Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Attentats de Bruxelles : la schizophrénie de François Hollande

JPEG - 47.6 ko
Le 4 mars, François Hollande décore de la Légion d’honneur le ministre de l’Intérieur d’Arabie saoudite, le prince héritier, Mohammed ben Nayef.
Crédit : Reuters

C’est avec un ton grave que François Hollande a réagi aux attentats de Bruxelles. Mais c’est le même François Hollande qui le 6 mars décernait la Légion d’honneur au prince héritier de l’Arabie saoudite, un pays dont ses propres services diplomatiques et de renseignement n’ont cessé de l’avertir depuis 2012 sur le rôle clé qu’il joue dans le financement et l’armement des courants djihadistes au Moyen-Orient et à travers le monde. Nous exigeons donc que cessent ces liaisons meurtrières.

PNG - 608.7 ko

Au moment où à Bruxelles, la terreur aveugle vient d’ensanglanter une fois de plus l’Europe, et où l’on parle d’un terrorisme désormais « professionnalisé », il est utile de revenir sur le dossier accablant publié par Marianne dans leur numéro du 11-17 mars, sur la macabre collaboration entre le gouvernement de François Hollande et les courants du wahhabisme le plus radical en Arabie Saoudite, connus pour leur financement des djihadistes.

Le magazine braque ses projecteurs notamment sur la relation privilégiée entre les autorités françaises et le prince Bandar Bin Sultan, chef, jusqu’en 2013, des services secrets saoudiens.

Tous les spécialistes savent à quel point ce prince a utilisé les fonds inépuisables mis à sa disposition par le Royaume saoudien et ses alliés occidentaux, pour déployer des djihadistes de tout poil contre tout ce qui pouvait représenter une forme de progrès au Moyen-Orient.

Le prince Bandar est aussi soupçonné, par la Commission bipartisane sur les attentats du 11 septembre, d’avoir participé activement à l’organisation de ces attentats.

NB : Si les sous-titres français ne s’affichent pas, activez-les avec le bouton en bas à droite du lecteur.

Le déshonneur français

C’est la décision de François Hollande de décerner la Légion d’honneur au prince Mohamed bin Nayef, Ministre de l’Intérieur d’Arabie Saoudite et premier dans la succession au Roi Salman, le 6 mars dernier, qui a révulsé la France toute entière. D’autant que cette haute distinction lui a été attribué en raison de « tous ses efforts dans la région et dans le monde dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme. » !

Tout devait être fait d’ailleurs pour que cette cérémonie passe inaperçue, rapporte Marianne. Mais, les Saoudiens s’estimant les grands perdants de l’accord qui a mis fin aux sanctions contre l’Iran, et de la nouvelle collaboration entre les États-Unis et la Russie pour mettre fin à la guerre de Syrie, ont voulu, au contraire, se vanter de leurs bonnes relations avec la France. De nombreux ministres, le chef de leur services secrets ainsi que plus de 30 journalistes avaient fait le déplacement à Paris, pour la cérémonie de la légion d’honneur ! La population française a appris, par là même, que M. Hollande avait cru bon de déployer deux de ses ministres de plus haut rang, Ségolène Royal et Emmanuel Macron, pour aller accueillir la délégation à l’aéroport et la raccompagner à sa sortie.

Le dossier publié par Marianne est accablant car il est corroboré par des notes internes et autres documents officiels ou officieux du Quai d’Orsay, auxquels Marianne a eu accès. Ces documents permettent à Marianne de décrire le pas de deux sordide, entre la France et l’Arabie Saoudite, où chacun instrumentalise l’autre dans le mal. Les Saoudiens utilisant les Français pour les soutenir dans leur guerre contre le chiisme en Iran et en Syrie, mais aussi pour faire pression sur les États-Unis ou d’autres Occidentaux qui seraient réticents à les suivre dans leur jusqu’au-boutisme. La France de son côté, exsangue après tant d’années de crise financière et de politiques improductives, instrumentalise la rage des Saoudiens contre les Américains et autres, pour faire tomber les milliards des Saoudiens dans son escarcelle. Des milliards qui cependant... ne se sont jamais matérialisés.

Marianne révèle les rôles clés joués par l’ambassadeur français à Riyad, Bertrand Besancenot, dans l’émergence de cette alliance avec le prince Bandar bin Sultan, ainsi que les mensonges et la manipulation de la France par ce prince, qui aurait caché l’ampleur des financements accordés par le royaume saoudien aux milices djihadistes en Syrie déployées contre Bachar al-Assad.

Le piège islamiste vient du Golfe

Marianne rapporte aussi que l’ancien ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait été averti dès son arrivée au pouvoir en 2012, de l’ampleur du soutien apporté par l’Arabie saoudite et le Qatar, aux milices djihadistes, au sein de l’opposition armée contre le président syrien.

Parmi les documents cités, une note des directeurs de prospective du ministère des Affaires étrangères à Laurent Fabius, datée du 15 octobre 2012 au titre particulièrement clair :

Opposition syrienne de l’intérieur : le piège islamiste vient du Golfe, et nous risquons d’y tomber.

Les auteurs de ce texte y avertissent que :

La visibilité croissante des islamistes dans l’opposition armée [à Bachar al-Assad] est un phénomène marquant depuis quelques semaines ; (…) une direction politique de l’insurrection ... n’apparaît pas clairement (…) des milieux de l’opposition de l’intérieur, proches des coordinations civiles, font de plus en plus grief à leurs soutiens extérieurs, y compris occidentaux, de privilégier quasi systématiquement le financement, et donc l’armement, aux brigades islamistes.

Les groupes islamistes, disent-ils, deviennent :

Les vecteurs d’influence des services de renseignements des États d’origine (Arabie, Qatar) », alors que « les groupes armés non islamistes, ‘laïques’, pluriconfessionnels, chrétiens, alaouites ou druzes (...) extérieurs à ces circuits, ne bénéficient pas des retombées de cette coopération et se retrouvent chaque jour plus marginalisés.

Plusieurs pistes auraient été proposées pour contrer cette dynamique d’islamisation : une meilleure coordination avec nos partenaires occidentaux ; « traiter de front ce sujet dans notre dialogue politique avec les puissances régionales concernées (Arabie, Qatar notamment) » ou « aider en priorité les coordination politiques civiles »... Aucune de ces pistes n’aura été suivie.

L’intox du prince Bandar faite aux Français

JPEG - 37.9 ko
Le Prince Charles avec le Prince Bandar d’Arabie Saoudite

Marianne révèle aussi l’essentiel d’une rencontre qui eut lieu le 2 Février 2013, en Arabie saoudite, entre une délégation française dont faisaient partie Emmanuel Bonne, conseiller à la présidence sur l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient, et l’ONU ; Eric Chevalier, ambassadeur français en Syrie, et le colonel Jean Claude Piccirillo, membre de l’état-major particulier du président de la République, et le prince Bandar ben Sultan, en présence de son frère Salman ben Sultan, chargé du soutien à l’opposition armée en Syrie. Ce « faucon » qui avait été ambassadeur du Royaume saoudien aux États-Unis entre 1983 et 2005, rapporte Marianne, avait noué « de ce fait des relations très fortes avec les services de renseignements américains (CIA en tête) et avec les néoconservateurs de l’administration américaine, en particulier les Bush père et fils, mais aussi Dick Cheney ».

Dans cette réunion qui a duré quatre heures, Bandar a décliné les trois objectifs que le roi Abdallah lui avait assigné : « provoquer la chute de Bachar al-Assad, contenir l’Iran et marginaliser le Hezbollah libanais ». Il a rassuré les Français sur le fait « que la chute du régime syrien pouvait être très rapide (…) Bachar, par stupidité, tombe dans la surenchère et la violence ; (...) il n’a pas l’expérience de son père, rompu aux expériences révolutionnaires et aux coups d’état (...) et ses moyens sont beaucoup plus limités que sur le papier. Rappelez-vous comme nous avons surestimé les moyens militaires de Saddam ».

Bandar apprend ensuite aux Français que l’Arabie saoudite approvisionne l’opposition en armement à un rythme croissant. « Nous avons livré 1 500 t au jour d’aujourd’hui. Avec un objectif à court terme de 2 000 t. » Il fait pression pour que les Occidentaux livrent des armes sophistiquées : « ce sont surtout les armes anti-aériennes qui font défaut. [Si les Américains ou les Français l’autorisent à livrer ce type d’armes] ce sera une vraie rupture sur le terrain et la clé de la victoire pour la bataille de Damas. » Il critique l’allié américain, essayant de mettre la France de son côté : « J’ai parlé avec eux des armes antiaériennes et de la nécessité d’en doter les combattants. Que n’avais je pas dit ! Cris d’orfraie à Washington ! Il y a néanmoins de vifs débats internes au sein de l’administration à ce sujet. Petraeus (le patron de la CIA) m’a dit qu’il avait un plan avec Clinton pour livrer des armes, mais que la Maison-Blanche l’avait rejeté. »

Tout le long de cet entretien cependant, « Bandar assurera ne pas livrer d’armes à des mouvements affiliés aux Frères musulmans (...) mais ne parlera à aucun moment des groupes hérités d’al-Qaïda ». Il se fait aussi rassurant : « Je vous donne la garantie qu’une fois à Damas nos gars ne se rendront pas coupables de choses affreuses contre les populations civiles » !

A la suite de cet entretien, l’ambassadeur Bertrand Besancenot « se félicite de la détermination saoudienne de faire tomber Bachar », rapporte Marianne. Mais même lui met en garde les autorités françaises : « Tout à la mise en œuvre du mandat qui a reçu du roi, le prince Bandar est davantage préoccupé de damer le pion aux Iraniens que de créer les conditions d’une négociation politique favorable à l’opposition. Il reste vague sur la sécurité des communautés syriennes et les contours de la nouvelle Syrie. »

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La déclassification des fameuses 28 pages, un chapitre entier du rapport de la commission d’enquête bipartisane sur le 11 septembre, met en lumière l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

En savoir plus

L’Asie tremplin pour la paix mondiale

18 mars 2016
Nouvelle Solidarité N°6/2016
L’Asie tremplin pour la paix mondiale

Attentats de Bruxelles : être ferme et cohérent contre les terroristes et leurs sponsors

23 mars 2016
Actualité
Attentats de Bruxelles : être ferme et cohérent contre les terroristes et leurs sponsors

Terrorisme : Charlie Hebdo et les 28 pages

12 janvier 2015
Actualité
Terrorisme : Charlie Hebdo et les 28 pages

Syrie : méfiez-vous des successeurs de Laurent Fabius

17 mars 2016
Actualité
Syrie : méfiez-vous des successeurs de Laurent Fabius

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard