Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Syrie : Au bord de l’abîme : la raison

par Christine Bierre, en liaison avec Bassam El-Hachem au Liban

Les Américains n’avaient plus d’autre choix que d’ouvrir les négociations pour un règlement politique en Syrie, a estimé Bassam El-Hachem, cadre du Courant patriotique libre (CPL), le mouvement du général Michel Aoun au Liban, évoquant la décision prise lors des rencontres à Moscou, les 7 et 8 mai, entre le secrétaire d’Etat américain John Kerry et le président russe Vladimir Poutine.

Bassam El-Hachem, qui revenait juste de Syrie, où il avait participé à une mission de réconciliation qui avait amené sur place une vingtaine de responsables d’associations internationales afin de constater l’état du pays et rencontrer de nombreuses personnalités officielles de premier plan et de l’opposition qui n’a pas utilisé d’armes contre son pays, a confirmé que la rébellion financée par les capitales occidentales et leurs amis au Qatar et en Arabie saoudite allait tout droit vers la défaite.

Depuis deux ou trois semaines, l’armée loyaliste engrange les victoires, reprenant des pans entiers du territoire, notamment la région qui constitue l’épine dorsale du pays, allant de Lattaquié à Damas en passant par Homs et la région d’Al-Qusayr. En même temps, de nombreux éléments qui avaient rejoint la rébellion, emballés par un vent du Printemps arabe qui a tourné plutôt en violent chammal venu d’Arabie saoudite, rejoignent le camp de la Syrie souveraine.

C’est pour tenter de regonfler le moral d’une armée djihadiste en déroute, qu’Israël a lancé le week-end des 4 et 5 mai des raids contre quatre sites stratégiques aux portes de Damas. Selon la journaliste libanaise Scarlett Haddad, les tirs israéliens ont visé « la colline de Qassioun où seraient installées les positions russes, en face du palais présidentiel, le siège de la garde présidentielle, des dépôts d’armes et de munitions et le centre de recherche de Jamraya, le tout dans le secteur de Ghouta qui commande pratiquement l’entrée de Damas ».

Les raids israéliens ont été parfaitement coordonnés avec une offensive djihadiste sur quarante points, qui a démarré deux heures plus tard dans la même région de Damas, illustrant de façon limpide l’implication de l’Etat hébreux aux côtés des djihadistes islamiques, déployés de façon éhontée par les pays de l’OTAN pour détruire la Syrie millénaire.

Trop tard. En poussant le monde au bord de l’abîme d’une nouvelle guerre mondiale pouvant monter jusqu’au seuil nucléaire, la folie israélienne a créé les conditions où les grandes puissances se sont ressaisies. Kerry fut alors envoyé à Moscou, où il rencontra le Président russe pendant trois heures, puis le ministre des Affaires étrangères, Serguei Lavrov. Il en sortit la proposition d’une conférence de paix fin mai et le retour à l’accord de Genève de l’été 2012.

Reflétant les nouveaux rapports de force sur le terrain, un vrai retournement a eu lieu sur le terrain, rapporte Bassam El-Hachem. Le gouvernement syrien a utilisé l’intervention ratée israélienne pour pousser pleinement son avantage.

Les autorités israéliennes accusent régulièrement la Syrie de fournir de nouvelles armes à ses alliés du Hezbollah au Liban. A tort, rétorquent les autorités syriennes qui, en guise de riposte à ces raids, ont annoncé les décisions suivantes. D’abord, la Syrie s’engage à livrer de nouvelles armes au Hezbollah. Son chef, Hassan Nasrallah, lui a emboîté le pas en déclarant publiquement qu’il les accepterait. Ensuite, le 9 mai, le vice-ministre des Affaires étrangères syrien, Fayçal Moqdad, a donné « instruction » à l’armée, « de répondre immédiatement à toute nouvelle attaque israélienne ». Enfin, dernière menace, Damas annonça l’ouverture du front du Golan (occupé par Israël) aux combattants de la résistance.

Il s’agit là, en effet, d’une bonne recette pour une conflagration générale et une guerre mondiale ! C’est ce que les Américains ont compris et qu’ils ne veulent plus risquer, selon Bassam El-Hachem. Ils avaient cru au départ pouvoir faire chuter le régime en quelques semaines, comme en Tunisie et en Egypte. Mais après deux ans de guerre et devant l’incapacité de la rébellion de s’imposer, ils ne veulent plus prendre de risques.

D’ici la fin mai, cependant, les risques de voir cette tentative de paix sabordée sont très grands. Et on a déjà vu qui pense avoir intérêt à poursuivre la guerre. Il y a d’abord David Cameron et l’empire britannique, qui continuent à brandir le spectre des « armes chimiques » prétendument utilisées par le régime de Bachar al-Assad ; Israël, qui n’a pas abandonné son obsession de frappes contre l’Iran et le Hezbollah ; la Turquie qui a immédiatement blâmé le régime syrien pour les deux explosions à ses frontières, en territoire kurde. Il y a aussi, et le cas de la France est caricatural à cet égard, des réseaux médiatiques qui, comme Le Monde sous la nouvelle direction de Natalie Nougayrède, ou Libération, partagent avec Israël et l’Empire britannique l’hystérie anti-Assad.

Quant aux Américains, Bassam El-Hachem et d’autres experts régionaux estiment qu’ils tenteront, d’ici la fin mai, d’affaiblir autant qu’ils le pourront le pouvoir de Bachar al-Assad, de façon à obtenir de plus grandes concessions lors des négociations fin mai. C’est ce qui explique que suite à la percée des 7 et 8 mai à Moscou, John Kerry ait remis de l’avant l’exigence du départ du Président syrien, alors qu’en remettant en selle l’accord de Genève, qui n’exigeait pas explicitement cette condition, Américains et Russes avaient réussi à relancer le processus de paix.

C’est pourquoi les espoirs de l’homme politique américain, Lyndon LaRouche, vont plutôt vers le chef d’état major interarmées, Martin Dempsey, qui doit se rendre à Moscou le début juin. Ce n’est pas avec gaîté de cœur que Barack Obama se résoudra a signer la paix. Mais celui-ci aura d’autres chats à fouetter. Il devra faire face aux accusations de plus en plus virulentes d’une coalition bi-partisane au Congrès qui exige de savoir si, à Benghazi, Obama a lâché l’Ambassadeur Stevens, tué par les djihadistes, alors qu’on aurait pu lui porter secours ; il devra aussi faire face à la rage du peuple américain qui subira de plein fouet les coupes budgétaires alors que pas un sel banquier de Wall Street, hormis Madoff, n’a été inquiété par la justice depuis le début de la crise de subprimes en 2007.

Notons sur la question de savoir si Bachar al-Assad pourra participer aux négociations et rester en place, question agitée par tous les réseaux hostiles à la paix, Bassam El-Hachem estime qu’elle n’est pas d’actualité en tant que telle, car Bachar al-Assad est le président d’un pays souverain en guerre contre des bandes armées déployées depuis l’étranger. Participer à ces négociations serait, pour lui, se rabaisser au niveau des chefs de bandes qui ont voulu dépecer son pays. Bien que cette question épineuse n’ait pas été tranchée, il y a fort à parier que ce sont de hauts responsables du gouvernement syrien qui mèneront, dans un premier temps, ces négociations

.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Crise en Syrie : défi à la diplomatie mondiale

25 février 2013
Actualité
Crise en Syrie : défi à la diplomatie mondiale

Syrie : ce n’est pas une « guerre civile » mais une agression extérieure

1er août 2012
Interview
Syrie : ce n’est pas une « guerre civile » mais une agression extérieure

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard