujets très variés comme la modélisation mathématique, les nouveaux matériaux, la diminution du bruit des moteurs, les calculs aérodynamiques et les calculs de structures. (...) Plus de 120 projets sont réalisés à l’heure actuelle. » 200 ingénieurs travaillent actuellement dans le Centre d’ingénierie ECAR, créé en 2003 à Moscou et détenu à 51% par Airbus et 49 % par la société russe Koskol.

Autre domaine clé pour Airbus, l’approvisionnement en titane. « Le titane est stratégique pour Airbus, explique M. Stepanov, car il permet d’alléger le poids de l’avion, d’améliorer la consommation des moteurs et de réduire les coûts pour les compagnies aériennes. » Airbus a signé une collaboration de plus de 20 ans avec VSNPO-AVISMA, qui lui fournit 60% de son titane.

JPEG - 180.7 ko
Avion amphibie anti-incendie BE-200. Construit par la société russe, Beriev, a reçu le soutien d’Airbus pour obtenir sa certification.
Crédit : http://engineeringrussia.wordpress.com

Très important, en particulier pour la partie russe, la production des composants d’Airbus en Russie. Suite à un accord en 2001, quantité [2] des composants d’Airbus sont aujourd’hui fabriqués à l’usine Irkout, à Irkoutsk, et ailleurs. « Pour cela, il a fallu faire des investissements très importants, acheter des équipements modernes, conformes aux exigences d’Airbus et permettant d’obtenir la certification. »

A ces collaborations, il faut ajouter l’avion amphibie Be-200, destiné à la lutte anti-incendie des forêts et produit par la société russe Beriev. « C’est un bombardier d’eau extrêmement efficace qui permet d’embarquer jusqu’à 12 tonnes d’eau, et Airbus a fourni un support durant plusieurs années pour obtenir la certification européenne de l’appareil, EASA (Agence européenne de la sécurité aérienne) 2010. »

Le Super Jet-100

JPEG - 412.3 ko
Simulateur de vol du Superjet 100
Crédit : www.revistaaerea.com

Mais le projet phare de la coopération franco-russe est le Super Jet-100, avec son moteur SAM-146, premier avion civil russe depuis la chute de l’URSS. « Dans les années 2000, la Russie souhaite lancer un projet de nouvel avion moderne avec une forte participation des fournisseurs occidentaux, qui puisse être certifié par l’Europe et vendu dans le monde entier. » Le projet est confié à la branche civile de Soukhoï : c’est un jet régional de 98 places, couvrant une distance de 3000 à 4600 km, selon les modèles.

Pour M. Stepanov, il s’agit là d’un « très bel aboutissement. Beaucoup de jeunes ingénieurs russes ont travaillé sur ce projet et la participation française a été très importante. C’est l’avion le plus français des avions russes. » Pas moins d’une douzaine d’entreprises françaises y a contribué ! [3] Plusieurs milliers de personnes y ont travaillé, côté russe comme côté français.

Moteur SaM-146

Mais c’est la construction du moteur SaM-146 que M. Stepanov décrit comme « une véritable aventure technique et humaine ». En 2003, la Snecma est sélectionnée par Soukhoï pour construire le moteur du Super Jet-100. En 2004 est créé entre la Snecma et la société russe NPO Saturne une joint venture, Power Jet, pour construire le moteur. En 2010, ils obtiennent la certification européenne.

En seulement 6 à 7 ans, souligne M. Stepanov, on a abouti sur un projet très complexe, avec deux cultures différentes, russe et française.

JPEG - 110.3 ko
Schéma du moteur du superjet SaM-146

La forme de cette collaboration est particulièrement intéressante. La Snecma a d’abord investi dans la formation culturelle de ses ingénieurs pour faciliter le travail en commun. Deux actuels collaborateurs de l’Institut franco-russe de langues, cultures et management ont ainsi participé à la formation à la culture russe de plus de cent-vingt ingénieurs et techniciens ainsi qu’à l’apprentissage de la langue russe pour un plus petit nombre d’entre eux.

Il y a eu ensuite un véritable partage 50 – 50 de toutes les activités entre les deux sociétés : développement, production, marketing et support client. « C’est aussi un projet impressionnant du point de vue de la taille puisqu’il a mobilisé plus de 1500 ingénieurs et techniciens de chaque pays. »

M. Stepanov souligne aussi le caractère tout à fait stratégique de cette coopération pour la Russie, puisque NPO Saturne est le seul motoriste russe capable de produire, de maintenir et de réparer un moteur aéronautique selon les normes européennes.
Hélicoptères

La production d’hélicoptères est aussi extrêmement prometteuse pour la coopération franco russe, dit M. Stepanov, parce qu’Airbus hélicoptères en a déjà vendu beaucoup en Russie (140). Un centre de maintenance et de formation de pilotes et de mécaniciens a été ouvert à Tioumen, en Sibérie.

Une forte coopération existe déjà entre la compagnie russe Kamov, productrice d’hélicoptères, et le motoriste français Turbomeca, du groupe Safran. Elle permet aux hélicoptéristes russes d’améliorer les performances de leurs appareils, en ce qui concerne la consommation, la stabilité, ainsi que la possibilité d’avoir une certification européenne. Turbomeca fournit déjà le moteur aux hélicoptères Ka-226t et Kamov-62.

Mais un projet aussi important que le Super Jet-100 est en cours de négociation pour la production du moteur de l’hélicoptère rapide de la société Hélicoptères Russes : RACHEL (Russian Advanced Commercial Helicopter). Turbomeca devrait proposer une nouvelle version de son moteur RTM322/Tech3000 et envisage de créer aussi une co-entreprise à parts égales sur le modèle de Power Jet pour réaliser ce projet.

Coopération scientifique

Les accords de coopération scientifique sont aussi très intéressants pour les futurs ingénieurs français et russes. Supaéro et les écoles russes du même type – Institut d’aviation de Moscou, Universités de Bauman et de Samara – organisent des échanges entre étudiants, mais aussi des cursus double diplôme en Russie et en France.

M. Stepanov note aussi une coopération ancienne et forte entre l’ONERA (Office national des études et des recherches aérospatiales) en France et TSAGI en Russie. Des séminaires réguliers entre chercheurs et ingénieurs ont lieu pour faire le point sur les projets en cours.

Conclusion

En guise de conclusion, M. Stepanov a abordé quelques perspectives futures de la collaboration franco-russe, dont un Super Jet Nouvelle Génération à 130 places, la certification de l’hélicoptère Rachel à l’horizon 2020 et, en général, le marché d’hélicoptères dont la Russie a un grand besoin, ainsi que la modernisation des aéroports russes.

Il a vivement plaidé pour la poursuite de l’aventure franco-russe dans le domaine de l’aéronautique, qui marche bien. La coopération actuelle est « stratégique », les ingénieurs français et russes arrivent à bien travailler ensemble, grâce à une forte culture scientifique qui leur permet de bien se comprendre sur le plan technique.


[1Dans l’industrie, M. Stepanov a travaillé chez Liebherr Aerospace avec les principaux avionneurs mondiaux et notamment avec les constructeurs russes Soukhoï (avions), Kamov (hélicoptères) et l’avionneur ukrainien Antonov. .

[2« Si nous prenons l’exemple de l’A320, l’étude et la conception des « sharklets » [qui permettent de réduire la consommation de fuel) sont assurées en partie par le Centre d’ingénierie ECAR. Les rails de volet, la baie du train d’atterrissage avant et la poutre ventrale sont fabriqués par l’usine d’Irkout. Certaines pièces des commandes de vol sont fabriquées par la société russe Hydromash tandis que Liebherr Russie fournit l’actionneur de la gouverne de direction. Enfin, les pièces en titane sont fabriquées grâce aux approvisionnements de VSMPO AVISMA. »

[3Michelin, pour les pneus ; la Snecma, pour le moteur ; Messiers Dowty, pour les trains d’atterrissage ; Aircelles, pour la nacelle ; Saft, pour les batteries ; Saint-Gobain, pour la vitre du cockpit ; Thales, pour le poste de pilotage, l’avionique et le simulateur de vol ; Technofan , du groupe Safran, pour les ventilateurs ; Zodiac Aerospace, pour le système de carburant et les équipements électriques ; Hispano-Suiza, du groupe Safran, pour le système de contrôle moteur ; la société Sogitec, pour la documentation technique de l’avion.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard