Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Brexit, Trump, Le Pen : donnons un autre projet à la colère qui monte !

JPEG - 66.3 ko
Un bureau de vote américain ? Non, une distribution d’aide alimentaire…
Crédit : Getty

Suicides en série d’infirmières, de postiers, d’agriculteurs et manifestations de policiers en France, Brexit au Royaume-Uni, élection de Donald Trump

Partout, les peuples, confrontés à une « caste cannibale » protégée par un « mur médiatique » à son service, nous disent à quel point ils n’en peuvent plus !

La victoire de Donald Trump est une gifle sans précédent pour les élites occidentales, persuadées jusqu’ici de leur capacité absolue à verrouiller leur pouvoir en faveur d’une mondialisation financière prédatrice, qui a ruiné nos industries et jeté des millions de citoyens dans la précarité.

JPEG - 34.7 ko
Nouvelle Solidarité N° 10/2016 - S’abonner

En élisant Trump, c’est un cri d’agonie que la population américaine, et notamment sa classe moyenne et les plus pauvres, a fait retentir à travers le monde, elle dont la voix politique semblait éteinte depuis des lustres !

Le peuple américain vient d’ouvrir, hélas bien tard, le débat sur les bienfaits supposés d’un libre-échange débridé, l’ouverture des frontières à une immigration de masse et le rôle de gendarme du monde que se sont arrogé les Etats-Unis à la chute de l’URSS, aboutissant à des guerres insensées (Irak, Libye, Syrie, etc.).

Par leur vote, les Américains ont dit clairement non à l’escalade militaire contre la Russie.

Si les médias à la solde des pouvoirs alignés sur Washington ont monté en épingle les insupportables diatribes sexistes et racistes du candidat Trump, ils se sont bien gardés, cependant, de rapporter ses propositions économiques, parfaitement en phase, elles, avec le malaise des électeurs :

  1. retour au protectionnisme, avec renégociation de l’ALENA (Accord de libre échange nord-américain) et fin des accords de libre-échange avec l’Europe (TAFTA) et le Pacifique (TPP) ;
  2. investissement de 1000 milliards de dollars dans les infrastructures aujourd’hui délabrées ;
  3. relance massive du secteur de l’énergie (hydrocarbures, dont schistes, pipelines, nucléaire) ;
  4. réduction massive d’impôts pour les classes moyennes et basses et les entreprises.

Le tout, selon Trump, pourrait aboutir à une croissance annuelle de 3,5 % et à la création de 25 millions d’emplois.

L’insurrection de l’homme oublié

Sans même vouloir comprendre le phénomène de fond, les médias occidentaux ont rapidement tenté d’imposer leur analyse : c’est une Amérique vieille de plus de 45 ans, blanche, croyante, périurbaine, rurale et peu diplômée, ou de villes petites et moyennes, qui a élu Trump. Sous-entendu : une Amérique « réac », « arriérée ». Comme lors du Brexit, quand ce ne sont pas les « écolos bobos » des villes comme Londres qui l’emportent, ça ne peut être que les prolos et ruraux blancs et réacs de Liverpool et de Manchester !

La réalité est tout autre, comme le prouve le score de Trump dans les anciens bassins industriels de la « ceinture de la rouille », Pennsylvanie, Michigan, Wisconsin, Ohio, Indiana, Illinois. Il doit sa victoire aux classes moyennes et aux ouvriers des villes qui constituaient autrefois les grands bastions du Parti démocrate, là où l’on trouve les principales victimes du chômage et de l’exclusion provoqués par les grands traités de libre-échange.

Par ailleurs, si les populations noires, hispaniques et asiatiques n’ont pas voté en masse pour Trump, elles ne se sont pas pour autant mobilisées en faveur de Clinton, contribuant à sa défaite. C’est le cas des Noirs notamment : seuls 8 % de leurs suffrages ont désigné Trump, confirmant la baisse du taux de participation de ce segment de l’électorat, déjà en baisse de 11,4 % de 2012 à 2016.

Déchéance des classes moyennes

Deux exemples permettent de comprendre le désespoir et la déchéance qui touche les électeurs. D’abord, la hausse dramatique de la mortalité parmi la population « blanche non-hispanique » âgée de 45 à 54 ans, attribuée par un dossier du New York Times du 3 novembre 2015 et par le Washington Post du 22 octobre 2016, à la montée de « la toxicomanie, l’alcoolisme, les maladies chroniques du foie (cirrhose etc.) et le suicide ».

En cause, la consommation d’opiacés délivrés sur prescription médicale, tels l’OxyContyn, surnommé l’héroïne du pauvre, vendus en pharmacie depuis les années 1990. Ils seraient responsables de 500 000 décès entre 1999 et 2013 ! En cause aussi, selon le Washington Post, le sabotage délibéré par le gouvernement Obama de l’action menée par la DEA (agence de lutte contre la drogue) contre les compagnies pharmaceutiques corrompues qui commercialisent ces produits. Le nombre de décès dus aux opiacés de synthèse a augmenté de 79 % entre 2013 et 2014, tandis que le nombre d’ordonnances médicales les prescrivant est passé de 112 millions en 1992 à… 249 millions en 2015 !

Le deuxième exemple est l’échec cuisant de l’Obamacare. Alléchés par les aides distribuées par l’Etat pour fournir une assurance santé minimale à 22 millions d’Américains qui n’en avaient pas, des assureurs privés ont accepté de participer à l’opération. Mais seuls 11 millions de personne ont répondu à l’appel : l’assurance a été boudée par les jeunes qui ont préféré s’en passer.

Résultat, l’Obamacare, qui devait fonctionner grâce à un équilibre entre les grosses dépenses des retraités et celles, plus faibles, des jeunes, s’est retrouvé dans le rouge. Et face à l’importance des pertes, trois grands noms de l’assurance ont quitté le dispositif depuis le début de l’année. Conséquence, des primes en hausse de 25 % pour les assurés, voire 40 % et 60 % dans certains Etats !

Un projet en trompe-l’œil

Si le diagnostic de Trump est souvent juste, les solutions qu’il propose pour relever l’immense défi de reconstruire ce pays restent très loin du compte. Prenons sa mesure phare : la rénovation des infrastructures.

Le mode de financement proposé est une véritable usine à gaz qui fait appel aux PPP (Partenariat public-privé), dont l’expérience prouve que s’ils rapportent gros au privé, ils coûtent souvent très cher à l’Etat et aux usagers, à qui l’on demande de régler la facture par le biais des péages !

Elaboré par deux des principaux conseillers de Trump, Wilbur Ross, un expert en sauvetage d’entreprises en faillite, et l’économiste Peter Navarro, le projet vise à réunir 167 milliards de dollars, venant du privé, pour leur faire atteindre ensuite 1000 milliards par effet de levier. L’Etat interviendrait avec des crédits d’impôt à hauteur de 18 à 20 % du coût du projet.

Les auteurs prétendent cependant qu’il n’en coûterait rien à l’Etat, car à terme, l’activité générée compenserait la dépense via une hausse des recettes fiscales.
Trump compte aussi susciter un effet de « patriotisme économique », en incitant les entreprises américaines délocalisées à rapatrier leurs bénéfices dissimulés à l’étranger, alléchées par la promesse de ne payer que 10 % d’impôt pour se régulariser.

Plus précisément, il compte sur leur participation à son grand projet d’infrastructures. Pour elles, le deal serait parfait, car elles pourraient, en bénéficiant de crédits d’impôts, récupérer les 10 % du coût du rapatriement !

Exit la crise financière ?

Notons que le nouveau Président prétend lancer des projets de 20 ou 30 ans de durée, à un taux d’intérêt stable de moins de 5 %, sans se préoccuper de la menace imminente d’implosion d’un système financier occidental plombé depuis 2008 par des milliers de milliards de dettes impayables. C’est pourtant ce verrou qui bloque tout le système !

Certes, à la veille de l’élection, la campagne de Trump avait verbalement opté pour la loi Glass-Steagall de Roosevelt, soit la séparation stricte entre banques de dépôts et d’affaires, qui doit être le point de départ d’une véritable réforme. Mais va-t-il s’y tenir, alors qu’un an plus tôt, en 2015, il l’avait rejetée ?

C’est pourquoi, avec nos amis du Comité d’action politique de LaRouche (LPAC) aux Etats-Unis, Solidarité & Progrès en France saisira l’occasion que nous ouvrent cette insurrection du peuple américain, ainsi que la colère qui monte de notre côté de l’Atlantique, pour faire enfin adopter l’ensemble de mesures nécessaires à une sortie de crise.

Les 4 principes cardinaux de notre projet

JPEG - 91.6 ko
L’urgence sociale et sociétale peut susciter une union nationale aux Etats-Unis.
Crédit : Reuters

Face au chômage de masse et à la chute du niveau de vie, face à la menace d’implosion du système financier, seuls les « quatre principes cardinaux » suivants, élaborés par notre ami, l’économiste et homme politique américain Lyndon LaRouche, permettront de créer les conditions d’un avenir meilleur.

  1. Séparation stricte entre banques de dépôts et banques d’affaires, suivant les critères de la loi Glass-Steagall adoptée par Franklin Roosevelt en 1933, et de notre Loi de réforme financière de décembre 1945. Cette loi protégera les dépôts des particuliers et des entreprises, et cessera toute protection publique du capital spéculatif ;
  2. Chaque nation doit retrouver sa souveraineté financière et économique et sa capacité d’action, en rétablissant une Banque de la nation, sous contrôle public, en remplacement des banques centrales indépendantes actuelles ;
  3. Ces Banques de la nation devront émettre du crédit productif public, destiné non pas au paiement des dettes ou des frais de fonctionnement, mais à la recherche de pointe et à la construction et la modernisation des infrastructures du pays, créatrices d’emplois ;
  4. Pour redonner à leur population le niveau de croissance nécessaire, les gouvernements doivent orienter leurs investissements vers les projets scientifiques et technologiques à haute productivité et haute densité énergétique, permettant de produire beaucoup plus avec un effort moindre. En bref, privilégier le nucléaire de quatrième génération (fusion, thorium, neutrons rapides, etc.), plus sûr, au détriment des renouvelables.
JPEG - 140.5 ko

Voir le commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Trump ? Apprenons-lui à couper les banques en deux !

12 novembre 2016
Actualité
Trump ? Apprenons-lui à couper les banques en deux !

Reconstruction des infrastructures : Trump et FDR, faut pas confondre

12 novembre 2016
Actualité
Reconstruction des infrastructures : Trump et FDR, faut pas confondre

Les ravages de la drogue aux Etats-Unis

24 février 2016
Actualité
Les ravages de la drogue aux Etats-Unis

Crise, drogue, culture trash : Une arme contre nos républiques

24 février 2016
Culture
Crise, drogue, culture trash : Une arme contre nos républiques

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard