Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 décembre - Vidéo : La Bulle et la Dette [ACTE 2] Lire 14 décembre - Non à la « normalisation » (comprenez braquage) de la Caisse des dépôts ! Lire 14 décembre - Vidéo : François Gervais - l’urgence climatique est un leurre Lire
AccueilActualité

VivAfrik : Claudio Celani défend le transfert des eaux du fleuve Congo vers le Lac Tchad

La rédaction
JPEG - 366.2 ko
JPEG - 36.5 ko
Claudio Celani.
Crédit : EIR

Le 25 avril 2018, pour le site VivAfrik.com Moctar Ficou s’est entretenu avec Claudio Celani.

Co-rédacteur de la lettre confidentielle de l’Executive Intelligence Review (EIR), hebdomadaire de langue anglaise fondé par l’économiste américain Lyndon LaRouche, Celani était présent lors de la récente conférence sur l’avenir du lac Tchad qui s’est tenue à Abuja au Nigeria.

VivAfrik.com : Claudio Celani, journaliste spécialisé dans des enquêtes économiques a pris le contre-pied de certains experts qui estiment que la réalisation du projet Transaqua risque d’entrainer des bouleversements géopolitiques sur le continent africain dans les années à venir.

Transaqua est considéré comme un projet aux allures de « complot international » dont le but est d’aller détourner les eaux du fleuve Congo pour alimenter le bassin du Lac Tchad, menacé de dessèchement, « complot » parce que le projet est à une phase très avancée des discussions entre plusieurs pays, milieux d’affaires et experts internationaux, discussions auxquelles la République démocratique du Congo n’a jamais été associée. C’est comme si, en tant qu’éleveur, vous apprenez par hasard que des gens dans le quartier organisent une fête, et que c’est votre chèvre qui sera mangée. À aucun moment, les organisateurs de la fête ne vous ont demandé si vous avez ou pas l’intention de donner votre chèvre. Ils viendront juste vous la prendre et aller la manger.

M. Celani qui dirige actuellement le bulletin stratégique de la revue EIR (Executive Intelligence Review) et qui travaille par ailleurs avec l’Institut Schiller depuis sa création ne partage pas cette idée de « complot international ».

Dans cette interview accordée à VivAfrik, le journaliste qui a suivi l’évolution du projet Transaqua depuis le début des années 90, c’est-à-dire au moment où il avait été arrêté à cause de la privatisation du groupe IRI, dont faisait partie l’entreprise Bonifica, affirme que « s’il y a un complot international, c’est celui visant à bloquer le projet Transaqua ! »

JPEG - 1.1 Mo
Carte du projet Transaqua.

VivAfrik : Vous avez récemment pris part à la conférence d’Abuja où le Projet Transaqua a été approuvé. Que vise ce projet ?

Claudio Celani : Le projet Transaqua a pour but de sauver le Lac Tchad de son extinction en le reconduisant à ses dimensions originelles d’environ 25 000 km². Il naquit d’une intuition de l’ingénieur Francesco Curato, un des plus grands agronomes italiens qui, lors des années 70, à la tête de Bonifica, travaillait pour de nombreux projets en Afrique. Curato a chargé Marcello Vichi, à cette époque, du poste de directeur pour les relations étrangères de Bonifica. Il était chargé d’étudier la destinée du projet et Marcello Vichi parvint, après de sérieuses études à la conclusion suivante : en prélevant un maximum de 8 % du débit totale du fleuve Congo, il serait possible de transférer jusqu’à cent milliards de mètres cubes d’eau chaque année par gravité, en créant des barrages artificiels sur les affluents de la rive droite du fleuve Congo et, à partir du Sud de la RDC, en les liant avec des canaux jusqu’à obtenir une voie d’eau d’une longueur estimée à 2 400 km.

Plus tard, l’idée est devenue quelque chose de plus qu’un projet de transfert d’eau, devenant une grande infrastructure de transport, de production d’énergie électrique et de développement agro-industriel dont tous les Pays impliqués, la RDC en première position, pourront bénéficier mais aussi avec l’ensemble de tous les pays voisins, qui auront à leur disposition une grande artère de liaison pour toute l’Afrique centrale.

Ceux qui appellent à une plus grande implication de la RDC dans les discussions sur le lac Tchad ont raison, mais je ne pense pas qu’il y ait une volonté d’exclusion de la part de la CBLT. J’ai la certitude que la CBLT tenait tout particulièrement à la participation de la RDC à la conférence d’Abuja et qu’elle a été très heureuse de la présence de M. Kalwele, qui a pris la parole lors de la séance plénière.

Je me souviens aussi que lorsque Bonifica promouvait le projet Transaqua dans les années 80, le président de la RDC a été parmi les premiers à être consulté et il a également été interviewé par la télévision italienne.

Quelles sont les raisons du rejet du projet Oubangi à la conférence d’Abuja ?

Le projet Oubangui de transfert d’eau (Ubangi Water Transfer) a été l’objet d’une étude de faisabilité conduite par la société d’ingénierie canadienne CIMA, présentée au XIVe sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Commission du Bassin du Lac Tchad, organisé à N’Djamena en avril 2012. L’étude explora la possibilité de transférer l’eau grâce à un barrage près de Palambo et un système de pompes, du fleuve Oubangui vers le Lac Tchad. La conclusion finale stipule que le projet est faisable seulement avec l’ajout d’un deuxième barrage près de Bria, plus en hauteur, sur un cours d’eau tributaire du Oubangui, identifié par CIMA comme la dernière station du projet Transaqua. Le barrage de Bria devrait permettre le transfert d’eau par gravité et une production additionnelle de puissance électrique nécessaire pour alimenter les pompes installées à Palambo. Le système combiné devrait coûter 14,5 milliards de dollars et devrait permettre le transfert d’un maximum de 3 400 mètres cubes d’eau par an, c’est-à-dire accroître la surface du Lac Tchad en l’élevant d’un mètre.

Un tel résultat fut jugé « insuffisant à rendre le Lac Tchad au Moyen Tchad ou à soutenir la continuation de l’irrigation autour du Lac Tchad » a indiqué le représentant de Mohammed Bila dans son discours d’ouverture lors de la conférence d’Abuja.

Certains observateurs estiment que le projet Transaqua est un projet aux allures de « complot international ». Qu’en dites-vous ?

Je pense que, s’il y a un complot international, c’est celui visant à bloquer le projet Transaqua ! Dans les années 90, l’action promotrice de la part des structures italiennes fut arrêtée, il n’était pas possible d’exécuter une étude de faisabilité en raison des coûts élevés mais aussi en raison de la division du monde en Est et Ouest, qui s’est reflété sur la situation africaine. Au cours des années suivantes, grâce aux nouvelles technologies et à un cadre international qui a muté, il est devenu plus facile de faire une étude de faisabilité, mais personne n’a jamais bougé pour la promouvoir, bien qu’un tas de milliards ait été dépensé, par exemple par les institutions européennes, dans lesdites aides pour l’Afrique.

Interpellée à ce propos, la Commission européenne a soulevé des réserves de nature idéologique. Il y a quelques années, le professeur Romano Prodi fut chargé par les Nations Unies de s’occuper de la crise du Sahel et fit beaucoup de déclarations et assourdissantes annonces. Quand il fut interpellé publiquement sur le projet Transaqua, il répondit que « il n’y a pas de sous » pour le réaliser. Cela dit, sans parler de l’opposition décidée aujourd’hui encore constatée au sein de certaines puissances coloniales européennes aisément identifiables.

Si l’on regarde qui a promu le projet Transaqua pendant toutes ces années, on voit facilement qu’il s’agit d’actions héroïques de certains individus, comme le docteur Vichi, et d’organisations indépendantes, comme l’Institut Schiller, souvent contrastées par le soit disant establishment. De la partie des opposants on trouve les puissantes institutions financières, les puissances, une fois coloniales, la Commission européenne et certains intérêts économiques qui ont contribué à garder l’Afrique dans une condition d’exploitation et de sous-développement.

Si l’on me permet une dernière observation, l’idée de Transaqua naît dans le contexte d’une nouvelle politique inaugurée par l’Italie après la deuxième guerre mondiale par rapport à l’Afrique, empreinte d’une coopération pour un avantage mutuel. L’exemple le plus brillant de cette nouvelle politique est la figure de Enrico Mattei, célèbre et bien aimé encore aujourd’hui dans beaucoup de pays africains, puisque pour la première fois quelqu’un offrit des conditions avantageuses pour l’exploitation de ressources naturelles de ces pays. L’Italie fut, dans ces années-là, le précurseur de la politique win-win inaugurée, il y a trois-quatre ans par la Chine, avec l’initiative dite « One Belt, One Road ».

Y a-t-il des risques écologiques liés au transfert des eaux des affluents de la rive droite du fleuve Congo vers le Lac Tchad ? Si oui, quelles sont les mesures prises ?

Une des taches de l’étude de faisabilité sera de voir s’il y a des risques écologiques liés à la réalisation du projet Transaqua. L’interrogation qui s’impose est d’évaluer la quantité d’eau à transférer mais aussi évaluer le nombre de personnes à soutenir dans la région du Sahel ? La population d’aujourd’hui ? Ou, en prévoyant la croissance démographique, une population accrue, doublée probablement ? Une fois cela établi, l’étude devra vérifier si Transaqua peut collecter et transférer de suffisants volumes d’eau et si l’ensemble du parcours est faisable totalement ou partiellement.

A ce point seulement on pourra vérifier l’impact écologique. Dire aujourd’hui qu’il sera de zéro, cent ou mille % relève de la pure spéculation si cette évaluation n’est faite. Je le répète, l’impact écologique est un des buts de l’étude de faisabilité.
Quels sont les partenaires intervenant dans cette opération de transfert des eaux du fleuve Congo vers le Lac Tchad, menacé de dessèchement ?

Nous devons saluer le grand engagement de la CBLT sous la direction de l’ingénieur Sanusi Abdullahi et du président du Nigeria Muhammadu Buhari, grâce à eux, on doit arriver, dans les dernières années, à un tournant qui permettra aux nouveaux partenaires de s’ajouter et contribuer à la bonne perspective pour le salut su Lac Tchad.

Premièrement, la CBLT a renoué les relations avec les auteurs du projet Transaqua et avec les nouveaux dirigeants de Bonifica, qui est maintenant une entreprise privée et qui a adhéré avec enthousiasme à l’idée de relancer le projet. Mon ancien collègue Lawrence Freeman et moi, nous avons organisé une rencontre en 2015 à l’issue de laquelle la CBLT a rencontré Bonifica et PowerChina, cette dernière a approuvé l’accord de coopération.

PowerChina reconnut immédiatement la validité du projet Transaqua et, riche de la grande expérience acquise avec des projets similaires en Chine (le barrage de Trois Gorges et le canal de 1 500 km qui conduit l’eau du Sud de la Chine à Pékin) en entrevoit la faisabilité.

Bonifica et PowerChina ont signé un accord de coopération stratégique et ont ensemble présenté le projet Transaqua à la Conférence d’Abuja, soit dans une de ses sessions publiques, soit dans une réunion à huis clos entre les ministres de la CBLT.

En deuxième lieu, il faut ajouter la bonne nouvelle selon laquelle le gouvernement italien, contacté en 2017, a démontré un intérêt renouvelé pour l’initiative, sans doute motivé par la réalité pressante du phénomène d’immigration massive. De cet intérêt a découlé la décision de donner 1,5 millions de dollars pour engager l’étude de faisabilité. La décision a été annoncée à la Conférence d’Abuja par l’ambassadeur Stefano Pontesilli.

Voilà les acteurs, dans la présente phase de l’étude de faisabilité. Une fois qu’elle sera accomplie, on ouvrira une phase complètement nouvelle, dans laquelle les nations africaines intéressées devront décider qui faire participer à l’œuvre de construction de la grande infrastructure. On souhaite que la RDC comprenne les bénéfices et avantages pour son économie et sa population (il suffit de penser aux nombreux emplois qui seraient créés) et qu’on réussisse à déclencher une coopération win-win entre l’Afrique, la Chine et l’Europe dans le domaine du travail pour le développement et pour des intérêts mutuels.

Propos recueillis par Moctar FICOU / VivAfrik

Cet article a été repris d'un autre site.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Le forum des 14 et 15 mai à Beijing sur la « Nouvelle route de la soie » nous rappelle que le monde est réellement en marche ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Lac Tchad : accord historique italo-chinois pour le projet Transaqua

8 août 2017
Actualité
Lac Tchad : accord historique italo-chinois pour le projet Transaqua

Transaqua ouvrira une nouvelle ère pour l’Afrique

6 janvier 2016
Actualité
Transaqua ouvrira une nouvelle ère pour l’Afrique

Le projet Transaqua, antidote au terrorisme de Boko Haram

22 janvier 2015
Actualité
Le projet Transaqua, antidote au terrorisme de Boko Haram

Carte - Transaqua

20 décembre 2012
Infographies
Carte - Transaqua

Lac Tchad : avec la déclaration d’Abuja, la 3e révolution africaine démarre

20 mars
Actualité
Lac Tchad : avec la déclaration d’Abuja, la 3e révolution africaine démarre

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard