Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 décembre - Vidéo : La Bulle et la Dette [ACTE 2] Lire 14 décembre - Non à la « normalisation » (comprenez braquage) de la Caisse des dépôts ! Lire 14 décembre - Vidéo : François Gervais - l’urgence climatique est un leurre Lire
AccueilActualité
Articles

Résistance des services publics : de l’indignation à la désobéissance éthique

JPEG - 65.5 ko

Pourquoi les gens acceptent-ils ce qui leur arrive ? Eh bien, voici une bonne nouvelle : comme le démontre l’enquête d’Elisabeth Weismann, La désobéissance éthique (Stock, 2010), face à la plus grande opération de déconstruction et de privatisation des services publics, des milliers de professionnels, qu’ils soient enseignants, postiers, électriciens, gaziers, forestiers, chercheurs ou policiers, ont décidé qu’ils « ne feront plus le sale boulot ».

L’autre guerre de Sarkozy, la RGPP

JPEG - 20.5 ko

Dans son dernier « tableau de bord de l’attractivité française », le Conseil d’analyse stratégique (CAS) constate une fois de plus que la France est l’un des pays les mieux placés du monde pour accueillir l’investissement direct étranger. Cependant, le rapport précise que cette attractivité s’explique surtout par une « qualité de la vie » résultant de ce qu’il reconnaît (Chap. VIII) comme « la contribution des pouvoirs publics à la fourniture de services collectifs et individuels (éducation, santé, logement, transport, culture, etc.) ».

Pourtant, joignant l’aveuglement idéologique à l’incompétence économique, Sarkozy, homme lige du « monde de l’argent », a déclaré la guerre aux services publics dont disposait la France dont il a hérité. Par la révision générale des politiques publiques (RGPP), décidée dès sa victoire de 2007, ils subissent la plus grande opération de démantèlement jamais menée jusqu’ici.

Denis Kessler, ancien vice-président du Medef et président de la SCOR, un géant de la réassurance, en précisa l’objectif dans la revue Challenge du 4 octobre 2007 : « La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945 et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance (CNR) ! » .

Ainsi, sous couvert de « faire mieux avec moins », et pour faire rentrer la France dans les clous des traités monétaristes de Maastricht, avec la RGPP, Sarkozy nous impose une cure d’austérité draconienne qui porte atteinte à un modèle de société basé sur la solidarité, l’entraide et l’égalité des chances.

Sur le papier, une « meilleure » organisation de l’Etat est supposée permettre le non remplacement de 160 000 fonctionnaires partant à la retraite entre 2009 et 2012. En réalité, c’est à la déconstruction méthodique des entreprises et services publics que nous assistons : éducation nationale, université, secteur hospitalier, aide à l’enfance, justice, police, sapeurs-pompiers, protection judiciaire de la jeunesse, EDF, La Poste, Office national des forêts, Pôle Emploi, musées, statistiques, météorologie, archéologie préventive, services vétérinaires, etc.

Rappelons que dès 2008, Phillip Blond, l’un des conseillers de l’actuel Premier ministre britannique David Cameron, lui aussi engagé dans une politique de dégraissage massif de l’Etat et érigé en modèle par Barack Obama, affirmait qu’il fallait adopter sans hésiter le modèle du Moyen-âge en démantelant l’Etat-nation pour revenir à de petites communautés et des coopératives autogérées !

Ainsi, avec la RGPP, selon les procédures, trois options aboutissent à chaque fois au désengagement financier de l’Etat :

  1. Suppression de services entiers, comme les cent soixante-dix-huit tribunaux d’instance et les vingt-trois tribunaux de grande instance ou encore des dizaines de maternités et d’hôpitaux de proximité ;
  2. Transfert de pans entiers d’activité vers les collectivités territoriales, systématiquement dépourvues de moyens pour assumer leurs nouvelles tâches ;
  3. Substitution des activités du public par le privé, en particulier pour la santé, l’éducation, mais aussi l’armée, la police, etc. (voir Non à la privatisation de la Police !)

Déshumanisation et dénaturation

Comme le documente le livre de Weismann, le gouvernement impose comme corollaire à sa politique une déshumanisation et une dénaturation du travail. Contre toute logique, car le service public n’est pas une entreprise privée, on y impose des méthodes managériales brutales. Résultat, on ruine tout aussi brutalement la conscience professionnelle et le sens d’identité de milliers de travailleurs qui, en temps normal, se sentiraient investis d’une mission. Car pour « faire mieux avec moins », un « coaching personnalisé » s’impose à chaque instant. Les concepts de ce « nouveau management public » ont pénétré l’UMP depuis l’arrivée rue La Boétie du Boston Consulting Group (BCG), un think-tank anglo-américain. Remettant en cause la solidarité au travail ou les organismes de défense des salariés que sont les syndicats, c’est par une mise en concurrence toujours plus grande de tous contre tous et l’individualisation à outrance des parcours professionnels et des rémunérations, qu’on lance une course effrénée aux résultats.

Weismann souligne qu’ « une politique du chiffre, du stress et de la peur passant par une construction technocratique du travail ne laisse plus aucune latitude à l’initiative personnelle, puisqu’il est entendu que seuls ces outils de "gouvernance", pensés par les experts, sont en mesure d’obtenir du personnel les rendements attendus ».

En clair, il s’agit d’appliquer à la France ce qu’on a appliqué chez France-Télécom avec les résultats que l’on sait.

La Résistance se lève

Face à cette bête immonde qui relève la tête, Weissman nous dépeint un tableau enthousiasmant de milliers de salariés « entrant en Résistance » contre ce fascisme financier, qui, à l’instar du Marchand de Venise décrit par Shakespeare, exige sans scrupules sa « livre de chair ». Comme en 1940, entre légalité et légitimité, ils choisissent la légitimité. De l’indignation, ils passent à la désobéissance éthique.

Ce sont ces urgentistes à qui l’on demande de trier parmi les malades qui arrivent aux urgences « ceux qui valent la peine », pour dégager des lits. Les urgentistes ont proclamé publiquement qu’ils ne le feraient pas ! De même ces agents de La Poste qui freinent la marchandisation de leurs services, ou encore ces « Robins des bois » d’EDF qui rétablissent aux foyers démunis le courant qui leur a été coupé pour cause de factures impayées.

Ce sont les forestiers de l’ONF (Office nationale des forêts) qui refusent de décimer la forêt. Que font les écologistes ? Pour compenser la baisse de 40 % de l’aide de l’Etat, l’ONF passe outre les équilibres naturels et ordonne l’abattage à la chaîne d’arbres vendus au plus vite. Abattre des chênes d’à peine cent vingt ans alors qu’ils devraient vivre au moins le double, la honte !

Ce sont également ces trois mille enseignants entrés en état de « désobéissance », dans la foulée du geste inaugural d’Alain Refalo qui refuse d’appliquer à l’école « les méthodes de management ». Citons aussi ceux qui refusent de ficher les « troubles de conduite » chez les enfants de moins de trois ans, comme le préconise le rapport très contesté de l’INSERM de l’automne 2005.

Ce sont les conseillers du Pôle emploi qui désobéissent en refusant de dénoncer les demandeurs d’emploi sans papiers. Ou encore ces policiers qui ne feront ni interpellations injustifiées ni excès du zèle pour gonfler des statistiques truquées au service de la propagande officielle ! Autant qu’ils peuvent, bravant règlements, interdits et sanctions, tous « bloquent, contournent, subvertissent, dit Weissman, au nom de valeurs qui font notre identité nationale et dont on n’a pas besoin d’aller discuter chez les préfets pour savoir ce qu’elle est ».

Soigneusement étouffée par les grands médias, cette grève de masse souterraine, muette mais bien réelle, si elle peut mûrir et dépasser le stade de simple repli à une posture de victime, porte en elle le potentiel de grands changements politiques. A nous, à vous, d’en être les artisans.


Lire aussi :
Non à la privatisation de la Police !


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • picbois • 28/08/2010 - 21:11

    R G P P = réduction galopante (style Attila ) ou générale des personnels et des pouvoirs de l’État !

    Sous couvert de plus d’efficacité, le gouvernement casse les services publics pour faire des économies qui préserveront le train de vie de ses amis "les trop riches" qui dilapident les richesses de la planète en appliquant leur slogan "Jouissons et après nous le déluge !"
    Aucun souci de l’avenir (sauf les échéances électorales) et un détournement du Grenelle de l’environnement qui fait dire à nos dirigeants que la forêt française va bien et qu’on peut lui faire produire plus de bois pour conserver notre confort et même produire de l’électricité !
    Moins de fonctionnaires, moins de surveillance, moins de PV donc ... ça va mieux !

    Répondre à ce message

  • arcane • 20/08/2010 - 11:53

    n’oubliont pas que les pays qui ont signé avec l’OMC, doivent chaque année rendre un rapport comme quoi ils ont privatisé un secteur de leur service publique, malgrés leur discours de préserver ce secteur. De la meme façon que ces hommes de gauche comme de droite ont livré leurs peuples en les privant de contrôle sur la monnaie, ils ont signé une promesse à cette olligarchie d’élites de leur livrer les services publiques en les popérisant en les discréditant aux yeux de la population afin d’éviter toute opposition et afin de nous persuader des avantages de la privatisation.

    • Ferdinand Cantwell • 20/08/2010 - 19:05

      Par chance, cette oligarchie ignore les principes noosphériques de la néguentropie universelle. Elle perdra donc fatalement. Notre travail est simplement de faire en sorte qu’elle perde... vite !

    Répondre à ce message

  • petite souris • 19/08/2010 - 22:18

    Merci à Karel pour cet excellent article ... as usual !

    La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945 et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance (CNR) !

    C’est en effet très clair !

    Sarkozy né en 1955 a profité de ce qu’il détruit et donc il agit contre ses enfants et petits enfants. Freud ! Vite ! De l’aide !

    Vous parlez du démentèlement de service public ! Oui il existe bel et bien mais Sarkozy ignore la signification de ces deux mots !

    Enfin et bonne nouvelle ! Une fois la France détruite, Sarko-président est inutile !

    Répondre à ce message

  • tony • 19/08/2010 - 19:58

    et meme dans les entreprises privé c est la meme chose on pretexte la crise pour nous demander d en faire plus avec moin de personnel et de materiel..chose qu on refuse..
    a quand la revolution de l humanité contre tout ces demons qui cherche a faire de notre belle planete un enfer sur terre ?
    il va vraiment falloir que les gens s instruise un peu et ce rende compte de la situation dans laquelle on est et des VRAI solution qui existe, autrement c est clair que l avenir fait peur et il y a de quoi....
    bien a vous

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard