Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Ukraine : Appel de 29 élus et responsables contre l’ingérence occidentale

La rédaction
JPEG - 28.8 ko

Le 25 janvier 2014, Natalia Vitrenko, économiste et fondatrice du Parti socialiste progressiste, et 28 élus et responsables d’associations ukrainiens, ont adressé cet appel au secrétaire général de l’ONU, aux dirigeants de l’UE et des États-Unis.

Les signataires dénoncent l’ingérence étrangère et le danger de coup d’Etat

Arrêtons la guérilla qui rôde !
Stoppons l’incitation à la guerre civile, à un coup d’Etat et au démembrement du pays !

En Ukraine, la crise politique s’aggrave de jour en jour, menant le pays à une guerre civile fratricide, à la perte de sa souveraineté, voire à sa désintégration. Il s’agit d’une entreprise étrangère visant à s’emparer de l’Ukraine, au mépris de l’intérêt et des aspirations de notre peuple. Elle opère de façon anticonstitutionnelle et en violation des normes internationales et des principes fondés sur l’action pacifique, les élections libres, la liberté de parole et le respect des droits de l’homme.

Puisque les médias internationaux colportent des informations déformées sur l’Ukraine, émanant d’hommes politiques et de responsables de l’Union européenne et des Etats-Unis, et que ces informations sont utilisées ensuite pour soutenir cette opération de guérilla illégale, nous sommes obligés de lancer l’appel suivant :

  1. Le prétexte pour organiser les manifestations de « l’Euromaidan » à Kiev a été le refus du gouvernement et du Président ukrainien de signer un accord d’association avec l’UE. Nous attirons votre attention sur ce document, en défense duquel l’opposition parlementaire a appelé le peuple à manifester sur la place de l’Indépendance (Maidan) de Kiev.

    Au cœur de cet accord, la perte totale de la souveraineté ukrainienne au profit d’agences supranationales (le Conseil d’association et le Comité sur le commerce) intronisées au-dessus de la Constitution et des lois du pays en tant qu’autorités décisionnelles. Il a été démontré de façon incontestable que ce document va à l’encontre de la Déclaration sur la souveraineté nationale de l’Ukraine, de la Constitution et des décisions de la Cour constitutionnelle, ainsi que de la volonté du peuple exprimée lors des référendums des 17 mars et 1er décembre 1991. La mise en œuvre de l’Accord d’association avec l’UE aurait conduit indiscutablement à la destruction de l’économie du pays, de son industrie, de son agriculture, de ses services et de son secteur scientifique.

    Signer cet accord aurait signifié la fin de la propriété de l’Etat, en concurrence avec les oligarques occidentaux. L’Accord d’association avec l’UE aurait éliminé la souveraineté de l’Etat ukrainien. Le mécanisme de convergence politique qui y est incorporé aurait éliminé également la souveraineté politique du pays, conduisant l’Ukraine à rejoindre la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC). Ce projet anti-russe, qui prévoit d’expulser la flotte de la Fédération russe de la mer Noire, basée à Sébastopol et en Crimée, entraînerait l’Ukraine dans le bloc militaire de l’OTAN.

    Les arguments mentionnés ci-dessus confirment que cet Accord d’association avec l’UE est un projet occidental visant à prendre le contrôle de l’Ukraine et à la coloniser. Son application avait été confiée aux partis de l’opposition parlementaire : Batkivshchyna (Patrie), Udar (Coup de poing) de Klitschko et Svoboda (Liberté).

  2. Nous estimons nécessaire d’attirer votre attention sur la nature des forces politiques qui ont organisé l’Euromaidan et se livrent aujourd’hui à des combats à travers le territoire ukrainien. Ces terroristes lancent non seulement des attaques sanglantes contre les représentants de l’ordre public, mais ils s’emparent de bâtiments officiels, mettent à sac et brûlent les bureaux des partis auxquels ils s’opposent et font régner la loi du plus fort contre les citoyens d’Ukraine. Ceci met en danger leur vie et leur sécurité, ainsi que leur dignité et l’inviolabilité de leurs biens.

    Vous devriez comprendre qu’en soutenant cette guérilla en Ukraine, en octroyant à leurs auteurs le statut d’« activistes d’Euromaidan » participant à des actions prétendument pacifistes, vous protégez et encouragez directement des mouvements néo-nazis et néo-fascistes.

    Aucun de ces opposants (Yatsenyuk, Klitschko et Tyahnybok) ne cache qu’il se situe dans la continuité de l’idéologie et des pratiques de l’OUN-UPA (Union des nationalistes ukrainiens – Armée insurrectionnelle ukrainienne, deux formations nationalistes créées dans les années 1930 et favorables à une collaboration étroite avec le régime nazi). Tous leurs discours au Maidan sont ponctués de « Gloire à l’Ukraine – à la gloire des héros ! » Ce salut nazi, adopté par les nationalistes ukrainiens en avril 1941 (lors de la deuxième assemblée de l’OUN), n’était qu’une copie de slogans similaires du parti nazi d’Hitler. « Gloire à l’Ukraine – Mort aux ennemis », « Ukraine par dessus tout », « L’Ukraine aux Ukrainiens », « Poignardons les moscovites et pendons les communistes ! », en sont d’autres entendus au Maidan.

    Partout où ils vont, outre ces slogans, les gens d’Euromaidan répandent des symboles racistes comme la Croix du loup (l’un des premiers insignes du NSDAP d’Hitler) et la Croix celtique, emblème néo-nazi symbolisant la supériorité de la race blanche. Et aussi les nombres 14 et 88. Le chiffre 14 fait référence aux quatorze paroles du néo-nazi américain David Lane (1938-2007), un suprématiste qui fut condamné aux Etats-Unis à 190 ans de prison pour violation des droits civiques et escroquerie ; le 88 est un code pour Heil Hitler ! (le h étant la huitième lettre de l’alphabet).

    Le groupuscule paramilitaire « Praviy Sektor » (Secteur droit) qui coordonne les guérillas, exhibe dans toutes ses actions le drapeau rouge et noir, autre symbole de l’idéologie « de la race et du sol », devenue dans les années 1930 une sorte de doctrine national -socialiste utilisée par les hitlériens pour justifier leur régime après leur accès au pouvoir en 1933. Le caractère néo-nazi de l’Euromaidan se trouve confirmé par l’utilisation constante des portraits de Bandera (1909-1959) et Choukhevitch – deux bourreaux sanguinaires de notre peuple – agents de l’Abwehr (le renseignement militaire de l’Allemagne nazie) opérant sous les pseudonymes de « Gray » et « Taras Chuprinka ». Le 14 janvier, par provocation, un portrait de Bandera a été accroché sur l’hôtel de ville de Kiev occupé par les manifestants. Suite au scandale provoqué, le portrait fut rentré à l’intérieur du bâtiment.

    Autre action diabolique, les participants du Maidan ont organisé une marche dans le centre de Kiev le 1er janvier, jour de l’anniversaire de Bandera. Ainsi, ce n’est pas seulement le Maidan de Kiev, mais également ceux qui émergent dans diverses régions de l’Ukraine, qui sont massivement infectés par l’idéologie nazie et recourent aux pratiques de leurs prédécesseurs en menant des actions contre la force publique et contre des civils (notamment leurs adversaires politiques).

    Soit Washington et Bruxelles ont choisi d’ignorer le caractère nazi de l’Euromaidan, soit ils préfèrent fermer les yeux et étouffer la vérité sur l’idéologie fasciste de l’opposition parlementaire et de l’Euromaidan en Ukraine. On est donc en droit de s’interroger :

    L’ONU, l’UE et les Etats-Unis ont-ils cessé de reconnaître la charte et le verdict du tribunal international de Nuremberg sur les crimes de guerre pour lesquels les hitlériens et leurs sbires furent jugés et condamnés ? Les droits de l’homme n’ont-ils plus aucune valeur pour les pays de l’UE et la communauté mondiale ? La dévotion des nationalistes ukrainiens pour Hitler et le massacre de civils sont-ils maintenant considérés comme une forme de démocratie ?

  3. Les droits des citoyens ukrainiens qui condamnent les néo-nazis, épousent une idéologie différente, défendent la souveraineté de l’Ukraine et rejettent catégoriquement le traité d’association avec l’UE, considérant que l’intégration de l’Ukraine dans l’Union douanière peut offrir une sortie de crise, sont piétinés ! Pourtant, des sondages crédibles indiquent que plus de la moitié de la population est favorable à une association entre l’Ukraine et la Russie et que 97 % rejettent le nazisme.

    L’UE et l’ONU pensent-elles que les droits de dizaines de millions de ces Ukrainiens n’ont pas à être défendus ? L’UE et l’ONU considèrent-elle comme un modèle de démocratie le fait que les soi-disant forces d’autodéfense d’Euromaidan, de façon anticonstitutionnelle et en violation totale des normes du droit international, kidnappent des citoyens, les fouillent, les interrogent, les torturent et les conduisent en des lieux où des « sentences » sont exécutées ?

Pour changer cela, nous insistons pour que nos représentants soient immédiatement admis dans le processus de négociation entre la présidence ukrainienne et l’opposition parlementaire, et vous demandons de soutenir cette demande. Nous demandons également qu’une délégation autorisée des signataires ci-dessous soit reçue de toute urgence, afin d’ouvrir l’accès à une information objective sur ce qui se passe réellement en Ukraine.

Nous, en tant que responsables de partis politiques et de la société civile, exprimons notre vive préoccupation face au constat que certains politiciens et responsables de l’ONU, de l’UE et des Etats-Unis ont une vision déformée de ces événements organisés en vue d’un coup d’Etat en Ukraine, et ne prennent aucune mesure efficace pour l’empêcher.

Nous en appelons aux dirigeants des Nations unies, de l’Union européenne et des Etats-Unis afin qu’ils condamnent sans tarder les actions d’organisations ukrainiennes nazies et s’engagent à prendre les mesures qui s’imposent pour empêcher une guerre civile fratricide dans notre pays. Une copie de cette déclaration sera transmise aux dirigeants des Etats membres du Conseil de sécurité des Nations unies.

Signataires :

  • Alexander Vasilyevich Bondarchuk, Parti du travail ukrainien (Marxiste-léniniste), Député du peuple ukrainien (2ème, 3ème, et 4ème législatures du Parlement).
  • Natalia Mikhailovna Vitrenko, Parti progressiste socialiste d’Ukraine, Docteur en sciences économiques, Député du peuple ukrainien (2ème, 3ème législatures du Parlement).
  • Leonid Ivanovich Grach, Parti Communiste Marxiste-léniniste d’Ukraine, Docteur en sciences de l’histoire, Député du peuple ukrainien (4ème, 5ème et 6ème législatures du Parlement).
  • Sergei Vasilyevich Dovgan, Président honoraire du Parti des paysans d’Ukraine, Député du peuple ukrainien (2nd and 3rd législatures du Parlement)
  • Yevgeni Georgiyevich Dubovnik, Front Anti-Otan de Sébastopol (organisation publique), Député du Conseil municipal de Sébastopol (5th and 6th législatures.
  • Lyudmila Pavlovna Kayotkina, Organisation publique de Femmes Ukrainiennes “Cadeau de la Vie’, Député du parlement régional de Donetsk (5th législature).
  • Sergei Nikolayevich Kiyashko, Assemblée des peuples slaves de Biélorussie, Russie et Ukraine.
  • Vasili Fyodorovich Kuvshinov, Union des officiers soviétiques, ville de Chigirin.
  • Nikolai Fyodorovich Larinenko, Député du peuple ukrainien (2ème et 3ème législatures du Parlement).
  • Yelena Anatolyevna Mazur, Organisation publique ukrainienne "Pour l’union de l’Ukraine, la Biélorussie et la Russie" (ZUBR).
  • Tatyana Alexandrovna Makarenko, Organisation publique "Communauté russe" (Russkaya Obshchina), ville de Dnepropetrovsk.
  • Gennadi Makarov, Conseil de coordination des organisations russes de l’Ukraine orientale.
  • Vladimir Romanovich Marchenko, Fédération du travail d’Ukraine, Député du peuple ukrainien, (1ère, 2ème et 3ème législatures du Parlement).
  • Alexander Viktorovich Svistunov, Mouvement russe d’Ukraine, Député du Soviet Suprême de la République autonomie de Crimée (5ème législature).
  • Valentina Petrovna Semenyuk-Samsonenko, Union des femmes pour le futur des enfants d’Ukraine, Kandidat aux sciences économiques, Député du peuple ukrainien, (2ème, 3ème, 4ème et 5ème législatures du Parlement).
  • Valeri Alexandrovich Sergachov, Parti Rus de Kiev, Député du Parlement régional d’Odessa (5th législature).
  • Olga Nikoloyevna Solovenko, Union du peuple eurasiatique, Député du Parlement régional d’Odessa (5ème législature).
  • Pavel Vasilyevich Tishchenko, Organisation régional publique de Kharkof
  • Trudovaya Kharkovshchina Député du peuple ukrainien (3ème législature).
  • Konstantin Viktorovich Shurov, Communauté russe d’Ukraine.
  • Vladimir Vladimirovich Bogatyrev, Association publique d’Ukraine "Union russe" (Russky Soyuzà).
  • Lyudmila Anatolyevna Gorbachova, Organisation régionale de Vinnitsa ``Union des femmes orthodoxes d’Ukraine.
  • Nikolai Vladimirovich Kovalyov, Association des citoyens en soutien à l’orthodoxie canonique "La voie de l’Orthodoxie au nom des bénis et des égaux-aux-apôtres du Prince Vladimir (République autonome de Crimée).
  • Vladimir Ilyich Matrokhin, Communauté russe de Lviv, Député du Parlement régional de Lviv ( 2nd législature) - Alexei Borisovich Merkulov, Mouvement mars 17 pour l’Union.
  • Alexander Ivanovich Ogorodnikov, Union des officiers soviétiques de la ville de Uman.
  • Alexander Sergeyevich Pokrovsky, Organisation régionale de Lviv``Intelligentsia pour le Socialisme,’’ Kandidat aux sciences économiques, Député du Conseil du district Zaliznychny de Lviv, (1ère législature).
  • Nadezhda Gennadiyevna Polyakova, Organisation publique "Communauté russe" `(Russkaya Obshchina’) de Yevpatoriya .
  • Viktor Viktorovich Silenko, Association ukrainienne des compatriotes russes (VORS).
  • Anna Fyodorovna Tsysar, Enfants de la guerre de Sébastopol.
  • Alexander Varushko, Forum de sauvetage social "slave uni".

Voir les 2 commentaires

  • Eric • 28/01/2014 - 20:59

    Elle est bizarre l’extrême-droite ukrainienne : en général les partis d’extrême-droite sont nationalistes et ne tolèrent pas l’ingérence d’entité étrangère dans les affaires nationales, ce qui serait le cas si l’Ukraine entrait dans l’Union européenne.
    En tout cas, pour détruire l’extrême-droite, il est vain de créer des partis politiques de gauche. Ce qu’il faut faire, c’est rendre le pouvoir au peuple, autrement dit, instaurer la démocratie. Les militants d’extrême-droite comme les autres "citoyens" (en réalité nous sommes des individus hétéronomes) en ont assez de subir le joug des usurpateurs des partis politiques.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 29/01/2014 - 00:07

    tiens ! tiens !
    ça ressemble fort au scénario syrien ..............
    bizarre !
    vous avez dit bizarre ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard