Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Pr Li Xiguang : un véritable dialogue de cultures doit accompagner la Nouvelle route de la soie

La rédaction

par William Jones,
Institut Schiller, États-Unis.

JPEG - 27.8 ko
Le Pr Li Xiguang lors de la conférence de l’Institut Schiller à New York.
Crédit : Institut Schiller

Lorsque le professeur Li Xiguang, directeur du centre international des sciences de la communication de l’Université de Tsinghua, a pris la parole au séminaire du 7 avril de l’Institut Schiller à New York, le récit de son exceptionnel quart de siècle d’implication personnelle totale dans le projet de Nouvelle route de la soie a plus que captivé l’auditoire.

La proposition de Nouvelle route de la soie du président chinois Xi Jinping, a pris une vie surprenante grâce à son exposé. En vingt-six ans, le professeur Li a parcouru la Route de la soie en compagnie de pas moins de 500 de ses élèves. (Voir photoreportage)

Il a insisté sur le caractère stratégique pour la Chine, à l’heure où son influence politique s’accroît, des propositions de Xi Jinping connues sous les noms de One Belt, One Road (OBOR), (en français : « Une route, une ceinture » ou « ceinture économique de la Route de la soie »), et de Route maritime de la soie d’Asie du Sud et du Sud-Est du XXIe siècle, et ce malgré leur nature essentiellement économique.

Bien que la Chine ait longtemps mis sous le boisseau ses revendications territoriales maritimes, les États-Unis s’y montrent hostiles, et cherchent à établir un « cordon sanitaire » stratégique le long de la ceinture pacifique. Pour cela ils ont recours à l’US Navy et aux forces militaires alliées de la région – y compris à une force de projection japonaise qu’ils ont ressuscité. Des patrouilleurs américains, japonais, australiens et philippins pourraient donc menacer d’interdire à la Chine tout accès aux mers avoisinantes.

L’accès aux océans

Face à ce problème, a expliqué le professeur Li, la Chine concentre ses efforts sur l’accès aux routes maritimes de l’Ouest et du Sud-ouest. Elle se prépare à construire d’importants ports sur l’Océan Indien et la mer d’Arabie : au Sri-Lanka, au Bangladesh, en Birmanie et au Pakistan.

Bien que les États-Unis fassent des pieds et des mains pour pousser ces pays à limiter l’influence de le Chine, ils n’ont aucune alliance militaire directe avec eux, à la différence du Japon, des Philippines ou de l’Australie. Les États-Unis peuvent bien poursuivre de leurs assiduités celle qu’ils voient comme un rempart contre la Chine, même l’Inde n’est pas leur alliée militaire ; au contraire, l’Inde nourrit avec la Chine une relation durable sur les plans culturel et politique.

Helga LaRouche a évoqué la possibilité d’une guerre dans le sud de la Mer de Chine, a dit Li. Oui, la Chine s’inquiète de la possibilité d’un conflit avec les Etats-Unis, et des manœuvres en cours dans le sud de la mer de Chine. Elle craint un blocus maritime américain du détroit de Malacca. C’est pourquoi la Chine souhaite bâtir une Nouvelle route de la soie qui ne traverse pas le détroit de Malacca ; elle construit donc quatre ports dans des pays le long de l’Océan Indien : à Kyaukpyu, en Birmanie, à Chittagong au Bangladesh, à Colombo au Sri-Lanka, et enfin à Gwadar, au Pakistan. Celui de Colombo, au Sri-Lanka, est aujourd’hui achevé, de même que celui de Gwadar au Pakistan. »

JPEG - 78.2 ko
Itinéraire de l’expédition au VIIe siècle du moine bouddhiste Xuanzang.
Crédit : Pr Li Xiguang

C’est l’ancienne Route de la soie. En Chine, Faxian (qui était explorateur, 337-422) est une figure très connue ; celle de Xuanzang (moine bouddhiste de la dynastie Tang, 602-664) l’est encore davantage. Ce dernier, parti à pied du Xian, la province natale de Xi Jinping, a traversé le Xinjiang, autre province chinoise, puis a franchi les monts Tian pour ensuite gagner l’Inde après avoir traversé l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, Boukhara, la Chorasmie, l’Afghanistan, et le Pakistan. Ce périple a duré près de quinze ans, pour au bout du compte rapporter à dos d’éléphant et de cheval six-cents copies de textes sacrés bouddhistes. C’est de là que vient la renommée de Xian : on y trouve la plus ancienne stupa, ou pagode bouddhiste, dédiée à ce moine.

(Le voyage de Xuanzang se compliquait de l’obligation, en vigueur lors de l’Empire Tang, de détenir une autorisation pour quitter le pays – or le moine solitaire n’en avait aucune. Mais aucun obstacle n’a eu raison de sa détermination à se rendre en Inde pour en rapporter les enseignements. Si son périple est bien connu, c’est aussi grâce au récit parfois fantaisiste, car très librement inspiré des aventures de Xuanzang, qu’en a fait à la dynastie Ming le roman Voyage vers l’Ouest. Au fil des pages, le moine se voit guidé par un roi singe qui lui fait vivre toutes sortes d’aventures miraculeuses. Ce roman est considéré comme l’un des quatre grands classiques de la littérature chinoise. L’histoire, reprise dans des films, à la télévision et dans de nombreux livres pour enfants, est connu de tous les petits Chinois. Ils l’adorent.)

Vingt-six ans sur la Route de la soie

JPEG - 201 ko
Voyages effectués par le Pr Li Xiguang avec des élèves.
Crédit : Pr Li Xiguang

Le professeur Li sait d’autant mieux de quoi il parle qu’il a parcouru en long et en large, et pendant vingt-six ans, la route empruntée par Xuanzang et toute cette région de la route de la soie.

En 1990, c’est-à-dire il y a vingt-six ans, j’étais jeune étudiant sur le projet Route de la soie de l’UNESCO. C’est cette année-là qu’a débuté mon périple sur les pas de Xuanzang, de la dynastie Tang. Depuis, je n’ai fait que voyager sur la Route de la soie, et écrire, comme journaliste et aussi comme éducateur spécialisé en journalisme.

Et aussi emmener nombre de ses étudiants parcourir les contrées de la Route de la soie ; et prendre de nombreuses photos des sites visités sur l’ancienne Route, généreusement partagées lors de ce séminaire de l’Institut Schiller.

Aux dernières vacances d’hiver, il y a un mois, a-t-il raconté, j’ai emmené nos étudiants au Kolkata, dans l’est de l’Inde, et aussi au Bangladesh. Cette promotion avalait les kilomètres ; ses étudiants étaient si épuisés qu’ils s’effondraient de sommeil, la nuit dans le bus. Pas moi : je tenais le conducteur à l’œil ; au Bangladesh, ce sont des chauffards. [Rires] Celui-là, si je ne lui avais pas tenu la jambe, il aurait imité les étudiants.

GIF - 147 ko
Carte des corridors de la Nouvelle route de la soie.
Crédit :  Pr Li Xiguang
PNG - 691.7 ko
Le corridor industriel Chine-Pakistan

Le professeur Li a alors indiqué trois corridors principaux traversant le sud de l’Asie :

  • « Le premier, et le plus avancé à l’heure actuelle, est le Corridor économique Chine-Pakistan (CPEC : China-Pakistan Economic Corridor) :
    Celui-ci traverse les confins occidentaux de la chaîne de l’Himalaya, à savoir les monts de l’Hindu Kush et du Karakoram »
    a-t-il expliqué. « La Chine y avait déjà tracé une route au début des années soixante-dix : la Route Karakoram. Aujourd’hui, Chine et Pakistan envisagent de la longer avec une voie ferrée et un gazoduc. Cette Route Karakoram qui part de Kasghar, la ville la plus occidentale de la Chine, rejoint aujourd’hui Islamabad. Or ce corridor ne s’arrêtera pas là. Il sera prolongé à travers la province pakistanaise de Khyber Pashtu et la région de Gilgit-Baltistan pour relier ultimement le port de Gwadar, au Pakistan. »
  • La deuxième route s’appelle le Corridor Chine-Inde-Bangladesh-Birmanie. Or développer ce corridor se heurte au manque d’enthousiasme d’une Inde soumise à l’intense pression étasunienne. « Le Bangladesh, lui, était de bonne volonté au début », a déclaré Li. « Le contrat pour le port de Chittagong avait pourtant été signé, et la Chine avait envoyé sur place ses équipes de chantier. Mais, à en croire la presse indienne d’il y a deux mois, le gouvernement du Bangladesh l’a rompu brutalement, pour décider au lieu de ça de construire avec les Japonais un autre port à une poignée de lieues (25km) du projet chinois de Chittagong. L’Inde prend fermement parti contre le port de Chittagong, qu’elle considère malvenu car trop proche. »
  • Le troisième corridor est la voie ferrée Chine-Tibet, dont le terminus jouxte à présent la frontière indo-népalaise.

Une proposition de « ceinture culturelle »

Étant données les difficultés que pose l’hostilité étasunienne, Li propose de doubler la ceinture économique d’une ceinture culturelle de la Route de la soie. « Pourquoi cette idée d’une ceinture culturelle qui épouse la Route de la soie ? », demande-t-il.

À dire vrai, que ce soit la littérature britannique – je veux dire celle des auteurs universitaires qui s’intéressent à la Route de la soie –, la littérature étasunienne, l’indienne, la chinoise, toutes puisent à la source des ouvrages chinois de Faxian, Xuanzang et autres. Ces moines se révèlent en réalité plus précis que Marco Polo lui-même dans ses récits.

À lire ces sources littéraires anciennes, et à pratiquer nos propres recherches, nous avons découvert que nous partagions bien davantage que nos différences le laissent à penser ; je constate plus de similarités que de divergences. C’est comme les relations Inde-Chine : il est patent que le bouddhisme est l’un des trois piliers de la Chine.

JPEG - 46.4 ko
Bas-relief d’un bouddha au Pakistan datant de la période Gupta indienne.
Crédit : Pr Li Xiguang

Or le bouddhisme vient de l’Inde. Et du Pakistan. Le Pakistan est un pays bouddhiste, et la Chine compte vingt millions de musulmans, en particulier au Xinjiang, au Gansu, au Ningxia et au Qinghai, toutes des provinces musulmanes peu éloignées du Pakistan. Je considère cela un atout pour le projet OBOR. Je n’ai jamais vu les musulmans d’un mauvais œil, ni ne les ai considérés comme une menace.

C’est pourquoi le Pakistan et la Chine sont en réalité de très proches alliés, que ce soit dans l’esprit des Chinois et des Pakistanais. Si la Chine ne devait avoir qu’un seul allié, ce serait le Pakistan et aucun autre pays. La mentalité étasunienne ne saurait être plus éloignée de ce point de vue.

Le bouddhisme et la langue nous relient aussi à l’Asie centrale. La Chine y maintient un certain nombre de régions autonomes. Avec les Ouzbeks, nous avons une région autonome ouzbek, et avec les Tadjiks, qui sont un peuple parlant le persan, nous avons aussi des comtés autonomes au Tashkurgan, dans la région la plus occidentale, où on le parle. Donc, nous partageons plein de choses. Et ces choses que nous partageons peuvent servir à tisser une ceinture culturelle.

Et Li de poursuivre :

Xi Jinping a officiellement déclaré vouloir bâtir une Route de la soie, et a ajouté que la principale priorité de la politique étrangère chinoise consistait à fonder une communauté d’intérêts partagés entre la Chine et ses voisins. Des universitaires chinois ont interprété cette position comme se démarquant des politiques des précédents dirigeants ; ces derniers priorisaient sans condition les relations sino-étasuniennes. Désormais, nous plaçons au top des priorités de notre politique étrangère de bâtir une communauté d’intérêts partagés avec nos voisins d’Asie. J’ai dit qu’il s’agissait aussi d’une foi partagée. Or dans mon mémoire, j’ai proposé que la pierre angulaire d’une communauté de foi et d’une communauté d’intérêts partagés soit une communauté de valeurs partagées, une communauté de sûreté partagée, une communauté de culture partagée – une grande culture, pas une culture mineure.

JPEG - 28.6 ko
Nouvelle Solidarité N°19/2015. Pour s’abonner.

En s’exprimant ainsi, Li Xiguang a pleinement confirmé le besoin de ce à quoi Helga Zepp-LaRouche appelle depuis longtemps : faire du projet OBOR un nouveau paradigme pour l’humanité, un paradigme renouvelé des relations interculturelles, qui se fonde sur les plus hautes réalisations de chacune des cultures.

Le séminaire de New-York de l’Institut Schiller nous a montré qu’il n’est pas utopique de sortir les États-Unis de la transe dans laquelle la guerre froide et la mentalité de domination impériale l’ont plongé ; de renouer avec la tradition d’Alexander Hamilton et de John Quincy Adams pour qui des nations de cultures différentes – et de différentes formes de gouvernement – peuvent, et doivent collaborer à l’atteinte de buts communs pour l’humanité, en termes de développement économique et d’enrichissement culturel mutuel.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Face au système translatlantique, les BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud – ont décidé de poser les bases d’un autre monde : politique de développement économique mutuel, nouveau système monétaire international pour nourrir la croissance, économies physiques tirées par la recherche scientifique.

En savoir plus

La Chine à l’écoute des LaRouche

23 octobre 2015
Nouvelle Solidarité N°19/2015
La Chine à l’écoute des LaRouche

La Chine va construire 20 centrales nucléaires flottantes

28 avril 2016
Actualité
La Chine va construire 20 centrales nucléaires flottantes

Obama menace la Chine

6 avril 2016
Actualité
Obama menace la Chine

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard