Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

S&P répond aux arguments contestant la séparation bancaire

JPEG - 57.1 ko

En réponse à la pétition initiée par S&P pour « la moralisation de la vie bancaire » (merci de la signer), un sénateur français a retourné l’argumentaire suivant à un de ses électeurs qui a eu la gentillesse de nous en faire part :

(En gras, sa réponse. En texte normal, notre commentaire point par point.)

Monsieur,

J’ai bien reçu votre mail-type relatif à la séparation des banques de dépôts des banques de crédits, que vous appelez de vos vœux.

Je rappelle que j’avais, avec le groupe XXX du Sénat, voté la loi de séparation et de régulation des activités bancaires en juillet 2013. [dite loi Moscovici]

Cette loi, si elle n’avait pas à proprement parler séparé la banque de détail des activités de marché, avait cantonné dans une filiale séparée les opérations menées par les banques sur les marchés financiers pour leur propre compte et pour leur seul profit (activités dites de « compte propre »), afin d’éviter toute menace des dépôts des épargnants. Un cadre strict a par ailleurs été établi pour que les établissements de crédit ne qualifient pas de « tenue de marché » (market making) des opérations en réalité spéculatives.

Réponse : Il est utile de rappeler comme vous le faites qu’elle n’avait pas à proprement parler séparé la banque de détail des activités de marché.

En effet, en France, cette séparation « des activités au sein des banques » est une tartufferie. En 2012, Alain Papiasse, responsable de la banque de finances et d’investissement de BNP Paribas, cité par Mediapart, avait salué le fait que « la réforme bancaire touchera à peine 2 % » de l’activité de sa banque. Frédéric Oudéa, le PDG de la Société générale, estimait pour sa part qu’elle « ne concernerait que 0,5 % à 1,5 % de ses activités. »

A cela il faut ajouter que tant qu’une filiale reste sous « le même toit », c’est-à-dire sans séparation stricte et patrimoniale, la maison « mère » sera toujours appelée à secourir sa « fille »...

C’est ce qu’il s’est passé en mai 2009 lorsque la banque d’affaires Natixis, filiale commune des groupes Banque populaire (BP) et Caisse d’épargne (CE), avait enregistré au premier trimestre une très lourde perte de 1,839 milliard d’euros. Pour sauver Natixis, qui avait déjà perdu 2,8 milliards d’euros en 2008, ses deux actionnaires ont dû injecter 3,5 milliards d’euros : 1,5 milliard sous forme d’avance et 2 milliards sous forme de titres de dette. L’opération avait également précipité le rapprochement entre Caisse d’épargne et Banque populaire pour former la BPCE.

La loi avait également interdit, au sein de la filiale, de réaliser des opérations qui portent sur les matières premières agricoles et sur le trading à haute fréquence (THF).

Réponse : En principe, la filiale dédiée ne peut réaliser, avec les fonds propres de la banque, aucune opération de négoce à haute fréquence (high frequency trading) ni opération sur instruments financiers à terme dont l’élément sous-jacent est une matière première agricole.

Cependant, il faut savoir qu’aujourd’hui, en Europe, 35 % des transactions boursières se font avec le THF. Aux USA, cela représente déjà 70 % des volumes échangés sur le marché des actions. Les transactions étant automatisées, en cas de krachs la chute sera encore plus rapide qu’en 2008.

Rappelons que le THF, et les techniques qui y sont associées (quote stuffing [1], layering [2], spoofing [3] et cancelling [4]), en robotisant un jeu de poker menteur à la vitesse de la lumière, livre le marché aux plus puissants (sur le CAC 40, les principaux spécialistes du THF sont américains : Citadel LLC, Global Electronic Trading Company et Knight Capital Group) et représente sans conteste des risques systémiques : manipulation des marchés, délit d’initié, flash krach, conflit d’intérêt, etc.

Téméraire mais peu courageux, Jean-Pierre Jouyet, à l’époque président de l’AMF, avait affirmé le 5 octobre 2011 qu’« il était quasiment impossible de démontrer d’éventuelles manipulations de cours liées au THF du fait de sa structure opaque et des manques de données durablement exploitables via le carnet d’ordres ».

Alors qu’à Flint, ville fantôme au cœur du vieux bassin industriel délaissé de l’État du Michigan, la population ne peut toujours pas consommer l’eau du robinet saturé de plomb, la course au profit et à la nanoseconde a suscité des investissements énormes dans les infrastructures de communication.

JPEG - 156.7 ko

Ainsi, en juin 2010, la société américaine Spread Network a inauguré un nouveau câble de fibre optique reliant Chicago au New Jersey (sur une distance de 1330 kilomètres), pour un coût total d’environ 300 millions de dollars. L’objectif : relier les serveurs de la bourse de Chicago à ceux du NASDAQ (dans le New Jersey, à quelques kilomètres de Wall Street) en moins de 13 millisecondes aller-retour, pour permettre aux traders haute-fréquence de profiter de potentielles anomalies sur les marchés. Pour vous donner une idée, 13 millisecondes pour 2660 kilomètres (aller-retour), cela fait donc une vitesse d’environ 200000 kilomètres par seconde : une vitesse proche de la vitesse de la lumière.

Précisons que la loi Moscovici, qui ne cherche pas à interdire les opérations mais à les rendre plus laborieuses, ne vise que les opérations de HFT dont la vitesse est inférieure à 0,5 seconde et ayant un taux d’annulation supérieur à 80 %. Autrement dit, elle autorise toutes les autres, c’est-à-dire les opérations HTF dont la vitesse est supérieure à 0,5 secondes et dont le taux d’annulation est inférieur à 80 %...

Même Jacques Bompard, le député FN dont la proposition de loi (N°3414 du 19 janvier 2016) visait à interdire « toute pratique du trading à haute fréquence sur son territoire au sein de ses juridictions », déclare, à tort, dans l’exposé des motifs, comme l’immense majorité des banquiers français, que le THF « apporte de nombreux avantages financiers, notamment en fluidifiant les flux du marché ».

Or, une étude courageuse intitulée Comportement des traders à haute fréquence sur Euronext Paris, publiée par l’AMF en janvier 2017, constate qu’il n’en est rien.

L’analyse du comportement des marchés en période de forte tension, comme notamment le jour du Brexit, le démontre : si le THF joue un rôle de « market maker », ce soutien au marché boursier est double. Si, en temps ordinaire, les THF sont présents plus de 90 % du temps à la meilleure limite (meilleur prix proposé à l’achat ou à la vente), en période de stress (avant des annonces ou quand la volatilité augmente), ceux-ci réduisent leur présence sur les marchés. Ils se retirent avant les autres participants... quand, précisément, les marchés financiers auraient besoin qu’ils jouent leur rôle d’amortisseur. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils bénéficient souvent d’avantages tarifaires de la part des marchés réglementés ou des plates-formes de négociation.

A part cela, l’AMF constate que le THF passe plus souvent des ordres « agressifs » que « passifs ». Un ordre est dit « agressif » lorsqu’il s’exécute dès son arrivée sur le marché. Il retire donc de la liquidité au marché. Alors qu’un ordre « passif » est déposé dans le carnet d’ordres de façon à ne pas être exécuté immédiatement. Il apporte de la liquidité au marché.

Conclusion de l’AMF, « dans l’ensemble, les THF consomment plus de liquidités qu’ils n’en apportent ».

En ce qui concerne la spéculation sur les matières agricoles, si elle ne se fait plus avec les capitaux de la banque elle-même, elle se poursuit de plus belle avec l’argent des clients. En 2015, Oxfam France avait rappelé que « trois groupes bancaires français proposent toujours à leurs clients des outils permettant de spéculer sur les prix des matières premières agricoles : BNP Paribas, Société générale et BPCE via Natixis ».

En 2013, donc bien après l’adoption de la loi Moscovici, Oxfam avait dénoncé le fait que des banques françaises contrôlaient 18 fonds aux performances liées, totalement ou en partie, à l’évolution du prix des matières premières agricoles : étaient visées BNP Paribas (avec 10 fonds), Société générale et Crédit agricole via leur filiale commune Amundi (7 fonds), ainsi que Natixis (BPCE). Au total, ces fonds géraient 2,58 milliards d’euros, selon l’association.

Conclusion

Comme vous le comprenez aisément en lisant ces lignes, en matière de séparation bancaire, comme en matière de lutte contre une spéculation folle impliquant des prises de risque sans précédent, tout reste à faire.

C’est pour cela que S&P continue à mobiliser les élus afin qu’ils introduisent, défendent et adoptent la seule proposition de loi capable de mettre notre épargne, nos dépôts et nos crédits hors danger. A vous de signer la pétition et d’en faire part à vos élus !


[1Technique consistant, à bourrer grâce à d’ordres complètement inutiles afin de forcer la concurrence à analyser ces milliers d’ordres et donc à les ralentir. Ces ordres seront ignorés par le système qui les émet, et de toute façon ne seront pas exécutés car en dehors des meilleurs couples achats/ventes. Là où chaque milliseconde compte, cela donne un avantage.

[2L’accès au carnet d’ordre et à son analyse dans un temps très court permet cette stratégie. Par exemple, si l’on veut vendre un paquet d’actions le plus cher possible, on va placer une série d’ordres d’achat jusqu’à un palier et de créer ainsi des couches (layers) d’ordres. Une fois ce palier atteint, la stratégie consiste à vendre massivement et dans le même temps à annuler tous les ordres d’achats restant que l’on a placés. Elle repose sur l’espoir d’un remplissage du carnet d’ordre à l’achat par les autres intervenants venant combler l’écart, puis de les surprendre en inversant la tendance.

[3Technique très semblable au layering, sauf qu’il n’y a pas d’exécution d’ordre. Le but est de charger le carnet dans un sens ou dans l’autre, puis de retirer ses ordres avant exécution. La stratégie est d’attirer le marché en gonflant le volume du carnet d’ordre, sans aucune réalité économique derrière.

[4Technique qui consiste à annuler un très grand nombre d’ordres dans l’espoir de manipuler le marché, seulement une faible proportion des ordres étant effectivement exécutés. Selon l’AMF le taux d’exécution serait de 1 à 5% seulement.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard