X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

SNCF, le mythe des bienfaits de la réforme

JPEG - 553.8 ko

Dysfonctionnement structurel, dette abyssale, statut rigide, rentabilité en berne, « ouverture à la concurrence » comme l’exige l’UE, « privilèges » des cheminots, évolution bloquée : voilà quelques-uns des griefs que les médias passent en boucle pour pointer du doigt la SNCF et ceux qui font rouler nos trains.

Il faut bien justifier la nécessité de « faire évoluer » la vieille dame accusée de tous les maux. Et s’il s’agissait d’un procès en sorcellerie ? Car comme le dit le proverbe :

Qui veut tuer son service public l’accuse de la rage !

Le contre-argumentaire de Solidarité & Progrès (Cheminade) :

Dysfonctionnement structurel ?

PNG - 108.6 ko

En France, grâce à ses 150 000 collaborateurs, la SNCF fait circuler quotidiennement 15 000 trains (dont 1000 en Ile-de-France), transportant aussi bien 25 000 tonnes de fret que 5 millions de voyageurs par jour, c’est-à-dire plus d’1,1 milliard par an (2009).

Le réseau s’étend sur 30 000 km dont la moitié est électrifiée, et comprend 2000 km de voies dédiées à la grande vitesse (LGV). Par son volume d’activité et la taille de son réseau, la SNCF est la troisième entreprise ferroviaire européenne, après Deutsche Bahn et les chemins de fer russes.

Sa robustesse est telle qu’en 2015, SNCF Réseau réussit à emprunter 25 millions d’euros sur 100 ans, un cas plutôt rare. En 2017, en termes de qualité générale des services, la France est classée cinquième au niveau mondial, devant les Pays-Bas, la Corée du Sud, l’Allemagne, la Chine, les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

La première place revient à la Suisse, où les chemins de fer sont aux mains d’une société de droit public dont le capital est détenu en totalité par l’Etat, donc 100 % publique.

A noter que pour diversifier ses revenus, la SNCF a multiplié ses filiales. En premier lieu pour valoriser son savoir-faire, comme c’est le cas via sa filiale Systra, groupe de conseil et d’ingénierie et leader mondial des infrastructures de transport public spécialisé dans le ferroviaire.

Systra emploie 5500 personnes dans 78 pays. Avec 625 M€ de chiffre d’affaires (CA) fin 2015, elle représente 30 % du CA de la SNCF à l’international. D’autres filiales s’occupent d’immobilier et d’activités assez éloignées du cœur du métier.

Comble de l’absurde, via sa filiale Geodis Calberson, premier transporteur routier de France, la SNCF se retrouve en concurrence directe avec ses propres services de fret ferroviaire ! A cela s’ajoutent désormais les « bus Macron », mis en place pour préparer la réforme ferroviaire ?

Dette abyssale ?

La dette globale de la SNCF dépassera les 54,8 milliards d’euros en 2018, un gouffre qui « menace d’engloutir tout le système », affirme Edouard Philippe, alors que c’est à peine plus que la dette d’Altice, la maison mère de SFR, aux mains de Patrick Drahi...

L’endettement historique du secteur ferroviaire français est un héritage empoisonné. Lorsqu’en 1937, le Front populaire nationalise les compagnies privées, fameuses mais criblées de dettes, on reprend leurs droits et obligations.

La convention qui crée la SNCF reporte le terme de l’ensemble des concessions à la fin de l’année 1982 et prévoit que l’Etat en assure au départ l’équilibre financier en lui versant des annuités compensatrices.

En clair, on se sert dès le début d’un service public pour renflouer des dettes privées !

C’est d’ailleurs au nom de cet équilibre financier que dès 1938, l’Etat ferme plus de 5000 km de « petites lignes » et augmente les tarifs.

Ensuite, c’est la loi de finances de 1952 qui acte un financement pérenne de la SNCF par l’Etat, en autorisant une modification de la convention de 1937 pour instaurer la prise en charge par l’Etat de 60 % des dépenses de maintenance du réseau ainsi que du déséquilibre du régime de retraites découlant de la baisse des effectifs.

En contrepartie, la SNCF doit obéir aux demandes des gouvernements, notamment lorsqu’ils exigent de nouvelles LGV. Celle reliant Paris à Bordeaux a atteint 7,8 milliards d’euros (dont 3 financés par les collectivités locales). 23 milliards d’euros de la dette ferroviaire sont directement imputables à des LGV commandées et voulues par l’Etat français.

La question à 50 milliards est de savoir si cette survie sous perfusion permanente de la SNCF a pu inciter certains géants du BTP, comme pour les chantiers des centrales d’EDF et d’Areva, à abuser de leur position de quasi-monopole. Un peu de transparence sur ce plan ferait du bien !

JPEG - 35.8 ko
Les Français se plaignent de la SNCF. Ils ont raison dans la mesure où, faute de financement adéquat, les investissements dans les ferroviaire ont chuté de moitié entre 1992 et 2000 !

A cela s’ajoute que, depuis 1973, avec l’abrogation de toute forme de crédit public, la SNCF, pour se financer, doit se tourner vers les banques privées. Aujourd’hui, un audit de la dette s’impose pour définir quelle partie mérite annulation, quelle autre rééchelonnement et quel taux d’intérêt mérite d’être revu à la baisse.

Comme cela a été fait chez nos voisins, une fois la dette auditée, l’Etat doit reprendre à son compte la partie légitime. Bien que M. Macron en ait évoqué l’idée lors de sa campagne, le gouvernement invoque plusieurs arguments pour s’y opposer, en particulier « la dégradation de la signature de l’Etat français ». Pour l’instant, le gouvernement exerce un véritable chantage à la dette. Car, si reprise il y avait, ce serait sans doute uniquement les intérêts (1,7 milliard par an) et surtout, uniquement une fois la réforme entérinée.

Enfin, si la renationalisation des autoroutes proposées par la CGT cheminots est une bonne idée (défendue par Jacques Cheminade lors de sa campagne de 2017), en consacrer la ressource (4,7 milliards par an) à apurer la dette de la SNCF n’en est pas une. Les revenus des autoroutes ainsi que la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) ne doivent financer ni le passé ni le présent, mais l’avenir, c’est-à-dire la modernisation des infrastructures. Une dette odieuse, camarade, ça s’annule !

Statut rigide ?

Aujourd’hui, la SNCF a le statut d’EPIC (Etablissement public d’intérêt commercial). La réforme ferroviaire veut en faire une SA (Société anonyme), en réalité le premier pas vers une privatisation future. La raison ? Un EPIC dispose de la garantie implicite de l’Etat.

A ce titre, la SNCF obtient, de la part des banques, des crédits à des taux inférieurs à ceux du marché. Pour l’UE, il s’agit d’une entorse à la libre concurrence, puisqu’ailleurs le secteur ferroviaire ne dispose pas de cet avantage.

En France, on prétend que la garantie implicite de l’Etat incite la SNCF à une mauvaise gestion, en dépensant sans compter. Avec le nouveau statut, la SNCF sera amenée à réaliser « des gains de productivité », à réduire le maillage du réseau secondaire (suppression de 9000 km de « petites » lignes dont Nantes-Bordeaux...) ou à demander aux régions d’en assurer le financement… à l’heure où ces dernières restent dépourvues d’autonomie fiscale et sont victimes de la baisse des dotations de l’Etat et de ses sommations à réduire leur endettement !

En réalité, il faut s’attendre à une dette encore plus lourde.

Rentabilité en berne ?

JPEG - 103.7 ko

Faut-il rappeler que, tout comme le Louvre, la SNCF remplit une mission de service public dont la « rentabilité » est étrangère à la simple rentabilité comptable.

Ce qui ne devrait pas empêcher que, par un principe de péréquation, ce que rapportent les lignes très fréquentées puisse financer des lignes à fréquentation moindre.

Il est également impératif de comprendre qu’un service public ne doit pas uniquement « répondre » en augmentant l’offre de services là où se manifestent les besoins immédiats. Car, dans le cadre d’une vraie politique d’aménagement ou de continuité du territoire, son rôle consiste à ouvrir à l’activité humaine des zones autrement condamnées à rester des déserts ferroviaires « non rentables », faute de fréquentation suffisante.

Mandatés pour agir au nom de l’intérêt général, c’est donc aux politiques, et non au « marché », de choisir l’infrastructure que nous aurons dans le siècle à venir. C’est en arbitrant entre la part des coûts incombant à l’usager et celle revenant au contribuable que le législateur fixe les évolutions.

Sans compter que la transformation de la SNCF en SA augmentera ses coûts de fonctionnement : en lui ôtant son statut d’EPIC, le coût de tout nouvel emprunt sera forcément plus élevé.

Ouverture à la concurrence ?

JPEG - 59.8 ko

Comme l’explique fort bien l’économiste Liêm Hoang-Ngoc, le transport ferroviaire est un cas d’école de « monopole naturel ».

Les coûts fixes, liés à l’installation et à l’entretien du réseau y sont importants, tandis que les coûts marginaux (coût de l’usager supplémentaire) vont décroissant.

Compte tenu de l’investissement nécessaire, aucun concurrent n’a intérêt à s’engager dans une activité qui ne dégage de profit qu’à condition de capter toute la clientèle et de lui imposer une tarification élevée, supérieure au coût moyen.

Inversement, maximiser l’utilité collective requiert de n’avoir dans cette branche d’activité qu’un seul opérateur agissant de manière altruiste, c’est-à-dire satisfaisant la demande au moindre coût et pratiquant des tarifs égaux à ses coûts marginaux. Si l’ouverture à la concurrence a pu avoir des effets utiles dans d’autres branches d’activités, dans le ferroviaire cela relève du mythe.

Au Royaume-Uni, chantre du libéralisme, où une vingtaine d’opérateurs privés se partagent les lignes qu’ils jugent « rentables », Network Rail, le gestionnaire des rails renationalisés, cumule une dette de 51 milliards d’euros en 2017, le tout sur un réseau de 17 000 km, contre 30 000 en France…

Et surtout, en l’espace de 20 ans (1995-2015), le prix d’un billet de train a grimpé en moyenne de 117 %. Au top des hausses, le trajet Londres-Manchester : 329 livres en 2015 contre 93 livres en 1995, soit une multiplication par 3,5. Dans le portefeuille des « clients », cela se ressent. Pour se rendre en train à leur travail, les Britanniques dépensent six fois plus que les autres Européens pour leur abonnement mensuel. Ça leur grignote 14 % de leur salaire… Bravo l’artiste !

Les « privilèges » des cheminots ruinent la SNCF ?

Hormis les « départs volontaires » d’environ 5000 employés, la réforme préconise l’extinction progressive des avantages statutaires d’environ 140 000 personnes, soit 90 % du personnel de la SNCF.

Le nouveau statut prévoit un âge minimum de départ à 50 ans pour les agents de conduite de locomotive, qui passera à 52 ans à partir de 2024. Les autres agents, dits sédentaires, peuvent prendre leur retraite à 55 ans s’ils sont nés avant 1962. D’ici à 2024, l’âge de leur départ à la retraite sera également repoussé de deux ans pour atteindre 57 ans. Les cheminots devront cotiser 172 trimestres (43 ans).

Le régime actuel, notamment la sécurité de l’emploi, est la juste contrepartie de la pénibilité du travail à laquelle sont soumis les cheminotes et les cheminots, contraints de travailler en horaires décalés, de nuit, dimanches et jours fériés. Il ne sera plus accessible pour les nouvelles embauches. Ironie de l’histoire, un expert ferroviaire s’inquiète que son changement de statut obligera la SNCF à aligner ses coûts salariaux sur ceux du privé, beaucoup plus élevés !

Evolution bloquée ?

Tant que la question de la dette ne sera pas réglée, la SNCF marchera sur la tête car elle restera condamnée à courir après le cash et ceci au détriment aussi bien de sa mission de service public et d’aménageur du territoire, que de la sécurité qui découle d’une bonne maintenance, de l’investissement et du respect de son personnel.

Ce ne sont donc pas les cheminots qui « bloquent » la situation, mais une oligarchie financière qui vampirise un des plus beaux fleurons de notre industrie. Libérons-le ! Le débat qu’il faut ouvrir, c’est celui des co-investissements possibles dans les infrastructures du futur, aussi bien avec la Chine qu’avec d’autres partenaires.

Voir le commentaire

  • BONIN Stéphane • 04/04/2018 - 19:20

    Enfin un article crédible, qui nous permet d’ échapper à la presse aux ordres . Presse aux ordres qui parle de "prise d’ otages" des usagers, quelle honte ! A t’ elle demandé l’ avis des survivants du Bataclan pour employer un tel terme ? Réponse facile à deviner !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard