Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 décembre - Non à la « normalisation » (comprenez braquage) de la Caisse des dépôts ! Lire 14 décembre - Vidéo : François Gervais - l’urgence climatique est un leurre Lire 14 décembre - 15 décembre, Fontainebleau - Pour en finir avec la géopolitique. La reconstruction de la Syrie Lire
AccueilActualité

Charlie Hebdo et les enfants du Londonistan

La rédaction
JPEG - 73.9 ko
Chérif Kouachi (à droite) en 2006, avec son futur mentor, Djamel Beghal (à gauche et en médaillon)
Crédit : The Telegraph

Cité par le journal britannique Daily Telegraph du 8 janvier, un indicateur travaillant sous couverture, par ailleurs familier de la mosquée de Finsbury Park à Londres, a décrit l’attaque contre Charlie Hebdo comme « l’héritage d’Abou Hamza al-Masri » (Mustafa Kamel Mustafa, de son vrai nom), le fameux prédicateur wahhabite de cette mosquée tristement célèbre.

Londres était à la fin des années 1990 le refuge par excellence du terrorisme international, à tel point que les services secrets français ont donné à la capitale britannique le surnom de « Londonistan ». Le lieu le plus symbolique en était précisément... la mosquée du Parc de Finsbury. Extradé vers les États-Unis, Hamza, inculpé l’année dernière pour actes terroristes, vient d’être condamné à perpétuité à New York.

Djamel Beghal

Dans son enquête sur Chérif Kouachi, l’un des auteurs de l’attaque contre Charlie Hebdo, Le Monde révèle que lors de son passage à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, de janvier 2005 à octobre 2006, Kouachi avait fait la connaissance de celui qui allait devenir l’un de ses maîtres à penser, le franco-algérien Djamel Beghal. Arrêté à Dubaï durant l’été 2001, il préparait alors un attentat contre l’ambassade des États-Unis à Paris, sur ordre d’un lieutenant de Ben Laden, juste avant l’attaque des tours jumelles de New York.

C’est Beghal qui aurait recruté Zacarias Moussaoui et Richard Reib. Le premier était le fameux « 20e pilote kamikaze » des attaques du 11 septembre (intercepté par la police avant de pouvoir participer à l’opération) et le second fut arrêté le 22 décembre 2001 pour avoir tenté de faire exploser le vol 63 d’American Airlines reliant Paris à Miami (en y embarquant des explosifs dissimulés dans ses chaussures).

JPEG - 60.9 ko
Le prédicateur wahhabite Abou Hamza de la Mosquée de Finsbury Park, figure centrale du Londonistan.
Crédit : Reuters

Or, Beghal se définit lui-même comme un disciple direct d’Abou Hamza, qu’il a fréquenté pendant plusieurs années lorsqu’il résidait à Londres à la fin des années 1990. La capitale anglaise était alors un centre majeur de recrutement djihadiste. De retour en France, Beghal se fit appeler « Abou Hamza », dont il a fait son idole. Il a déclaré avoir créé des cellules terroristes dans plusieurs pays européens, dont l’Angleterre, l’Allemagne, la France et l’Espagne. Bien que ce réseau semble avoir été démantelé après son arrestation, Beghal a recruté, pendant sa détention, tout un réseau de terroristes qui passe aujourd’hui à l’action.

Le GIA et les attentats de 1995

Beghal est membre du Takfir Wal Hijra (Anathème et Exil), branche radicale du GIA (Groupe islamique armé algérien), fidèle à Al-Qaïda et à son chef Ayman al-Zaouahiri. Fondé à la fin des années 1970 en Égypte, le mouvement « takfiriste » s’est révélé en France avec la mise à jour d’opérations de financement au djihad international, telles que l’affaire du réseau Chalabi en 1994, un trafic d’armes et de soutien logistique au GIA algérien.

En 1995, une vague d’attentats, dont celui contre la station RER de Saint-Michel, revendiqué par le GIA, fait huit morts et près de deux cents blessés en France. Le cerveau de l’opération est Rachid Ramda, un Algérien vivant lui aussi à Londres, où il est arrêté. Pendant dix ans, la Haute Cour britannique, désirant « protéger les investissements » des pétromonarchies dans le Royaume, empêchera son extradition. Ce n’est qu’en 2005, après que tous ses recours ont été épuisés, que Londres est finalement contrainte de livrer Ramda aux autorités françaises.

Belkacem

Lors de son procès à Paris, Ramda, qui clame son innocence, reconnaît avoir transféré des fonds à Boualem Bensaïd. Ce dernier est condamné avec l’un des artificiers du GIA, Smain Aït Ali Belkacem, pour avoir directement participé aux attentats.

Lors de l’interpellation de Belkacem à l’automne 1995 dans le nord de la France, les policiers découvrent chez lui une véritable panoplie d’artificier, ainsi que des armes et des munitions. L’analyse de la bande magnétique du ticket de métro retrouvé dans ses poches démontre que celui-ci a été utilisé pour la dernière fois sur la ligne C du RER le jour de l’attentat, et que son utilisateur a quitté la rame à la station Javel quelques minutes avant l’explosion de la bombe.

Beghal est lui aussi interpellé en 1995. Relâché aussitôt, il part pour l’Afghanistan et la Tchétchénie pour y récolter des fonds. Il sera condamné une première fois le 15 mai 2005, à 10 ans de prison pour avoir créé une association de malfaiteurs terroristes, mais libéré en 2009 et assigné à résidence dans un hôtel à Murat, dans le Cantal. Ce qui ne l’empêche pas pour autant de recevoir Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly, les futurs auteurs des attentats contre Charlie Hebdo et la supérette cacher de la Porte de Vincennes.

En 2010, la police arrête en France quatorze personnes soupçonnées de planifier une tentative d’évasion du poseur de bombes Belkacem. Parmi eux, un fois de plus, Djamel Beghal,

Notons par ailleurs que Mehdi Nemmouche, l’auteur de l’attaque contre le Musée juif de Bruxelles, affirme lui aussi que son maître à penser n’est autre que Djamel Beghal. Voilà donc l’héritage d’Abou Hamza et du Londonistan.

En 2000, les journalistes du magazine Executive Intelligence Review (EIR) avaient adressé un mémorandum à la Secrétaire d’Etat américaine de l’époque Madeleine Albright, lui demandant d’inscrire le Royaume-Uni sur la liste des pays soutenant le terrorisme. Parmi les documents présentés, un article du Daily Telegraph daté du 6 novembre 1995, intitulé « Londres abrite l’auteur des attentats de Paris », ainsi qu’un article paru dans Le Figaro du 3 novembre 1995 : « Le fog proverbial de Londres », affirmant que « la piste de Boualem Bensaïd, dirigeant du GIA, mène à Londres. La capitale britannique a servi de base logistique et financière aux terroristes ».

Hamza, MI5 et Scotland Yard

Plus récemment, en mai 2014, lors des auditions du prédicateur londonien Abou Hamza extradé vers les États-Unis, son avocat Joshua Dratel affirma que son client avait toujours agi comme « un intermédiaire » entre les autorités britanniques et les extrémistes du Londonistan.

Se basant sur la cinquantaine de pages de notes prises par Scotland Yard, détaillant les échanges de son client avec les services, Dratel déclara qu’Abou Hamza coopérait avec le MI5 (sécurité intérieure) et la police pour en finir avec les prises d’otages et réduire les tensions avec la communauté musulmane en Angleterre.

Lors de son procès au Royaume-Uni en 2006, Hamza avait déjà affirmé haut et fort qu’il était, de 1997 à 2000, en contact régulier avec le MI5 et les services spéciaux anglais. « Cet aveu extraordinaire, prédit aujourd’hui le Telegraph, nourrira les théories du complot qui disent que s’il a pu prêcher la haine pendant si longtemps, c’est parce qu’il travaillait pour la police. »

Ainsi, tant qu’il n’y avait « pas de sang versé sur le sol britannique », les autorités fermaient les yeux, surtout quand les mouvances terroristes se déchaînaient à l’étranger, là où cela arrangeait les intérêts de la City et Wall Street.

Avertissement de Jacques CHEMINADE le 23 décembre :

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

La déclassification des fameuses 28 pages, un chapitre entier du rapport de la commission d’enquête bipartisane sur le 11 septembre, met en lumière l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du 11 septembre 2001.

En savoir plus

2015 : Finissons-en avec la City et Wall Street

8 janvier 2015
Nouvelle Solidarité N°1/2015
2015 : Finissons-en avec la City et Wall Street

Face à notre 11 septembre - Déclaration de Jacques Cheminade

8 janvier 2015
Orientation stratégique
Face à notre 11 septembre - Déclaration de Jacques Cheminade

Les racines britanniques du terrorisme international

16 décembre 2014
Orientation stratégique
Les racines britanniques du terrorisme international

Le rôle de l’Arabie Saoudite dans les attentats du 11 septembre

16 décembre 2014
Orientation stratégique
Le rôle de l’Arabie Saoudite dans les attentats du 11 septembre

Monsieur Obama, si vous êtes réellement contre le terrorisme, alors déclassifiez les 28 pages !

8 janvier 2015
Actualité
Monsieur Obama, si vous êtes réellement contre le terrorisme, alors déclassifiez les 28 pages !

Londonistan : Britanniques et Saoudiens recrutent dans les mosquées

11 décembre 2008
Brèves
Londonistan : Britanniques et Saoudiens recrutent dans les mosquées

Terrorisme ? C’est la wahhabite connection, imbécile !

6 janvier 2015
Politique
Terrorisme ? C’est la wahhabite connection, imbécile !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard