Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

18 décembre - Macron : sa transition énergétique et la nôtre Lire 18 décembre - La Chine selon Washington et Londres Lire 17 décembre - Réduire les émissions de CO2 : quelles conséquences ? Lire
AccueilActualité

Super Grand Lyon : un bon élève français piqué au jeu de l’excellence européenne

A la surprise générale, le 4 décembre dernier, Gérard Collomb (maire de Lyon) et Michel Mercier (ancien président du Conseil Général du Rhône) annonçaient la création d’ici 2015 d’une entité territoriale nouvelle : l’euro-métropole lyonnaise.

Elaboré en catimini - élus et citoyens n’ont pas été consultés - le projet est une grande première en France. Il consiste à faire du Grand Lyon une « super ville » d’envergure européenne, en lui faisant absorber une partie du département du Rhône.

Les élus locaux, vexés d’avoir été mis devant le fait accompli, ont tout d’abord émis quelques réserves sur le projet ; mais, succombant à la promesse de voir leur bonne élève de ville atteindre l’excellence européenne, une grande majorité s’est finalement prononcée en sa faveur !... Un peu rapide pour un sujet aussi important ! Car, au-delà de Lyon, du département du Rhône et de la région Rhône-Alpes, il est surtout question de l’aménagement des territoires urbains et ruraux en France. En effet, Lyon ne sera pas la seule à devenir euro-métropole : Marseille, Lille et même Strasbourg la rejoindront très prochainement.

Euro-métropole lyonnaise : à quoi ressemble un premier de classe européen ?

Difficile à dire quand on voit les différences qu’il existe entre les trois métropoles généralement prises en exemple pour illustrer cette idée : Barcelone, Manchester et Milan !

Deux constantes se dégagent néanmoins : la taille de la ville et l’importance de son budget.

Dans le cas de Lyon, pour rivaliser avec ses voisines européennes, il a été décidé que le département du Rhône serait coupé en deux : d’un côté, le Rhône urbain qui dépendra de la nouvelle euro-métropole devenue collectivité territoriale à part entière, et de l’autre, le Rhône rural qui dépendra de ce qui restera du Conseil Général.

Sur toute la superficie de l’actuel Grand Lyon (Carte ci-dessous), l’euro-métropole absorbera les compétences, les comptes et les budgets du département et du Grand Lyon. Elle comptera 1,2 million d’habitants et disposera d’un budget s’élevant à 3,6 milliards d’euros. Au terme de cette fusion, le Grand Lyon deviendra la collectivité territoriale la plus puissante de France après Paris.

JPEG - 86 ko
Lyon euro-métropole : le nouveau profil de la ville (Lyon en rouge, la future métropole en bleu, le Rhône en gris).

A ce jour, ce n’est que l’esquisse de l’euro-métropole qui fait jaser les lyonnais. Ses contours exacts seront déterminés par une nouvelle loi de décentralisation sur laquelle travaille actuellement le gouvernement Ayrault ; mais au-delà des détails, l’esprit général qui anime l’euro-métropole est déjà parfaitement défini. La réunion qui s’est tenue le vendredi 1er février 2013 à l’Auditorium de Lyon devant la presse et les élus locaux (l’entrée était interdite au public), était l’occasion de clairement le rappeler.

Une conférence pour sceller l’esprit général de l’euro-métropole

Militante S&P Lyon, je ne pouvais manquer le rendez-vous ! Je n’ai d’ailleurs pas été déçue car même si les interventions n’ont pas toujours été intéressantes, celle du géographe Michel Lussault valait à elle seule, le détour.

Ecoutons-le plutôt :

Aujourd’hui, 600 agglomérations dans le monde possèdent 50% du PIB mondial. En 2025, ces 600 agglomérations possèderont 60% du PIB mondial. Or, Lyon pourrait ne plus faire partie de ces 600 agglomérations !

Autrement dit : si Lyon ne fait pas l’euro-métropole, elle deviendra une ville de second plan ! Puis, de conclure qu’il était temps de : « Ne plus penser le monde à partir des Etats mais à partir des grandes agglomérations mondiales. ».

Messieurs Collomb et Mercier sont décidément de fins stratèges. Par expert géographe interposé, ils signent, l’air de rien, l’arrêt de mort de l’Etat-Nation et du découpage territorial français actuel ; tout cela sans que l’auditoire ne s’en émeuve. Leur ambition est claire : moins de départements, plus d’euro-métropoles et de pôles métropolitains en France ; c’est-à-dire, plus d’entités territoriales qui s’organisent selon une logique de performance économique et non de soucis de représentation de tous les territoires et de développement mutuel. La devise : être le meilleur quelles qu’en soient les conséquences.

Connaissez-vous le puzzle « la France des départements » ?

JPEG - 360.1 ko
Le puzzle des départements français : un découpage administratif qui prend en compte tous les territoires.

Composé de 96 pièces représentant chacune un département métropolitain, le but du jeu est de les situer correctement sur la carte afin de reconstituer la France dans son entièreté. Chacune des pièces est à la fois indispensable et égale aux autres : si l’une manque, le puzzle est incomplet, le jeu perdu et la France amputée.

Prenons à présent l’Union Européenne des métropoles. Impossible d’avoir un puzzle complet à partir de cet échelon. Le jeu est perdu avant même le lancement de la partie.

JPEG - 150.6 ko
Le puzzle des métropoles européennes : un découpage qui laisse trop de territoires de côté.

De nombreux territoires, parce qu’ils ne rentrent pas dans les critères de l’euro-métropole, sont naturellement exclus du puzzle. On se retrouve ainsi avec une Europe désunie : d’un côté, des pans entiers de territoire laissés à l’abandon dans lequel s’accentue le désert administratif et la paupérisation ; de l’autre, d’opulents oasis faisant bande à part.

Comme le martelait le socialiste Bernard Catelon lors de la dernière séance du Conseil Général de l’année 2012 :

 Comme d’habitude, le grand gagnant est le Grand Lyon de Gérard Collomb, et le grand perdant le monde rural, éternelle variable d’ajustement.

Ce sont pour ces raisons que, de même que nous nous étions prononcés contre le projet de décentralisation de Nicolas Sarkozy en 2010, nous nous prononçons aujourd’hui contre le projet d’euro-métropole lyonnaise. En effet, n’en déplaise au socialiste Gérard Collomb, l’euro-métropole s’inscrit dans la continuité du travail sur la réforme des collectivités territoriales accompli par la commission de l’UMP Edouard Balladur !

Un livret scolaire embarrassant…

Les habitants du Grand Lyon savent-ils que la nouvelle euro-métropole risque de prendre aveuglément et à leurs frais la responsabilité des actifs et des passifs du département du Rhône ?

La gestion du département sous la présidence Mercier a été particulièrement déplorable. Entre les dettes liées aux emprunts toxiques (perte évaluée à 400 millions d’euros) et celles liées aux dérives budgétaires de certains projets en cours (Musée des Confluences), le département est très certainement en faillite virtuelle. Il est indispensable de faire la lumière sur cette situation avant que l’euro-métropole voie le jour. En effet, les futurs citoyens métropolitains ne doivent pas accepter une hausse substantielle de leurs impôts sous prétexte que quelques élus, par corruption ou par couardise, n’aient pas osé, suivant l’exemple de Saint-Etienne, Sassenage ou du Conseil Général de la Seine Saint-Denis, assigner Dexia en justice.

Emparons-nous donc au plus vite de cette question pour mettre un terme, sinon au projet au moins au caractère précipité et confidentiel dans lequel il est discuté, afin d’organiser un grand débat public auquel tous les citoyens lyonnais, grand lyonnais et rhodaniens seront conviés.

Lyon, élève modèle pour l’Europe : c’est ça l’excellence française !

Refusant de voir à la fois le Rhône se transformer en l’archétype du département croupion, et Lyon en une sorte de géant économique qui, méprisant la France, ne se préoccuperait plus que des moyens pour rivaliser avec les grandes métropoles économiques européennes, nous voulons développer dans le cadre des municipales lyonnaises de 2014, une toute autre conception de ce que doit être une grande ville et son rôle dans le département, la région, le pays et l’Europe.

Au cours de ma scolarité, j’ai rencontré, en tout et pour tout, trois types de premier de classe : le premier type était prêt à tout, même à écraser ses camarades pour briller ; le deuxième, sans trop s’interroger sur le sens de la course à l’excellence à laquelle il participait, menait tranquillement sa barque ; enfin le troisième, amoureux des sciences, partageait son talent et se donnait pour mission, tandis qu’il avançait, de faire avancer en même temps ses camarades.

Aujourd’hui, Lyon a pour ambition de devenir première de la classe. Soit ! Mais qu’elle soit un premier de la classe de la troisième catégorie. Lyon doit à la fois poursuivre son propre développement et assurer celui des villes et des territoires voisins.

Cela commence par de grands projets de transports et d’aménagement du territoire à l’échelle de la ville, de sa périphérie, du département et de la région. En partenariat avec des villes comme Saint-Etienne, Grenoble, Valence, Bourg-en-Bresse, Chambéry et Annecy, Lyon doit faire le pari du co-développement et de la modernité, notamment en réalisant la première ligne régionale d’aérotrain ou de trains à lévitation magnétique (voir projet LYSETTE). En reliant les villes de la région à moins de 20 minutes les unes des autres, une péréquation spontanée pourra se mettre en place : entre la mobilité des contribuables, la création d’emplois liée aux grands projets et une plus grande attractivité des territoires au-delà de Lyon, c’est une véritable dynamique régionale qui se développera.

En disant non à une logique territoriale du gain financier, Lyon doit devenir la première grande ville d’Europe au service du développement de ses citoyens en même temps que de celui des départements qui l’avoisinent ; du développement de sa patrie, en même temps que de celui de toutes les patries d’Europe et du monde.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • petite souris • 11/03/2013 - 22:44

    Retour avant Jésus-Christ :
    en effet la Grèce du V° siècle avJC était formée de cités qui se battaient les unes contre les autres avant que l’état-nation apporte la paix démocratique
    .............
    Nozélites le savent ils sont contre toute référence au passé quant au Glass-Steagall act mais copient un passé plus ancien

    Répondre à ce message

  • edith • 11/03/2013 - 17:58

    Il y a une grande manifestation nationale contre les banques et l’austérité le 13 avril prochain ,on va voir ce que cela donnera !

    Répondre à ce message

  • edith • 11/03/2013 - 16:46

    Projet mafieux par excellence ,puisque il n’y a toujours pas de galss-stegall ou de crédit productif public ,Les écuries d’augias n’ont toujours pas étè néttoyé et les conditions de travail de plus en plus déplorables . Il n’y a plus d’organisation cohérente tout çà c’est juste pour faire du fric pour les mêmes oligarques ,les peuples en ont assez de l’europe !.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Soutenons la résistance de la Grèce face aux puissances de chantage du fascisme financier. Il est temps de bâtir un monde sans la City ni Wall Street.

En savoir plus

Le référendum sur la fusion des départements d’Alsace du 7 avril menace la République

2 mars 2013
Actualité
Le référendum sur la fusion des départements d’Alsace du 7 avril menace la République

Bloomberg : lancer les villes-cités pour dissoudre les états-nations

19 février 2008
Brèves
Bloomberg : lancer les villes-cités pour dissoudre les états-nations

Régionalisme : l’Europe de Léopold Kohr, projet d’un fascisme universel

2 novembre 2007
Politique
Régionalisme : l’Europe de Léopold Kohr, projet d’un fascisme universel

Municipales : Lancement de la liste S&P à Lyon !

24 octobre 2013
Nos actions
Municipales : Lancement de la liste S&P à Lyon !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard