Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Sommet France-Afrique : vieux démons et nouveaux fantasmes

Il y avait quelque chose de particulièrement étrange dans ce sommet France-Afrique organisé à Paris les 6 et 7 décembre. Comme si on cherchait dans les vieilles recettes éculées la façon de redorer le blason d’un Président au plus bas dans les sondages et celui, pas mal terni, de la France en Afrique. On songe au sommet de La Baule organisé par François Mitterrand en 1990.

Ce sommet aussi s’est voulu imposant : plus de 35 chefs d’État et de gouvernement et, preuve que la France joue désormais au sein de l’establishment transatlantique, le gratin des institutions internationales y était aussi : M. Ban Ki Moon de l’ONU, MM. Barroso et Van Rompuy de la Commission et de l’UE.

Quelque chose d’étrange, car les temps ont changé et les mauvaises recettes de jadis peuvent tourner à la catastrophe aujourd’hui. N’est-il pas surréaliste de vouloir régenter militairement une Afrique revenue, quoi qu’on en dise, « au cœur des ténèbres », en la poussant à mettre sur pied en quelques mois une force armée de réaction rapide africaine ? N’y a-t-il pas quelque chose de délirant à vouloir jouer les gendarmes de l’Afrique, mettant de l’avant notre expertise militaire comme une sorte de service à vendre, avant de partir dans une expédition qui tourne au véritable fiasco ?

« Dans leur ensemble, les armées françaises n’y étaient pas très favorables », a dit Jean-Christophe Notin, un expert des opérations militaires extérieures françaises, au journaliste militaire Jean-Dominique Merchet : « L’opération a pourtant été décidée parce que les dirigeants politiques français espéraient renouveler le coup du Mali, qui a très bien marché, et qu’une partie de la hiérarchie militaire a pu considérer qu’elle connaissait bien la Centrafrique. » Or, insiste l’expert,

Ce pays n’est plus le même qu’il y a quinze ans ! A l’époque, (…) il suffisait de contrôler l’aéroport et l’ambassade de France, de s’assurer des bâtiments de la télévision et de sécuriser les grands axes. (…) Aujourd’hui, ce n’est plus du tout pareil ! Il y a la misère endémique, la dislocation de la société en rivalités ethniques et confessionnelles, la présence de groupes armés venus de l’étranger, l’effondrement de l’Etat.

J.-D. Merchet montre du doigt les spin doctors autour de Jean-Yves Le Drian et de François Hollande. « Ces spécialistes de marketing politique ont pris le pas sur les diplomates, les généraux et les hommes du renseignement » et « on sait où cela a mené Tony Blair à l’époque de la guerre d’Irak, ou l’hôte précédent de l’Elysée, avec l’intervention en Libye. L’Elysée le ressert aujourd’hui avec la Centrafrique. »

Premier fiasco, la France n’a pas vu venir la tentative des forces du président déchu, François Boziza, et des milices chrétiennes de prendre le pouvoir avant même que l’opération française n’ait commencé, le 8 décembre. Résultat : 450 morts à Bangui.

Fiasco ensuite des forces tchadiennes de la MISCA, la force d’interposition de l’ONU en Centrafrique, qui n’ont pas pu s’empêcher d’apporter leur soutien aux musulmans, alors que leur mission était justement de s’interposer entre eux et les chrétiens.

Troisième fiasco, Hollande avait prétendu que l’Europe paierait sa part de la facture. Or, le sommet de la défense des 19 et 20 décembre n’a rien décidé de tel, des délégations ayant même ironisé : « Un fonds pour les excursions de M. Hollande ? »

Aujourd’hui la France est dans la nasse. Pour J.-C. Notin, cette opération aux « buts mal définis », car il n’y a pas d’ennemi clair à combattre, mais des opposants à séparer, se terminera « au mieux en bourbier, au pire en retrait sans gloire ». Pour certains hauts gradés, il faudrait 5000 hommes, contre 1600 actuellement, pour s’imposer aux uns et aux autres. Mais a supposer qu’il s’agisse là de la bonne solution, d’où viendront les fonds ?

Retour aux « affaires »

Même sentiment de surréalisme par rapport au Partenariat économique que ce Sommet veut relancer, sur la base des 15 propositions phares d’ un rapport rédigé à la demande du Ministre des finances, Pierre Moscovici, par 5 personnalités, dont Hubert Védrine, ancien secrétaire général de François Mitterrand à l’Élisée.

Constat amer du rapport : le déclin massif des parts de marché de la France au sud du Sahara entre 2000-2011 (10,1 à 4,7 %), par rapport à celles de la Chine qui crèvent le plafond (2 % à 16 %). Est-ce la meilleure des motivations ? Rappelons cette déclaration de Pierre Moscovici d’octobre 2012 « en Afrique, la Chine ne nous fait pas peur ! » ; celle aussi de Jacques Attali, éminence grise de François Mitterrand, fin décembre à Europe 1 : « le XXIe siècle ne sera pas celui de la Chine, mais de l’Afrique" et « nos interventions en Afrique font partie d’un grand projet francophone ».

Bien sur, la France a de nombreux atouts et elle pourrait contribuer utilement au développement de l’Afrique ainsi qu’à son propre rayonnement. Parmi ces atouts, 100 millions de francophones en Afrique, une zone CFA de 14 pays ou la France et la Chine font jeu égale, de grandes entreprises fortement engagées en Afrique comme Total, Alstom, Schneider Electric, Sanofi.

Sommes nous en mesure de le faire aujourd’hui ? Nous disons "surréalisme", car le sauvetage du secteur financier en faillite suite à la crise de 2007, a laissé les caisses de l’État désespérément vides. C’est ce qui explique qu’au Sommet, François Hollande n’ait pas proposé des fonds publics pour catalyser ce Partenariat, mais la création d’une fondation publique-privée, concept qui explique l’odeur « à fric » qui émane de ce rapport.

Bien sûr, on sollicitera la Caisse des dépôts (CDC) et l’Agence française pour le développement (AfD) ainsi que l’Infrastructure Trust Fund européen pour financer des infrastructures, si urgentes en Afrique. Mais ces auteurs proposent aussi l’organisation d’un « grand forum d’affaires franco-africain » et ne rechignent pas à faire appel aux très libéraux Institut Montaigne et Institut de l’Entreprise ou même à l’Aspen, pour organiser cette nouvelle ruée française sur le continent.

Car il y a de l’argent à faire en Afrique, disent-ils. Elle n’est plus majoritairement dans le camp des miséreux ! Sa croissance annuelle de 5 % est le résultat d’une décennie 2000-2011 où les prix des matières premières – pétrole et produits agricoles – ont flambé, permettant aux États qui en possèdent, d’engranger de considérables recettes de l’exportation ; au point où l’épargne africaine se situerait à 900 milliards de dollars, où les transactions boursières ont été multipliées par 9 et la prise de contrôle d’entreprises (« private equity ») est en nette hausse ; au point où la classe moyenne, qui aurait doublé de 150 à 300 millions depuis 1990, est prête à consommer. Elle a même créé des fonds de pension ! C’est pour capter ces « flux » que le rapport veut encourager le « private equity » et la réorientation de l’assurance-vie et de l’assurance retraite vers l’Afrique.

Il y a aussi, bien entendu, un aspect réel à cette croissance, induite par des investissements physiques de la Chine, de l’Iran, de la Malaisie, de l’Inde et d’autres pays, ainsi que par une volonté nouvelle de l’Afrique de se développer. Mais en l’absence de réels États capables d’organiser leur souveraineté économique et d’assurer un développement des infrastructures, des capacités de production et des droits sociaux qui doivent aller de pair (éducation, santé et sécurité publique) le rapport avoue qu’il s’agit là d’« une croissance qui creuse les inégalités », que « la malnutrition et la mortalité maternelle et infantile n’ont que peu régressé » et que « 47 % des 15-24 ans étaient au chômage en Afrique subsaharienne en 2011 » !

Autrement dit, il y a des poches de croissance anarchiques, souvent financières, qui enrichissent certains, mais qui ne sont pas source d’un développement harmonieux pour l’ensemble des populations de ces pays.

Il faut donc, MM. Hollande et Le Drian, pour notre sécurité et celle de l’Afrique, vite éliminer l’hégémonie de la finance spéculative dans nos pays et là-bas, et remettre la reconstruction des nations à l’agenda.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • petite souris • 07/01/2014 - 20:39

    remettre la reconstruction des nations à l’agenda.
    Dans cette partie de phrase seul : "remettre à l’agenda" est compréhensible par les gens d’en haut !!!!!!!

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Chaos en Centrafrique : Moi Président, je mettrai fin à la Françafrique !

7 janvier 2014
Actualité
Chaos en Centrafrique : Moi Président, je mettrai fin à la Françafrique !

RDC : la stratégie d’Obama pour « balkaniser » l’Afrique

5 janvier 2014
Orientation stratégique
RDC : la stratégie d’Obama pour « balkaniser » l’Afrique

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard